Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 09:31

Al Alburquerque

 
Pix.gif Al Alburquerque Baseball pictogram.svg
Al Alburquerque on August 12, 2011.jpg
Tigers de Detroit - No  62
Lanceur de relève
Frappeur droitier  Lanceur droitier
Premier match
15 avril 2011
Statistiques de joueur (2011-2013)
Victoires-défaites 10-4
Moyenne de points mérités 2,98
Retraits sur des prises 155
Équipes

Alberto José Alburquerque (né le 10 juin 1986 à San Pedro de Macorís, République dominicaine) est un lanceur de relève droitier des Ligues majeures de baseball jouant avec les Tigers de Détroit.

 

Sommaire

 

Carrière

Al Alburquerque signe son premier contrat professionnel en 2003 avec les Cubs de Chicago. Alors qu'il évolue toujours en ligues mineures, Alburquerque est échangé par les Cubs aux Rockies du Colorado en retour du joueur de champ intérieur Jeff Baker1. La transaction a lieu le 2 juillet 2009. Devenu agent libre sans atteindre la Ligue majeure avec Colorado, le lanceur droitier rejoint les Tigers de Detroit le 19 novembre 2010.

Saison 2011

 
Al Albuquerque lançant en 2011 pour les Tigers.

Alburquerque fait ses débuts dans les majeures le 15 avril 2011 avec les Tigers. Lançant en relève contre les Athletics d'Oakland, il passe deux manches au monticule à cette première sortie, et n'accorde aucun point tout en retirant sur des prises trois frappeurs adverses2. Albuquerque reçoit sa première victoire dans les majeures le 24 mai sur les Rays de Tampa Bay3. Il remporte six matchs et n'en perd qu'un en 41 parties jouées, toutes comme lanceur de relève, pour les Tigers de 2011. Il présente une excellente moyenne de points mérités de 1,87 en 43 manches et un tiers lancées, au cours desquelles il enregistre 67 retraits sur des prises. Il apparaît en relève dans quatre parties de séries éliminatoires.

Saison 2012

Après la saison 2011, les médecins découvrent que le lanceur souffre d'une fracture de stress au coude droit et recommandent une opération au cours de laquelle une vis est insérée dans son olécrane4. Par conséquent, il ne lance que 8 matchs pour les Tigers en 2012, une année qu'il passe surtout en convalescence. Il réussit 18 retraits sur des prises dans les 13 manches et un tiers qu'il lance cette année-là au niveau majeur, n'accordant qu'un seul point mérité. Il accompagne Détroit dans un nouveau périple en séries éliminatoires. Il remporte une victoire en Série de divisions face aux Athletics d'Oakland et fait une présence au monticule dans la Série mondiale 2012, que les Tigers perdent aux mains des Giants de San Francisco.

Saison 2013

De retour pour une saison complète en 2013, Albuquerque est amené au monticule 53 fois par Détroit en saison régulière mais sa moyenne de points mérités est élevée. Elle atteint 4,59 en 49 manches lancées, avec cependant 70 retraits sur des prises. Il remporte 4 matchs contre 3 défaites. Sa seule présence dans la Série de divisions 2013 contre Oakland se solde par une défaite puisqu'il est responsable du coureur qui marque le point décisif dans une victoire de 1-0 des Athletics lors du 2e match. En revanche, Albuquerque lance dans chacun des 6 matchs de la Série de championnat, n'accordant qu'un point aux Red Sox de Boston, qui finissent par triompher des Tigers5.

 

 

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 09:24

Trophée Andros

 

 

 

 



 

 

 

 

 

Le Trophée Andros est une série de courses automobiles et motocyclistes sur glace qui se tient chaque hiver depuis 1990. Malgré quelques incursions à l'étranger (en Andorre ainsi qu'à Sherbrooke au Québec), il s'agit d'un championnat essentiellement français.

 

 

 

Historique

 

 


Fiat Stilo (prototype avec transmission intégrale 4x4) durant le Trophée Andros 2005/2006.

 

 

 

 

 

La naissance du Trophée Andros tient à la rencontre en 1985, entre l'ancien pilote Max Mamers (champion de France de rallycross en 1982 et 1983 sur Matra Murena) et le président de la société Andros, Frédéric Gervoson. Tous deux passionnés de rugby mais également d'automobile, ils décident de mettre sur pied une série hivernale de courses sur glace, disputées dans les stations de ski françaises.

La première épreuve du Trophée Andros a lieu le 27 janvier 1990 à Serre Chevalier, et donne le coup d'envoi d'un petit championnat de quatre épreuves. Au fil des ans, le Trophée gagne en notoriété, et le calendrier du championnat se densifie, allant même jusqu'à s'offrir des incursions dans des lieux plus atypiques, comme au Stade de France où la super-finale du Trophée s'est courue 6 fois (1999, 2000, 2001, 2004, 2005 et 2008). Cette dernière épreuve est hors championnat.

 

 

Compétitions

 


Le Trophée Andros se décline en plusieurs championnats.

 

 

Championnat Élite

 


Il s'agit du championnat d'origine, celui dans lequel sont engagés les meilleures équipes et les pilotes les plus huppés, issus des horizons les plus divers. On y trouve des pilotes issus du rallye, du rallycross, des courses de côte, mais également du circuit, qu'il s'agisse des épreuves de tourisme (citons Yvan Muller, qui a dominé la discipline pendant près de dix ans) ou de la monoplace (tels Alain Prost ou Olivier Panis). Alain Prost a remporté ce championnat en 2007, 2008 et 2012.

Chaque manche du championnat se compose de deux courses complètes (essais, qualifications et finales). La « Super finale », disputée au Stade de France, ne compte pas pour le championnat et correspond à un show de démonstration.

Les automobiles employées sont propulsées par des moteurs six-cylindres de 3 L développant 340 ch. Ce sont des quatre roues motrices et directrices.

Ce championnat comprend trois sous catégories :

 

Règlement

 


Les courses Élite se déroulent en trois phases1 :

  • Une séance d'essais où chaque pilote est autorisé à effectuer trois tours maximum ;
  • Les séances qualificatives où quatre pilotes effectuent en même temps quatre tours chronométrés. Le temps cumulé de ces quatre tours sert de base au résultat des qualifications. Chaque pilote effectue deux séances qualificatives, seul le meilleur des deux temps étant conservé. Les résultats de cette phase permettent d'attribuer 80 % des points d'une manche du championnat ainsi que de déterminer les grilles de départ des finales ;
  • Les finales se disputent sur dix tours en peloton de dix pilotes. Ils permettent d'attribuer 20 % des points d'une manche du championnat. Les vingt meilleurs pilotes des séances qualificatives se disputent les deux finales Élite Sup. Au delà les pilotes participent à des finales Élite.
    Au maximum, un pilote pourra remporter 80 points par course, 60 pour les qualifications et 20 pour la finale.

Des handicaps de poids sont attribués aux pilotes ayant réalisé un podium lors de la course précédente. Ainsi, le vainqueur d'une course est pénalisé de 60 kg pour la course suivante, le second de 40 kg et le troisième de 20 kg. Le pilote ayant remporté le précédent Trophée Andros dispose d'un « Lest Trophée » supplémentaire de 20 kg (ou 40 kg s'il a remporté le Trophée Andros plus d'une fois). Ce handicap est allégé de 10 kg après chaque course où le pilote ne figure pas sur le podium.

Ce règlement sportif des épreuves n'est pas simple mais est étudié pour donner aux spectateurs un maximum de courses spectaculaires et à enjeux.

 

 

Pilot Bike

 


La « Pilot Bike », introduit dans le Trophée Andros en 1996, est un championnat réservé aux pilotes moto. Il est inscrit au calendrier de la Fédération française de motocyclisme (FFM) et de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM).

Les motos utilisées sont à une roue motrice et doivent être commercialisées en France. Elles ont une cylindrée de 125 à 300 cm³ pour les 2-temps et de 125 à 450 cm³ pour les 4-temps. Elles sont équipées de pneus Continental.

 

 

Sprint Car et Trophée Andros Féminin

 


Le championnat Sprint-Car utilise des buggys de 600 cm³. Il distingue deux catégories : le Sprint-Car (Pilotes B) et le Trophée Andros Féminin (Pilotes A).

En 2002, les organisateurs ont créé un championnat réservé aux femmes, et destiné à favoriser l'émergence d'entre elles dans les catégories supérieures du Trophée. Le Trophée Andros féminin se dispute au volant de buggys munis de moteur 600 cm³.

Le Trophée Féminin n'est plus décerné depuis 2010.

 

 

Trophée Andros Électrique et Trophée Andros Académie

 


Deux nouveaux trophées apparaissent en 2010, le premier est un des tout premier championnat automobile ouvert aux voitures électriques sur la base d'une formule unique utilisant des voitures conçues et développées par Exagon Engineering2,3. L'Andros Académie est un trophée destiné aux jeunes futurs pilotes et a vu la victoire de Damien Crépeau pour la première édition.

 

 

Palmarès

 


Saison Nb. de manches Trophée Andros Élite Trophée Électrique Pilot Bike Trophée Andros Féminin Sprint Car 1990 4 Drapeau : France Éric Arpin (Peugeot 205 Turbo 16) Pas de compétition Pas de compétition Pas de compétition Pas de compétition 1991 5 Drapeau : France Maurice Chomat (Citroën AX Sport) 1992 7 Drapeau : France Dany Snobeck (Mercedes 190 16S) 1993 5 Drapeau : France Dany Snobeck (Mercedes 190 16S) 1994 7 Drapeau : France François Chauche (Mega) 1995 7 Drapeau : France François Chatriot (Opel Astra) 1996 6 Drapeau : France Yvan Muller (BMW 318i Compact) 1997 7 Drapeau : France Yvan Muller (BMW 318i Compact) 1998 7 Drapeau : France Yvan Muller (Opel Tigra) Drapeau : France David Baffeleuf 1999 8 Drapeau : France Yvan Muller (Opel Tigra) Drapeau : France David Baffeleuf 2000 8 Drapeau : France Yvan Muller (Opel Astra) Drapeau : France Pascal Roblin 2001 8 Drapeau : France Yvan Muller (Opel Astra) Drapeau : France David Baffeleuf 2002 8 Drapeau : France Yvan Muller (Opel Astra) Drapeau : France David Baffeleuf 2003 8 Drapeau : France Marcel Tarrès (Citroën Xsara) Drapeau : France David Baffeleuf 2004 8 Drapeau : France Yvan Muller (Kia Rio) Drapeau : France David Baffeleuf 2005 8 Drapeau : France Yvan Muller (Kia Rio) Drapeau : France David Baffeleuf Drapeau : France Margot Laffite Drapeau : France Olivier Dexant 2006 9 Drapeau : France Yvan Muller (Kia Rio) Drapeau : France Maxime Emery Drapeau : France Marlène Broggi Drapeau : France Olivier Dexant 2007 8 Drapeau : France Alain Prost (Toyota Auris) Drapeau : France Maxime Emery Drapeau : France Audrey Roche Drapeau : France Olivier Dexant 2008 8 Drapeau : France Alain Prost (Toyota Auris) Drapeau : France Maxime Emery Drapeau : France Anne-Sophie Lemonnier Drapeau : France Olivier Dexant 2009 7 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut (Škoda Fabia) Drapeau : France Eddy Richer Drapeau : France Marie-Pierre Cripia Drapeau : France Laurent Macouin 2010 7 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut (Škoda Fabia) Drapeau : France Nicolas Prost Drapeau : France Sylvain Dabert Pas de compétition Drapeau : France Frédéric Bourlange 2011 7 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut (BMW Série 1) Drapeau : France Nicolas Prost Drapeau : France Maxime Emery Pas de compétition 2012 7 Drapeau : France Alain Prost (Dacia Lodgy) Drapeau : France Christophe Ferrier Drapeau : France Sylvain Dabert 2013 7 Drapeau : France Jean-Philippe Dayraut (Mini Countryman) Drapeau : France Christophe Ferrier Drapeau : France Sylvain Dabert

Classement des pilotes, catégorie classique, par nombre de victoires sur le trophée Andros

 

 


Mis à jour après la manche Super-Besse 2013. # Pilote Victoires 1 Yvan Muller 48 2 Jean-Philippe Dayraut 40 3 Alain Prost 36 4 Marcel Tarrès 17 5 Franck Lagorce 11 6 Dany Snobeck 9 7 François Chatriot 8 8 Olivier Panis 6 9 François Chauche 6 10 Bertrand Balas 6

 

 

 

Les sites du Trophée Andros

 

 


Mis à jour après la manche Super-Besse 2013.

 

 

 

 

 

 

 

  • Portail des sports d’hiver Portail des sports d’hiver
  • Portail du sport automobile Portail du sport automobile
  • Portail des sports motocyclistes Portail des sports motocyclistes

 

 

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 23:28

Qwan Ki Do

 

 

 

 

 

 



Qwan Ki Do
'
Symbole du Qwan Ki Do
Symbole du Qwan Ki Do

Autres noms Quán Khí Đạo
Domaine Percussion, trapping, Grappling, Armes traditionnelles
Forme de combat Assaut à la touche (en compétition), possibilité de combat libre (en salle)
Fondateur Pham Xuân Tong
Dérive de arts martiaux chinois et vietnamiens
Sport olympique Non
Pratiquants Environ 30 000 licenciés1
Fédération mondiale World Union of Qwan Ki Do

 

 

 

 

 

 

Le Qwan Ki Do (« voie de l'énergie vitale »), également transcrit Quan Khi Dao, est un art martial créé en 1981 en France à Toulon par Pham Xuân Tong2. Le Qwan Ki Do trouve son origine dans des techniques issues des arts martiaux chinois et des arts martiaux vietnamiens.


Histoire


Les techniques du Qwan Ki Do proviendraient en partie de quatre grandes écoles dont la célèbre école des moines shaolin.

Du courant chinois, nous trouvons trois écoles principales3 :

  • L’Ecole SHAO LIN ou TIEU LAM, dans laquelle se retrouve une grande variété de techniques, dont de nombreux coups de pied sautés ou encore les techniques de CHIN NA ou CAM NA.
  • L’Ecole WO MEI ou NGA MI, de la montagne Wo Mei Shan, regroupe de nombreuses techniques de saisie et de projection, ainsi que les techniques basées sur l’observation des animaux.
  • Enfin, l’Ecole TANG LANG ou DUONG LANG, caractéristique du sud de la Chine et de l’ethnie Hakka, est basée sur l’imitation de la mante religieuse, avec des attaques rapides des membres supérieurs, visant à percuter les points vitaux, ainsi qu’à luxer les différentes articulations.

Les écoles vietnamiennes, quant à elles, sont réputées entre autres, pour les ciseaux volants, ainsi que pour la boxe libre utilisant les coudes, les genoux, sans oublier les tibias.

Le Qwan Ki Do est une synthèse de styles d'arts martiaux sino-vietnamiens. Il représente l'aboutissement de plus de 25 ans d'études et de recherches effectuées par un expert des arts martiaux vietnamiens : Maître Pham Xuân Tong, héritier testamentaire du maître Châu Quan Ky.

Malgré les nombreuses influences vietnamiennes et l'origine de son maître fondateur, les sources du Qwan Ki Do viennent en majorité des arts martiaux chinois. On y trouve de nombreuses techniques zoomorphiques (appelées Linh Thu), des clés (appelées Chin Na ou Cam Na), pieds/poings (incluant coudes et genoux), et l'utilisation des armes. Comme dans de nombreux arts martiaux vietnamiens, les termes en vietnamien utilisés sont souvent des traductions ou des transcriptions de termes chinois.

Au Qwan Ki Do la casse est présente permettant la démonstration de la synergie du travail technique, de la concentration et selon le phrasé requis de l'extériorisation de l'énergie vitale. Cette discipline comprend aussi une gymnastique douce, appelée Tâm Khi Thê, idéale pour le bien-être des pratiquants.

En France, le Qwan Ki Do est affilié à la Fédération française de karaté et disciplines associées.

 

Grades

Les grades utilisés sont au début appelés Câp (prononcé « keup ») et augmentent jusqu'au nombre de quatre selon le niveau du pratiquant. Ces Câp sont représentés par des barrettes bleues (à partir de 13 ans) sur la ceinture blanche du pratiquant (chez les enfants le système de Câp est préservé, mais les barrettes sont de couleur rouge. Si l'enfant qui a atteint les quatre barrettes rouges n'a pas encore 13 ans, il passera une ceinture violette et les Câp seront représentés par des barrettes blanches jusqu'à l'âge de 13 ans où il pourra commencer à passer les Câp bleus). Ces barrettes sont au nombre de quatre. Le niveau débutant représente le vide infini (Vô Cuc). Le 1er Câp ou Thai Cuc (genèse de la mutation) est suivi par le Luon Nghi (dualité entre les deux polarités Am et Duong) puis par le Tu Tuong (les quatre points cardinaux) et enfin par le Ngu Hàn (les cinq éléments). Après le 4e Câp (ou ceinture bleue à une époque), le pratiquant peut se présenter à l'examen national de la ceinture noire. Une fois ce niveau acquis, vient ensuite le grade de 1er Dang. Dès lors, la ceinture devient noire avec un liseré rouge et peut gravir les échelons jusqu'au 5e Dang. À partir du 6e Dang la ceinture est à pavés rouges et blancs, bordée d'un liseré jaune. Le nombre total de Dang au Qwan Ki Do est de dix. Le 9e et 10e niveau représente le Sieu Dang ou niveau expert, et n'est décerné qu'au vétéran qui aura voué sa vie au Qwan Ki Do. Cette ceinture est blanche, bordée de jaune, avec une rayure rouge au centre.

Le Chuong Mon Dai est la ceinture du maître fondateur, transmise par le maître Châu Quan Ky au maître Pham Xuân Tong ; elle regroupe les cinq couleurs du Qwan Ki Do (rouge, vert, jaune, bleu, noir et blanc) que l'on retrouve sur l'emblème qui est un dragon. Cette distinction est garante de l'étique et de l'authenticité de la méthode4.

Le code d'honneur

Voici les dix principes fondamentaux du Qwan Ki Do :

  1. atteindre le haut niveau technique du Qwan Ki Do, en cultivant les notions d’effort, de persévérance, de confiance en soi, de respect d'autrui, dans l’esprit ancestral de notre art martial ;
  2. forger corps et esprit pour soi et pour autrui, sans nourrir sa propre vanité et orgueil ;
  3. pratiquer les vertus morales qui fondent le Qwan Ki Do : droiture d’âme, probité, gratitude, simplicité, modestie, tolérance ;
  4. développer le Qwan Ki Do selon les nobles traditions millénaires transmises de maître en maître, ne jamais trahir cet état d’esprit par la mesquinerie individuelle qui tente à semer la médisance, la scission ou la dissidence dans la méthode ;
  5. cultiver la notion de respect envers les enseignants, les dirigeants, et l’esprit fraternel entre membres ;
  6. considérer la pratique des combats d’arts martiaux ou les assauts libres comme un moyen de progresser et non une fin en soi ;
  7. ne faire usage de l’art martial qu’en cas de légitime défense ;
  8. appliquer rigoureusement les règlements établis par la World Union of Qwan Ki Do ;
  9. pratiquer avec assiduité au cours, respecter la notion d’hygiène et les conditions d’admission au club de Qwan Ki Do ;
  10. respecter tous les autres arts martiaux5.

Les armes naturelles utilisées au Qwan Ki Do

Poing, deux première phalange : Kho Lau

Revers du poing : Binh Son

Poing marteau ou marteau de fer  : Thiet Chuy

Tranchant de la main : Cuong Dao

Paume de la main: Hung Chuong

Dos de la main : Binh Chuong

Avant bras : Doc Moc

Coude : Phuong Duc

Technique des membres inférieurs ("Bo Cuoc Phap"):

  • Technique de (coup de) pied  :
    • Bol du pied : Kim Tieu
    • Plante du pied : Ma Tuc
    • Tranchant extérieur du pied : Bang Tuc
    • Coup de talon : Thiêt Tieu
  • Genou : Thiet Chuy Cuoc

Les armes du Qwan Ki Do ou Cô Vo Dao

Les armes agraires :

  • Non articulées :

Bong : Le bâton long est le fidèle compagnon du paysan nomade. Il était utilisé non seulement pour transporter de grosses charges mais également pour la cueillette.

Tien-Bong ou Song Cot : Ne trouvant pas le bong adapté pour vaincre un adversaire armé d'un sabre, la solution fut d'utiliser un baton court. Utilisé par deux, cet ustensile courant pouvait servir autant pour l'attaque que la défense. La taille du bâton court est comprise entre 80 cm et 90 cm permettant de le dissimuler facilement.

Moc can : Son utilisation originelle permettait aux paysans de moudre les graines de céréales en l'utilisant comme manche pour tourner les meules. Il est muni d'une poignée latérale au tiers de sa longueur et mesure 50 cm. Pour obtenir une bonne maîtrise technique et une certaine dextérité, sa pratique demande beaucoup de souplesse, de force et d'agilité dans les doigts et les poignets. L'utilisation de cette arme repose sur le mariage de la souplesse et de la force afin de doser l'intensité lors de son utilisation aussi bien en impacts reçus que donnés. Il s'utilise par paire pour donner un maximum d'efficacité.

Cau-Liem : La serpe connue sous le nom japonais kama.

Yen Dao : Le couteau.

Ma-Dao : La machette.

Con Cau : Les crochets du tigre

  • Articulées :

Long gian : Cette arme très connue sous le nom de nunchaku (nom japonais) était à l'origine un fléau en bois qui servait à piler le riz et le blé. Sa notoriété est intervenue au travers des nombreux films d'arts martiaux tels que ceux de Bruce Lee.

Tam thiet gian : Le tri-bâton encore appelé fléau à 3 branches ou nunchaku à 3 branches est une arme délicate à manier. Beaucoup plus long que le long gian son utilisation est propice au combat face aux armes de longue portée.

Cuu Khuc : La chaîne est divisée en plusieurs sections en métal (7, 9, appelée dans ce cas "Nhuyên Tiên", ou 13) reliées entre elles par des anneaux. C'est une arme souple redoutable pouvant être utilisée par paire pour fouetter ou percer un adversaire. Un morceau de tissu est souvent attaché au bout de celle-ci améliorant l'aspect visuel, son contrôle et réduisant les risques pour le pratiquant de se blesser. La chaîne demande, tout comme le tri-bâton, une grande maîtrise (Et ne peut être étudiée qu'après validation du grade de ce dernier.)


Les armes militaires :

Thuong : La lance est en rotin souple comme le bâton long et la pointe ne doit pas dépasser la hauteur des yeux. Cette arme très dangereuse associée à l'élément Feu, était l’arme de base du fantassin. Tout comme le cuu khuc, un morceau de tissu peut être fixé à la pointe pour perturber l'adversaire.

Dai Dao : La guisarme est une arme utilisée pour le combat rapproché. En raison de son poids important, elle demande une forte assise au sol pour celui qui la manie. De ce fait l'énergie cinétique, lorsqu'on la manie, est très importante et en fait une arme très puissante, capable de tailler, percer et arracher les armures. Cette arme était utilisée par l'infanterie, permettant ainsi d’arrêter une charge de cavaliers en plantant le dai dao dans le sol face à l'ennemi. Un autre maniement était de couper les jarrets des chevaux à l'aide du crochet dont elle est munie, toujours, à distance ou encore de désarçonner les cavaliers en l'employant tel un hameçon au niveau des jointures de leurs armures.

Guom : Le sabre long était une arme d’officier au maniement difficile. Sa pratique nécessitait un entraînement rigoureux. C'est pourquoi aujourd'hui cette arme garde toute sa noblesse et fascine encore le pratiquant.

Doan-Guom : Le sabre court.

Song dao : Les sabres papillons utilisent des techniques très amples, généralement symétriques pour trancher ou faire saigner l’adversaire. La longueur de la lame doit permettre la protection de l'avant bras tout entier. La garde est destinée à protéger la main, à dévier ou a bloquer une attaque de sabre et permettait d'en casser la lame. C'est donc un exercice réclamant une parfaite coordination technique des membres supérieurs ainsi qu'un total équilibre du corps tout entier.

Quat (ou "Phong Phiên") : C'est une arme blanche japonaise formée d'un éventail, dont les pales sont faites en métal, de façon à pouvoir rapidement, et discrètement, tuer un adversaire. Sur le plan historique, le quat a commencé à exister lorsque les Européens ont amené au Japon des éventails. Les Japonais se sont inspirés de cette forme dépliable de l'éventail qu'eux ne connaissaient pas, pour en faire une arme digne des légendes populaires. Pendant le Moyen Âge au Japon, le chef de guerre (le shôgun) portait un "gunsen" (littéralement "éventail de guerre") : ce type d'éventail avait une monture forgée en acier et servait à la fois de signe de ralliement et de direction des troupes (brandi ouvert), et à la fois de garde et de protection (une fois fermé) lors d'un combat au sabre. Le quat, de forme plus européenne, était plutôt réservé aux femmes, qu'elles avaient toujours à portée de main, et qu'elles apprenaient à manier dès leur plus jeune âge. Le quat était utilisé à la fois comme arme défensive dans les palais qui interdisaient souvent le port d'un sabre ou d'un couteau.

Kiem : L'épée.

Ma Dao : Le sabre chinois

La tenue au Qwan Ki Do

La tenue s'appelle le Vo Phuc. Elle a été conçue par Maître Pham Xuân Tong, créateur du Qwan Ki Do, et reflète la tenue traditionnelle vietnamienne (AO Thày Dô).

Elle se compose :

- d’une veste et d’un pantalon noirs (Vo Phuc)

- d’une ceinture différente selon les grades (Daî)

- de l' écusson officiel du QWAN KI DO (appelé Phu Hiêu Quan Khi Dao), cousu sur le côté gauche du Vo Phuc au niveau du cœur.

- de l'écusson de son club, cousu sur la manche droite, à peu près au même niveau que que l'écusson officiel du QWAN KI DO.

 

 

 

 


Vo Phuc Qwan Ki Do.jpg

Lexique non-exhaustif

  • LES CHIFFRES:
  • Mot : un
  • Hai : deux
  • Ba : trois
  • Bon : quatre
  • Nam : cinq
  • Sau : six
  • Bay : sept
  • Tam : huit
  • Chin : neuf
  • Muoi : dix

 

  • 16 POSITIONS DE BASES (Bo Phap):
  • Lap Tan : posture debout
  • Am Duong Tan : posture des polarités
  • Hac Tan: posture de la grue
  • Trao Ma Tan  : sabot de cheval
  • Lien Hoa Tan: posture de lotus
  • Toa Tan : posture assise
  • Xa Tan : posture de serpent
  • Trung Binh Tan : posture moyenne
  • Ho diep Tan : posture du papillon
  • Dinh Tan  : posture de la lettre (dinh)
  • Quy Tan: posture genou à terre
  • Nhi Tan: posture de la lettre (Nhi)
  • Kiem Ma Tan : maintenir le cheval entre les genoux
  • Mieu ou Tieu Tan: posture du chat

 

  • Thoi Son : poids pesant d'une montagne
  • Di Son : transfert du poids pesant d'une montagne
  • Thoi Son Ban Ha : poids pesant d'une montagne, s'écrasant vers le bas.
  • Ban Ha Hoanh Cong : puissante rotation d'une masse au sol
  • Thoi Son Kim Bao : patte de panthère jaune en action

ou La Han Phan Quyen : bras plié d'un arrhat bouddhique (idem kim bao)

  • Thoi Son Khac Thu : briser le bras de l'adversaire en contre attaque de poing
  • Thoi Son Ta Chi: déplier puis relâcher une branche
  • Phach Khong Ta Chi : fouetter avec une branche
  • Thoi Son Huu Duc : l'oiseau qui dissimule son aile
  • Thoi Son Thuy Dê : le poing qui brasse l'eau glaciale
  • Thoi Son Diem Thuy : le poing qui fouette la surface de l'eau
  • Thoi Son Cu Boi : frappe de poing semblable au levé le verre
  • Thoi Son Ung Trao : les serres de l'aigle qui remonte.
  • Thoi Son Con Cau
  • Am Duong Hoành Phong : revers circulaires à l'arrière en polarités

 

  • Cuong Dao Tram Xà : trancher la tête d'un reptile
  • Cuong Dao Tram Thach : tranchant qui brise le marbre
  • Cuong Dao Phat Môc: tranchant qui coupe le bois
  • Song Dao Phat Thao: double tranchant coupant l'herbe

 

  • SERIE DES 9 PAUMES DE MAINS, Hung Chuong :
  • Manh Công Dôc Chuong : puissante et solide paume de main
  • Song Long Thân Chuong : double paumes comme deux dragons côte à côte

 

  • LES 9 EXTREMITES DE DOIGTS, Thu Chi
  • Tu Chi Liêu Diêp : pique des quatre doigts unis, paume vers le bas, comme une feuille
  • Tu Chi Vuong Hâu : pique des quatre doigts unis, paume vers le bas

 

  • SERIE DES 13 SAISIES DE MAINS ET GRIFFES, Trao :
  • Hô Trao Tâm Thâu : griffes du tigre qui arrachent et saisissent
  • Manh Hô Xuât Dông : tigre sauvage qui sort de la grotte

 

  • Phuong Duc Loan Dai : l'aile du phénix qui se dresse vers l'avant
  • Phuong Duc Bat Phong : l'aile de phénix brasse l'air vers l'avant

 

  • Truc Cuoc : coups de pied frontal
  • Hoành Cuoc : coups de pied circulaire
  • Dao Son Cuoc : coups de pied de l'intérieur vers l'extérieur
  • Hâu Cuoc : coups de pied en arrière (coup de pied du singe)
  • Tao Phong Cuoc : coups de pied de l'extérieur vers l'intérieur
  • Thang Thiên Truc Cuoc : coups de pied frontal sauté
  • Long Thang Cuoc : coups de pied du talon à la mâchoire
  • Bàn Long Cuoc : coups de pied latéral direct
  • Song Cuoc : coups de pied latéral en avançant
  • Phin Truc Cuoc
  • Thang Thiên Bàn Long Cuoc: coups de pied latéral sauté

 

  • TECHNIQUES DE GENOU, Bô Dôi Dôc :

ou Doî Doc Truc Cuoc

  • Dôi Dôc Hoành Xa : roue en position latérale tournante - coup de genou latéral circulaire
  • Dôi Dôc Tao Phong : balayage du vent - coup de genou de l'extérieur à l'intérieur
  • Dôi Dôc Dao Song : contourner la montagne - coup de genou de l'intérieur à l'extérieur.

 

 

Portail arts martiaux et sports de combat Portail arts martiaux et sports de combat

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 21:10

Filmographie

 

 

 

 

 

 


Années 1970

Années 1980

 

 

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 20:43

Coluche

 

 

 

 

 

 



Coluche

Nom de naissance Michel Gérard Joseph Colucci
Surnom Coluche
Naissance 28 octobre 1944
14e arrondissement de Paris
Drapeau de France France
Décès 19 juin 1986 (à 41 ans)
Opio, Alpes-Maritimes
Drapeau de France France
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession humoriste, acteur
Distinctions César du meilleur acteur
Recordman du monde du kilomètre lancé moto sur piste1
Conjoint Véronique Kantor (1975 - 1981),
Fred Romano (1981 - 1986)
Enfant Romain, né le 29 juillet (1972) et Marius, né le 16 octobre (1976)

Compléments

 

 

 

 

 

 

 

Coluche, né Michel Gérard Joseph Colucci le 28 octobre 1944 dans le 14e arrondissement de Paris et mort le 19 juin 1986 à Opio (Alpes-Maritimes), est un humoriste et comédien français.

Fils de Honorio Colucci (originaire d'un petit village italien de la région de Frosinone, Casalvieri) et de Simone Bouyer, il adopte le pseudonyme « Coluche » à l'âge de 26 ans, au tout début de sa carrière.

Revendiquant sa grossièreté mais, selon lui-même, « sans jamais tomber dans la vulgarité », l'humoriste donne très tôt un style nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression, au music-hall, en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. En 1974, il devient célèbre en parodiant un jeu télévisé : Le Schmilblick (sketch).

Avant 1976, il occupe des rôles de second plan au cinéma avant de camper des personnages plus centraux puis de tenir le haut de l'affiche durant les années 1980, essentiellement pour des comédies. En 1984, il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans Tchao pantin.

Tour à tour provocateur ou agitateur par ses prises de position sociales, il se présente à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer2.

Devenu très populaire et apprécié des médias, il fonde en 1985 l'association Les Restos du Cœur, relais d'aide aux plus pauvres, quelques mois avant de mourir, à moto, dans un accident de la circulation.

 

Biographie

Jeunesse

Montrouge

Michel, Gérard, Joseph Colucci naît le 28 octobre 1944, dans un hôpital du XIVe arrondissement de Paris. Sa mère, Simone Bouyer dite Monette, est employée chez le fleuriste Baumann, boulevard du Montparnasse. Son père, Honorio Colucci, originaire de la région du Latium en ItalieN 1, est peintre en bâtiment. Ce dernier décède en 1947 à 31 ans d'une poliomyélite et son épouse doit élever seule ses deux enfants. Délaissés par la belle-famille (à l’exception notable de Maria, la mère d’Honorio qui passe encore les voir)3, Monette, Michel et Danièle, laquelle a un an et demi de plus que son frère, vivent ensemble dans une pièce et une cuisine. Bien qu’elle renonce à son métier de fleuriste pour élever ses enfants, Monette retrouve quelques petits emplois qu’elle doit parfois cumuler pour obtenir un salaire de misère4. Souffrant d’une grave scoliose, elle doit suivre des traitements à Berck lors d'un été où elle emmène ses enfants. Malgré toutes ces difficultés, elle garde espoir en l’avenir et adopte le mode de vie des classes sociales plus aisées, veillant à ce que ses enfants soient « bien mis » (correctement vêtus)4. Michel n’apprécie pas cette fracture entre la réalité et les aspirations de sa mère; et à propos de ses vêtements qui tranchent avec ceux des autres enfants du quartier, il lui reprochera de l’habiller comme une filleN 2.

Loin des rêves maternels, Michel choisit Montrouge (banlieue sud de Paris) où il traîne avec ses copains. Le travail scolaire ne le passionne pas et il fait rire ses camarades de classe, en tenant tête à l’instituteurN 3. Son parcours scolaire s’arrête au Certificat d'études primaires qu'il rate volontairement en juin 1958 : ayant fait une seule faute à la dictée le matin et ainsi avoir selon lui fait ses preuvesN 4, il ne juge pas utile d’y retourner l’après-midi4. Quand il n’est pas à l’école, il traîne avec ses copains de la « bande Solo », du nom de la cité : « la Solidarité ». Accompagné généralement de Bouboule (Alain ChevestrierN 5), il cumule les petits larcins et aura régulièrement affaire à la police. Tous deux vont même jusqu’à s’essayer à des méfaits plus graves comme l’agression physique ; mais en tentant de dérober le sac d’une vieille dame ils se font tirer dessus par un passant. Coluche, qui avait alors la quinzaine, mettra longtemps avant de relater cet épisode de sa vie dont il a honte4.

Ce comportement exaspère Monette qui s’interroge de plus en plus vivement sur l’avenir de son fils. Il s'essaie alors à de petits boulots, qu'il n'arrive pas à garder bien longtemps. Ainsi, il est tour à tour télégraphiste, céramiste, garçon de café, livreur, apprenti-photographe, sous-préparateur en pharmacie, photostoppeur, aide-pompiste, assistant de marchand de fruits et légumes ou encore fleuriste4. Durant cette période, il s'intéresse à la musique. Comme beaucoup de jeunes de sa génération, il est fan de rock n'roll, des Beatles, de Johnny Hallyday, des Chaussettes Noires ou encore d’Elvis Presley. Toutefois, il voue également une profonde admiration pour Georges Brassens. Après de longues discussions avec Monette, il obtient enfin sa première guitare, dont il joue sans jamais avoir appris4.

Errances à Paris

 

 

 

220px-Vieilgril.jpg
magnify-clip.png
Le cabaret de la Vieille Grille à Paris.

 

 

 

 

 

Peu à peu, il s’éloigne de Montrouge, à la recherche d’une autre vie que celle que lui réserve cette cité. Il traîne dans Paris, s’intéressant sans suite au métier de comédien ou à l'univers des sports mécaniques, touchant un peu au bricolage. Puis il travaille quelque temps chez un fleuriste de l’île de la Cité. En 1964, il est incorporé dans le 60e régiment d'infanterie de Lons-le-Saunier où il fait de la prison pour insubordination. De retour à la vie civile, il travaille comme fleuriste avec sa mère, à la boutique qu'elle vient d'ouvrir à Paris, installée rue d’Aligre puis dans un local plus vaste près de la Gare de Lyon. Toutefois, il estime ce travail peu intéressant et le quitte brusquement, ce qui lui vaut de se brouiller provisoirement avec sa mère4.

À la fin des années 1960, il décide de se lancer dans la musique. Entre 1966 et 1967, il interprète certaines chansons de Boby Lapointe, Boris Vian, Georges Brassens, Léo Ferré ou encore Yves Montand, aux terrasses des cafés des quartiers de la Constrescarpe et de Saint-Michel. Il s’associe avec des musiciens rencontrés sur place, comme Xavier Thibault et Jacques Delaporte, futurs fondateurs du Grand Orchestre du Splendid ainsi que le guitariste et flûtiste Jean-Claude d'Agostini, dit « Le Bœuf » futur membre de la troupe « Le vrai chic parisien », avec lesquels il crée le groupe éphémère « Les Craignos Boboys ». Il se rapproche ensuite du monde des cabarets. Tout en assumant un travail de plongeur (dans la restauration), il se produit sur la scène du cabaret Chez Bernadette, dans le quartier de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris. Il y fait la connaissance de Georges Moustaki, lequel l'héberge et le soutient financièrement. Toujours à Paris, il se produit dans d'autres cabarets : La Galerie 55, rue de Seine, Le Port du Salut, rue Saint-Jacques ou La Vieille Grille, rue du Puits-de-l'Ermite. Il travaille ensuite au cabaret La Méthode, rue Descartes, comme barman et régisseur. Il y rencontre France Pellet et son frère, Alain Pellet avec lesquels il se produit sous le nom : « Les Tournesols ». Il y rencontre également Romain Bouteille, qu'il va présenter toute sa vie comme son modèle4,N 6.

 

 

 

Débuts d'humoriste

 

 

 

Café de la Gare

 

 

 

Article détaillé : Café de la Gare.

 

 

 

170px-Caf%C3%A9_de_la_Gare_Paris.jpg
magnify-clip.png
Le Café de la gare à son adresse actuelle, en 2013.

 

 

 

 

 

Avec Romain Bouteille, il est présent dès l'origine du Café de la Gare, inauguré officiellement le 12 juin 1969. Ce lieu symbole du café-théâtre réunit une bande de jeunes comédiens d'horizons différents, dont beaucoup deviendront célèbres, tels que Patrick Dewaere, Henri Guybet, Miou-Miou, Martin Lamotte... Parmi les parrains du Café de la Gare on compte également Georges Moustaki, Raymond Devos, Jean Ferrat, Jacques Brel, Leni Escudero, Pierre Perret, Jean Yanne et l'équipe de la revue Hara-Kiri. Plus tard, Gérard Lanvin, Renaud Séchan, Rufus, Diane Kurys, Coline Serreau, Anémone, Gérard Depardieu, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko ou encore Gérard Jugnot rejoignent la nouvelle troupe ou viennent commettre une collaboration ponctuelle. Selon Romain Bouteille, ses problèmes d'alcool le rendent exécrable voire violentN 7. Lors de la préparation de la pièce Des boulons dans mon yaourt au Café de la Gare en 1970, une bagarre l'oppose ainsi à Bouteille et à son ami Patrick Dewaere. Il va jusqu'à brandir un tesson de bouteille et menacer l'entourage; Dewaere parvient à le contenir mais il se voit dès lors contraint de quitter la troupeN 8.

Télévision

En octobre 1971, Jacques Martin le recommande à Georges Folgoas, producteur de Midi magazine, pour faire équipe avec Danièle Gilbert, sur la première chaîne de l'ORTF. L'expérience ne dure que cinq jours.

Premiers rôles

Durant la fin des années 1960 et le début des années 1970, il est engagé sur plusieurs tournages de séries télévisées françaises de l'ORTF (Madame êtes-vous libre ? avec Denise Fabre puis La Cloche tibétaine avec Philippe Léotard). Au cours de cette période, à l'instar de ses collègues de café-théâtre, il apparaît dans des spots publicitaires à la radio et à la télévision. En 1970, il campe un petit rôle dans son premier long-métrage, Le Pistonné de Claude Berri dont il devait camper le premier rôle dévolu finalement à Guy BedosN 9.

Le Vrai Chic parisien

Article détaillé : Le Vrai Chic parisien.

En novembre 1971, il fonde une autre troupe, Au vrai chic parisien - Théâtre vulgaire, puis Le vrai chic parisien. Le premier spectacle s'intitule Thérèse est triste, avec une affiche réalisée par son ami Jean-Marc Reiser.

Il rencontre à cette période sa future épouse Véronique Kantor, alors étudiante de « bonne famille » qui se destine au journalisme. Il l'épousera le 16 octobre 1975. Ils ont deux garçons, prénommés Romain en 1972 et Marius en 1976.

Toujours à cause de son comportement et de ses addictions, il quitte sa troupe une nouvelle fois et se lance dans une carrière solo.

Le succès

Carrière solo

Son premier sketch, C'est l'histoire d'un mec, tourne en dérision la difficulté de raconter une histoire drôle. Ses sketches suivants lui valent rapidement un succès populaire qui ne se démentira plus : « Il inventait pour les années 1970 une image de pauvre urbain, bonne pâte mais à court d'idées, empêtré dans les mots, raciste faute de mieux, ballotté par la publicité et les jeux radiophoniques »5. Il revendique sa grossièreté : « Toujours grossier, jamais vulgaire »N 10.

Au printemps 1974, l'impresario et producteur Paul Lederman lui offre le théâtre La Bruyère pour y prolonger Thérèse est triste, mais c'est un fiasco. Il devient alors son propre impresario, Claude Martinez devenant son associé.

Du 15 février au 2 mars 1974, il se produit à L'Olympia dans le spectacle Mes adieux au music-hall. C'est dans ce spectacle qu'apparaissent sa célèbre salopette à rayures bleues et son tee-shirt jaune. Il y met en scène ses personnages favoris, des beaufs grossiers, incapables de s'exprimer correctement, haineux. Le 10 mars 1974, il signe le contrat d'un premier disque : l'album des Adieux.

Comme humoriste, Coluche apparaît pour la première fois à la télévision le 19 mai 1974, lorsque Guy Lux diffuse L'histoire d'un mec, juste avant l'allocution du perdant de l'élection présidentielle, François Mitterrand, en retard6.

Article détaillé : Le Schmilblick (sketch).

En 1975, il est en tournée à travers la France, lorsque toutes les radios diffusent son pastiche du jeu télévisé de Guy Lux, le SchmilblickN 11. Dans ce sketch apparaît un futur personnage célèbre de l'humoriste : Papy Mougeot.

En 1976, il remonte la pièce Ginette Lacaze à l'Élysée Montmartre avec les comédiens du Splendid, auxquels il a offert des mobylettes pour leurs déplacements entre deux scènes parisiennes ou les tournages.

En 1977, il réalise le film Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine, dans lequel il campe le rôle principal, le roi Gros Pif. Ce sera sa seule expérience en tant que réalisateur.

En plus de sa carrière de comique au théâtre, il joue à cette époque dans plusieurs comédies à succès au cinéma, dont L'Aile ou la Cuisse en 1976 avec Louis de Funès, Claude Gensac et Marcel Dalio sous la direction de Claude Zidi et la production de Christian Fechner.

La radio

Du 24 avril 1978 au 24 juin 1979, il co-anime avec Robert Willar et Gérard Lanvin l'émission On n'est pas là pour se faire engueuler sur Europe 1 (de 15h30-17h), mais son ton provocateur le fait renvoyer. Il triomphe dans le même temps tous les soirs au Gymnase.

Engagé de nouveau, il passe en janvier 1980 à RMC (de 12h-13h) où il se fait également renvoyer après seulement quinze jours (il est parti sans demander un seul centime sauf pour l'équipe qui a travaillé pour lui ainsi que pour son copain Romain Goupil), après avoir pris l'antenne par un : « Bonjour, nous sommes en direct du rocher aux putesN 12. »

Après sa période d'interdiction d'antenne sur l'ensemble des radios et TV françaises, Coluche profite de la libéralisation de la bande FM. Il participe au lancement de la station RFM fondée par le journaliste Patrick Meyer en juin 1981. Alors que sa concurrente NRJ n'existe pas encore, cette station qui a de gros moyens de diffusion, dérange le pouvoir et sera brouillée (à partir du 5 novembre 1981) durant plusieurs années (423 jours). Coluche y restera (à l'antenne) pendant trois mois (du 25 octobre au 10 décembre 1981). Pour finir, il ira d'ailleurs protester contre ce brouillage, déguisé en père noël en se rendant le 24 décembre 1981 au ministère de la Communication, remettant au ministre de cette époque Georges Fillioud une pétition de 600 000 personnes de soutien à RFM.

 

 

La politique et les déboires

 

 

 

Élection présidentielle

 

 

 

220px-Votez_Coluche.jpg
magnify-clip.png
Petite voiture promotionnelle durant sa campagne publicitaire.

 

 

 

 

 

En son temps, Coluche n'est pas le premier humoriste à se présenter à des élections présidentielles. En 1965, Pierre Dac, artiste que Coluche admirait, s'est porté candidat mais a dû renoncer, sous la pression de l'Élysée (Général de Gaulle)7.

Le 30 octobre 1980, Coluche organise une conférence de presse où il annonce son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 1981, avec des slogans tels que « Avant moi, la France était coupée en deux. Maintenant elle sera pliée en quatre » ou encore « Coluche, le seul candidat qui n'a pas de raison de mentir ».

Certains y voient une blague, pourtant un sondage le crédite de 16 % d'intentions de vote et il est soutenu par des intellectuels tels que Pierre Bourdieu, Félix Guattari et Gilles Deleuze8. Cette candidature inquiète les équipes de campagne des principaux candidats « de tous bords » comme le déclare l'humoriste lui-même quelques années plus tard. Parmi ceux-là, François Mitterrand y voit une menace potentielle ; il charge deux responsables du Parti socialiste, Jean Glavany et Gérard Colé (Voir Jacques Pilhan) de dissuader Coluche de maintenir sa candidature9.

Un candidat « anti-Coluche » annonce également son intention de participer aux élections mais ni l'un ni l'autre ne vont jusqu'au bout du processus. Suite aux pressions et à l'assassinat de son régisseur René GorlinN 13, Coluche annonce qu'il se retire, le 16 mars 1981. Après l'élection de François Mitterrand, il animera durant 1h régulièrement, en soirée et à partir d'octobre 1981, pendant trois mois; une émission de radio "l'humour continue pendant les travaux" sur la station locale parisienne RFM créée et dirigée par Patrick Meyer.

Période noire

Son divorce est prononcé le 3 décembre 1981. Lors d'une édition spéciale, il pose en photo pour le magazine satirique Hara-kiri avec une carabine 22 Long Rifle qu'il offre ensuite à son meilleur ami, Patrick Dewaere. Durant cette période d'errance, il vit en Guadeloupe où il s'adonne à sa passion : fabriquer des chaussures. Il invite Elsa (Élisabeth Malvina ChalierN 14), l'épouse de Patrick Dewaere, à le rejoindre sur l'île. Celle-ci quitte alors son mari pour rejoindre Coluche.

Durant la même période, Coluche devait tourner, sur l'insistance de Bertrand Blier, le film La Femme de mon pote avec Patrick Dewaere et Miou-MiouN 15. Le scénario s'inspire sensiblement de faits réels et de l'intimité qui unit ces trois acteurs.

Le 16 juillet 1982, Patrick Dewaere, profondément meurtri après le départ de sa compagne et de sa fille Lola, se suicide en se tirant une balle dans la tête avec la carabine que Coluche lui a offerte10. Coluche sombre de plus en plus dans la dépression, l'alcool et la drogueN 16.

Après le suicide de Patrick Dewaere, Miou-Miou refuse d'assumer le premier rôle féminin du film de Bertrand Blier. Le climat doux-amer du film que Coluche tourne finalement en compagnie d'Isabelle Huppert et de Thierry Lhermitte, laisse transparaître un certain changement dans le style de jeu de Coluche, préfigurant le rôle dramatique de Tchao Pantin.

Cette triste période se clôturera avant qu'il ne se reprenne avec la douloureuse mort de son autre ami Jean-Marc Reiser.

Retour sur le devant de la scène

Tchao Pantin et les Enfoirés

En tant qu'acteur, la consécration vient avec le film Tchao Pantin (1983) de Claude Berri dans lequel il joue le rôle dramatique d'un pompiste meurtri par un passé personnel douloureux, confronté à l'alcool et à la drogue, pas si différent de la vie que mène alors Coluche, lui-même. Il obtient le César du meilleur acteur en 1984.

Avant ce succès, d'autres interprétations lui assurent sa notoriété auprès d'un large public : en 1982 il joue le rôle de « Ben Hur Marcel » dans une comédie satirique de Jean Yanne intitulée Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ avec Michel Serrault. Il joue également dans le film Banzaï marquant sa troisième collaboration avec Claude Zidi. En 1984, il tient le rôle principal de La Vengeance du serpent à plumes de Gérard Oury et en 1985, dans Le Fou de guerre.

Au-delà de son métier d'humoriste, Coluche veut incarner un agitateur d’idées. Durant les années 1980, il participe plusieurs fois à l'émission débat de Michel Polac, Droit de réponse11, dont l'une d'entre elles (celle du 18 juin 1983) lui sera entièrement consacrée et durant laquelle il mime son propre suicide par arme à feu, suite à l'accueil hostile qui lui est fait par certains invités de l'émission12.

Après plusieurs années d'errance entre l'élection de Mitterrand (le 10 mai 1981) et les premières années du septennat (au 15 septembre 1984), Coluche tente de revenir à une certaine stabilité et revient habiter son domicile parisien, le 16 septembre 1984, dans sa maison rue Gazan. Ayant été témoin des évènements populaires comme la marche des beurs et « Convergence 84 », il participe le 15 octobre 1984 avec Harlem Désir, à la création de SOS Racisme.

En mars 1985, il s'engage également durant quatre mois, contre la famine en Éthiopie en interprétant avec d'autres artistes, la chanson SOS Éthiopie organisée par l'association Chanteurs sans frontières avec des chanteurs français célèbres des années 1980 (Daniel Balavoine, Jean-Jacques Goldman...).

Le 15 juin 1985, il participe et co-anime avec Guy Bedos, le concert de SOS Racisme de la place de la Concorde. De plus, il organise un gigantesque canular, le 25 septembre 1985 relayé par les médias français; le mariage de Coluche et de Thierry Le Luron, « pour le meilleur et pour le rire », parodiant le très coûteux et médiatique mariage d'Yves Mourousi à travers une vision revisitée et avant-gardiste du mariage homosexuel.

Comme beau-frère de René Metge, ayant retrouvé la santé et la forme il saisit l'opportunité de s'engager sur le Paris-Dakar, en raison de sa passion pour les sports mécaniques. Quelques mois plus tard, il bat le record du monde à moto de vitesse du kilomètre lancé sur piste, le 29 septembre 1985, atteignant 252,087 km/h sur le circuit de Nardo, au guidon de la Yamaha 750 OW 3113. Il prévoit alors de tenter à nouveau cette compétition pour améliorer son propre record du monde mais son accident mortel de juin 1986 ne le lui permettra pas.

En s'engageant de rester fidèle à la ponctualité de ses rendez-vous, il entame son retour à la radio. Du 8 juillet 1985 au 19 mars 1986 (de 11 h à 12 h 30 en juillet et de 16 h 30 à 18 h à partir du mois d'août), il anime l'émission « Y'en aura pour tout le monde » sur Europe 1 avec Maryse ainsi que Coluche 1 faux sur Canal+. En parallèle, un projet se dessine alors pour lui, celui des Restaurants du cœur.

Le 26 septembre 1985, il conçoit et lance le projet des Restos du Cœur sur Europe 1 en déclarant : « J'ai une petite idée comme ça, si des fois y a des marques qui m'entendent, je ferai un peu de pub tous les jours. Si y a des gens qui sont intéressés pour sponsorer une cantine gratuite qu'on pourrait commencer par faire à Paris ». La première campagne se déroule du 14 décembre 1985 avec l'ouverture du premier resto, jusqu'au 21 mars 1986, jour de la fermeture annuelle.

Pour préparer son nouveau spectacle (prévu pour la rentrée de septembre au Zénith de Paris), il s'établit sur la Côte d'Azur à proximité d'Opio (Alpes Maritimes). Il enregistre des maquettes abouties de plusieurs sketches sur une cassette audio (Les Hommes Politiques, Les Journalistes, L'Administration, Les Sportifs...) qu'il fait parvenir à son producteur, Paul Lederman. Ce spectacle devait en principe durer 40 jours (à partir 23 septembre). Il devait interpréter un chômeur en étant déguisé en Zorro. Sur l'affiche, était imprimé « Le nouveau spectacle de Coluche au Zénith », dont transcrit : « Y en aura pour tout le monde ». Une partie de ces sketches sera éditée ultérieurement ; on entend distinctement que les rires en fond ne sont pas ceux d'une grande salle à laquelle Coluche est alors habitué. Vingt ans après les faits, Fred Romano, sa compagne d'alors, déclare dans une interview que certains de ces enregistrements auraient disparu durant les semaines qui ont suivi l'accident14.

Mort

 

 

 

220px-Stele_Coluche_Opio.jpg
magnify-clip.png
Stèle commémorative près du lieu de l'accident.

 

 

 

220px-Tombe_Coluche%2C_Cimeti%C3%A8re_de
magnify-clip.png
Tombe de Coluche, cimetière de Montrouge.

 

 

 

 

 

Le 19 juin 1986, Coluche, accompagné de deux de ses amis, quitte Cannes à 16 h 15 pour rentrer à Opio sur une moto (Moto Honda 1100 VFC, siège rouge et carrosserie noire). Il trouve la mort sur le trajet entre ces deux localités à 16 h 35; soit à moins de quatre kilomètres de la villa qu'il a louée et qu'il doit quitter, d'après Philippe Boggio, le lendemain. Conformément aux résultats de l'enquête de gendarmerie et contrairement aux déclarations officielles du chauffeur du poids-lourd à l'origine de l'accident, si Coluche ne porte pas de casque (accroché au guidon) durant ce trajet, il roule à vitesse modérée ; soit, selon l'expertise, à environ 60 km/h au lieu des 90 km/h autorisés. Le camion lui coupe brusquement la route en effectuant une manœuvre (virage sec à gauche), sur la route de Grasse, Départementale 3 entre Valbonne et Châteauneuf-Grasse. Le drame survient en fin de ligne droite, au croisement route de Cannes et chemin du Piol à Opio. L'événement accidentel se produit durant environ cinq minutes, de 16 h 30 à 16 h 35, heure de la mort selon l'Agence France-Presse, sur une distance d'environ trois cents mètres. Pourtant motard expérimenté, l'humoriste ne peut rien faire, sinon braquer le guidon de sa moto pour l'éviter, espérant passer sous le camion mais il ne réussit pas cette manœuvre. Sa tête percute l'avant droit du véhicule, au niveau du phare. Le choc violent lui est fatal15.

Les circonstances entourant cet accident entraîneront plusieurs rumeurs et même la thèse d'un assassinat. Un ouvrage, publié en 2006, permet d'aborder les conditions dans lesquelles l'intervention de la gendarmerie locale et l'enquête policière ont été menées en 1986 : Coluche, l'accident de Jean Depusse et Antoine Casubolo.

Coluche est inhumé le mardi 24 juin 1986 à 10 h 30, au cimetière de Montrouge, dans le 14e arrondissement parisienN 17, près de la porte d'Orléans. De nombreuses personnalités de l'industrie du spectacle sont présentes à son enterrement. La cérémonie funéraire est célébrée par l'Abbé Pierre, lequel déclare alors : « Si vous entendez quelqu'un dire qu'il ne respectait rien, dites leur que ce n'est pas vrai ! Je suis témoin »16.

Sur le site de l'accident, un lieu de recueillement est aménagé et fait l'objet d'un rassemblement annuel de motards, au mois de juin. Le lieu est indiqué par une masure arborant une peinture murale de Coluche. La stèle se situe au Carrefour du Piol[réf. nécessaire], entre Opio et Valbonne. Elle est aussi régulièrement fleurie par des riverains et visiteurs.[réf. nécessaire]

Tour à tour dénigré, craint et admiré, Coluche est devenu le provocateur majeur des années 1980, osant combiner grossièreté et idées fortes. Chacune de ses apparitions télévisées et radiophoniques engendre un succès populaire. À la télévision comme à la radio, il lutte contre toutes les formes de censure, de langue de bois et défend l'ouverture des esprits et la démystification du racisme, de la politique, des médias, de la publicité ou encore du journalisme « à la française ». Sa créativité, sa maîtrise des médias et la pertinence des thèmes qu'il traite autant que son investissement personnel dans une cause humanitaire, survivent à Coluche. Il demeure encore aujourd'hui, un personnage majeur dans l'imaginaire populaire français.

Travail humanitaire

 

 

 

Article détaillé : Les Restos du Cœur.

 

 

 

170px-Restos_du_coeur_Logo.svg.png
magnify-clip.png
Coluche crée l'association humanitaire des Restos du Cœur en 1985.

 

 

 

 

 

Célèbre comme humoriste, il est également connu comme le fondateur des Restos du Cœur. Issu d'un milieu défavorisé (« Je ne suis pas un nouveau riche, je suis un ancien pauvre »), il a pris conscience de grosses défaillances en France, pour l'entraide envers les plus démunis; cette association étant conçue pour provisoirement pallier les carences. Cependant, l'histoire de la misère sociale de la France a rendu son initiative pérenne. Il est également à l'origine d'une loi dite « Loi Coluche », votée en 1988. Cette loi permet à un particulier ou à une entreprise qui souhaite faire un don à certains organismes d’aide aux personnes en difficulté, de déduire, dans une certaine limite, 75 % de la somme donnée de ses impôts.

Sa célèbre salopette bleue et blanche qu'il arbore depuis le début de sa carrière d'humoriste, provient du mouvement Emmaüs. Devenu célèbre, il « renvoie l'ascenseur » à l'association humanitaire, en remettant un chèque d'un montant élevé, solde des dons réunis pour les Restos du cœur17 à son fondateur, l’Abbé Pierre.

Film

 

 

 

Article détaillé : Coluche, l'histoire d'un mec.

 

 

 

 

 

Le 15 octobre 2008, Coluche, l'histoire d'un mec, un film réalisé par Antoine de Caunes et portant sur les événements autour de la candidature de Coluche lors de l'élection présidentielle française de 1981 sort en salle. François-Xavier Demaison en est l'acteur principal. Le film est vu par 540 005 spectateurs en France18.

Hommages

Émissions de télévision

Musique

 

 

 

170px-Renaud-Detail.jpg
magnify-clip.png
Renaud, ami depuis 1969, rendra hommage à Coluche, dans la chanson « Putain de camion ».

 

 

 

  • De son vivant, clin d'œil à Coluche dans la chanson Si j'étais Président (1980) de Gérard Lenorman; « Coluche, notre ministre de la rigolade, imposerait des manèges, sur toutes les esplanades... »
  • Quelques jours à peine après sa mort, le chanteur Renaud, ami proche (Coluche est aussi le parrain de sa fille Lolita), lui dédie la chanson « Putain de camion ». un album du même nom sort deux ans plus tard. Quelques années auparavant et signé sous son patronyme Michel Colucci, il compose pour Renaud, le titre « Soleil immonde », paru sur l'album le retour de Gérard Lambert sorti en 1981. Renaud cite également son ami artiste dans la chanson Mon bistrot préféré.
  • Jean-Luc Lahaye lui rend hommage dans le titre « J' t'aime quand même (Tchao Coluche) », face B du 45 tours « Il faudrait que tu reviennes » toutes deux extraites de l'album « Flagrant délit tendresse ».
  • Colucci (1997) de Carlos
  • Le groupe de heavy metal français Vulcain signe la chanson jeudi 19 juin en souvenir du jour de sa mort.
  • Soprano dans sa chanson Hiro lui rend hommage en affirmant vouloir « remonter le temps pour crever les pneus de sa moto ».
  • Le chanteur de punk français Gogol Premier signe la chanson « Mais qui va nous faire marrer » quelques semaines après la mort de Coluche. Gogol Premier apparaît par ailleurs, dans le film Tchao Pantin de Claude Berri.
  • Les VRP font allusion à Coluche dans leur chanson Mardi Gras :

- "Vivement mardi gras, (...) avec un faux Coluche qui essaye de vous faire marrer (...) - "C’est l’histoire d’un mec…"

  • Les Wriggles parlent de la mort de Coluche dans leur chanson Le complot :

- "Vous croyez que Coluche est mort bêtement écrasé par un camion ?"

- "Cache tes courses maman quand tu reviens de chez Coluche"

- "T'espères au moins que sur le refrain c'est toi qui tiens Coluche par la main"

Odonymes

 

 

 

220px-20080912-0017_Paris_Place_Coluche.
magnify-clip.png
La place Coluche à Paris.

 

 

 

 

 

 

Noms d'établissements

 

 

 

220px-Rennes_-_parc_du_Thabor_-_rosier_C
magnify-clip.png
Le rosier Coluche.

 

 

 

Monuments

  • Une statue de Coluche au Vigan, dans le Gard, installée dans un parc du centre ville29.
  • Plaque commémorative sur la route d'Opio30.
  • Une statue, du sculpteur Guillaume Werle, représentant sa célèbre salopette est inaugurée le mardi 14 juin 2011 à Montrouge, place de la République.

Fleurs

 

 

 

  • Une rose est créée en son honneur. On peut la voir par exemple dans la roseraie du parc du Thabor, à Rennes.

     

     

     

170px-F%C3%AAte_des_Jonquilles_de_G%C3%A
magnify-clip.png
Multiples jonquilles représentant Coluche à la fête des jonquilles de Gerardmer en 2011.

 

 

 

Autre

L'astéroïde (170906) Coluche est nommé en son honneur.


Sketches

Liste non exhaustive31 :

  • 1974 : C'est l'histoire d'un mec
  • 1974 : Gugusse
  • 1974 : Je me marre
  • 1974 : La manifestation
  • 1974 : La procession télévisée
  • 1974 : Le CRS arabe
  • 1974 : Le match France-Angleterre
  • 1975 : J'suis l'andouille qui fait l'imbécile (chanson)
  • 1975 : J'y ai dit... viens (chanson canadienne) (chanson)
  • 1975 : Je suis un voyou (chanson)
  • 1975 : Je veux rester dans le noir (chanson)
  • 1975 : L'ancien combattant
  • 1975 : L'auto-stoppeur
  • 1975 : Le blouson noir
  • 1975 : Le flic
  • 1975 : Le schmilblick
  • 1975 : Mes adieux au music-hall
  • 1975 : Quand je serai grand (chanson)
  • 1975 : Quand je la vois (Quel émoi) (chanson)
  • 1975 : Tel père, tel fils (Gérard)
  • 1975 : The blues in Clermont-Ferrand (chanson)
  • 1976 : La gym
  • 1976 : Poème : noir !
  • 1976 : Le cancer du bras droit
  • 1977 : Et puis y’a la télé
  • 1977 : J'ai pas dit ça sur les sportifs
  • 1977 : Je suis bien content d'être en France
  • 1977 : La bagarre
  • 1977 : Le clochard analphabète (Le philosophe arabe)
  • 1977 : Les militaires
  • 1977 : Oh ! Que c'est beau (chanson)
  • 1977 : On n'a pas eu d'bol !
  • 1977 : Les français parlent aux...
  • 1977 : Moi ça va
  • 1977 : Mon papa
  • 1978 : Misère (chanson)
  • 1978 : On n'est pas là pour se faire engueuler (chanson)
  • 1978 : Qui perd, perd
  • 1978 : Stéphane Maréchal (chanson)
  • 1979 : Sois fainéant (ou conseils à un nourrisson) (chanson)
  • 1979 : La politique (En politique, on est 'achement balèze)
  • 1979 : La publicité
  • 1979 : Le permis de conduire
  • 1979 : Le syndicat : le délégué
  • 1979 : Le viol
  • 1979 : Les papes (Jean-Paul II et Jean Retiens I)
  • 1980 : Fâché avec tout le monde
  • 1980 : J'm'en fous
  • 1980 : L'étudiant
  • 1980 : Les hommes politiques[réf. nécessaire]
  • 1980 : Les vacances
  • 1980 : Revue de presse
  • 1980 : Si j'ai bien tout lu Freud
  • 1980 : Votez nul !
  • 1981 : J'tap' un doigt (chanson)
  • 1982 : La fanfare
  • 1982 : Trois-Quatre
  • 1982 : Un train peut en cacher un autre
  • 1986 : Jean-Marie
  • 1986 : L'administration
  • 1986 : La lettre à la secu
  • 1986 : La politesse
  • 1986 : La pute
  • 1986 : Le chômeur
  • 1986 : Les discours en disent long (ou silence on mange pour vous)
  • 1986 : Médecins sans diplôme
  • 1986 : P.C. C.G.T. Russie - Pologne
  • 1986 : Y s'foutent bien de notre gueule
  • Je n'sais plus
  • L'audition
  • La guitare enragée (chanson)
  • La informacion libre
  • La musique classique
  • Le Temps des cerises (chanson)
  • Les dinosaures
  • Les journalistes
  • Noël (chanson)
  • Oh ! Ginette (chanson)
  • Reviens va-t'en (chanson)
  • Un homme averti en vaut 2
  • Vous qui l'avez bien connu (chanson)

Discographie

  • Un CD parut en 1991 regroupant les meilleurs extraits de l'émission "l'humour continue pendant les travaux" de Coluche sur RFM.
  • L'intégrale de ses sketches est rééditée en 1996 dans un coffret de sept CD, sous le nom Coluche intégral. Le coffret prend la forme et le graphisme d'un carton de lessive.
  • Un coffret de trois DVD Coluche : Ses plus grands sketches, Tf1 Vidéo, 2002.
  • Un DVD regroupe les meilleurs moments de ses deux passages au Jeu de la vérité de Patrick Sabatier, Tf1 Vidéo, 2001.
  • Un coffret Vive la guerre regroupant les DVD Coluche 1 faux volumes 1 à 3 ainsi que les manuscrits originaux de l'opéra sur le thème de la guerre écrit en 1986 par Coluche mais jamais interprété en public, une série de photos rares de Coluche et les paroles des chansons de l'opéra, StudioCanal, 2011.

Ouvrages

Chansons

Auteur et coauteur

  • Avec Xavier Thibault :
    • J'y ai dit viens
    • J'suis l'andouille qui fait l'imbécile
    • Je suis un voyou
    • The blues in Clermont-Ferrand
    • Quand je serai grand
    • Je veux rester dans le noir
    • Oh ! Ginette
    • Noël
    • Reviens, va-t'en
  • Avec Patrick Olivier :
    • Sois fainéant (Ou conseil à un nourrisson)
    • Stéphane Maréchal
  • Avec Alain Pellet :

Interprète

  • Quand je serai grand j'veux être con (Michel Colucci / Xavier Thibault).
  • On n'est pas là pour se faire engueuler (de Boris Vian et J. Walter).
  • J'tape un doigt (d'Alcouff, D'Onorio et Pinzano).
  • La Chanson des Restos, écrite par Jean-Jacques Goldman (paroles et musique).
  • La salsa du démon (Coluche remplace durant une certaine période, le chanteur Jacques Delaporte, interprète de Belzébuth).

 

 

 

  • Portail du cinéma français Portail du cinéma français
  • Portail de l’humour Portail de l’humour
  • Portail de l’humanitaire Portail de l’humanitaire
  • Portail de la radio Portail de la radio
  • Portail de la télévision Portail de la télévision
  • Portail du théâtre Portail du théâtre
  • Portail de la musique Portail de la musique
  • Portail de la moto Portail de la moto
  • Portail de Paris Portail de Paris

 

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 20:20

Pescarolo 01

 

 

 

 

 

 



Pescarolo 01
Sora Racing Pescarolo 2009 1000km of Okayama (Race 2).jpg
La Pescarolo 01 du Sora Racing en Asian Le Mans Series 2009

Constructeur Drapeau : France Pescarolo
Années de production 2007-2012
Production 9 (fin 2010) exemplaires
Classe Sport-Prototype
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Judd GV5 V10
Judd XV675
Judd DB V8
Mazda MZR-R
Judd-BMW HK V8
Position du moteur Central arrière
Poids et performances
Poids 900 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosseries Barquette de course LMP1/LMP2
Châssis Monocoque Carbone
Chronologie des modèles
Précédent
Pescarolo C60
Pescarolo 03
Suivant

 

 

 

Le châssis no 1 du Pescarolo Sport en 2008.

 

 

 

Le châssis no 4 du Rollcentre Racing en 2008.

 

 

 

Le châssis no 6 du Saulnier Racing en 2008.

 

 

 

Le châssis no 8 du Pescarolo Sport en 2009.

 

 

 

Le Pescarolo 01 OAK Racing victorieuse en LMP2 à Zhuhai en 2010.

 

 

 

Le châssis no 8 du Pescarolo Team en 2011.

 

 

 

Les quatre Pescarolo 01 du OAK Racing au Mans en 2011.

 

 

 

La Morgan LMP2 du Conquest Racing en 2012.

 

 

 

 

 

La Pescarolo 01 est une barquette de course construite par Pescarolo pour prendre la suite de la Pescarolo C60 et concourir en catégorie Le Mans Prototype en Le Mans Series, American Le Mans Series et aux 24 Heures du Mans.

Issue des enseignements tirés des Courages C52, C60 et de la Pescarolo C60, qui était une profonde amélioration de la Courage C60, la Pescarolo P01 a été homologuée pour la saison 2007. Elle était équipée de la carrosserie spécifique des C60 du Pescarolo Sport. Cette carrosserie fut revue en 2009 par le bureau d'études Pescarolo puis en 2010 et 2011 par le OAK Racing, qui a racheté la partie constructeur de Pescarolo Sport après la faillite de l'écurie durant l'intersaison 2009-2010.

Jusqu'à présent, toujours équipés d'un moteur essence, la Pescarolo P01 reste en retrait face aux Turbo Diesel d'Audi et Peugeot, à cause d'un règlement trop deséquilibré. Mais à chaque amélioration aérodynamique de la voiture, celle-ci s'est retrouvé en tête des LMP1 essence. En 2009, la seule Pescarolo engagée en Le Mans Series par Pescarolo Sport a résisté à deux Lola-Aston Martin B09/60 et à deux Oreca 01 durant toute la saison pour s'offrir le titre de vice-champion pilotes, et constructeurs. Elle s'est aussi imposée face à la même concurrence en Asian Le Mans Series.

Afin de répondre à la nouvelle réglementation en vigueur pour la saison 2012, la Pescarolo 01 a fortement évolué côté technique durant l'intersaison, avec apparition d'un aileron de requin, d'ouvertures au-dessus des roues, et une nouvelle face avant similaire à celle des HPD 03.

Suite au rachat de l'activité constructeur de Pescarolo par OAK Racing, le développement des Pescarolo 01 a continué, que ce soit sur les LMP1 ou les LMP2. En 2012, suite à un partenariat entre OAK racing et Morgan, les Pescarolo 01 LMP2 se nomment Morgan LMP2.


Palmarès

Technique

Depuis le début, la Pescarolo 01 est associée à des moteurs Judd. Les premiers châssis ont accueilli le moteur Judd GV5 V10 déjà utilisé par la Pescarolo C60. Le Pescarolo Team est resté fidèle à ce moteur en 2011 en l'adaptant à la nouvelle réglementation.

En 2008, le Saulnier Racing a souhaité engager le nouveau châssis no 6 en catégorie LMP2 et a utilisé le nouveau moteur Judd DB V8. Toutefois, à l'occasion du changement de nom de l'écurie en OAK Racing et d'un accord de partenariat avec Mazda, le moteur 2009 devient le MZR-R.

En 2010, le OAK Racing revient au moteur Judd DB V8 dans la catégorie LMP2 mais le changement de réglementation de 2011 classe désormais ce moteur en catégorie LMP1. L'écurie engage alors deux voitures équipées de ce moteur en catégorie LMP1 dans l'Intercontinental Le Mans Cup et équipe deux autres voitures pour la catégorie LMP2 avec le moteur Judd-BMW HK V8 conçu pour la nouvelle réglementation de la catégorie.

En 2007, Kruse Motorsport utilisa aussi le moteur Judd XV675 développé initialement pour le Champ Car.

Châssis

Dans la liste des neuf châssis fabriqués, cinq sont actifs en 2011, quatre chez OAK Racing et un chez Pescarolo Team. C'est ce dernier qui a remporté la totalité des victoires en LMP1 de la voiture.

Le châssis no 1 est actuellement à la disposition du Pescarolo Team1 alors que les trois derniers ne sont plus actifs. Le châssis no 2 a été détruit en fin de saison 2007, le châssis no 3 était destiné à un projet de Lister qui n'a jamais abouti et le châssis no 4 n'est plus engagé depuis son rachat par le Mundill Racing2.

 

Année Équipe Moteur Championnat
1 2007-2010 Pescarolo Sport Judd GV5 V10 Le Mans Series / 24 Heures du Mans
2011 Pescarolo Team Judd GV5 V10 Aucun engagement
2 2007 Kruse Motorsport Judd XV675 Le Mans Series / 24 Heures du Mans
3 2007 Lister Racing
Aucun engagement
4 2007-2008 Rollcentre Racing Judd GV5 V10 Le Mans Series / 24 Heures du Mans
2009 Mundill Racing Judd GV5 V10 Aucun engagement
5 2007 Pescarolo Sport Judd GV5 V10 Le Mans Series / 24 Heures du Mans
2008 Saulnier Racing Judd GV5 V10 Le Mans Series / 24 Heures du Mans
2009 OAK Racing Mazda MZR-R Le Mans Series / 24 Heures du Mans / Asian Le Mans Series
2010-2011 OAK Racing Judd DB V8 Le Mans Series / 24 Heures du Mans / Intercontinental Le Mans Cup
6 2008 Saulnier Racing Judd DB V8 Le Mans Series / 24 Heures du Mans
2009 OAK Racing Mazda MZR-R Le Mans Series / 24 Heures du Mans
2010-2011 OAK Racing Judd DB V8 Le Mans Series / 24 Heures du Mans / Intercontinental Le Mans Cup
7 2008 Pescarolo Sport Judd GV5 V10 Le Mans Series / 24 Heures du Mans
2010-2011 OAK Racing Judd DB V8 Le Mans Series / 24 Heures du Mans / Intercontinental Le Mans Cup
8 2009-2010 Pescarolo Sport Judd GV5 V10 Le Mans Series / 24 Heures du Mans / Asian Le Mans Series
2011-2012 Pescarolo Team Judd GV5 V10 Le Mans Series / 24 Heures du Mans / Championnat du monde d'endurance FIA
9 2010 OAK Racing Judd DB V8 Le Mans Series / 24 Heures du Mans
2011 OAK Racing Judd-BMW HK V8

Le Mans Series / 24 Heures du Mans

 

 

 

 

 

 

  • Portail du sport automobile Portail du sport automobile
  • Portail de l’automobile Portail de l’automobile

 

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 23:20

Bassin de Cérès

 

 

 


Bassin de Cérès
Image illustrative de l'article Bassin de Cérès
Présentation
Période ou style classique
Type Bassin
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Localité Versailles
Coordonnées 48° 48′ 27″ Nord
       2° 07′ 02″ Est
  
 

Géolocalisation sur la carte : parc du château de Versailles

(Voir situation sur carte : parc du château de Versailles)
Bassin de Cérès

 

 

 

 

 

Le bassin de Cérès est un bassin des jardins de Versailles, appartenant à l'ensemble des bassins des Saisons : le bassin de Cérès, le bassin de Flore, le bassin de Bacchus, le bassin de Saturne.

Les Quatre Saisons sont représentées plusieurs fois en sculpture à Versailles. La Grande Commande regroupe un ensemble de sculptures commandées par Louis XIV en 1674 dans lequel figurent des statues des Saisons.

En 1672, est entreprise la construction des quatre bassins des Saisons : le Printemps, représenté par Flore, l’Été, sous les traits de Cérès, l’Automne, figuré par Bacchus, l’Hiver, personnifié par Saturne. Chaque bassin comprend en son centre une plate-forme ronde en plomb sur laquelle figure une statue, allégorie d’une saison, à l’origine entourée d’enfants et de ses attributs habituels. Les groupes d’enfants ont été déplacés dans la Salle des Festins. Les personnages centraux sont dorés et l’îlot central était auparavant entouré d’un cordon de pierre rappelant les attributs de chaque saison, mais ces éléments, jugés par la suite superflus, furent supprimés entre 1684 et 1686.

 

 

Localisation

 


Le bassin se trouve au croisement de l'Allée de l'Été et de l'allée de Cérès-et-de-Flore, au Nord du parterre de Latone.

 

Composition

 


Cérès.

 

 

 

 

Cérès, symbole de l’été et déesse romaine des moissons, est assise sur un lit de gerbes de blé, accompagné de bleuets et de roses. Le décor était auparavant complété par quatre motifs secondaires d’amours alternant avec des gerbes entrecroisées qui lançaient huit jets vers le ciel.

 

 

Histoire



Le Bassin de Cérès, carré, a été conçu entre 1672 et 1679 par Thomas Regnaudin, d’après un dessin de Charles Le Brun.

 

 

 

 

  • Portail des jardins Portail des jardins
  • Portail de la France du Grand Siècle Portail de la France du Grand Siècle
  • Portail du château de Versailles Portail du château de Versailles

 

 

 

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 23:13

Roseraie de Bamberg

 

 

 

 


Roseraie de Bamberg
Image illustrative de l'article Roseraie de Bamberg
Statue de Ferdinand Tietz
Géographie
Pays Drapeau d'Allemagne Allemagne
Ville Bamberg
Caractéristiques
Type Roseraie
Essences Rosiers
Gestion
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 31″ Nord
       10° 52′ 54″ Est
  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

 

 

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Roseraie de Bamberg

 

 

 

 

 

La roseraie de Bamberg (Rosengarten) est une roseraie située dans le jardin à la française derrière le palais, ou Nouvelle résidence, des princes-évêques de Bamberg en Franconie (Allemagne).

 

 

 

Panorama de la roseraie de Bamberg

Historique


Il y avait depuis le XVIe siècle un jardin Renaissance à cet emplacement. Le prince-évêque Frédéric-Charles de Schönborn-Buchheim fait aménager un jardin baroque en 1733 dans le goût français. Balthasar Neumann en dessine les plans. Johann Jakob Michael Küchel bâtit un pavillon rococo et Ferdinand Tietz sculpte des statues à thème mythologique. Plus de 4 500 rosiers ornent le jardin.

Une inscription en grec et en allemand, qui se trouve sur le mur d'une arcade aveugle, rappelle le souvenir du roi Othon Ier de Grèce et de son épouse qui visitèrent la roseraie.

 

 

 

  • Portail du XVIIIe siècle Portail du XVIIIe siècle
  • Portail des jardins Portail des jardins
  • Portail de la Bavière Portail de la Bavière

 

 

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 10:34

Howie Morenz

Howie Morenz

Photo de Howie Morenz qui pose dans la tenue des Canadiens de Montréal.

Morenz avec le maillot des Canadiens de Montréal en 1936

Surnom(s) Météore Mitchell1
L’éclair de Strafford2
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 21 septembre 1902,
Mitchell (Canada)
Mort le 8 mars 1937,
Montréal (Canada)
Taille 1,75 m (5 9)
Poids 75 kg (165 lb)
Joueur décédé
Position Centre
Tirait de la gauche
A joué pour Canadiens de Montréal (LNH)
Black Hawks de Chicago (LNH)
Rangers de New York (LNH)
Carrière pro. 19231937

 

 

Temple de la renommée 1945

 

 

 

 

 

 

 

Howarth William Morenz (dit « Howie ») aussi surnommé le météore Mitchell (né le 21 septembre 1902 à Mitchell en Ontario au Canada et décédé le 8 mars 1937 à Montréal au Québec) est un joueur professionnel de hockey sur glace canadien de la Ligue nationale de hockey. Il joue quatorze saisons dans la LNH : pour les Canadiens de Montréal de 1923 à 1934 puis pour les Black Hawks de Chicago, les Rangers de New York et à nouveau pour Montréal pour sa dernière saison professionnelle en 19371. Il remporte trois Coupes Stanley avec les Canadiens, en 1924, 1930 et 1931. Il est également mis en avant par des trophées personnels en tant que meilleur joueur — le trophée Hart — ou meilleur pointeur de certaines saisons. Il joue quasiment toute sa carrière aux côtés d'Aurèle Joliat.

Il meurt au cours de la saison 1936-37, près de six semaines après une fracture multiple de la jambe au cours d'un match. Il est le premier joueur du Canadien de Montréal à voir son numéro (7) honoré, avec une réplique de son maillot accroché dans le Forum de Montréal, et retiré à jamais pour l'équipe. Dès son année d'ouverture, en 1945, le temple de la renommée du hockey accueille Morenz en son sein. Cinq ans plus tard, la presse canadienne le désigne meilleur joueur de la première moitié du XXe siècle.





Biographie

Ses débuts

Morenz apprend à jouer au hockey sur la rivière Thames qui passe à Mitchell, au cours de parties informelles sans gardien, en anglais shinny. Il débute sa carrière lors de la saison 1916-17 en jouant ses premiers matchs comme gardien. Mais après avoir laissé l'équipe adverse inscrire vingt-et-un buts lors d'un match3, l'entraîneur décide de le changer de place pour le faire jouer en tant que maraudeurNote 1,4. C'est à ce poste qu'il conduit ensuite l'équipe de Mitchell à la finale du championnat dans laquelle elle est engagée, le Western Ontario juvenile championship4.

Portrait photo de Morenz jeune.
magnify-clip.png
Morenz du temps où il évolue en tant que junior.

 

 

 

 

 

La famille Morenz déménage dans la ville de Stratford à une vingtaine de kilomètres de Mitchell en mai 19171 et Howie tente alors de s'enrôler au sein du Corps canadien mais sa candidature est refusée quand l'armée découvre qu'il n'a que quinze ans4. En 1920, il rejoint les Midgets de StratfordNote 2 qui jouent dans l'Association de hockey de l'Ontario, association aujourd'hui connue sous le nom Ligue de hockey de l'Ontario et désignée également par le sigle AHO. En 1920-21, il est le meilleur joueur de l'AHO en ce qui concerne les aides et les points lors de la saison régulière. Son équipe participe aux séries éliminatoires et il finit meilleur buteur, passeur et pointeur de cette deuxième phase5. Stratford remporte les séries et le droit de disputer la Coupe Memorial de 1921. Cette dernière est jouée contre les Falcons de Winnipeg de la Ligue de hockey junior du ManitobaNote 3. Malgré le tour du chapeau de Morenz lors des deux matchs que comporte la finale, les Falcons remportent la Coupe sur un total cumulé de 11 buts à 96. Ayant fait ses preuves et fait largement parler de lui dans le circuit junior, il est sollicité pour jouer dans l'équipe senior de la ville, les Indians. Il partage alors la saison et les séries 1921-22 entre les deux équipes, comptant le plus de buts, aides et points pour les deux compétitions lors des séries. Il est également le joueur le plus pénalisé des séries seniors1. En 1922-23, il ne joue plus qu'avec l'équipe des Indians et est encore une fois le meilleur passeur de la saison régulière ainsi que le meilleur buteur et pointeur des séries5.

Depuis l'âge de 18 ans, Morenz est en contrat d'apprentissage avec la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, plus connue sous le nom du Canadien National (CN) dans l'antenne locale de Stratford3. Il occupe ses temps libres à parier lors des courses de chevaux et à jouer du ukulélé7. Au cours d'un tournoi interne du CN qui a lieu en décembre 1922 à Montréal, Morenz inscrit neuf buts pour Stratford. L'arbitre du match est un ami de Léo Dandurand, propriétaire des Canadiens de Montréal de la Ligue nationale de hockey et, après le match, il lui décrit le phénomène de « l’éclair de Strafford »8. En janvier 1923, Dandurand fait le voyage jusqu'à Stratford pour voir le joueur évoluer de ses yeux. À l'issue du match, il décide de tout faire pour signer un contrat avec Morenz. Celui-ci étant toujours considéré comme mineur, Dandurand rencontre William Morenz en avril mais ce dernier répond au propriétaire de la franchise qu'il veut d'abord que son fils termine son apprentissage8. En juillet, Dandurand apprend que la famille Morenz est en contact avec les Saint-Patricks de Toronto et ayant peur que Morenz signe avec l'équipe concurrente, il envoie Cecil Hart en mission dans l'Ontario pour faire signer un contrat avec le jeune joueur, à n'importe quel prix. Le 7 juillet 1923, Morenz s'engage avec les Canadiens pour trois ans, un contrat de 3 500 $ par an et un bonus à la signature de 1 000 $, un montant rare à l'époque pour la signature d'un premier contrat professionnel8.

Juste après avoir signé son contrat, Morenz éprouve des remords à quitter Stratford, ses concitoyens et coéquipiers lui mettant la pression pour qu'il reste. En août, il écrit une lettre à Dandurand lui signifiant qu'il ne peut pas rejoindre l'équipe des Canadiens et lui renvoie le chèque bonus allant avec la signature. Dandurant téléphone à Morenz pour que ce dernier vienne en parler avec lui de vive voix et pour qu'il voie les installations de l'équipe. Une fois sur place, Dandurand fait lui aussi monter la pression sur Morenz en lui affirmant que s'il annule son contrat avec les Canadiens, il peut mettre fin à sa carrière professionnelle. Morenz en larme, accepte finalement d'honorer son contrat et de se présenter au camp d'entraînement de l'équipe quelques mois plus tard8.

Les Canadiens de Montréal

La première Coupe Stanley en 1924

 

 

 

 

Morenz se présente à son premier camp d'entraînement avec les Canadiens le 3 décembre 1923 et il ébahit rapidement ses nouveaux coéquipiers8 : le capitaine Sprague Cleghorn, Georges Vézina dans les buts, Billy Boucher et Aurèle Joliat, les deux joueurs qui vont jouer sur la ligne dont Morenz occupera le centre. Il décide alors de porter le numéro 79. Morenz joue le premier match de sa carrière dans la LNH le 26 décembre 1923 à Ottawa contre les Sénateurs. Il profite de ce premier match pour inscrire le premier but de sa carrière contre le gardien expérimenté d'Ottawa, Clint Benedict10. Morenz totalise à l'issue de la saison 1923-24 treize buts, trois passes décisives et un total de seize points en vingt-quatre matchs. Il est alors le troisième pointeur de son équipe derrière ses deux ailiers, Boucher totalisant vingt-deux points et Joliat vingt11. Le meilleur pointeur de la saison est Cy Denneny, attaquant des Sénateurs, avec un total de vingt-trois ; les trois joueurs des Canadiens terminent pour leur part parmi les dix meilleurs pointeurs de la saison12. D'un point de vue collectif, l'équipe termine la saison à la deuxième place du classement six points derrière les Sénateurs13 et se qualifie pour jouer le titre de meilleure équipe de la saison contre Ottawa, champions en titre de la LNH. Le premier match est joué le 8 mars 1924 dans la patinoire de Montréal, l'Aréna Mont-Royal, et Morenz inscrit le seul but de la soirée9. Lors du deuxième match, Montréal gagne 4-2 et Morenz inscrit un nouveau but pour la qualification de son équipe14.

Le propriétaire des Canadiens, Léo Dandurand, ayant déclaré que son équipe était meilleure que les deux équipes de la Western Canada Hockey LeagueNote 4 et de l'Association de hockey de la Côte du Pacifique, souhaite que les deux autres équipes s'affrontent et que les Canadiens ne jouent que contre l'équipe gagnante. Cela ne convient pas au président de la PCHA, Frank Patrick, et les Canadiens doivent affronter les deux équipes afin de savoir qui gagnera la Coupe : les Tigers de Calgary et les Maroons de Vancouver. Après avoir battu les Tigers deux matchs à zéro, les Canadiens font face aux Maroons15. Morenz inscrit un tour du chapeau lors du premier match et de la première victoire 6-1. Pour le second match, Vézina arrête tous les tirs adverses et l'équipe remporte le match 3-0 avec un but de chaque joueur de la ligne de Morenz9. Les Canadiens remportent la deuxième Coupe Stanley de leur histoire après celle de 1915-1615.

Photo de Georges Vézina dans la tenue des Canadiens de Montréal.
magnify-clip.png
Georges Vézina, gardien de but champion en 1924 avec Morenz.

Des saisons avec des hauts et des bas

Lors de la saison suivante, Morenz inscrit vingt-huit buts et onze aides pour un total de trente-neuf points ; il est le deuxième pointeur de l'équipe, deux points derrière Joliat, les deux joueurs inscrivant cinquante-huit des quatre-vingt-treize buts de l'équipe16. La ligne de Morenz finit juste derrière Cecil « Babe » Dye et Denneny du classement des meilleurs pointeurs17. L'équipe partage une nouvelle salle, le Forum de Montréal, avec les Maroons18, et se classe troisième de la saison régulière derrière les Tigers de Hamilton et les Saint-Patricks19. Du fait de l'augmentation du nombre des équipes, le système des qualifications pour la finale de la Coupe Stanley change et donc les équipes classées deuxième et troisième jouent une première ronde avant de jouer la finale des séries de la LNH. Montréal remporte les deux matchs contre Toronto 3-2 puis 2-0 et se qualifie pour la finale contre les Tigers. Les joueurs de ces derniers en profitent pour réclamer une augmentation salariale pour les matchs des séries joués en supplément de la saison régulière. Les dirigeants de la LNH ne cèdent pas et excluent Hamilton de la compétition consacrant ainsi les Canadiens champions de la LNH. Ils retrouvent en finale de la Coupe Stanley les Cougars de Victoria de la WCHL. La série se joue au meilleur des cinq matchs en Colombie-Britannique. Montréal ne parvient à gagner que la troisième rencontre et l'équipe est éliminée en quatre matchs. Morenz inscrit sept buts et huit points en six matchs des séries16.

En 1925-26, Morenz et Joliat cumulent vingt-six points chacun pour les deux premières places des pointeurs de l'équipe, Morenz inscrivant six buts de plus que Joliat. Au classement général, Nels Stewart des Maroons de Montréal termine à la première place avec quarante-deux points et Morenz se classe cinquième pointeur de la saison20. D'un point de vue collectif, les Canadiens subissent la déroute en grande partie après avoir perdu leur gardien vedette, Vézina, qui s'effondre lors du premier match de la saison contre les Pirates de Pittsburgh21. Les docteurs diagnostiquent alors une tuberculose dans un état avancé et Vézina meurt quatre mois plus tard22. L'équipe termine à la dernière place de la LNH et manque les séries pour la première fois depuis quatre saisons23.

Le nouveau gardien de l'équipe des Canadiens est George Hainsworth pour la saison 1926-27 et Morenz avec vingt-cinq buts et trente-deux points est le troisième buteur de la LNH derrière Bill Cook — trente-trois buts et trente-sept points24. Il est une nouvelle fois le meilleur réalisateur des Canadiens. Boucher quitte l'aventure des Canadiens en cours de la saison pour être prêté aux Bruins de Boston25.

Les deux équipes du Forum se rencontrent en quart de finale de la Coupe Stanley et avec vingt-huit buts de plus inscrits par les Canadiens lors de la saison régulière, ils sont favoris. La série en deux matchs tourne effectivement en faveur de l'équipe francophone malgré la résistance des Maroons : lors du premier match, les deux équipes se séparent sur le score d'un but partout. Lors du second match, les deux équipes sont également à égalité mais sans but concédé par Clint Benedict et par Hainsworth. C'est finalement Howie Morenz qui libère les deux équipes en inscrivant le but des Canadiens pour la victoire après douze minutes de prolongation. Plus de 11 000 personnes se déplacent au Forum pour assister à cette première confrontation entre les deux équipes lors de séries éliminatoires. Les Canadiens perdent au tour suivant contre les Sénateurs, futurs champions de la Coupe Stanley, 4-0 puis 1-125 alors que Morenz est réduit au silence avec son seul but inscrit contre les Maroons26.

Les premiers trophées individuels

Portrait photo de Aurèle Joliat.
magnify-clip.png
Aurèle Joliat coéquipier et ami de Morenz pendant toute leur carrière.

 

 

 

 

La saison 1927-28 est une des meilleures du numéro 7 dans la LNH. Le 24 mars 1928, il devient le premier joueur de l'histoire de la LNH à dépasser la barre symbolique des cinquante points en une saison après le dernier match de la saison, son quarante-troisième match2. Avec dix-sept réalisations, il dépasse également la barre du plus grand nombre d'aides pendant une saison, record détenu par Dick Irvin des Black Hawks de Chicago depuis la saison précédente. Il remporte alors le prix du meilleur pointeur de la saison devant son coéquipier, Aurèle Joliat27 ainsi que le trophée Hart du meilleur joueurNote 5 de la saison28.

Joliat, Art Gagné et Morenz inscrivent tous les trois plus de vingt buts dans la saison, une première pour les Canadiens qui n'alignent pas moins de dix-neuf matchs sans défaite au cours de la saison. Ils finissent cinq points devant les Maroons à la première place de la LNH et sont directement qualifiés pour la finale de la division Canadienne29. Les deux équipes de Montréal s'y opposent après que les voisins anglophones de la ville battent les Sénateurs en première ronde pour délivrer une nouvelle confrontation entre les « cousins ». Morenz et Joliat sont réduits au silence par le gardien des Maroons, Benedict, alors que les deux équipes font match nul deux buts partout pour le premier match. Le second match de la série est une victoire des Maroons 1-0 au bout de huit minutes de prolongation. La délivrance des Maroons vient par l'intermédiaire de Russell Oatman, ailier gauche de l'équipe30.

S'ils sont déçus de la fin de la saison précédente, les joueurs des Canadiens n'en montrent rien en 1928-29, puisque, bien que démarrant doucement avec cinq victoires lors des treize premiers matchs, ils ne perdent ensuite qu'à deux reprises en trente et une rencontres, prenant la tête de la LNH en février et la conservant pour le reste de la saison. Ils ne perdent ainsi que sept de leurs quarante-quatre matchs et remportent un deuxième titre consécutif de meilleure équipe de la ligue. Néanmoins, les statistiques de l'équipe en général et de Morenz en particulier ne sont pas aussi bonnes que celles de la saison passée puisque seul ce dernier dépasse les vingt points avec dix-sept buts et dix passes décisives. Il se classe troisième pointeur de la saison31. Défensivement, Hainsworth est impérial, il réalise vingt-deux blanchissagesNote 6 soit un match sur deux au cours de la saison régulière32. La saison est gâchée par l'élimination quand les Canadiens perdent en trois matchs secs contre les Bruins, Cecil « Tiny » Thompson réalisant deux blanchissages lors des premiers matchs33.

Une deuxième Coupe Stanley en 1930

Photo de Howie Morenz qui pose dans la tenue des Canadiens de Montréal.
magnify-clip.png
Morenz pose pour la photographie après la deuxième Coupe Stanley en 1930.

 

 

 

 

La saison 1929-30 voit l'entrée d'une nouvelle règle dans la LNH : l'autorisation des passes dans toute la patinoireNote 7. Morenz profite de cette règle pour atteindre le plus haut total de buts de sa carrière avec quarante réalisations. Il est encore une fois le meilleur pointeur et buteur de l'équipe, loin devant Alfred « Pit » Lépine le centre de la deuxième ligne d'attaque34. Morenz est le troisième buteur de la ligue et le septième pointeur de la saison35. Les Bruins écrasent tout le monde lors de la saison régulière avec soixante-dix-sept points au total, soit vingt-six de plus que les totaux des deux meilleures équipes de la division Canadienne : les Maroons et les Canadiens de Morenz. Lors du dernier match de la saison régulière, le 18 mars 1930, Morenz inscrit cinq buts lors du même match contre les Americans de New York36,37.

Au cours de la saison, Morenz met involontairement un terme à la carrière du gardien des Maroons, Clint Benedict. Tout d'abord il lui casse le nez sur un lancer puissant et le gardien est obligé de quitter la glace38. Benedict est écarté du jeu pour les sept semaines à venir et tente un retour au jeu avant d'être totalement guéri avec un masque sur le visage, près de 30 ans avant le masque de Jacques Plante39. Ce masque gêne considérablement sa vision du jeu sans réellement le protéger puisqu'au bout de six matchs, il quitte une nouvelle fois le jeu après avoir pris un coup de coude par Morenz40.

Deuxièmes de la saison régulière, les Canadiens doivent jouer une première phase contre les Black Hawks de Chicago, deuxièmes de la division Américaine. Les Canadiens se défont de Chicago en deux matchs puis des Rangers de New York également en deux matchs41. Ils retrouvent en finale de la Coupe Stanley, les champions de la saison régulière et champions en titre. Bien qu'ils ne partent pas favoris, Morenz et ses coéquipiers inscrivent trois buts lors du premier match de la série dans la patinoire des Bruins sans en concéder un seul. Le deuxième match de la série tourne également à l'avantage des Canadiens : Bert McCaffrey et Nick Wasnie inscrivent les deux premiers buts du match, puis c'est au tour du capitaine de l'équipe, Sylvio Mantha et de Morenz de tromper « Tiny » Thompson. Les Canadiens mènent alors 4-1, le premier but des Bruins étant inscrit par Eddie Shore. Boston parvient à inscrire deux buts de plus mais Hainsworth résiste aux assauts adverses et offre une nouvelle coupe Stanley aux Canadiens, la troisième de leur histoire. Morenz devient le premier joueur de l'histoire de la LNH à inscrire le but vainqueurNote 8 de son équipe pour deux Coupes Stanley42.

La troisième Coupe en 1931

 

 

 

 

Au cours de la saison 1930-31, Morenz inscrit vingt-huit buts et arrive une nouvelle fois à inscrire cinquante et un points lors de la saison. Il remporte son deuxième titre de la LNH en tant que meilleur pointeur43 et il reçoit également le trophée Hart du meilleur joueur, le deuxième de sa carrière28. Les instances de la LNH décident de mettre en place un nouvel honneur pour les joueurs en établissant des équipes d'étoiles. Morenz et Joliat sont tous les deux sélectionnés sur la première équipe d'étoiles alors que Mantha est nommé sur la seconde44. Collectivement, l'équipe termine une nouvelle fois derrière les Bruins au classement général et première de la division Canadienne45. Suite à leur première place, Canadiens et Bruins sont directement qualifiés pour le deuxième tour des séries mais sont directement opposés au meilleur des cinq matchs. Bruins et Canadiens se partagent les quatre premiers matchs et la qualification est obtenue par un but de Wildor Larochelle pour les Canadiens44.

Ils sont alors opposés aux Black Hawks de Chicago, deuxième meilleure équipe de la division américaine de la saison, qui sont guidés par Johnny Gottselig offensivement et Charlie « Chuck » Gardiner dans les buts46. Les Canadiens remportent le premier match 2-1 mais perdent les deux suivants. Ils doivent alors remporter les deux matchs suivants pour pouvoir être une nouvelle fois sacrés champions. Ils gagnent la quatrième rencontre 4-2 puis, finalement lors du cinquième match, Hainsworth blanchit Chicago alors que les deux buts de son équipe sont inscrits par Johnny Gagnon puis par Morenz44. Diminué par une blessure à l'épaule et surveillé de près par les Black Hawks, il n'inscrit qu'un seul but en dix matchs mais remporte tout de même la troisième Coupe Stanley de sa carrière47.

1931-32, la saison des records

Les Canadiens et Morenz débutent la saison suivante en tant que double champion de la Coupe Stanley. Howie Morenz inscrit quarante neuf points en tant que troisième meilleur pointeur derrière deux joueurs des Maple Leafs de Toronto, Harvey « Busher » Jackson et Joe Primeau qui totalisent respectivement quatre et un points de plus que le joueur de Montréal48.

Le 17 mars 1932, contre les Americans de New York, sur la glace du Forum de Montréal, Morenz entre une nouvelle fois dans l'histoire de la ligue. Alors qu'avant le match, il totalise 331 points, il inscrit ce soir-là quatre points en réalisant une passe décisive pour un but de Nick Wasnie puis son vingt-deuxième but de sa saison et égalise ainsi le plus haut total de points inscrit par un joueur de la LNH dans sa carrière détenu par Cy Denneny, ancien joueur des Sénateurs et des Bruins. Il inscrit ensuite un nouveau point en faisant une passe décisive sur un but de Gagnon devenant ainsi le meilleur pointeur de tous les temps dans la LNH avant de faire une nouvelle passe décisive et de porter le record à 335 points49.

Morenz remporte une nouvelle fois le trophée Hart du meilleur joueur de la saison et il devient par la même occasion le premier joueur de l'histoire de la LNH à remporter à trois reprises ce trophée. À l'issue de la saison, il est également nommé une nouvelle fois dans la première équipe d'étoiles, Mantha et Joliat étant élu dans la seconde équipe des étoiles4. Ayant remporté la division canadienne, Montréal accède directement aux demi-finales de la Coupe contre les Rangers de New York. La série débute bien pour les Canadiens puisqu'ils remportent le premier match 4-3 mais la défense des Rangers se concentre sur Morenz qui est limité à un seul but en quatre matchs et les Rangers éliminent les doubles champions dès leur première ronde50.

Le déclin des performances sportives et les premières blessures

Photo des participants au match pour Ace Bailey (joueurs, dirigeants et arbitres) qui posent sur 3 rangs.
magnify-clip.png
Photographie de l'ensemble des joueurs ayant joué le Match des étoiles en l'honneur de Bailey.

 

 

 

 

 

Suite à cette élimination précoce en série, Cecil Hart quitte le banc d'entraîneur des Canadiens et Édouard « Newsy » Lalonde le remplace alors que Hainsworth devient le premier gardien de but de l'histoire de la LNH à devenir capitaine de son équipe51. Morenz connaît une saison plus difficile que d'habitude et est même retiré de la première ligne de l'équipe et remplacé par Lépine. Ainsi, en fin de saison et pour la première fois en sept ans, il n'est pas le meilleur pointeur de l'équipe, devancé par son ami Joliat4,52. Les Canadiens tombent une nouvelle fois en finale contre les Rangers et sont écartés 5-2 et 3-3, Morenz inscrivant trois points en réalisant des passes décisives51.

Lors de la saison 1933-34, Morenz décroche de nouveaux records en jouant le 400e match de sa carrière avec les Canadiens en novembre et un mois plus tard, le 23 décembre 1933, il devient le meilleur buteur de l'histoire de la LNH, inscrivant son 249e but et dépassant par la même occasion Denneny lors d'une victoire 3-0 contre les Red Wings de Détroit. Cinq jours plus tard, il est le premier joueur de l'histoire de la ligue à avoir marqué 250 buts au cours de sa carrière mais malheureusement pour lui, la saison est gâchée par sa première blessure sérieuse53. Ainsi, le 2 janvier 1934, il se tord la cheville lors d'un match à New York et se déchire des ligaments. Il manque la compétition pendant un mois54. Il parvient tout de même à revenir au jeu pour jouer le premier Match des étoiles organisé en l'honneur d'Ace Bailey le 14 février 1934. Il termine la saison avec seulement huit buts inscrits, ce qui constitue le plus bas total de buts de sa carrière53.

Les rumeurs de transfert de l'« éclair de Strafford » commencent à circuler et, avant même le début des séries, Dandurand confirme à la presse que plusieurs équipes sont intéressées par son acquisition. Il joue son premier match des séries contre les Black Hawks de Chicago à son niveau habituel mais se casse le pouce lors du second match alors que son équipe est éliminée en deux rencontres54. Tout au long de l'été, les rumeurs enflent de plus en plus alors que les propriétaires des Canadiens, Dandurand et Cattarinich, ne les contredisent pas et ne font pas non plus de commentaires au joueur54. Le dénouement de l'histoire vient le 3 octobre 1934, alors que Morenz, Lorne Chabot et Marty Burke rejoignent Chicago en retour de Leroy Goldsworthy, Lionel Conacher et de Roger Jenkins55.

Fin de carrière

De passage à Chicago puis à New York

Morenz et Chabot arrivent au sein d'une équipe de Chicago qui vient de passer par tous les extrêmes : ils sont sacrés champions de la Coupe Stanley le 10 avril 1934 mais ils perdent leur gardien de but, Charlie « Chuck » Gardiner d'une hémorragie intra-cérébrale le 13 juin 193456.

Lors de cette première saison sous ses nouvelles couleurs, Morenz joue l'intégralité des quarante huit matchs de la saison régulière au cours desquels il inscrit huit buts et trente quatre points. Il est alors le troisième pointeur de l'équipe derrière Paul Thompson et Johnny Gottselig qui ont cinq et trois points de plus que lui57. Sa nouvelle équipe atteint les séries mais est éliminée dès le premier tour contre les Maroons de Montréal. Les deux matchs sont plus que défensifs puisqu'un seul but est inscrit au total et il vient par l'intermédiaire de Lawrence « Baldy » Northcott, joueur des Maroons58.

La saison suivante, Morenz a du mal à trouver ses marques et il passe beaucoup de temps sur le banc de l'équipe. Il quitte la franchise de Chicago le 16 janvier 1936 après avoir joué vingt trois matchs et inscrit un total de quinze points et rejoint les Rangers de New York en retour de Glenn Brydson59. Il joue dix neuf parties de la fin de saison des Rangers pour seulement deux buts et quatre aides et un total de vingt et un points dans la saison régulière. Il manque pour la deuxième fois de sa carrière les séries éliminatoires, les Rangers finissant derniers de la division Américaine60.

Le 1er septembre 1936, ses droits sont à nouveau vendus et il retourne au sein des Canadiens de Montréal. Cecil Hart est de retour derrière le banc et fait tout pour faire revenir son ancien joueur vedette. Comme si les dernières années n'avaient pas compté, il retourne pour la saison jouer entre Joliat et Gagnon61,62.

1937-38, fin de carrière et décès

Photo de Morenz dans un lit d'hôpital.
magnify-clip.png
Morenz sur son lit d'hôpital.

 

 

 

 

 

La carrière de Morenz prend fin le 28 janvier 1937 au cours d'un match contre les Black Hawks de Chicago. Lors de la première période, Morenz poursuit le palet dans le coin de la patinoire, suivi par le défenseur de Chicago, Earl Seibert. Le joueur des Canadiens perd l'équilibre et chute lourdement avant de glisser jusqu'à la rambarde de la patinoire. Sur le choc, il se bloque le patin gauche le long de la bande alors que Seibert ne peut arrêter sa course à temps et s'écrase contre Morenz dont la jambe se casse sur le coup63. Il est porté hors de la patinoire par ses coéquipiers et est transporté à l'hôpital St-Luc de Montréal. Les examens montrent qu'il a la jambe cassée en quatre morceaux64.

Alité, il reçoit la visite régulière de ses coéquipiers mais également de certains joueurs des équipes adverses venant jouer contre les Canadiens. Malgré tout, il passe du temps seul dans sa chambre, sans pouvoir bouger sans aide et a beaucoup de temps pour penser. Il lit de nombreux journaux et en particulier, il voit le déclin des résultats de son équipe, ce qui lui apporte du chagrin et lui cause des soucis supplémentaires. À l'idée de ne plus jamais pouvoir jouer au hockey, il déprime de plus en plus65.

En février, le docteur des Canadiens, Dr J.A. Hector Forgues, diagnostique une dépression nerveuse pour Morenz et limite les visites à ses proches et aux officiels de l'équipe. Le père de Morenz lui rend visite au début du mois de mars mais doit repartir le 5 mars65. Trois jours plus tard, le 8 mars 1937, Morenz se plaint de douleurs à la poitrine, douleurs qui s'avèrent être des attaques cardiaques selon les docteurs. Ces derniers appellent la femme de Morenz et Cecil Hart pour qu'ils viennent le soutenir mais aux environs de 23 heures 30, Howie Morenz, après avoir quitté son lit pour rejoindre les toilettes, s'effondre sur le sol et décède d'une embolie pulmonaire à quelques minutes de l'arrivée de sa femme et de son ami. Il est alors âgé de trente-quatre ans65.

Le lendemain au soir, un match entre Canadiens et Maroons est prévu et la LNH propose de l'annuler. Mary Morenz refuse l'annulation, arguant que son mari aurait voulu que le match se joue. Deux minutes de silence sont respectées par l'ensemble de la salle et des joueurs alors que ces derniers portent tous un brassard noir66. La même scène a lieu en même temps lors du match entre les Americans et les Rangers de New York67. Le 10 mars 1937, une cérémonie a lieu dans le Forum de Montréal et 50 000 personnes défilent sur la glace pour lui rendre un dernier hommage4. Howie Morenz est enterré au cimetière Mont-Royal à Montréal64.

En souvenir de Morenz

Photo de Morenz devant un but dans un chandail blanc marqué des lettres NHL.
magnify-clip.png
Morenz en photographie lors du premier Match des étoiles de la LNH, joué en 1934 pour Ace Bailey.

 

 

 

 

 

Le 2 novembre 1937, la ville de Montréal est prête à faire le deuil du joueur et l'équipe des Canadiens décide de retirer son maillot, le numéro 7Note 9. Il est le premier joueur de l'histoire des Canadiens à avoir son numéro retiré alors que depuis son décès, son maillot était toujours à sa place dans le vestiaire68.

En 1945, le Temple de la renommée du hockey ouvre ses portes et il fait partie de la première « promotion », un des douze joueurs sélectionnés avec Donald « Dan » Bain, Hobart « Hobey » Baker, Russell « Dubbie » Bowie, Charlie « Chuck » Gardiner, Eddie Gerard, Francis « Frank » McGee, Tom Phillips, Harvey Pulford, Art Ross, William « Hod » Stuart et Georges Vézina69.

En 1950, Howie Morenz est reconnu, par un sondage auprès de la population canadienne, comme le meilleur joueur de hockey au monde de la première moitié du XXe siècle70. En 1955, il est également admis au Panthéon des sports canadiens lors de la création de celui-ci71.

En 1998, 61 ans après sa mort, il vient au quinzième rang, selon le magazine The Hockey News, dans la liste des 100 meilleurs joueurs de l'histoire du hockey et au premier rang des joueurs ayant évolué avant la Seconde Guerre mondiale72.

Le 4 décembre 2008, les Canadiens préparent leur Centenaire en inaugurant la Place du Centenaire devant le Centre Bell. Cette place rend hommage aux quatre plus grands joueurs de l'histoire de l'équipe : Maurice Richard, Jean Béliveau, Guy Lafleur et Howie Morenz. Ainsi quatre statues de bronze sont érigées aux quatre coins de la place alors que celle-ci est constituée de 20 000 briques déposées par les partisans de l'équipe. Des plaques commémoratives rappellent aux visiteurs les grandes dates clés de l'histoire de la franchise ainsi que de ces grands joueurs73.

Le groupe musical Mes Aïeux consacre à Morenz sa chanson Le Fantôme du Forum tiré de l'album La ligne orange74.

Le Match des étoiles pour Morenz

Le 3 novembre 1937, un Match des étoiles est organisé par Joseph Cattarinich afin de récolter de l'argent pour la famille en deuil. Il s'agit du deuxième Match des étoiles joué par la LNH et oppose une sélection de la LNH contre une sélection des meilleurs joueurs des deux équipes de Montréal : les Canadiens et les Maroons. L'équipe des vedettes de Montréal perd 5-6 contre l'équipe de la LNH mais plus de 25 000 $ sont collectés75.

Composition

Pos Position AD Ailier droit
D Défenseur C Centre
AG Ailier gauche G Gardien de but
Sélection de la LNH
no  Pos. Joueur Équipe
17 C Barry, Marty Red Wings de Détroit
16 C Boucher, Frank Rangers de New York
10 C Chapman, Art Americans de New York
6 D Clapper, Dit Bruins de Boston
12 AD Conacher, Charlie Maple Leafs de Toronto
15 AG Day, Hap Americans de New York
11 AD Dillon, Cecil Rangers de New York
3 D Goodfellow, Ebbie Red Wings de Détroit
12 AG Gottselig, Johnny Black Hawks de Chicago
5 D Horner, Red Maple Leafs de Toronto
9 AG Jackson, Busher Maple Leafs de Toronto
14 AD March, Mush Black Hawks de Chicago
7 AG Schriner, Sweeney Americans de New York
4 D Shore, Eddie Bruins de Boston
1 G Smith, Normie Red Wings de Détroit
2 G Thompson, Tiny Bruins de Boston
Montréal
no  Pos. Joueur Équipe
2 G Beveridge, Bill Maroons
14 AG Blake, Toe Canadiens
12 C Blinco, Russ Maroons
6 D Buswell, Walter Canadiens
3 D Clancy, King Maroons
1 G Cude, Wilf Canadiens
16 AD Gagnon, Johnny Canadiens
11 C Haynes, Paul Canadiens
4 AG Joliat, Aurèle Canadiens
8 C Lépine, « Pit » Canadiens
19 AG Mantha, Georges Canadiens
17 AG Northcott, « Baldy » Maroons
10 AD Robinson, Earl Maroons
15 D Siebert, Babe Canadiens
20 AG Trottier, Dave Maroons
9 AD Ward, Jimmy Maroons
5 D Wentworth, « Cy » Maroons

Feuille de match

3 novembre 1937 Sélection de la LNH 6–5
(2–1, 1–0, 3–4)
Montréal Forum de Montréal

Vie privée

Howie Morenz est le fils de William Morenz et est issu d'une famille de cinq enfants, trois filles et deux garçons. En 1926, il se marie à Mary Stewart avec qui il a trois enfants, deux garçons et une fille : Howie junior, né en 1927, Donald, né en 1933 et Marlène, née un an plus tard76. Par la suite, Marlène épouse Bernard Geoffrion77, future vedette du hockey sur glace.

Statistiques

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

 

 

 

Au cours de sa carrière, Howie Morenz a joué 550 matchs de saison régulière dans la Ligue nationale de hockey, totalisant 271 buts et 201 aides pour un total de 472 points4. Le jour de son décès, il est le meilleur pointeur de toute l'histoire de la LNH, son total de points n'étant battu qu'en 1938-39 par Nels Stewart49.

 

 

 

Statistiques par saison78
Saison Équipe Ligue   Saison régulière   Séries éliminatoires
PJ B A Pts Pun PJ B A Pts Pun
1919–20 Midgets de Stratford AHO Jr. 5 14 4 18 7 14 12 26
1920–21 Midgets de Stratford AHO Jr. 8 19 12 31 13 38 18 56
1921–22 Midgets de Stratford AHO Jr. 4 17 6 23 10 5 17 4 21
1921–22 Indians de Stratford AHO Sr. 4 10 3 13 2 8 15 8 23 21
1922–23 Indians de Stratford AHO Jr. 10 15 13 28 19 10 28 7 35 36
1923-24 Canadiens de Montréal LNH 24 13 3 16 20 6 7 3 10 10
1924-25 Canadiens de Montréal LNH 30 28 11 39 46 6 7 1 8 8
1925-26 Canadiens de Montréal LNH 31 23 3 26 39          
1926-27 Canadiens de Montréal LNH 44 25 7 32 49 4 1 0 1 2
1927-28 Canadiens de Montréal LNH 43 33 18 51 66 2 0 0 0 12
1928-29 Canadiens de Montréal LNH 42 17 10 27 47 3 0 0 0 6
1929-30 Canadiens de Montréal LNH 44 40 10 50 72 6 3 0 3 10
1930-31 Canadiens de Montréal LNH 39 28 23 51 49 10 1 4 5 10
1931-32 Canadiens de Montréal LNH 48 24 25 49 46 4 1 0 1 4
1932-33 Canadiens de Montréal LNH 46 14 21 35 32 2 0 3 3 2
1933-34 Canadiens de Montréal LNH 39 8 13 21 21 2 1 1 2 0
1934-35 Black Hawks de Chicago LNH 48 8 26 34 21 2 0 0 0 0
1935-36 Black Hawks de Chicago LNH 23 4 10 14 20          
Rangers de New York LNH 19 2 5 7 6          
1936-37 Canadiens de Montréal LNH 30 4 16 20 12          
Totaux LNH 550 271 201 472 546 47 21 12 33 6

Honneurs et trophées

Photo couleur de la statue de Morenz à l'extérieur du Centre Bell.
magnify-clip.png
Statue de Morenz érigée devant le Centre Bell à l'occasion du Centenaire des Canadiens de Montréal.

Association de hockey de l'Ontario junior.

 

 


  • 1920-21
    • Champion de l'AHO avec les Midgets de Stratford.
    • Meilleur passeur et pointeur de la saison régulière.
    • Meilleur buteur, passeur et pointeur des séries.
  • 1921-22
    • Meilleur buteur, passeur et pointeur des séries.

Association de hockey de l'Ontario senior

  • 1921-22 : meilleur buteur, pointeur et joueur le plus puni des séries.
  • 1922-23
    • Meilleur passeur de la saison régulière.
    • Meilleur buteur, pointeur et joueur le plus puni des séries.

Ligue nationale de hockey

  • 1923-24
  • 1927-28
  • 1929-30
    • Champion de la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal.
  • 1930-31
    • Champion de la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal.
    • Meilleur pointeur de la saison avec 51 points.
    • Trophée Hart du meilleur joueur de la saison régulière.
    • Sélectionné dans la première équipe d'étoiles en tant que centreNote 11.
  • 1931-32
    • Trophée Hart du meilleur joueur de la saison régulière.
    • Sélectionné dans la première équipe d'étoiles (centre).
  • 1932-33
    • Sélectionné dans la seconde équipe d'étoiles (centre).

Divers

Prédécesseurs et successeurs

Précédé par Howie Morenz Suivi par

Herb Gardiner
Nels Stewart
Trophée Hart
1928
1931, 1932

Roy Worters
Eddie Shore

Bill Cook
Cooney Weiland
Meilleur pointeur de la saison LNH
1928
1931

Ace Bailey
Busher Jackson
  • Portail du hockey sur glace Portail du hockey sur glace
  • Portail de Montréal Portail de Montréal
  • Portail de l’Ontario Portail de l’Ontario

.

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 05:05

Compétition

 

 

 


Sports au programme

Suite à l'autorisation des athlètes atteints de handicaps mentaux, le nombre de disciplines augmente de 27 par rapport aux Jeux paralympiques d'été de 2008.

 

 

 

 

Nombre d'épreuves Hommes Femmes Mixtes Total
Athlétisme Athlétisme 102 66
168
Aviron Aviron 1 1 2 4
Basket-ball Basket-ball 1 1
2
Boccia Boccia

7 7
Cyclisme Cyclisme
Route
Piste
27
16
11
19
12
7
4
3
1
50
31
19
Équitation Équitation

11 11
Escrime Escrime 7 5
12
Football Football à 5 1

1
Football Football à 7 1

1
Goalball Goalball 1 1
2
Nombre d'épreuves Hommes Femmes Mixtes Total
Haltérophilie Haltérophilie 10 10
20
Judo Judo 7 6
13
Natation Natation 89 59
148
Rugby Rugby

1 1
Tennis Tennis 2 2 2 6
Tennis de table Tennis de table 4 4 4 12
Tir Tir 3 3 6 12
Tir à l'arc Tir à l'arc 5 4
9
Voile Voile

3 3
Volley-ball Volley-ball 1 1
2
Total (20 sports) 259 205 35 499

 

Calendrier

 


       Cérémonies        Jour de compétition        Jour de finale    4    Nombre de finales
Calendrier général des Jeux paralympiques de 201214,15
Août - Septembre 2012 29 30 31 1 2 3 4 5 6 7 8 9
Cérémonies Logo IPC O









C
Athlétisme Pictogramme Athlétisme

9 18 21 17 17 24 20 17 23 4
Aviron Pictogramme Aviron



4






Basket-ball Pictogramme Basket-ball








1 1
Boccia Pictogramme Boccia





3


4
Cyclisme Pictogramme Cyclisme
5 5 5 3

18 4 6 4
Équitation Pictogramme Équitation


2 3 2 4




Escrime Pictogramme Escrime handisport





4 4 2 1 1
Football à 5 Pictogramme Football à 5









1
Football à 7 Pictogramme Football à 7










1
Goalball Pictogramme Goalball








2

Haltérophilie Pictogramme Haltérophilie
2 3 3 3 3 3 3



Judo Pictogramme Judo
4 4 5







Natation Pictogramme Natation
15 15 15 14 14 15 15 15 15 15
Rugby Pictogramme Rugby en fauteuil roulant










1
Tennis Pictogramme Tennis en fauteuil roulant






1
2 3
Tennis de table Pictogramme Tennis de table



4 4


2 2
Tir Pictogramme Tir
2 2 2 1 1 1 1 2


Tir à l'arc Pictogramme Tir à l'arc




4 3 2



Voile Pictogramme Voile







3


Volley-ball Pictogramme Volley-ball








1 1
Août - Septembre 2012 29 30 31 1 2 3 4 5 6 7 8 9
       Cérémonies        Jour de compétition        Jour de finale    4    Nombre de finales

 

Tableau des médailles

 


Les dix premières nations au classement des médailles de leurs athlètes sont :

 

  •      Pays organisateur (Royaume-Uni)
Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Drapeau de Chine Chine 70 60 53 183
2 Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni 31 39 38 108
3 Drapeau de Russie Russie 31 31 23 85
4 Drapeau d'Ukraine Ukraine 27 18 23 68
5 Drapeau d'Australie Australie 25 18 26 69
6 Drapeau des États-Unis États-Unis 23 21 27 71
7 Drapeau d'Allemagne Allemagne 14 21 17 52
8 Drapeau du Brésil Brésil 14 10 5 29
9 Drapeau de Pologne Pologne 10 11 6 27
10 Drapeau de France France 8 13 13 34

Incidents

Le 23 août 2012, le Comité olympique jordanien exclut trois des membres de sa délégation. Ils sont soupçonnés d'agression sexuelle dans un camp d'entraînement pour les jeux en Irlande du Nord16.

Le 2 septembre 2012, le Brésilien Alan Oliveira remporte le sprint 200 m devant le Sud-Africain Oscar Pistorius, pourtant grand favori de l'épreuve. À peine la course terminée, Pistorius dénonce publiquement la longueur des prothèses en forme de lames portées par ses concurrents et met en cause les instances paralympiques17. Le 3 septembre 2012, Pistorius est convoqué par le Comité international paralympique désireux de l'entendre. Entre temps, un contrôleur du Comité international paralympique a mesuré les prothèses des huit athlètes en lice lors de l'épreuve18.

 

Diffusion


Ce tableau représente l'audience de la cérémonie d'ouverture. L'audience de la cérémonie d'ouverture est estimée à plus d'un milliard de téléspectateurs19.

 

 

 

Pays Chaîne(s) Téléspectateurs Part d’audience (%) Références
Drapeau d'Australie Australie ABC

20
Drapeau de France France TV8 Mont-Blanc: diffusion des épreuves21
France Télévisions : France Ô (cérémonies d'ouverture et de clôture), France 2 et France 3 (résumés) 22



Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni Channel 4

23
Drapeau du Brésil Brésil Globo et SporTV

24
Drapeau du Canada Canada CTV
TSN2
RDS
Sportsnet One


25

 

 

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA - dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR
commenter cet article

☼ Zorbax ☼

  • : CHOMOLANGMA
  • CHOMOLANGMA
  • : Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.
  • Contact

ON EST QUAND???

Bonjour, nous sommes le

☼ Qui Cherche Trouve ☼

♫♪♪♫♪♫♪♫♪

Poussieres De Savoir ☼

POUSSEZ PAS !!!

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSH1bqV_MZbKff7r4KH0YXDgokYKnPMVcS17_NVF7KeFFQmHvTYYQ

 

 

Depuis le 2 octobre 2008 ma paroisse a compté de fidèles :

 


Compteur Global


 

 

 

 

 

☼ Merci à vous tous ☼

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRspNEZw03K2txVYJaQojtGiQPv2Ef2hRp76vnThpM_Xhg74AeH

 

 

   Et aussi, bien sûr, à notre superbe équipe  !!!!!!!...

 


☼ En Alcove ☼

☼♥☼♥☼


 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTJQdwhuv8K2KE2fv7sAcLYqokJ6fOwOos7DPEsrBY_tOyjkmt9

 

 

 

 

  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTwbpFmC0lwUUqRVtxAgfCeDB97ON6I9jGDIVmmGwpa1bg_oeiS8w



 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJFhyxpCtvTfrKTTq2Dnraqndo0k6KOOvR5B49c424W-RXGsXk

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ4lkR76RVvxlM2Pg0xGQLGN-vJ1IC1AeiO9YFoy0C2maJDnAlsEA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS3s1MTNys4JJ2XciWuydUFkX2s3uxVNEo4XLmDXWkNuzNwaF-I

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpmq_X4KGoOioCJ7IGFovNaZR1dl5V9wdd73SKUZoyRXImy8hQsA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT6vugj46xpPFClJ40ZcN_g83W39aPcCsnryaBlwulPqhMuSmHABA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS0rnZSUpbcqus_ag8-saWRw8BVp-nHBjwhG0FGGsPrBMTVGsKfUA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRiQjNvzjX7IEkfQYGG-KxW9pOVJoLjsP43P-wRgoCo6bmRIFfQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSTia4A3P4_qwGWtAAvhY4S2BKgtk6tR_QCD3_DTBLqQwkYTLP7

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRPAWH7AgJ7gN7ej2rrAa90b9jK2nWJtRcdmCSJLXifbDqpzt-GAQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSnH3SFCsuDblli6D1AJMGBIO3SduYE7QocfhaOPh2CbcgSaTJm3g

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_x5rZOKIoXBMbTrRfiBoXYGA8_aG1puNXFnPK-vFSJb8S0TB-

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT5xPsHZoCoc3Y10UzSIfZBJ1VM5yTf0rOp0z02qzAq29ZylEqp

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSJYo3dfiA7rWKtAhGDKlIvNQBBfXfxpskBzCjE2VA_WnhL03zQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRrs5cw6eknmiTVBcESn97krqvfndk10XJq35s-mUIxnoXepsHU2w

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTtPoMny2WLrgyLYUkv0xzCHZ3BSe7txlE-Xe2XSz1rA4IRBQ-8

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTzDbIU4QatTLNRgPQwPUcMDO8BtCGQMAkP46aQAp05yXC1m0y84g

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_sSIdV_qG7YiVCrY6Fze69BhzpdENouF0zUUp4OV8__EbU9Ad

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ9uJqfoOS-LjhgtT3qLp4AH34AojcYXzS6ifUoduwpXl2xR4cu

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSBBpAVI8uqqXKRXeWLnFO9do5ObFZm7YxgxrJ7-EbHR2oDqLo0vQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRDpZXNSZZorQeUMLz3DTA9hEU2rI_bxr_LT9c4T9nvHvAWTZjCGQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJxvHFLqQeIleqlsCzYw3aqr-0Y6eKQMVnyaA5me5hdAxIljVU

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSC9dHlJXHSlla_xZ5T9EZytHwAWT-qbU_d19dTtxAXrGNihAXKlQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR9uI2iDGC9O3GMDlf8NsxtxQx-Qp8sqHmOc5rb-zkptdYl27ct

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRbZ3vVwEjZT_vYCN_egFTIwdBz6fqNL0Pg-y_Q61vxrmzGOpx_

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJ2rE3MpU2-7BbpUlr6UqYo4BmnNs_dvTC88BMslWtXGy7xpm4

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQEpgxQwBFunGDiUIemTa46VNveEHAu-uA8FY-TsPaLWXJFd2s0

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQTdXbqeHRkSO7KlYa4OkUya7gTOtG1LddYFWDuhmMG8TTBud38

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTNv54UJcOf0QWIB4OraEz3h5BSPwvVpIDgtJO-zq0-MNAH1T-r

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQQ4msZqs5YGyEvDc4xIBtl0glm2rQZ7LsilbzRNUFi1QmhSgwd

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRadP8tzRToSi6YgV25tgPSiZuZH-m01ykcCd-vsvFtJOoai2ucTw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWsJatoxZ24v32bG85ut1XPEPG4Fa5l6ApTX9VfC1X3_fQlO6t

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSATYwKzSKWCjMx6cjBGrTkiC8C_lyJBimQ86hhDpKGyeWCgRFU5Q

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRkni6wj2PqLxVIQnGL2w-Hh0Qdu5Q2vEiKSUXAJ7TKh9ePWQBm

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQzo44WmwLEIvLwTyzq_jnCtqqHX6X_CIYel1kbk7vcUHUp-ieN

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJijg5RyUyd3NObMK9uNkIduA32k3nPJwfiuvaWrAi2Td5vyXO

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLXSS07G9gseceN7SeCwGRL0C6ij_75lYGEnDN1qwb_bEl9bGs

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSgjOBb-AqrP0ZXPZSVl55yswE6dnD4uny-n0Xh-9mAuwm1GUq3

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSZAb3DktAXiGznQlZB9az_nvD6AoLygDkDTstPDm_WBfLnJ3ltQg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRXwcTaTVudGTxMwVFFrGw1Z-j9x9D9inLKamTPCwUThDbPuEYpeA

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTU6wtRoYw9X2-MMykBLzlVjXeRgi5rqzD5ck22QxWwI8h7QeNUQA

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpMUOK13Ots0UnbeCQLds3ixSZxNY9gFOfm65Bvc-pf6ZKAlWbzg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQhH-RzSe9GF29vGoZwod2tN7O-9mFfpWJX4bLt78JtJYMqI8w1rA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQxu-I9t3HJlWQ3e6bM41HAOc8j3Smoe-ahJN9OTRyzd6vOUOVF

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQYkezUKlW0ttRviIW9f6NJHBcjJ-sUE4XMIic0ka6qkCguqsqWEQ

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLwoIa5Xuj4eEFEX5vzJFqlL0GIrwjAUDCWbZgf6ni2O6MUMuwHg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSmu_lhCfJa5L3JKT73eNWm5-DVlMMhgQ2zjDd5kmbF9S0PDwt0

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTl9CWad5AcZHOfC-RgTWPbODkKY_C0DW3MZXkDUucqfvfZLDvJvQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSorC-n_GApivF90u5JfsOvUI44_E6pQ_gYw3Zv_SawrJlQ7U_OA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSHehPIU8WfymVyIehhOVdWyZ9Iby-7WygiZdxRqYoB6-t4uxfc

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTHknIkIppczoDGtgqaDVGpF5vzTnPgO0XzesL14bXWKIidntgi

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ2gFiEiRrnRVPCVmgC8fP4RV_b4Cyut6pHRWot2zotTH_isSgx

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRMnyl4ZznB4yj9tFflGmUrm8zxq1VAfdzbHlagdVlYHHs5AqI2Xw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSABiNYE2Ig0ORn0Dp6LWBs8FU1-eDuUfhJpaBhY3dBILcGkw7Y

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQX6x3fLQO-eGD7Sdc__AFLjGRztfSRzdOgtJe_w_XI_qKOl_cQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWAfv06yKnlGGke983sE24US_BbpZ0xgnAp3yIh3eXvCRrRfxtgg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSguscboVOMXCDflSARG5UefcNGLsGZylvXKHJGK4ldNdG1xYiR

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTVsXwe7MG_AOX5rUiFD0hVw9aHeILEWPB_3WS5456jt040weKpxQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS14rgGXof16mpTbvNq37y9tGIxf38V3B4j5iFLZChBi8qMo0cC

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRk338QqS34hcxTHah2whOwSbnEtO-yxxKutL5KPMcrWPKtCTUf

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTQg04AvSsLnhDeWWl4-qLzPD5EX7xzuOAVEiswXHB9n5gRBOxj

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQC715gVGqLwXFM7U94WtdKlMrAiHbkqIvJl2WJ6h_JMsUMfL622g

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR4ku7jfXybpiE3fm21gXSpihSd_rjwxvIac8kqkj5TkIg3rLODrg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcThGLPUz7SfnoPUPrFttXiSBuS3NYmV99axgZzgYDofBuo_RpfcUg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSqsjlV84iSMlkqfRlTaGiWfn6_nyGg91BQcNLZbGrRnn0-j3S4

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSwkrLsv_IQh2wUOQ1DkYx-HwxeUOLNEtv8yCh59CnX_HbW5H3q

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

☼ Quoi & Où ☼