Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 08:32

Prix Nobel

 

 

 


Naissances en 1930

Décès en 1930

 

 

 

Repost 0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 08:27

1930

 

 

 


Icône de redirection Cette page concerne l'année 1930 (MCMXXX en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1930 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1927 1928 1929  1930  1931 1932 1933

Décennies :
1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada, États-Unis) • Asie • Europe (France, Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Littérature Musique Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements

Afrique

  • Fondation du Comité universel de l'Institut nègre de Paris1.
  • Le ministre britannique des Colonies, Sidney Webb, adresse aux gouverneurs des colonies une circulaire leur demandant d’autoriser la création de syndicats africains.
  • Essor du culte bamucapi en Afrique centrale et sud-orientale (1930-1935).
  • Développement au Mali de la secte musulmane des Wahabi, surnommés « les bras croisés ».
  • Création de l’Église du Seigneur (Church of the Lord), de mouvance aladura, au Nigeria. Le prophète Mayange prêche au Cabinda.
  • 1 205 écoles franco-arabes en Algérie française. 5,4 % des musulmans sont scolarisés. Parallèlement, il existe un enseignement privé en langue arabe, celui des 6 000 écoles coraniques et zaouïas, qui enseignent le Coran à 100 000 musulmans avec la bienveillance de l’administration. L’administration considère par contre avec méfiance les 150 medersas qui enseignent une véritable instruction en arabe à 45 000 enfants.

Amérique

  • Mexique : le Partido Laboristo Mexicano (PLN) et le Partido Nacional Agrarista (PNA), deux partis populaires, refusent de s’intégrer au PNR de Plutarco Elías Calles et forment une Alliance nationale révolutionnaire (ANR).
  • Fondation de la Confédération générale du travail (CGT) en Argentine, dominée par les communistes.
  • Les États-Unis renoncent au corollaire Roosevelt.

Asie

260px-Iqbal_Allahabad.jpg
magnify-clip.png
29 décembre : Muhammad Iqbâl se rend à la session annuelle de la ligue musulmane d'Allāhābād
  • Inde : les Musulmans se tiennent à l’écart du mouvement de désobéissance civile. Premières émeutes intercommunautaires entre Hindous et Musulmans.
  • En Birmanie, Saya San mène une rébellion paysanne contre l'administration britannique. Il est exécuté le 16 novembre 1931.
  • Création du soviet de Bao'an en Chine (fin en 1935).

Proche-Orient

  • 1er janvier (Royaume d'Égypte) : les élections législatives donnent une nouvelle majorité au Wafd, dirigé par Nahhas Pacha, qui forme le gouvernement. Après l’échec des négociations pour l’indépendance, les Britanniques laissent le roi renvoyer le gouvernement wafdiste (juin).
  • 28 mars : en Turquie, la ville de Constantinople prend le nom d'Istanbul et la ville d'Angora prend le nom d'Ankara.
  • 31 mars2 : rapport de la commission Shaw chargée d’étudier les causes des affrontements entre Juifs et Arabes en Palestine mandataire. Il insiste sur les causes profondes : l’émigration juive a dépassé les capacités d’absorption du pays, les personnes expulsés des terres achetées par les sionistes ne trouvent plus de terres de rechange en raison de la pression démographique et constituent une catégorie de gens sans terres, revendicatifs et porteurs de futures violences. Le rapport propose une intensification des cultures, mais celle-ci est déjà partout à l’œuvre. La commission insiste sur l’absence de droits politiques des Arabes, qui ont refusé de former un conseil législatif en 1922. Elle préconise de reconsidérer la politique britannique en limitant l’immigration, en adoptant une nouvelle politique foncière et en favorisant un nouveau projet constitutionnel associant les Arabes.
  • Mai :
    • En Syrie mandataire, le haut-commissaire Henri Ponsot décide de promulguer les textes constitutionnels de tous les États syriens, reprenant la Constitution de 1928. Ces dispositions seront appliquées après les prochaines élections.
    • En Palestine mandataire, l’exécutif arabe envoie une délégation à Londres qui réclame une évolution constitutionnelle devant mener à l’indépendance et l’élection d’une assemblée par l’ensemble de la population juive et arabe de Palestine. Les Britanniques refusent et proposent l’élection d’un conseil seulement arabe dont les fonctions ne seraient que consultatives.
  • 20 juin (Royaume d'Égypte) : le pouvoir est confié à Imaïl Sidqi, ancien wafdiste rallié au souverain.
  • 30 juin : fin du mandat britannique sur le Royaume d'Irak, prélude à l’indépendance, promise pour 1932. Le pays reste lié au Royaume-Uni par une alliance de 25 ans : coopération en matière de politique étrangère, maintien de deux bases aériennes britanniques, disposition du territoire irakien en cas de guerre, encadrement britannique de l’armée nationale.
  • 21 octobre : les conclusions de la commission Shaw sont reprises dans le Livre Blanc de 1930. Les sionistes doivent faire des concessions sur la question de l’immigration et sur l’acquisition de terres. En retour les Arabes doivent accepter la présence juive en Palestine et coopérer avec celle-ci.
  • 16 novembre (Royaume d'Irak) : le traité avec le Royaume-Uni est ratifié par le parlement, issus des élections de l’automne. Une opposition au traité, jugé trop favorable aux intérêts britanniques, se constitue au sein du parti de la fraternité arabe, dirigé par Yasin al-Hashimi, ancien officier supérieur de l’armée ottomane pendant la guerre.
  • 22 novembre3 : le Premier ministre égyptien Imaïl Sidqi promulgue une nouvelle constitution qui renforce les pouvoirs du roi et du gouvernement. Il doit faire face à la crise économique mondiale, et édicte des réformes économiques et sociales et encourage le développement de l’industrie.
  • 30 novembre : la commission des Mandats de la SDN adresse des recommandations en vue de préparer l’indépendance de l'Irak : respect des droits des minorités (Kurdes, Assyriens), droits d’usage plus importants du nouvel État sur les ressources pétrolières. L’Irak prend tous les engagements demandés en matière de respect des minorités, ce qui relance l’agitation. Le mouvement kurde est réprimé avec l’aide britannique tandis que les Assyriens réclament un État autonome au sein de l’Irak.
  • Le nombre d’écoles de garçons en Irak est passé de 238 en 1921 à 1863 en 1930.

Europe

Allemagne

  • 11 mars : le Reichstag adopte le plan Young.
  • 25 mars : le paquebot allemand Europa remporte le Ruban bleu qui récompense la meilleure vitesse moyenne réalisée dans l’Atlantique Nord.
  • 27 mars : démission du gouvernement social-démocrate Hermann Müller. Le régime parlementaire entre dans une période de turbulences.
  • 30 mars : gouvernement Heinrich Brüning (fin en octobre 1931, puis octobre 1931-mai 1932), sans majorité stable.
  • 31 mars : plus de trois millions de chômeurs en Allemagne.
  • 30 juin : la Rhénanie est totalement évacuée par les Alliés.
  • 5 août : l’architecte Ludwig Mies van der Rohe prend la tête de l’école du Bauhaus.
  • 11 septembre : élections législatives ; forte participation (82 %). Écroulement des partis de Weimar. Poussée communiste (14,3 %). Le parti nazi (NSDAP) dirigé par Adolf Hitler, obtient 18,3 % des voix (6 410 000 voix) et remporte 107 sièges au Reichstag (Parlement allemand).
    • La dure crise économique qui sévit, permet aux nazis (Parti National Socialiste) qui depuis 1920 allient démonstrations de force et démagogie, d'offrir par l'idée de l'établissement d'un État fort, une voie d'espérance, à la finance, aux industriels et au petit peuple (notamment chez les chômeurs).
  • Novembre : Hitler confie aux SS la police interne du parti national-socialiste.

France

Article détaillé : 1930 en France.

Italie

Article détaillé : 1930 en Italie.

Suisse

Article détaillé : 1930 en Suisse.

Chronologies thématiques

Art et culture

170px-Demuth%2C_Charles_%281883-1935%29_
magnify-clip.png
Deux marins urinant, aquarelle de Charles Demuth

Économie et société

Afrique

  • En raison de la crise économique, la Grande-Bretagne fait suspendre la construction du chemin de fer Tanganyika-Rhodésie du Nord.
  • Sécheresse en Angola (1930-1933).
  • Face à la crise économique internationale, la France lance en AEF une politique d’investissement et de grands travaux.
  • Crise minière : la production de cuivre congolais passe de 132 000 tonnes en 1930 à 50 000 tonnes en 1932. Plus de 100 000 mineurs sont licenciés au Congo belge, ce qui provoque des retours massifs dans les zones rurales. L'Union minière du Haut Katanga réduit ses coûts de main-d’œuvre de plus de 20 % entre 1930 et 1932.
  • Le prix du caoutchouc à Londres est à 13 % de celui de 1913.
  • La crise économique frappe l'économie du Soudan français. Les productions d’arachides, d’huile de palme et de céréales ne se vendent qu’à bas prix alors que le coût de la vie ne cesse de monter et que la métropole, durement touchée, ne peut aider financièrement ses colonies. Les revenus douaniers s’effondrent. L’arrêt des importations européennes permet cependant à l’artisanat et aux petites industries locales de se développer temporairement.
  • Les producteurs africains, incités par des primes ou la fixation de prix minimaux d’achat, augmentent leur production pour compenser la chute des cours (les exportations d’arachide hors territoires britanniques passent de 4 811 000 £ en 1929 à 5 334 000 £ en 1935). Au Dahomey et au Sénégal, les paysans reviennent aux cultures vivrières (manioc, millet, miel…). Les cultures de plantation les moins touchées par la crise se développent : bananes en Guinée ; café en Côte d'Ivoire, en Oubangui-Chari, au Rwanda et à Madagascar ; cacao au Gabon ; le manioc au Congo belge ; le girofle ou la vanille à Madagascar.

Amérique

  • L’industrie textile brésilienne, qui employait 140 000 ouvriers avant la crise, doit en licencier 30 000 et 60 000 autres se trouvent en chômage partiel.

Proche-Orient

  • Crise économique frappant la pêche à la perle en Arabie dans les années 1930.
  • Depuis la fin des subsides britanniques, les seules ressources dont disposent Abdelaziz Ibn Sa'ud proviennent du pèlerinage dans les villes saintes. La recherche pétrolière commence juste à se développer dans la péninsule (Bahreïn). Par l’octroie de concessions, Ibn Sa’ud cherche à se procurer des rentrées d’argent. Des contrats seront signés dans les années 1930 avec des compagnies américaines mais l’exploitation pétrolière ne débutera qu’en 1939.
  • Deux millions d’habitants au Caire. 14,8 millions d’habitants en Égypte.

Europe

  • Recensement en Roumanie : sur 18 millions d’habitants, 71,9 % de Roumains, 7,9 % de Magyars, 4,1 % d’Allemands, 4 % de Juifs, 3,2 % d’Ukrainiens, 2,3 % de Russes, 2 % de Bulgares, 1,5 % de Tziganes, 1 % de Turcs et Tatars, 0,3 % de Polonais, 0,3 % de Serbo-croates. 73 % d’orthodoxes.
  • Roumanie : 6 700 grands propriétaires détiennent encore 24 % du sol face à 2,5 millions de paysans pauvres qui en ont 28 %, situation due à la poussée démographique (+1,2 % par an). D’où un développement de la main-d’œuvre salarié agricole. Les rendement moyens restent faibles (8 à 9 q à l’ha pour le blé contre 16 en France, 10 à 11 q pour le maïs contre 15 à 16).
  • En Espagne 26,5 % de la population active travaille dans le secteur secondaire (plus 10 % en 20 ans), 28 % dans le tertiaire.
  • Le Portugal compte 6 825 000 habitants. Lisbonne compte 600 000 habitants. À la suite de la crise économique mondiale, le Brésil ayant fermé ses portes, l’émigration se réduit à 10 000 départs par an en moyenne (30 000 au début du siècle).
Repost 0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 08:16

1867

 

 

 

 


Cette page concerne l'année 1867 (MDCCCLXVII en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1867, voir -1867.

Années :
1864 1865 1866  1867  1868 1869 1870

Décennies :
1830 1840 1850  1860  1870 1880 1890
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada, États-Unis) • Asie • Europe (France, Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Littérature Musique Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements

Afrique

170px-King_Tewodros_II.png
magnify-clip.png
La Question abyssinienne vue par une caricature du 10 août 1867. Britannia. "Now, then, King Theodore! How about those prisoners?"

  • 2 mars : tremblement de terre à Blida en Algérie. Plusieurs villages sont détruits.
  • 15 mai : monseigneur Charles Lavigerie devient évêque d'Alger. Il était précédemment à Nancy. Il souhaite évangéliser l’Algérie, projet qui rencontre l’opposition de l’empereur et, sur le terrain, de l’armée. Il va fonder deux ordres de missionnaires : les Pères blancs et les Sœurs missionnaires d'Afrique, qui ouvrent dispensaires et orphelinats à travers le pays. Il veut aussi ramener les Berbères au christianisme qu’ils avaient abandonné à partir du VIIe siècle pour l’islam.
  • 28 mai : début du règne de Kofi Kakari, asantehene des Ashanti (déposé en 1874).
  • Août : traité d’amitié entre les Britanniques et l’Akwamu, en Gold Coast.
  • Décembre : l’expédition militaire britannique de Sir Robert Napier débarque à Massaoua, en Éthiopie, avec 32 000 hommes et une quarantaine d’éléphants venus des Indes, pour libérer les diplomates britanniques emprisonnés en 1866. L’avance de Napier est favorisé par l’attitude du ras du Tigré, Cassa, qui est en lutte ouverte contre le négus Théodoros II.
    • L’expédition de Sir Rober Napier ramènera en Angleterre quelque cinq cent manuscrits éthiopiens.

 

  • Inflation de cauris au Dahomey. Les difficultés budgétaires conduisent le roi Glèlè à alourdir la pression fiscale.
  • Grands-Lacs : début du règne de Ntare V Rugingiza, roi d’Ankole (fin en 1895). À sa mort, l’Ankole ruiné sera attaqué par le Ruanda et le Bouganda.
  • Soudan : dans la région comprise entre l’Oubangui, le Nil blanc et la rivière Kotto, le prince marchand Zubeir Pacha, un Bahara du haut Nil, prend possession du pays. D’abord employé d’un commerçant arabe, il commence en 1856 à créer son propre réseau de zariba (entrepôts) notamment en contractant des alliances avec les Kreich et les Zande. Soutenu par une armée dévouée de bazinger (miliciens), il lance depuis sa résidence Dem Nduggu des raids sur les pays limitrophes, notamment le Darfour, le Tchad et la vallée de l’Uele (rivière). Il se proclame indépendant en 1867 et s’octroie le titre de cheik. Son règne se soldera par le retrait des Européens de la confrérie des commerçants du haut Nil et par une amorce de dépopulation locale.
  • Afrique du Sud : découverte de gisement de diamants à Kimberley, dans la colonie du Cap et au Grikaland. Il s’ensuit une prospection systématique non seulement dans la région, mais sur la quasi-totalité du continent.

 

Amérique

 


220px-Manet_Execution_condamnes.jpg
magnify-clip.png
19 juin : exécution de Maximilien, vue par Édouard Manet (détail)
220px-Alaska_Purchase_%28hi-res%29.jpg
magnify-clip.png
Chèque utilisé par le gouvernement des États-Unis pour l'achat de l'Alaska
  • 23 novembre : le traité d'Ayacucho fixe la frontière entre le Brésil et la Bolivie sur les rivières Beni et Mamoré. L’Amazone est ouverte aux navires de toutes les nations, après l’obtention d’un traité de frontières avec les pays voisins.

Asie

  • 3 février, Japon : cérémonie d’accession au trône du jeune empereur Meiji, âgé de quinze ans. Des rumeurs se répandent, annonçant la promesse de jours meilleurs : des centaines de milliers de personnes issues des milieux populaires dansent et chantent depuis Edo jusque dans le Kansai. Des mouvements festifs de nature millénariste se diffusent entre Edo et Osaka. Par ailleurs, l’ambassadeur français Léon Roche est promu conseiller officieux du nouveau shogun Yoshinobu pour les affaires extérieures.
    • Les Britanniques appuient ouvertement les partis de Choshu et de Satsuma qui multiplient les tentatives de coups de main sur Kyôto. Yoshinobu rassemble ses troupes pour éviter l’éclatement du pays. Pour la première fois le shogun prend ouvertement les armes contre l’empereur, qui réplique en supprimant la charge de shogun le 9 octobre.

Europe

Articles détaillés : 1867 en France, 1867 en Italie et 1867 en Suisse.

 

  • Royaume-Uni : apparition du parti conservateur (Disraeli) et du parti libéral (Gladstone). Disraeli institue les Associations conservatrices locales afin de s’assurer une assise nationale.
  • Congrès slaves sans représentation polonaise à Moscou.
  • Crise agricole en Espagne (1867-1868). Les paysans ruinés rejoignent les indigents (15 % de la population).
  • Code Civil au Portugal. Abolition de la peine de mort pour des crimes civils. Abolition du droit d’aînesse, qui accentue la micropropriété dans le nord.
  • Le Portugal possède 13 banques.
  • Fondation de la société Nestlé à Vevey en Suisse.
  • Les ouvriers belges reçoivent le droit de coalition et le droit de grève.

Autriche-Hongrie

  • 18 février : signature à Vienne du Compromis austro-hongrois. Le Royaume de Hongrie gagne son autonomie. État dualiste, l’Empire d'Autriche et la Hongrie sont unies par la personne de leur souverain et par des ministères communs (Guerre, affaires étrangères, Finances).
  • 20 février : Gyula Andrássy, président du conseil hongrois (fin en 1871).
  • Mars : le Compromis austro-hongrois est adopté (Ausgleich). L’État hongrois est rétabli dans la plénitude de ses forces. Le régime parlementaire bicaméralisme d’avril 1848 est restauré. La loi stipule « la possession commune et inséparable » par la maison des Habsbourg de tous les territoires placé sous son sceptre et « l’autonomie législatives et l’indépendance gouvernementale de la Hongrie », l’assurance de ses « droits publics constitutionnels ».
  • 8 juin : François-Joseph accepte de se faire couronner à Pest roi de Hongrie (fin en 1790).
  • Août :
  • 11 décembre : traité de commerce franco-autrichien.
  • 21 décembre : les « lois de décembre » dotent l’Autriche d’un régime libéral. Mais cette constitution, favorable aux Allemands, provoque le mécontentement des Slaves. Le comte Goluchowsky obtient l’autonomie complète pour la Galicie.

 

  • La Croatie retourne dans la dépendance de la couronne de Hongrie. Les Croates se rapprochent des Serbes. L’évêque de Diakovo, MgrJosip Strosmajer devient le chef de l’opposition à l’oligarchie hongroise.
  • Expansion économique en Autriche.
  • Le réseau de chemin de fer hongrois compte 4 700 km.

 

Chronologies thématiques

 


150px-Pierre-Auguste_Renoir_070.jpg
magnify-clip.png
Lise à l’ombrelle, toile de Renoir.

Naissances en 1867

Décès en 1867

 

 

 

 

 

Repost 0
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 04:49

Crimes de guerre

 

 

 

 


 

 

 

 

 

En raison du grand degré de souffrance causé par l’armée japonaise au cours des années 1930 et 40, elle est souvent comparée à l’armée du troisième Reich au cours de la période 1933-1945. L’historien Chalmers Johnson (en) a écrit que :

« Établir lequel des deux agresseurs de l’Axe, l’Allemagne ou le Japon, fut au cours de la Seconde Guerre mondiale le plus brutal à l’égard des peuples qu’ils martyrisèrent est dénué de sens. Les Allemands ont tué six millions de Juifs et 20 millions de Russes (c à d de citoyens soviétiques); les Japonais ont massacré pas moins de 30 millions de Philippins, Malais, Vietnamiens, Cambodgiens, Indonésiens et Birmans, dont au moins 23 millions étaient ethniquement chinois. Ces deux pays ont pillé les pays qu’ils ont conquis à une échelle monumentale, encore que le Japon a volé plus, et sur une plus longue période, que les nazis. Les deux conquérants ont réduit en esclavage des millions de personnes et les ont exploitées comme main d’œuvre forcée – et, dans le cas des Japonais, comme prostituées (de force) pour les troupes du front. Si vous étiez un prisonnier de guerre Nazi aux mains du Royaume-Uni, des États-Unis, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande ou du Canada (mais pas de la Russie), vos chances de ne pas survivre à la guerre s’élevaient à 4 % ; en comparaison, le taux de mortalité pour les prisonniers de guerre aux mains des Japonais approchait les 30 %8. »

 

 

 

 

Soldat japonais s'exerçant à la baïonnette sur le cadavre d'un soldat chinois.

 

 

 

 

 

Les raisons d'une telle violence sont à chercher dans l'histoire et dans la culture japonaise. À partir du tournant du XXe siècle, le nationalisme japonais s'est durci. Selon la doctrine du hakkō ichi'u, la race japonaise est supérieure aux autres et par conséquent le Japon a le droit de dominer l'Asie. L'adoption du shintoïsme d'État selon lequel l'empereur du Japon est d'ascendance divine permet d'asseoir la supériorité de la nation sur les autres. La militarisation de la société commence avec le Rescrit impérial aux soldats et aux marins rédigé en 1882 appelant les militaires à une fidélité absolue envers l'empereur.

Les premières victimes de cette idéologie sont les Coréens dont le pays devient une colonie japonaise en 1910. Les Japonais tentent de détruire la culture coréenne et déportent plus de 400 000 Coréens au Japon comme main d'œuvre forcée. Le Mandchoukuo connait le même sort et doit subir une occupation brutale. Près de 10 millions de Chinois sont exploités dans les différentes industries du pays dans des conditions souvent dramatiques9. La haine des Chinois était particulièrement vive chez les Japonais, la propagande les présentait comme des « êtres inférieurs » ou des bêtes. La guerre sino-japonaise fut par conséquent particulièrement atroce et le massacre de Nankin en est certainement l'exemple le plus connu. Après la rude bataille de Shanghai, les Japonais entrent dans Nankin alors capitale de la Chine. Les massacres vont durer trois mois au cours desquels 300 000 Chinois sont tués dans des conditions particulièrement choquantes sans que le commandement n'intervienne. De même, lors de l'application de la politique des Trois Tout (« Tue tout, brûle tout, pille tout »), 2,7 millions de civils perdent la vie. Afin de limiter les nombreux viols commis par les soldats japonais et réduire la propagation des maladies vénériennes, plus de 200 000 femmes, désignées par l'euphémisme femmes de réconfort sont contraintes de se prostituer.

 

 

 

 

 

L'Australien Leonard Siffleet (en), capturé en Nouvelle-Guinée, est photographié quelques secondes avant son exécution par décapitation.

 

 

 

 

 

Pour tenter de vaincre la résistance chinoise, le Japon eut recours à des armes chimiques et bactériologiques comme lors de la bataille de Changde. On estime que 500 000 Chinois sont morts de maladies comme la peste bubonique ou le choléra délibérément utilisées par les Japonais10. Les recherches sur ces armes biologiques étaient réalisée au sein de l'unité 731 dirigée par Shirō Ishii. Semblables à celles effectuées par les nazis, les expérimentations exposaient les cobayes humains souvent chinois à des souffrances indicibles pour des résultats scientifiques contestables. L'unité 731 et les autres centres de recherche sont responsables de plusieurs milliers de morts dont des prisonniers de guerre américains11 pourtant Shirō Ishii parviendra à monnayer les résultats de ses recherches avec les États-Unis en échange d'une totale impunité.

Si les peuples asiatiques furent les principales victimes des exactions japonaises, les prisonniers de guerre occidentaux connurent des traitements similaires. Selon le code du Bushido, la reddition est le déshonneur suprême. Par conséquent les prisonniers de guerre perdaient tout droit à un traitement convenable. Plus de 10 000 Américains moururent lors de la marche de la mort de Bataan aux Philippines de même que 100 000 hommes dont 16 000 soldats du Commonwealth lors de la construction de la voie ferrée de la mort en Birmanie. Les Hell ships (navires de l'enfer) utilisés par les Japonais pour déplacer les prisonniers dans des conditions épouvantables n'avaient aucun signalement et étaient attaqués par les sous-marins ou l'aviation alliée, sans qu'on puisse deviner leur réelle fonction. On rapporte également des cas d'anthropophagie, étape ultime de la déshumanisation de l'adversaire, sur des prisonniers ou des civils sans que l'on puisse accuser la faim d'en être responsable.

Bien que non comparables avec ceux des Japonais, les Alliés ont commis des crimes de guerre lors de la guerre. Les prisonniers de guerre japonais étaient souvent maltraités en représailles des actions de l'armée japonaise, particulièrement en Chine. De même, la propagande américaine rappelait les traitements inhumains infligés aux soldats alliés qui se rendaient. Sachant que les Japonais seraient sans pitié avec eux, les soldats américains hésitaient à faire quartier aux troupes qui se rendaient. D'autant plus qu'ils craignaient toujours une reddition feinte qui se transformerait en attaque suicide. Le sentiment antijaponais exacerbé par la propagande fit que la mutilation des cadavres japonais devint une chose courante parmi les unités combattantes. Pour l'historien Niall Ferguson, « Les troupes alliées voyaient souvent les Japonais de la même manière que les Allemands considéraient les Russes, comme des untermensch »12. Les autres accusations contre les Américains concernent le bombardement à grande échelle de zones urbaines, essentiellement civiles, au Japon et en particulier les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki.

 

 

Historiographie

 

 

 


Article détaillé : Révisionnisme au Japon.

 

 

 

 

 

De la même manière qu'en Europe où les crimes de guerre nazis en Union soviétique furent oubliés avec la montée en puissance de la Guerre froide, les crimes japonais furent occultés du fait de la prise de pouvoir par les communistes en Chine. Le tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient censé juger les crimes de guerre japonais fut critiqué pour l'absence d'un certain nombre de responsables en particulier celle de l'empereur du Japon et de la famille impériale, l'impunité offerte permettant de faciliter l'occupation du pays par les Américains ; L'empereur devenant un spectateur impuissant marginalisé par les militaires. De même, certains sujets sensibles comme l'Unité 731 ou les femmes de réconfort ne furent pas abordés. Par la suite, plusieurs accusés purent mener une carrière politique comme Nobusuke Kishi ou Mamoru Shigemitsu sans que leurs actes passés ne soient un problème. Ces décisions firent que le peuple japonais ne put pas prendre la pleine mesure des crimes commis en son nom par l'Empire du Japon. Ainsi, à la différence de l'Europe où la négation de la Shoah est un acte répréhensible, le révisionnisme devint la norme au Japon où les manuels d'histoire furent purgés de toutes références aux crimes de guerre. Le terme d'« invasion » de la Chine est remplacé par le mot « avance » et le massacre de Nankin est traité comme une anecdote. Le maire de Nagasaki fut par exemple victime d'une tentative d'assassinat après avoir évoqué la responsabilité personnelle de l'empereur dans la conduite de la guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La question du révisionnisme japonais continue d'empoisonner les relations entre le Japon et ses voisins. En effet, le Japon n'a jamais présenté ses excuses pour des actes précis et s'est contenté d'émettre « son sentiment de profond remords » pour les crimes japonais13. Ainsi, aucun homme politique japonais n'a réalisé de geste équivalent à celui de Willy Brandt à Varsovie et les dérapages sont nombreux comme les visites officielles au sanctuaire Yasukuni où sont honorés les âmes des soldats morts dont celles des criminels de guerre ou lorsque le premier ministre Shinzō Abe avance que l'esclavage sexuel n'a jamais existé14. Ce refus de reconnaitre ses crimes est certainement lié à la peur de devoir réaliser de nouvelles indemnisations et de devoir porter le fardeau d'une culpabilité éternelle à la manière de l'Allemagne et de son passé nazi. Parallèlement le Japon a réussi à apparaît en Occident comme une victime de la guerre du fait des bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Ainsi, le bombardement d'Hiroshima est commémoré chaque année tandis que les crimes japonais restent encore très largement méconnus dans les opinions publiques occidentales.

 

 

 

 

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
  • Portail de la Birmanie Portail de la Birmanie
  • Portail de la Thaïlande Portail de la Thaïlande
  • Portail de l’Australie Portail de l’Australie
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
  • Portail de l’Asie Portail de l’Asie
  • Portail de l’Océanie Portail de l’Océanie
  • Portail du monde chinois Portail du monde chinois
  • Portail de l’Empire du Japon Portail de l’Empire du Japon
Repost 0
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 04:43

1943

 

 

 

 


220px-Second_world_war_asia_1943-1945_ma
magnify-clip.png
Évolution de 1943 à 1945.

 

 

 

 

 

Au début de l'année 1943, le Japon, bien que blessé, dispose encore d'un vaste empire gorgé de richesses. Cependant, les faiblesses japonaises deviennent de plus en plus patentes. L'industrie japonaise est incapable de remplacer les appareils, les porte-avions et surtout les pilotes perdus en 1942. Elle n'a d'autre choix que de reconvertir des coques de cuirassés, rendus obsolètes par l'aviation, en porte-avions avec tous les inconvénients que cela implique. Dans le même temps, l'industrie américaine tourne à plein régime et même si elle doit approvisionner deux théâtres d'opérations, elle fournit la classe de porte-avions Essex bien supérieure à ce que peuvent réaliser les japonais. De même, les nouveaux chasseurs américains comme le Corsair ou le Hellcat utilisés avec les bonnes tactiques de combat aérien vont balayer l'aviation japonaise composée d'appareils bien trop mal protégés et armés comme le Zero. Le 14 avril 1943, le commandant en chef de l'armée japonaise, l'amiral Isoroku Yamamoto est tué lorsque son appareil est abattu par des chasseurs américains. Le Japon perd ainsi son meilleur officier supérieur.

Pour dégager définitivement l'Australie de la menace japonaise, l'amiral Nimitz planifie l'opération Cartwheel dont l'objectif est la reconquête des îles Salomon pour isoler la puissante base de Rabaul. La progression américaine est très lente du fait de la résistance fanatique des Japonais qui défendent chaque île jusqu'au dernier homme, de la rudesse du climat et du relief et de l'étirement des lignes de communication et de ravitaillement. L'île de Nouvelle-Géorgie tombe le 25 août 1943 mais les combats sur Bougainville dureront jusqu'à la capitulation japonaise. Néanmoins, Rabaul est isolé et la garnison de 100 000 hommes y restera jusqu'à la fin de la guerre car les Américains n'ont aucune intention de prendre la ville désormais inoffensive. Dans le même temps, les îles Aléoutiennes occupées par les Japonais depuis avril 1942 sont libérées durant l'été 1943.

Les Américains hésitent à présent entre deux stratégies pour se rapprocher du Japon et le contraindre à se rendre. L'amiral Chester Nimitz plaide pour une avancée à travers la Micronésie en capturant successivement les îles Gilbert, Marshall, Carolines, Mariannes et Bonin, dernière étape avant le Japon. De l'autre côté, le général Douglas MacArthur veut passer par le nord de la Nouvelle-Guinée, les Moluques puis les Philippines. Les planificateurs américains se prononcent en faveur de Nimitz, mais la puissance américaine est telle que les deux routes seront empruntées simultanément. En novembre, la reconquête des îles Gilbert commence, mais la résistance japonaise est féroce. Pour prendre le minuscule atoll de Tarawa, 1 000 soldats américains sont tués et seuls 16 soldats japonais sont faits prisonniers sur une garnison de 4 200 hommes. Ces pertes scandalisent l'opinion publique américaine mais la bataille permit de perfectionner les tactiques de débarquement.

 

 

 

 

 

220px-Nassau_Bay_landing.jpg
magnify-clip.png
Soldats australiens et américains débarquant en Nouvelle-Guinée, juillet 1943.

 

 

 

 

 

Sur le front de Birmanie, les Japonais sont arrivés aux portes de l'Inde mais sont bloqués sur les contreforts des Naga Hills. Le ravitaillement n'arrive que très lentement malgré la sanglante construction de la voie ferrée Siam-Birmanie. De plus, la destruction de la flotte japonaise à Midway rend impossible tout soutien aéronaval à l'avancée japonaise. La situation des Britanniques n'est pas pour autant favorable. Gandhi lance son mouvement Quit India et des émeutes paralysent les réseaux de transports et nécessitent une forte présence britannique. De plus, ce front est jugé secondaire par rapport à l'Europe et les unités indiennes sont envoyés en Afrique du Nord. Malgré tout, les Britanniques lancent des offensives de petite envergure dans le nord de la Birmanie avec peu de succès. Dans le même temps, ils mettent en place des unités de commandos parfaitement entrainés au combat dans la jungle, les Chindits, pour harceler les arrières japonais. Si les résultats militaires sont discutables, l'action a un effet considérable sur le moral des soldats. Finalement le retour de la mousson au milieu de l'été met fin aux opérations militaires. Une combinaison de facteurs militaires, administratifs et naturels provoquent une immense famine au Bengale qui fera plus de deux millions de morts.

 

 

 

 

 

220px-Changde_battle.jpg
magnify-clip.png
Soldats chinois lors de la bataille de Changde en novembre 1943.

 

 

 

 

 

En Chine, le conflit est bloqué depuis 1938. Quelques affrontements majeurs ont lieu comme à Changsha, dans le Hubei et à Changde mais aucun n'est décisif. De manière générale, les hostilités sont rares du fait de nombreux accords, tacites ou officieux, entre Japonais et Chinois. Néanmoins, l'occupation japonaise se traduit par de très nombreuses exactions comme lors de l'application de la Politique des Trois Tout en 1942. Pour ravitailler la Chine, le général américain Joseph Stilwell met en place un pont aérien entre l'Assam en Inde et Kunming en Chine. La route surnommée The Hump (la bosse) par les aviateurs franchit l'Himalaya et permit de transférer plus de 600 000 tonnes de matériel avant la fin de la guerre.

En novembre 1943, le Japon organise la conférence de la Grande Asie orientale dont l'objectif est la réorganisation de l'Asie avec la création de gouvernements locaux alliés du Japon. Bien que cette conférence ait avant tout eu un rôle de propagande, elle montre également une évolution dans la pensée des dirigeants japonais. Voyant les défaites s'accumuler, ils considèrent que des relations basées sur la coopération plutôt que sur l'asservissement seraient plus efficaces pour fédérer les peuples asiatiques contre les colonisateurs européens. Cependant, cette conception entre en contradiction avec la volonté du quartier général impérial6. De plus, cette évolution arrive trop tard pour influer sur le cours de la guerre.

 

 

1944



 

 

L'un des paradoxes les plus flagrants dans la stratégie japonaise est la faiblesse de sa logistique. Le Japon est un état insulaire avec peu de ressources naturelles, qui dépend énormément des importations en ce qui concerne le pétrole ou les produits alimentaires. La doctrine japonaise purement offensive ne cadrait pas avec l'activité purement défensive de l'escorte de convois. Ainsi, le Japon se lança dans la construction de monstres cuirassés comme le Yamato tout en négligeant la construction d'escorteurs indispensables pour rapatrier en sécurité les matières premières en métropole. Le résultat fut désastreux, car les antiques destroyers japonais ne purent lutter contre les sous-marins américains, qui coulèrent 90 % de la flotte de commerce japonaise. Les sous-marins américains ont réussi là où les U-Boote allemands ont échoué : asphyxier un pays. Au printemps 1944, la flotte japonaise est ainsi redéployée à Bornéo à proximité des puits de pétrole, mais l'île est dépourvue des infrastructures nécessaires à l'entretien d'une telle marine de guerre.

Article détaillé : Campagne des îles de l'Amirauté.

Contournant Rabaul, les Américains prennent les îles de l'Amirauté. Parallèlement, les troupes de MacArthur remontent lentement la côte nord de la Nouvelle-Guinée et entrent dans les anciennes colonies hollandaises en débarquant à Aitape et à Hollandia en avril 1944. La reconquête des îles Marshall montre que les leçons de Tarawa ont été tirées car les pertes sont bien plus faibles malgré la plus forte garnison japonaise. De leur côté, les Japonais réalisent que les défenses placées immédiatement sur le littoral sont trop vulnérables aux bombardements côtiers et lors des batailles suivantes, la défense en profondeur sera bien plus difficile à percer. Dans les Marshall, les Américains appliquent la stratégie du saute-mouton. Les îles principales sont capturées pour y installer une base aérienne qui interdit la zone aux Japonais et condamne les garnisons situées sur les îles alentour à pourrir sur place.

 

 

 

 

 

220px-WorldWarII_SaipanandTinian.jpg
magnify-clip.png
Débarquement à Saipan.

 

 

 

 

 

Une fois les Mariannes et les Carolines prises, l'attention américaine se tourne vers les îles Mariannes. Celles-ci se trouvent à moins de 2 500 km des côtes japonaises, ce qui en fait une base parfaite pour les bombardiers lourds B-29 venant tout juste d'entrer en service. Saipan est la première île à tomber le 9 juillet 1944 après un mois de combat. La chute de Saipan entraine la démission du gouvernement de Hideki Tōjō et affaiblit la position des militaires. Suite à la perte de Saipan, la marine japonaise organise une opération navale avec une importante flotte composée de neuf porte-avions et des plus puissants cuirassés au monde, le Yamato et le Musashi. Cependant, la flotte américaine possède 15 porte-avions dont l'aviation embarquée est largement supérieure à celle des Japonais. Avant même le début de la bataille de la mer des Philippines, deux porte-avions japonais sont envoyés par le fond par des sous-marins américains. Le sort des armes fut tellement à sens unique que les pilotes américains surnommèrent cette bataille The Great Marianas Turkey Shoot (le grand tir aux pigeons des Mariannes). Les pertes ne pourront jamais être remplacées et par la suite les porte-avions japonais ne seront plus utilisés que comme appât ou pour faire diversion. Libérés de la menace japonaise, les Américains envahissent Tinian et y implantent la plus grande base aérienne au monde ; à la fin de la guerre, elle accueille près de mille bombardiers et 50 000 personnels au sol. Guam est également libéré en août. En septembre, les marines débarquent à Peleliu. Les Japonais y appliquent la nouvelle tactique de défense en profondeur ce qui entraine plus de deux mois de combats acharnés. Le tiers des soldats américains est mis hors de combat (morts ou blessé), tandis que la garnison japonaise est annihilée.

 

 

 

 

 

220px-USS_Bunker_Hill_hit_by_two_Kamikaz
magnify-clip.png
Le Bunker Hill vient d'être touché par deux kamikazes le 11 mai 1945.

 

 

 

 

 

Au sud, après une étape dans les Moluques, MacArthur approche des Philippines. Leur prise couperait le Japon de ses conquêtes les plus importantes en Indonésie et en Malaisie. Néanmoins, Nimitz milite pour une attaque de Formose qui permettrait également de couper les voies maritimes entre le Japon et ses possessions mais en ferait une base avancée à moins de trois heures du Japon et de la Chine. Mais, le bouillant MacArthur fait appel à des considérations politiques. Les Philippines étaient un protectorat américain et MacArthur veut respecter la promesse qu'il s'était faite de revenir en quittant précipitamment l'archipel deux ans plus tôt. L'état-major américain décide frapper au cœur des Philippines et organise un immense débarquement sur l'île de Leyte dont l'envergure dépasse celle du débarquement de Normandie. Pour contrer cette attaque, les Japonais tentent d'éloigner le gros de la flotte américaine en l'appâtant avec ses derniers porte-avions dépourvus du moindre appareil pour qu'une seconde flotte de cuirassés détruise la flottille de débarquement laissée sans protection. Le commandant américain William F. Halsey tombe dans le piège, mais les Japonais ne parviennent pas à exploiter leur supériorité et doivent se replier. La bataille du golfe de Leyte, la plus grande bataille navale de l'histoire, se solde par la destruction de la moitié du tonnage engagé du côté japonais et la perte des derniers porte-avions. La première attaque suicide des kamikazes a lieu lors de cette bataille. Les pertes causées par les 2 500 kamikazes qui s'abattront sur les navires alliés jusqu'à la fin de la guerre seront très rapidement compensées par la puissante industrie américaine, d'autant plus que, l'effet de surprise passé, les attaques réussies sur les grands navires se font plus rares. D'un point de vue strictement militaire, les résultats sont meilleurs que si le pilote avait la moindre chance de s'en sortir mais les attaques horrifient les marins américains qui commencent à se demander quel sera le prix de la conquête du Japon.

 

 

 

 

 

220px-Lowering_the_flag_on_Zuikaku.jpg
magnify-clip.png
L'équipage du Zuikaku salue le drapeau avant de quitter le navire, 25 octobre 1944.

 

 

 

 

 

En novembre, le président Roosevelt est réélu pour un quatrième mandat sans grande surprise compte tenu de la guerre. Après la prise de Leyte, les Américains débarquent à Mindoro et sur l'île principale de Luçon et approchent de la capitale Manille.

Sur le front birman, les Japonais déclenchent une vaste offensive en janvier 1944. L'attaque s'épuise rapidement du fait de l'étirement excessif des lignes de ravitaillement. Lors des batailles d'Imphal et de Kohima, les unités japonaises épuisées sont violemment repoussées et doivent se retirer au début de l'été. À la fin de l'année, le nord de la Birmanie est libéré, dont la ville stratégique de Myitkyina. La route de Birmanie est rouverte au début de l'année 1945.

En Chine, l'année est marquée par l'opération Ichi-Go qui permet aux Japonais de s'emparer de vastes portions de territoires en Chine centrale et méridionale. Les forces chinoises s'effondrent face à la plus grande offensive en Chine depuis plusieurs années. L'un des objectifs japonais était la destruction des bases aériennes qui, au début de l'année, étaient les seules suffisamment proches du Japon. Cependant, les Américains abandonnent leurs bases en Chine trop difficiles à approvisionner et se redéploient dans les îles Mariannes tout juste conquises et encore plus proches du Japon.

 

 

1945

 


 

 

 

Au début de l'année, les possessions japonaises restaient impressionnantes et les riches régions de Malaisie et d'Indonésie lui appartiennent toujours. Cependant, le pays est à genoux, sa marine de guerre est à l'agonie après la perte de ses porte-avions. L'aviation japonaise invincible au début de la guerre n'est plus que l'ombre d'elle-même, ses appareils dépassés emmenés par des pilotes inexpérimentés n'ont d'autre utilité que comme kamikazes. Les bombardiers américains B-29 basés aux Mariannes commencent à anéantir les villes et les industries japonaises sans rencontrer de véritable opposition.

 

 

 

 

 

220px-B-29_bombing.jpg
magnify-clip.png
B-29 larguant leurs bombes au-dessus de Tokyo au début de l'année 1945.

 

 

 

 

 

Aux Philippines, le général Tomoyuki Yamashita veut abandonner Manille qu'il juge indéfendable mais le contre-amiral Iwabuchi Sanji refuse et se retranche dans la ville avec 15 000 hommes. La bataille de Manille dure tout le mois de février et cause la mort de près de 100 000 civils, la plupart massacrés par les Japonais. Les débris des unités japonaises se dispersent dans les jungles où ils mènent une guerre de guérilla contre les Américains et les Philippins. La reconquête des Philippines ne s'achèvera qu'avec la capitulation japonaise. 96 % des 350 000 soldats japonais dans l'archipel sont tués.

La libération de Bornéo est la dernière campagne d'envergure sur le théâtre du Pacifique. Les forces, principalement australiennes, débarquent au nord et à l'est de l'île en mai. Critiquée après la guerre car considérée comme inutile, la prise de Bornéo prive le Japon d'importantes ressources en pétrole et isole un peu plus ses possessions en Indonésie et en Malaisie.

En Birmanie, les Britanniques poursuivent leur progression le long de l'Irrawaddy et Mandalay tombe le 27 mars. Le chef de l'État fantoche de Birmanie, Ba Maw, se retourne contre les Japonais dont les lignes craquent de partout. Rangoon est finalement prise en mai 1945. Une opération est envisagée pour reprendre la Malaisie, mais la capitulation japonaise arrive avant sa mise en application.

 

 

 

 

 

200px-British_soldiers_patrol_Burmese_to
magnify-clip.png
Soldats britanniques près de Mandalay en Birmanie, janvier 1945.

 

 

 

 

 

Pendant que MacArthur reconquiert les Philippines, la marine américaine poursuit sa route des atolls. La prise d'Iwo Jima à mi-chemin entre les Mariannes et le Japon permettrait de recueillir les appareils endommagés et de doter les escadrilles de bombardement d'une escorte qui leur fait défaut. La bataille d'Iwo Jima commence le 19 février, mais il faut plus d'un mois aux Américains pour nettoyer l'île de 21 km2 de sa garnison de 21 000 hommes. Après la prise d'Iwo Jima, le chemin du Japon passe obligatoirement par Okinawa qui pourra servir de base de départ pour un débarquement amphibie sur les îles principales.

L'invasion d'Okinawa, le 1er avril (dimanche de Pâques), surpasse toutes les opérations antérieures dans le Pacifique. La flotte américaine de 17 porte-avions reçoit le renfort des quatre porte-avions britanniques que la destruction de la flotte allemande a permis de libérer. Les Japonais envoient près d'un millier de kamikazes tout au long de la bataille. Plusieurs porte-avions sont endommagés et quelques navires plus petits sont coulés, mais la flotte américaine reste intacte. L'opération Ten-Gō lancée le 7 avril est une opération suicide qui entraîne la perte du Yamato, le plus grand cuirassé de l'histoire, qui succombe sous les coups de l'aéronavale américaine. Après cette bataille la flotte japonaise a purement cessé d'exister tout comme l'aviation qui perd 7 800 appareils lors de la prise des Îles Ryūkyū. Dans le même temps, la conquête d'Okinawa se poursuit dans un bain de sang. Le 21 juin 1945, 200 000 Japonais dont une moitié de civils sont morts.

 

 

 

 

 

200px-Okinawa_flamethrower.jpg
magnify-clip.png
L'usage du lance-flammes était souvent nécessaire pour venir à bout de derniers défenseurs japonais, Okinawa, juin 1945.

 

 

 

 

 

La prise d'Okinawa et d'Iwo Jima a coûté la vie à plus de 25 000 Américains et le Japon ne semble toujours pas prêt à se rendre. Les stratèges sont donc forcés de planifier l'invasion des îles principales de l'archipel japonais. L'opération Downfall comportera deux débarquements d'une ampleur jamais vue, l'un en octobre sur Kyūshū et l'autre au printemps 1946 sur Honshū avec des pertes estimées, selon l'évaluation la plus pessimiste, à près de 800 000 morts chez les Américains et plus de 10 millions chez les Japonais[réf. nécessaire]. Le nouveau président Harry Truman (Roosevelt est mort le 15 avril) refuse de sacrifier autant de soldats pour une guerre virtuellement gagnée.

En effet, la prise des Mariannes et l'installation d'une immense base aérienne à Tinian puis la prise d'Iwo Jima permettent aux Américains de mener des opérations de bombardement stratégique particulièrement destructrices. À partir du printemps 1945, l'usage à grande échelle des B-29 et des bombes incendiaires font des ravages dans les villes japonaises à forte densité de population et aux habitations de bois. De plus, à la différence de l'Allemagne, le Japon n'était pas préparé à être bombardé. Les abris sont rares, la défense anti-aérienne et les chasseurs japonais sont incapables de protéger les villes. Le résultat est désastreux, dans la nuit du 9 au 10 mars, le bombardement de Tokyo tue 100 000 personnes. La ville brûle pendant trois semaines. À la fin de la guerre, 500 000 Japonais ont été tués et 5 millions sont sans logement à cause des bombardements qui ont détruit 40 % des zones urbaines du pays. De plus, la flotte étant détruite, les cuirassés américains participent à la destruction des villes côtières. Lors de l'opération Famine, les voies navigables et les côtes sont minées empêchant le transport de fret provoquant un début de famine. Pour aggraver la situation, l'URSS a dénoncé le 2 avril le pacte de neutralité entre les deux pays présageant d'une prochaine entrée en guerre.

 

 

 

 

 

220px-Nagasakibomb.jpg
magnify-clip.png
Champignon nucléaire au-dessus de Nagasaki, 9 août 1945.
220px-Douglas_MacArthur_signs_formal_sur
magnify-clip.png
MacArthur signe les Actes de capitulation du Japon le 2 septembre 1945.

 

 

 

 

 

Lors de la conférence de Potsdam en juillet 1945, les Alliés demandent la capitulation sans conditions du Japon qui devra abandonner toutes ses conquêtes depuis 1895, désarmer ses unités militaires et accepter une occupation militaire. La réception de cette déclaration divise le gouvernement japonais entre les civils prêts à l'accepter et les militaires qui pensent que l'Amérique offrira des conditions plus favorables pour éviter un sanglant débarquement au Japon. Le 28 juillet, le premier ministre Kantarō Suzuki utilise le terme ambigu de mokusatsu pour qualifier l'ultimatum et cherche une voie diplomatique avec les Soviétiques. Les Américains considèrent cette réponse comme un refus. Le président Truman décide alors d'utiliser une arme révolutionnaire dont le test vient de réussir au Nouveau-Mexique. Les 6 et 9 août, les villes d'Hiroshima et de Nagasaki subissent les premiers bombardements nucléaires qui font 150 000 morts. Le 8 août, l'URSS déclare la guerre au Japon et pulvérise les unités japonaises de Mandchourie. Malgré le double choc des bombardements atomiques et de l'attaque soviétique, une partie des militaires continue de refuser la capitulation. L'empereur Hirohito demande la tenue d'une conférence dans la nuit du 9 au 10 août dans laquelle il accepte les conditions imposées par les Alliés à condition que la monarchie soit maintenue. Les Américains acceptent et le 14 août, l'empereur s'adresse à la nation pour signifier la fin de la guerre. La cérémonie officielle a lieu sur le pont du cuirassé Missouri dans la baie de Tokyo le 2 septembre 1945.

Les actes de capitulation furent officiellement signés le 2 septembre.

À cette date, les forces armées japonaises comptabilisaient 6 983 000 militaires dont 5 525 000 dans l'armée de terre sans compter les milices et le personnel civil tandis que les pertes militaires furent estimées à 1 402 153 militaires signalés morts ou disparus en action ; en août 1948, 76 960 militaires étaient encore signalés comme disparus et, à quelques exceptions près, présumés morts7.

 

 

 

 

Conséquences

 

 

 

 


220px-US_Military_parade_at_the_Imperial
magnify-clip.png
Parade militaire américaine à proximité du palais impérial, 9 mars 1946.

 

 

 

 

 

La guerre dans le Pacifique eut des conséquences importantes et durables. La première est la destruction de la puissance militaire et économique du Japon. Ce dernier perd toutes ses conquêtes depuis 1895 et ne conserve que les îles de l'archipel japonais. Le pays est militairement occupé et mis sous tutelle et Douglas MacArthur devient gouverneur militaire du Japon. Il doit assurer la direction d'un pays exsangue après huit ans de guerre, relancer l'économie, rapatrier les millions de Japonais d'Asie ainsi que démocratiser et démilitariser la société. L'Armée impériale japonaise est dissoute et la constitution de 1947 précise que le pays renonce définitivement à la guerre. Cependant, la guerre froide et la guerre de Corée poussera le Japon à se doter d'une force d'autodéfense. Le Tribunal militaire international pour l'Extrême-Orient, équivalent du Tribunal de Nuremberg pour l'Europe est chargé de juger les crimes de guerre du Japon Shōwa mais plusieurs personnalités dont l'empereur Hirohito ou les scientifiques de la sinistre unité 731 ne seront pas inquiétés. Le complexe militaro-industriel japonais est démantelé et les Américains libéralisent l'économie en réformant les Zaibatsu autrefois contrôlés par l'état. Une réforme agraire est lancée mais elle ne peut empêcher la malnutrition qui sévit en 1945-1946.

La société japonaise est bouleversée par l'occupation. Elle doit absorber les centaines de milliers de rapatriés des anciennes colonies. Le droit de vote est accordé aux femmes, la liberté de la presse est instaurée, la police politique (Tokkō) et la noblesse japonaise (à l'exception de la famille impériale) sont abolies. L'arrivée de la culture occidentale dans un pays autrefois fermé et aux traditions bien ancrées provoque un profond choc culturel qui se traduit par des changements dans l'habillement, l'alimentation ou la musique. L'occupation prend fin en 1952 et le pays entame une période de croissance spectaculaire connue sous le nom de miracle économique japonais.

L'autre conséquence majeure de la guerre dans le Pacifique est l'affaiblissement des puissances coloniales. En 1939, toute l'Asie, à l'exception de la Chine, de la Thaïlande et bien sûr du Japon est colonisée. Les victoires japonaises mettent à mal l'image d'invincibilité des puissances européennes. De plus, les Japonais s'étaient appuyés sur les mouvements nationalistes en Inde ou en Birmanie pour mieux contrôler l'exploitation des richesses des territoires conquis. D'un autre côté, les mouvements indépendantistes comme le Việt Minh en Indochine firent leurs premières armes, politiquement parlant, contre l'occupant japonais (il n'y eut cependant pas de combats et les Japonais tentèrent une dernière manœuvre en octroyant l'indépendance au Viet Minh). Les idées révolutionnaires et indépendantistes rendirent impossible la reprise en main des anciennes colonies par les Européens à la fin de la guerre. Si la transition vers l'indépendance se fit sans grande violence du côté britannique en Malaisie et en Inde, elle se transforma en guerre en Indochine et en Indonésie.

En Chine, la fin de la guerre et de la menace japonaise met fin à la fragile trêve entre les nationalistes et les communistes. Ces derniers ont considérablement accru leur force durant la guerre et contrôlent maintenant une grande partie du nord-est de la Chine. Soutenus par l'Union soviétique et profitant de l'importante quantité de matériels abandonnés par les Japonais, les communistes reprennent l'offensive en mars 1946. Les tactiques de guérilla épuisent les nationalistes approvisionnés par les États-Unis. Tchang Kaï-chek remporte plusieurs succès mais les défections se multiplient et la corruption galopante décourage les alliés américains. À la suite de plusieurs défaites en 1948, les communistes s'emparent de Pékin et progressent rapidement dans le centre du pays. Le 1er octobre 1949, Mao Zedong proclame la République populaire de Chine tandis que les nationalistes se réfugient sur l'île de Taïwan.

L'Invasion soviétique de la Mandchourie entraine la division de la Corée, colonie japonaise depuis 1910, en deux zones d'influence, soviétique au nord et américaine au sud. La montée des tensions entre les deux superpuissances entraine la création de deux états idéologiquement opposés. La guerre de Corée qui s'ensuit provoque la mort de 3 millions de personnes et la partition définitive de la péninsule entre la Corée du Sud et la Corée du Nord.

Le statut des îles Kouriles occupées par l'Union soviétique en 1945 reste un sujet de friction entre le Japon et la Russie.

 

 

Repost 0
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 04:38

Guerre du Pacifique

 

 

 

 


 

 

 

Guerre du Pacifique
Marines américains, un Zero japonais, reddition de soldats britanniques lors de la bataille de Singapour, le cuirassé Iowa et le bombardement nucléaire de Nagasaki
Marines américains, un Zero japonais, reddition de soldats britanniques lors de la bataille de Singapour, le cuirassé Iowa et le bombardement nucléaire de Nagasaki
Informations générales
Date 7 décembre 1941
2 septembre 1945
Lieu Asie de l'Est, Asie du Sud-Est, sous-continent indien, Océanie, océan Pacifique, océan Indien
Issue Victoire des Alliés

Effondrement de l'Empire du Japon
Affaiblissement des puissances coloniales, début de la décolonisation en Asie (dont guerre d'Indochine et révolution indonésienne)
Reprise de la guerre civile chinoise

Changements territoriaux Occupation du Japon

Rétrocession à la Chine de la Mandchourie et de Taïwan
Rétrocession à la Birmanie et à l'Indochine française des territoires annexés par la Thaïlande
Division de la Corée entre Corée du Nord et Corée du Sud
Annexion des îles Kouriles et de Sakhaline par l'Union soviétique

Belligérants
Alliésnote 1
États-Unis États-Unis
Chine République de Chine
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
British Raj Red Ensign.svg Indes britanniques
Drapeau de l'Australie Australie
Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Flag of the Philippines.svg Philippines
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique
Flag of the Chinese Communist Party.svg Parti communiste chinois
Axenote 2
Drapeau : Japon Empire du Japon
Drapeau de Thaïlande Thaïlande
Flag of Manchukuo.svg Mandchoukouo
Flag of the Republic of China-Nanjing (Peace, Anti-Communism, National Construction).svg Gouvernement collaborateur chinois
Commandants
États-Unis Franklin D. Roosevelt

États-Unis Harry Truman
États-Unis Chester W. Nimitz
États-Unis Douglas MacArthur
États-Unis Joseph Stilwell
États-UnisErnest King
Drapeau de la République de Chine Tchang Kaï-chek
Drapeau de la République de Chine He Yingqin
Drapeau de la République de Chine Sun Liren
Flag of the United Kingdom.svg Archibald Wavell
Drapeau du Royaume-Uni Louis Mountbatten
Drapeau de l'Australie Thomas Blamey
Drapeau des Pays-Bas Hein ter Poorten
Drapeau de la France Général Eugène Mordant
Drapeau de l’URSS Alexandre Vassilievski

Drapeau : Japon Hirohito

Drapeau : Japon Hideki Tojo
Drapeau : Japon Hajime Sugiyama
Drapeau : Japon Osami Nagano
Drapeau : Japon Isoroku Yamamoto
Drapeau de Thaïlande Plaek Pibulsonggram

Pertes
env. 4 440 000 militaires
env. 24 000 000 civils
env. 3 340 000 militaires
env. 960 000 civils
Batailles
Batailles et opérations de la Guerre du Pacifique

Chine · Indochine française (1940) · Guerre franco‑thaïlandaise · Eaux australiennes · Nauru · Pearl Harbor · Atoll de Wake · Hong Kong · Philippines (1) · Invasion japonaise de la Thaïlande · Malaisie · Bataan · Singapour · Indes orientales néerlandaises · Bornéo (1)  · Birmanie · Nouvelle-Guinée · Timor · Java · Mer de Java · Détroit de la Sonde · Îles Salomon · Australie · Taungû · Île Christmas · Yenangyaung · Mer de Corail · Corregidor · Midway · Îles Aléoutiennes · Baie de Milne · Komandorski · Attu  · Galvanic · Îles de l'Amirauté · U-Go · Kohima  · Imphal · Peleliu · Angaur · Tinian · Guam · Opération Forager · Saipan · Mer des Philippines · Philippines (2) · Morotai · Leyte · Golfe de Leyte (navale) · Singapour (air) · Cabanatuan · Luçon · Manille · Kita · Iwo-Jima · Indochine française (1945) · Okinawa · Bornéo (2) · Opération Ten-Gō · Bombardements navals sur le Japon · Invasion soviétique de la Mandchourie (Kouriles) · Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki · Capitulation du Japon


Guerre sino-japonaise


Front d'Europe de l’Ouest


Front d'Europe de l’Est


Bataille de l'Atlantique


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Théâtre américain

 

 

 

 

 

La guerre du Pacifique comprend les campagnes menées à partir de 1941 en Extrême-Orient, dans les pays bordant l’océan Pacifique et dans cet océan, dans le cadre de l'affrontement entre les Alliés et l'Empire du Japon. La politique expansionniste du Japon visait l'ensemble de la région. Cette guerre englobe l'ensemble des opérations militaires menées sur les fronts est-asiatique et océanien de la Seconde Guerre mondiale.

Le terme de guerre du Pacifique est généralement employé en Occident pour désigner cet ensemble de conflits, bien que tous les pays concernés n'aient pas été bordés par l'océan Pacifique et que les combats ne se soient pas limités aux opérations navales1. Du point de vue de l'Empire du Japon, cette extension de la guerre sino-japonaise fut officiellement appelée guerre de la Grande Asie orientale (大東亜戦争, Dai tōa sensō?). Après la guerre, le terme de guerre de Quinze Ans (十五年戦争, Jūgonen Sensō?) est entré en usage au Japon, faisant remonter le conflit à l'invasion de la Mandchourie en 1931.

L'extension du conflit à partir de sa base continentale en Chine et en Indochine, débute en décembre 1941, à partir de l'entrée en guerre officielle de l'Empire du Japon contre les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l'Australie. Les Japonais connaissent des succès fulgurants au début du conflit et s'emparent de vastes territoires mais sont lentement repoussés par la supériorité industrielle américaine. Le théâtre asiatique de la Seconde Guerre mondiale se distingue du théâtre européen par le rôle capital joué par les marines de guerre dans le dénouement du conflit. En revanche, les crimes de guerre du Japon Shōwa n'ont rien à envier à ceux de l'Allemagne. Ce conflit eut d'importantes conséquences en affaiblissant les puissances coloniales européennes qui connaîtront toutes la phase de décolonisation après la guerre. La guerre se termine avec la capitulation sans conditions du Japon le 2 septembre 1945.

 

 


Prélude

 


Articles détaillés : Empire du Japon et Expansionnisme du Japon Showa.

Rivalité entre le Japon et la Chine

 


 

 

Les racines de la Seconde Guerre sino-japonaise remontent à la fin du XIXe siècle avec une Chine en plein chaos politique et un Japon en voie de modernisation rapide. Ce dernier s'empare de Taïwan en 1895 puis de la Corée en 1910 tout en étendant son influence économique en Chine et plus particulièrement en Mandchourie. Dans le même temps, la Chine se fragmente en factions autonomes du fait de la faiblesse du gouvernement central. Cette situation favorise l'expansion japonaise. Cependant, le généralissime Tchang Kaï-chek et son Kuomintang parvient à rassembler tant bien que mal les différents gouvernements locaux. Ce renforcement inquiète les Japonais qui organisent l'incident de Mukden en 1931 pour justifier l'invasion de la Mandchourie et la mise en place d'un gouvernement fantoche, le Mandchoukuo dirigé par Puyi, le dernier empereur de la dynastie Qing. Les agressions japonaises provoquèrent la colère des membres de la Société des Nations que le Japon quitta en 1933.

À partir de ce moment, l'influence du Parti communiste chinois augmente fortement et ce dernier s'empare de vastes territoires dans le sud-est du pays. Considérant que ceux-ci représentent une plus grande menace que les Japonais, Tchang Kaï-chek lance une série d'offensives pour les déloger. Profitant du chaos grandissant, les Japonais interviennent à Shanghai en 19322

Au Japon, les répercussions de la Grande Dépression et une série de coups d'état entrainent la chute du gouvernement civil et la prise de contrôle par les militaires. Cependant, le haut-commandement militaire n'exerce qu'un contrôle limité sur les différents corps d'armées qui agissent parfois en fonction de leurs propres intérêts aux dépens de l'intérêt national. L'empereur Hirohito jouit d'un statut quasi-divin mais intervient peu dans les affaires militaires et se contente de donner les grandes lignes de la politique japonaise.

 

 

La Seconde Guerre sino-japonaise

 


Article détaillé : Seconde Guerre sino-japonaise.

 

 

 

 

En 1936, l'ancien seigneur de guerre Zhang Xueliang sequestre Tchang Kaï-chek pour le forcer à négocier avec les communistes en vue de former un front uni contre les Japonais. Peu après, le 7 juillet 1937, l'incident du pont Marco Polo sert de prétexte à l'attaque de la Chine par l'Empire du Japon. Les nationalistes et les communistes se regroupent au sein du deuxième front uni chinois mais continuent d'agir séparément et ce rassemblement ne met pas fin aux escarmouches entre les deux camps. Les Japonais progressent rapidement mais s'aliènent les opinions publiques occidentales principalement après le massacre de Nankin et l'incident du Panay. Cependant, l'immensité du territoire, le manque de ressource et la violence de l'occupant qui empêche l'implantation de gouvernement locaux et l'exploitation des ressources font que la progression japonaise s'arrête à partir de 1938 et la bataille de Wuhan.

En 1939, les forces japonaises testent les défenses soviétiques dans l'Extrême-Orient russe à partir de la Mandchourie mais sont violemment repoussés lors de la bataille de Halhin Gol par les unités soviétiques et mongoles menées par Gueorgui Joukov. Cela dissuade le Japon de poursuivre son expansion vers le nord, et le pousse à repousser plutôt les limites de l'Empire vers les îles du Pacifique et l'Asie du Sud-Est. Une paix instable s'instaura entre les deux pays jusqu'en 1945.

En septembre 1940, le Japon profite de la défaite de la France en Europe pour envahir l'Indochine française. L'administration coloniale française, fidèle au gouvernement de Vichy, accepte de laisser transiter par l'Indochine les troupes japonaises, qui lui laissent en échange la maîtrise du territoire jusqu'au 9 mars 1945.

Le mois suivant, la Thaïlande attaque à son tour les possessions françaises en Indochine, et déclenche une guerre franco-thaïlandaise dans laquelle le Japon se pose alors en médiateur pour obtenir un cessez-le-feu, afin de ménager ses relations avec la Thaïlande et obtenir une alliance militaire avec ce pays. Le 27 septembre, le Japon entre dans le Pacte tripartite, l'acte fondateur de l'Axe Rome-Berlin-Tokyo.

En 1941, le conflit en Chine est complètement bloqué. Bien que le Japon ne contrôle une grande partie du Nord et du centre de la Chine, le Kuomintang s'est retiré vers l'intérieur du territoire et a implanté sa capitale provisoire à Chongqing. Cependant, le contrôle japonais reste limité aux grandes villes et aux principales voies de transport. Ce qui permet l'intensification de la guerre de guérilla menée par les communistes. Pour s'assurer le contrôle du territoire, le Japon met en place plusieurs gouvernements de collaboration mais la violente politique d'occupation japonaise décrédibilise ces administrations considérées par la population comme des outils de propagande et rend leur autorité très limitée.

 

 

Tensions entre le Japon et les puissances occidentales

 

 


La dégradation des relations avec les puissances occidentales, plus particulièrement les États-Unis s'est poursuivie tout au long des années 1930. En 1941, la Chine reçoit le soutien américain par l'intermédiaire de la loi Prêt-Bail. Le 26 juillet 1941, les États-Unis et les Pays-Bas imposent un embargo total sur le pétrole et l'acier à destination du Japon. Ils entendent ainsi stopper les velléités expansionnistes du Japon. Le gouvernement et les nationalistes japonais considèrent cette décision comme une agression car le pays importe 80 % de son pétrole sans lequel il est impossible de faire la guerre.

Devant choisir entre abandonner les territoires chinois si durement acquis et s'emparer des ressources qui lui manquent par la force, le quartier général impérial choisit la guerre malgré certaines voix au Japon doutant que l'empire ait la capacité de battre la puissance américaine à moyen terme.

L'objectif principal des Japonais est constitué par les colonies des Pays-Bas et du Royaume-Uni en Asie du Sud-Est, riches en pétrole, en minerai et en caoutchouc. Néanmoins, les proches relations de ces deux pays avec les États-Unis et la certitude que ces derniers ne laisseront pas le Japon dominer l'Asie imposent de neutraliser sa flotte de guerre3,4. On peut donc distinguer deux directions d'expansion :

Une offensive vers l'est avec :

Une offensive vers le sud avec

Une fois ces conquêtes achevées, la stratégie deviendra défensive et le Japon espère pouvoir s'implanter solidement dans ses nouveaux territoires en attendant victorieusement la paix.

En novembre 1941, les plans d'attaque sont pratiquement achevés. Cependant, les négociations avec les États-Unis ne sont pas suspendues et le quartier général japonais considère que si un accord acceptable est trouvé, les attaques seront annulées même si l'ordre avait déjà été donné.

Bien que marginales, les membres européens de l'Axe, le Troisième Reich et l'Italie fasciste menèrent des opérations en Asie par l'intermédiaire de sous-marins ou de croiseurs auxiliaires. On peut par exemple citer les attaques allemandes sur Nauru ou la bataille entre le Sydney et le Kormoran.

 

 

 

Opérations militaires

 


1941-1942

 


220px-USSArizona_PearlHarbor_2.jpg
magnify-clip.png
L'USS Arizona brûla durant deux jours après avoir été touché par une bombe japonaise lors de l'attaque de Pearl Harbor.

 

 

 

 

Au matin du 7note 3 décembre 1941, les Japonais débarquent en Malaisie, en Thaïlande. Simultanément (à une heure près), le Japon lance une attaque surprise sur la principale base navale américaine dans le Pacifique située à Pearl Harbor dans l'archipel d'Hawaii. L'opération est menée par six porte-avions japonais et met hors de combat huit cuirassés. Malgré ce succès, la victoire japonaise est à relativiser, car, ni les porte-avions américains (aucun n'était présent), ni les infrastructures maritimes (réservoirs de carburant et installations portuaires) ne sont endommagés. De plus, six cuirassés seront renfloués et renvoyés au combat avant la fin de la guerre. Mais, sur le moment, le rapport des forces est clairement en faveur du Japon, qui peut mener ses opérations aéronavales en Asie du Sud-Est sans craindre une intervention américaine.

Au moment de l'attaque, les États-Unis n'étaient officiellement en guerre avec aucun pays dans le mondenote 4. Les membres de l'America First manifestaient avec véhémence pour garder l'Amérique à l'écart du conflit européen. Malgré cela, le président Roosevelt usait de son influence pour faire passer des lois visant à s'opposer à l'expansion de l'Allemagne comme la loi prêt-bail. L'attaque japonaise mit fin à toute opposition à la guerre. Le 8 décembre, les États-Unis déclarent la guerre au Japon bientôt suivis par le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l'Australie. Le 11 décembre 1941, l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste déclarent la guerre aux États-Unis.

Dans les jours qui suivent l'attaque de Pearl Harbor, le Japon attaque dans toutes les directions. Hong Kong tombe en moins de 17 jours et la bataille se déplace aux Philippines. Dans le même temps, les îles américaines de Guam et de Wake sont bombardées et prises.

 

 

 

 

Forces navales des principaux protagonistes début 1942 dans le Pacifique (mai 1941 pour le Royaume-Uni et les Pays-Bas)
Équipement principaux Marine impériale japonaise US Navy Royal Navy Marine royale néerlandaise
Navires de lignes 11 3 1
Porte-avions 11 4 1
Croiseurs 40 20 17 3
Destroyers 125 80 6 7
Sous-marin 75 55 15

 

 

 

 

Les Occidentaux sont incapables de résister à la poussée japonaise. Les Britanniques disposent d'importantes forces à Singapour et en Malaisie mais les meilleures unités ont été envoyées en Europe ou en Afrique du Nord. En Malaisie, les Japonais progressent rapidement dans des zones jugées infranchissables par les Britanniques et ceux-ci doivent se replier à Singapour. Le HMS Repulse et le fleuron de la Royal Navy, le HMS Prince of Wales, sont coulés en moins de deux heures par les avions japonais le 10 décembre, ce qui laisse Singapour sans cuirassés pour la protéger. La ville est assiégée à la fin du mois de janvier 1942 et doit se rendre le 15 février : 130 000 soldats sont fait prisonniers5.

 

 

 

 

220px-Japanese_troops_on_Bataan.jpg
magnify-clip.png
Soldats japonais fêtant leur victoire à Bataan dans les Philippines en avril 1942.

 

 

 

 

 

À la suite de la Déclaration des Nations unies (première utilisation officielle du terme de Nations unies) du 1er janvier 1942, les Alliés forment l'ABDA ou American-British-Dutch-Australian Command qui devient le commandement suprême des forces alliées en Asie du Sud-Est. Sa direction est confiée au Britannique Archibald Wavell. La force ainsi créée est importante mais les unités sont dispersées depuis la Birmanie jusqu'au nord de l'Australie en passant par les Philippines. Elle ne parvient pas à ralentir la progression fulgurante des Japonais qui attaquent Bornéo et ses riches champs pétrolifères, puis Sumatra et Java et leurs vastes ressources naturelles. Dans une tentative désespérée pour enrayer l'invasion de Java, l'ABDA subit une cuisante défaite lors de la bataille de la mer de Java à la fin de février 1942. À la suite de ce désastre, l'ABDA cesse d'exister. Profitant de la disparition de l'aviation alliée, le Japon lance une série de bombardements moralement dévastateurs (mais militairement insignifiants) sur le nord de l'Australie. De plus, les Japonais ont entamé l'invasion des îles Salomon en vue d'isoler l'Australie des États-Unis. Fin mars, les Indes orientales néerlandaises sont tombées aux mains des Japonais.

Les premiers débarquements aux Philippines, alors sous protection américaine, ont lieu dès le 8 décembre. Manille tombe le 2 janvier et les 120 000 soldats philippins et américains se retranchent dans les fortifications de Corregidor et de Bataan. Sur ordre du président Roosevelt, le général Douglas MacArthur quitte Corregidor en direction de l'Australie pour y prendre le contrôle des forces alliées dans la zone. Les derniers défenseurs américains se rendent en mai.

Les assauts japonais en Birmanie forcent les Britanniques à abandonner Rangoon et à se replier jusqu'à la frontière avec l'Inde. Cette avancée japonaise prive Tchang Kaï-chek du ravitaillement allié transitant par la Route de Birmanie. En mars et en avril, une puissante flotte japonaise pénètre dans l'océan Indien et lance une série de raids aériens sur l'île de Ceylan. La flotte britannique envoyée pour l'intercepter ne parvient pas à prendre l'avantage et de nombreux cargos sont coulés ainsi que le porte-avions HMS Hermes. Néanmoins, le débarquement craint par les Britanniques ne se réalise pas et les Japonais ne seront plus jamais en mesure de rééditer une telle opération.

Au printemps 1942, le Japon a achevé la plus grande partie de ses objectifs initiaux. Il s'est emparé de territoires immenses et de richesses considérables au prix de pertes assez légères. En revanche, le moral des Alliés est au plus bas du fait des défaites successives et des importantes pertes. Le haut-commandement japonais s'attend donc à pouvoir entamer des négociations de paix. Cependant, la résistance des Australiens et des Néerlandais au Timor et surtout l'audacieux raid de Doolittle qui, le 18 avril, parvient à larguer quelques bombes sur le Japon montrent que les Alliés ne sont pas décidés à se rendre. Le raid de Doolittle, bien qu'insignifiant du point de vue militaire, montre que le Japon n'est pas à l'abri. Jusqu'alors, les stratèges hésitaient entre attaquer l'Australie au sud ou vers l'est en direction d'Hawaï. Le raid convainc les Japonais d'étendre leur zone de contrôle vers l'est.

 

 

 

 

 

220px-Large_explosion_aboard_USS_Lexingt
magnify-clip.png
Explosion sur le Lexington lors de la bataille de la mer de corail.
220px-Hiryu_burning.jpg
magnify-clip.png
Le Hiryu peu avant son naufrage le 5 mai 1942.

 

 

 

 

 

Pour étendre leur zone de contrôle, les Japonais continuent leurs opérations dans le sud. Depuis l'île de Rabaul conquise dès janvier, ceux-ci planifient l'attaque de Port Moresby en Nouvelle-Guinée et des Îles Salomon pour en faire des base d'opérations avancée en vue d'isoler l'Australie des États-Unis. Cependant, les cryptanalystes américains sont parvenus à casser les codes secrets japonais et forment une flotte de combat menée par deux porte-avions, le Lexington et le Yorktown sous le commandement de l'amiral Frank J. Fletcher. En face, les Japonais alignent deux porte-avions lourds le Zuikaku et le Shokaku ainsi que le porte-avions léger Shoho sous le commandement de l'amiral Takeo Takagi.

La bataille de la mer de corail qui s'ensuit est la première bataille navale où les deux flottes ne se sont jamais aperçues et où seuls les avions furent utilisés pour attaquer les forces adverses. Les Américains perdent le Lexington et le Yorktown est gravement endommagé tandis que les Japonais déplorent la perte du Shoho et du Shokaku endommagé. Les pertes sont équivalentes et les deux camps revendiquent la victoire. Cependant, l'invasion de Port Moresby est repoussée et alors que le Yorktown sera rapidement réparé et pourra participer à la Bataille de Midway, les deux groupes aéronavals japonais ne seront pas reconstitués à temps. Cependant, les Japonais disposent de huit porte-avions contre seulement trois pour les Américains et les équipages et les pilotes de ceux-ci sont bien plus expérimentés.

Pour anéantir la flotte américaine et en particulier ses porte-avions, l'amiral Isoroku Yamamoto planifie une opération contre l'atoll de Midway. Une attaque de diversion sera menée en direction des Îles Aléoutiennes tandis que le gros de la flotte et ses quatre porte-avions lourds l'Akagi, le Soryu, le Kaga et le Hiryu approchera de Midway en vue d'y organiser un débarquement. L'île abritera ensuite une importante base aérienne offrant au Japon, le contrôle du Pacifique central. Mais encore une fois, les messages secrets japonais sont décodés et l'amiral Chester Nimitz rassemble ses trois derniers porte-avions l'Enterprise, le Hornet et le Yorktown hâtivement réparé des dégâts subis lors de la bataille de la mer de corail et les place en embuscade de la flotte japonaise.

Comme prévu, la flotte japonaise arrive à proximité de Midway au matin du 4 juin. L'amiral Chūichi Nagumo ordonne le bombardement aérien de l'île. L'aviation américaine présente sur l'île est détruite tandis que la flotte japonaise n'est pas touchée. En revanche, la flotte américaine est repérée par les avions de reconnaissance et surprend Nagumo qui hésite sur la marche à suivre. Les premiers assauts américains sont facilement repoussés mais une escadrille de Dauntless surprend les Japonais au pire moment et en quelques minutes, l'Akagi, le Soryu et le Kaga sont mortellement touchés. Les appareils de l'Hiryu coulent le Yorktown mais le dernier porte-avions japonais est détruit à son tour. La flotte japonaise est anéantie et contrairement aux États-Unis, le Japon est incapable de remplacer ses unités perdues. La bataille de Midway est le tournant de la guerre dans le Pacifique car elle arrête définitivement l'expansion japonaise.

 

 

 

 

 

220px-Marines_rest_in_the_field_on_Guada
magnify-clip.png
Marines américains se reposant lors de la bataille de Guadalcanal, novembre 1942.

 

 

 

 

 

Le triomphe de Midway modifie considérablement la stratégie américaine. La priorité étant au théâtre d'opération européen, la tactique américaine dans le Pacifique était de contenir le Japon. Ainsi aucune offensive n'était prévue avant 1943. Plutôt que d'attaquer Rabaul très bien défendue, les Américains décident de reprendre les îles Salomon. Le 7 août, ils débarquent sur l'île de Guadalcanal mais la flotte américaine est mise en pièces à la bataille de l'île de Savo. Une véritable guerre d'usure commence alors lorsque les Japonais décident d'envoyer des renforts sur l'île. La bataille sur terre se déroule dans des conditions épouvantables au cœur d'une jungle épaisse. Sur mer, la confrontation est tout aussi violente, les batailles des Salomon orientales et des îles Santa Cruz entrainent de lourdes pertes dans les deux camps. Les Japonais défendent l'île avec acharnement mais leur logistique est incapable de les soutenir et ils doivent évacuer l'île en janvier 1943. C'est durant cette bataille qu'apparaît le Tokyo Express, surnom donné par les Américains aux destroyers japonais qui ravitaillaient les unités japonaises durant la nuit.

Dans le même temps, les Japonais, qui n'avaient pas réussi à débarquer à Port Moresby tentent de prendre la ville en traversant l'île le long de la piste Kokoda. La piste serpente dans des territoires presque inexplorés dans un climat et un relief extrême. L'offensive japonaise progresse difficilement au cours de l'été mais se révèle incapable d'atteindre la côte.

 

 

 

Repost 0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 08:22

1919 aux États-Unis

 


 

 

 

 



Éphémérides
Chronologie des États-Unis :
1916 1917 1918 1919  1920 1921 1922
Décennies aux États-Unis :
1880 1890 1900  1910  1920 1930 1940
Chronologie dans le monde :
1916 1917 1918  1919  1920 1921 1922
Décennies :
1880 1890 1900  1910  1920 1930 1940
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Chronologies géographiques :

Afrique • Amérique (Canada, États-Unis) • Asie • Europe (France, Italie, Suisse) • Océanie

 
Chronologies thématiques :

Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Droit Économie Football Littérature Musique Musique classique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Sociologie Sport Théâtre

Image de l'actualité 1919
Red Scare : dessin de presse paru le 5 juillet montrant un anarchiste européen tentant un attentat sur la statue de la Liberté
Red Scare : dessin de presse paru le 5 juillet montrant un anarchiste européen tentant un attentat sur la statue de la Liberté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article principal : Chronologie des États-Unis.

 

 

 

Article connexe : 1919.

 

 

 

Cette page concerne des événements d'actualité qui se sont produits durant l'année 1919 du calendrier grégorien aux États-Unis.

 

 

 

 

Gouvernement

 

 

 

 

 

 

Événements

 

 

 

27 juillet-3 août : émeutes raciales à Chicago.

 

 

 

 

 

 

 

  • À la sortie de la guerre, les États-Unis détiennent la moitié du stock d’or mondial.
  • Inflation brutale.
  • L’AFL compte 4 millions de syndiqués.

Naissances en 1919

Décès en 1919

  • x

Articles connexes

Articles généraux
Articles sur l'année 1919 aux États-Unis

 

 

 

  • Portail du monde contemporain Portail du monde contemporain
  • Portail de l’entre-deux-guerres Portail de l’entre-deux-guerres
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
Repost 0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 10:17

Louis-Joseph de Montcalm





Louis-Joseph de Montcalm-Gozon Marquis de Moncalm
Portrait of Montcalm.JPG
Naissance 28 février 1712
au château de Montcalm (Candiac dans le Gard, aujourd'hui Vestric-et-Candiac)
Décès 14 septembre 1759 (à 47 ans)
Québec
Mort au combat
Origine Français
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Grade Lieutenant général des armées royales
Années de service 17211759
Conflits Guerre de Succession de Pologne
Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Faits d'armes Bataille de Fort Oswego
Bataille de Fort William Henry
Bataille de Fort Carillon
Bataille de Beauport
Bataille des plaines d'Abraham
Distinctions Chevalier de Saint-Louis
Signature Montcalm Signature.svg

Blason de-Montcalm Gozon M.png
La victoire de Montcalm avec ses troupes à Carillon par Henry Alexander Ogden.
Montcalm à la tête de ses troupes sur les plaines d'Abraham.
Aquarelle de Charles William Jefferys.

 

 

 

 

Louis Joseph de Montcalm-Gozon, marquis de Montcalm (28 février 1712 à Candiac dans le Gard - 14 septembre 1759 à Québec1) seigneur de Candiac, Saint-Veran, Tournemire, Vestric, Saint-Julien, et Arpajon, baron de Gabriac, lieutenant général des armées en Nouvelle-France.

Issu d'une noble famille de robe originaire du Rouergue de la Maison de Candie, né au château de Montcalm, il fut baptisé à Vauvert, ville proche, dont un hameau porte aujourd'hui son nom. Il se marie le 2 octobre 1734 avec Angélique Talon du Boullay, ils ont eu dix enfants, dont cinq ont atteint l'âge adulte.




Biographie

Louis-Joseph de Montcalm est le fils de Marie-Thérèse de Pierre et de Louis-Daniel de Montcalm. À l’âge de neuf ans, le 16 août 1721, il reçoit une commission d’enseigne dans le régiment de Hainaut. Huit ans plus tard, il obtient à fort prix une commission de capitaine dans le même régiment. À la mort de son père en 1735, il devient le Marquis de St-Véran, héritant ainsi des honneurs, des droits et des dettes de cette position. Ses finances s'améliorent après son mariage avec Angélique Talon du Boullay. Bien que ce fut une union de raison, ils formèrent un couple aimant.

Il participe à la guerre de Succession de Pologne, notamment au siège de Kehl en 1733 et au Siège de Philippsbourg en 1734, et à celle d'Autriche où il sert en Rhénanie dans les armées commandées par le maréchal de Saxe et le maréchal duc de Berwick.

Au moment où éclate la guerre de Succession d’Autriche, il obtient le poste d’aide de camp du lieutenant général Philippe Charles de La Fare et il est blessé pendant le siège à Prague. Le 6 mars 1743, il acquiert la charge de colonel du régiment d'Auxerrois et est honoré du titre de chevalier de Saint-Louis en avril de l’année suivante. Cette même année, il participe à la campagne victorieuse d'Italie. Le 16 juin 1746, toujours face aux Autrichiens, il se signale lors de la malheureuse bataille de Plaisance, où il reçoit cinq coups de sabre. Il est blessé et fait prisonnier lorsque son régiment est anéanti.

En 1747, il est nommé brigadier par Louis XV et vole se battre et se faire blesser à la bataille de l'Assiette (Italie). Après 31 ans dans l’armée, il comptait déjà 11 campagnes et 5 blessures. Il est envoyé à Québec en 1756 comme commandant des troupes françaises en Amérique du Nord pendant la guerre de Sept Ans.

Au printemps 1756, il est nommé maréchal de camp pour les opérations en Nouvelle-France. Ses premières campagnes contre les Britanniques sont des succès majeurs. Il augmente les défenses de Fort Carillon sur le lac Champlain. Il capture et détruit Fort Oswego sur le lac Ontario en 1756. Sa victoire à Fort William Henry en 1757 est gâchée par ses alliés amérindiens. Il remporte une victoire inespérée à Fort Carillon en 1758. À l’automne de cette même année, on lui accorde une promotion au grade de lieutenant général : rien de moins que le deuxième degré dans la hiérarchie militaire française. Il soutient le siège de la ville de Québec pendant près de trois mois avant d'être mortellement blessé lors de la bataille des plaines d'Abraham, perdue devant les forces britanniques commandées par James Wolfe. À l'agonie, il aurait eu une petite discussion avec son chirurgien :

« Combien de temps me reste-t-il à vivre ?
— Quelques heures à peine.
— Tant mieux, je ne verrai pas les Anglais à Québec. »

Sa devise était : « Mon innocence est ma forteresse ».

Armoiries

  • Écartelé, aux 1 et 4 d'azur à trois colombes d'argent becquées et membrées de gueules; aux 2 et 3 de sable à la tour d'argent sommée de trois tourelles du même; qui est de MONTCALM - Brochant sur le tout de gueules à la bande d'azur bordée d'argent et à la bordure componée du même, qui est de GOZON.

Couronne de Marquis.

Hommage

 

 

 

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail du Gard Portail du Gard
  • Portail du Québec Portail du Québec
  • Portail de la Nouvelle-France Portail de la Nouvelle-France
  • Portail du royaume de France Portail du royaume de France
  • Portail du XVIIIe siècle Portail du XVIIIe siècle

 

.

Repost 0
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 13:28

Sembach Air Base

 

 

 

 

Sembach Air Base
Vue aérienne de Sembach AB en 1982
United States Air Forces in Europe.png
Code AITA Code OACI
   
Localisation
Pays Drapeau d'Allemagne Allemagne
Coordonnées 49° 30′ 00″ Nord
       7° 52′ 00″ Est
  
 
Altitude Erreur d’expression : nombre inattendu, m (1 052 ft)
Pistes
Direction Longueur Surface
à renseigner à renseigner Fermée
Informations aéronautiques
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire United States Air Force
Catégories
AéroportsAéroports allemands

 

 

 

 

 

Sembach Air Base est une base de l'USAF située près de Kaiserslautern dans le Rhénanie-Palatinat en Allemagne.

Depuis le 1er avril 1995, la base est devenue une annexe de Ramstein Air Base, d'où son nouveau nom de Sembach Annex. Environ 2000 personnes y vivent. L'ancienne piste n'est plus en service et la base n'abrite aucun aéronef.






Histoire

 

 


Les débuts

 


Avant guerre

 


En 1919, les troupes d'occupation françaises installent un terrain d'aviation à l'emplacement de l'actuelle base. Le terrain retrouve une utilisation agricole après le départ de l'armée française le 15 juin 1930. La Luftwaffe prévoit d'y installer une unité de chasseurs en 1939, mais dès juin 1940, le terrain est redevenu une zone de pâture.

 


Construction

 


Après la chute de l'Allemagne nazie, Sembach se retrouve en zone d'occupation française. En avril 1951, des officiers Français accompagnés d'officiels Allemands visitent la zone et décident d'y construire une base aérienne. Malgré la vive opposition des paysans locaux, les travaux de construction, sous la direction de la France, débutent en juin de la même année. Le 1er septembre 1951, les travaux de la nouvelle base sont officiellement repris par les États-Unis qui la baptise Sembach Air Auxiliary Field. La piste et les taxiways sont terminés en avril 1952.

 


Guerre Froide

 


66th Tactical Reconnaissance Wing

 

 

 


RF-80A du 32d Tactical Reconnaissance Squadron / 66th Tactical Reconnaissance Wing à Sembach Air Base en 1953.

 

 

 

 

 

Le 8 juillet 1953, les premiers RB-26 Invader du 66th Tactical Reconnaissance Wing atterrissent sur la base qui devient officiellement Sembach Air Base. Le 66th TRW quitte Sembach en juillet 1958 pour rejoindre Laon-Couvron Air Base en France.

 


38th Tactical Missile Wing

 


Le 7127th Support Group assure le gardiennage de la base jusqu'à l'arrivée, le 29 août 1959, du 38th Tactical Missile Wing auparavant basé à Hahn Air Base. Le 38th TMW est équipé de missiles de croisières MGM-1 Matador à son arrivée à Sembach, mais passe rapidement sur MGM-13 Mace. le 38th TMW est dissous en septembre 1966, la base étant sous le commandement du 603rd Air Base Wing, créé pour l'occasion. Suite à la décision de la France de quitter le commandement intégré de l'OTAN, le 2nd Mobile Communications Group fait mouvement sur Sembach AB depuis Toul-Rosières Air Base en novembre 1966.

 


601st Tactical Air Control Wing

 


Le 1er juillet 1968, le 601st Tactical Air Control Wing est activé à Sembach, reprenant la mission du 603rd ABW. Le 601st TACW était équipé d'appareils O-2A puis OV-10 Bronco (jusqu'en 1984) et d'hélicoptères lourds CH-53 (jusqu'en 1988). Le 5 octobre 1971, le quartier général de la 17th Air Force est transféré de Ramstein AB vers Sembach AB. Le 1er septembre 1978, le Detachment 1 du 81st Tactical Fighter Wing de RAF Bentwaters sur A-10A est activé à Sembach qui devient alors l'une des bases d'opérations avancées de ce tueur de chars.

 


65th Air Division

 

 


EC-130H du 43rd ECS au-dessus de Sembach AB en 1987.

 

 

 

Le 1er juin 1985 sont créés à Sembach les 66th Electronic Combat Wing et la 65th Air Division qui regroupe les 66th ECW et 601st TCW. Le 66th ECW est constitué notamment du 43rd Electronic Combat Squadron sur EC-130H basé à Sembach et du 42nd Electronic Combat Squadron sur EF-111A basé à RAF Upper Heyford en Angleterre. La 65th Air Division est dissoute le 30 juin 1991, le 66th ECW le 31 mars 1992.

 


Fin des vols

 


En mars 1992, le 601st Support Wing est formé. Il prend la désignation de 601st Air Base Wing en octobre 1993. En 1995, le contrôle de la piste est rendue aux autorités allemandes qui entreprennent son démantèlement durant l'été 1998. Les bâtiments qui forment maintenant Sembach Annex sont situés à plus de deux kilomètres de l'ancienne piste.

 


Principales unités

 


  • 12th Air Rescue Group : 21 septembre 1953 au 18 février 1958
  • 66th Tactical Reconnaissance Wing : 7 juillet 1953 au 9 juillet 1958
  • 512th Fighter-Interceptor Squadron : 25 mars 1958 au 1er juillet 1959
  • 38th Tactical Missile Wing : 20 août 1959 au 25 septembre 1966
  • 601st Tactical Control Group : 16 février 1965 au 1er juillet 1968
  • 601st Tactical Air Control Wing : 1er juillet 1968 au 1er juin 1973 et du 31 mars 1976 au 1er juin 1985
  • 601st Air Control Group : 1er juin 1985 au 1er octobre 1993
  • 601st Air Base Wing : 1er octobre 1993 au 30 avril 1995
  • 17th Air Force: 5 octobre 1971 au 30 septembre 1996
  • Detachment 1, 81st Tactical Fighter Wing : 1er septembre 1978 au 31 août 1991
  • 66th Electronic Combat Wing : 1er octobre 1986 au 31 mars 1992
  • 86th Airlift Wing : 30 septembre 1996 à aujourd'hui.

 

 

 

 

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de l’aéronautique Portail de l’aéronautique
Repost 0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 08:23

Efficacité

 

 

 

 

 

Le début de la campagne anti-tabac est considéré comme un échec : entre 1933 et 1937, la consommation de tabac augmente rapidement en Allemagne[14]. Le taux de fumeurs dans le pays augmente plus rapidement qu'en France, où le mouvement anti-tabac est pourtant faible et nettement moins influent : entre 1932 et 1939, la consommation de cigarettes par habitant passe en Allemagne de 570 à 900 par an, alors qu'en France, elle n'augmente que de 570 à 630[7],[46].

Les entreprises allemandes du tabac tentent à plusieurs reprises d'affaiblir la campagne anti-tabac : elles publient de nouvelles revues et essaient de dépeindre le mouvement anti-tabac comme « fanatique » et « non scientifique »[7]. Elles tentent également de contrer la campagne visant à empêcher les femmes de fumer en utilisant des modèles féminins dans leurs publicités[40]. Malgré les mesures gouvernementales, de nombreuses femmes en Allemagne fument régulièrement, y compris les épouses de plusieurs dignitaires nazis. Magda Goebbels, par exemple, fume même lorsqu'elle est interviewée par un journaliste. Des illustrations de mode présentant des femmes avec des cigarettes sont souvent publiées dans d'importantes publications comme le Beyers Mode für Alle (Beyers mode pour tous) ; la couverture de la chanson populaire Lili Marleen, interprétée par Lale Andersen, la représente tenant une cigarette[41].

 

 

 

 

 

Consommation de cigarettes par habitant et par an en Allemagne et aux États-Unis[14]
  Année
1930 1935 1940 1944
Allemagne 490 510 1 022 743
États-Unis 1 485 1 564 1 976 3 039

Les Nazis renforcent leur lutte contre le tabac à la fin des années 1930 et dans les premières années de la Seconde Guerre mondiale, faisant décliner le taux de consommation. Résultat des mesures anti-tabac mises en œuvre dans la Wehrmacht[7], la consommation totale de tabac par les soldats diminue entre 1939 et 1945[15]. Selon une étude menée en 1944, le nombre global de fumeurs augmente dans la Wehrmacht, mais la consommation moyenne de tabac par le personnel militaire décline de 23,4 % comparé aux années précédant la Seconde Guerre mondiale. Le nombre de personnes fumant trente ou plus de trente cigarettes par jour décline de 4,4 % à 0,3 % pendant la même période[7].

 

 

 

 

 

Cependant, les politiques anti-tabac des Nazis ne sont pas dépourvues de contradictions : si les politiques de la Volksgesundheit (« Santé du Peuple ») et la Gesundheitspflicht (« Devoir de la Bonne Santé ») sont renforcées, des cigarettes sont distribuées activement aux groupes « méritants », selon les critères nazis, comme les soldats au front ou les membres des Jeunesses Hitlériennes et les groupes « non-méritants » et discriminés, comme les Juifs ou les prisonniers de guerre, sont privés de tabac[47].

 

 

 

 

Association avec l'antisémitisme et le racisme


Outre les considérations de santé publique, les Nazis sont fortement influencés par leur idéologie[29], en particulier par les concepts d'hygiène raciale et de pureté du corps[48]. Les dirigeants nazis pensent qu'il est mauvais pour la race supérieure de fumer[29] et que la consommation de tabac équivaut à une « dégénérescence raciale »[49]; ils considèrent le tabac comme un « poison génétique »[48] et les hygiénistes raciaux s'opposent à sa consommation, craignant qu'il ne « corrompe le plasma germinatif allemand »[50]. Les activistes anti-tabac nazis essaient, de plus, de dépeindre le tabac comme un « vice » des Africains « dégénérés »[48].

 

 

 



Marché noir sur la Potsdamer Platz à Berlin (janvier 1949).

 

 

 

 

 

 

Les Nazis affirment également que les Juifs sont responsables de l'introduction du tabac et par extension de ses effets délétères. L'Église adventiste du septième jour en Allemagne déclare que la consommation de tabac est un vice diffusé par les Juifs[50]. En 1941, lors de la cérémonie d'inauguration du Wissenschaftliches Institut zur Erforschung der Tabakgefahren, Johann von Leers, éditeur du Nordische Welt (« Monde nordique »), déclare que le « capitalisme juif » est responsable de la consommation croissante de tabac en Europe et que celui-ci est entré pour la première fois sur le sol allemand à cause des Juifs, ceux-ci contrôlant l'industrie du tabac à Amsterdam, son principal point d'entrée[51].

 

 

Après la Seconde Guerre mondiale 


Après la chute de l'Allemagne nazie à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les fabricants de cigarettes américains pénètrent rapidement le marché allemand et les dirigeants de la campagne anti-tabac nazie sont écartés[9]. La contrebande du tabac devient prépondérante[52] : en 1949, près de 400 millions de cigarettes produites aux États-Unis entrent illégalement en Allemagne chaque mois ; en 1954, près de deux milliards de cigarettes suisses sont introduites clandestinement en Allemagne et en Italie. Dans le cadre du Plan Marshall, les États-Unis envoient gratuitement du tabac en Allemagne : la quantité livrée en 1948 s'élève 24 000 tonnes et atteint 69 000 tonnes en 1949. Le Gouvernement fédéral des États-Unis dépense 70 millions de dollars dans ce plan, pour le bonheur des sociétés de production de cigarettes des États-Unis, qui en profitent énormément[52].

La consommation annuelle de cigarettes par personne dans l'Allemagne d'après-guerre grimpe de 460 en 1950 à 1 523 en 1963. À la fin du XXe siècle, la campagne anti-tabac en Allemagne n'est pas en mesure de dépasser l'apogée connue sous le régime nazi entre 1939 et 1941 : selon Robert N. Proctor, la recherche allemande sur les liens entre le tabac et la santé est « coupée »[14].

 

 

 

  • Portail du nazisme Portail du nazisme
  • Portail de la médecine Portail de la médecine
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de l’alimentation et de la gastronomie Portail de l’alimentation et de la gastronomie
  • Portail du tabac Portail du tabac

 

 

 

 

Repost 0

☼ Zorbax ☼

  • : CHOMOLANGMA
  • CHOMOLANGMA
  • : Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.
  • Contact

ON EST QUAND???

Bonjour, nous sommes le

☼ Qui Cherche Trouve ☼

♫♪♪♫♪♫♪♫♪

Poussieres De Savoir ☼

POUSSEZ PAS !!!

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSH1bqV_MZbKff7r4KH0YXDgokYKnPMVcS17_NVF7KeFFQmHvTYYQ

 

 

Depuis le 2 octobre 2008 ma paroisse a compté de fidèles :

 


Compteur Global


 

 

 

 

 

☼ Merci à vous tous ☼

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRspNEZw03K2txVYJaQojtGiQPv2Ef2hRp76vnThpM_Xhg74AeH

 

 

   Et aussi, bien sûr, à notre superbe équipe  !!!!!!!...

 


☼ En Alcove ☼

☼♥☼♥☼


 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTJQdwhuv8K2KE2fv7sAcLYqokJ6fOwOos7DPEsrBY_tOyjkmt9

 

 

 

 

  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTwbpFmC0lwUUqRVtxAgfCeDB97ON6I9jGDIVmmGwpa1bg_oeiS8w



 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJFhyxpCtvTfrKTTq2Dnraqndo0k6KOOvR5B49c424W-RXGsXk

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ4lkR76RVvxlM2Pg0xGQLGN-vJ1IC1AeiO9YFoy0C2maJDnAlsEA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS3s1MTNys4JJ2XciWuydUFkX2s3uxVNEo4XLmDXWkNuzNwaF-I

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpmq_X4KGoOioCJ7IGFovNaZR1dl5V9wdd73SKUZoyRXImy8hQsA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT6vugj46xpPFClJ40ZcN_g83W39aPcCsnryaBlwulPqhMuSmHABA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS0rnZSUpbcqus_ag8-saWRw8BVp-nHBjwhG0FGGsPrBMTVGsKfUA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRiQjNvzjX7IEkfQYGG-KxW9pOVJoLjsP43P-wRgoCo6bmRIFfQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSTia4A3P4_qwGWtAAvhY4S2BKgtk6tR_QCD3_DTBLqQwkYTLP7

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRPAWH7AgJ7gN7ej2rrAa90b9jK2nWJtRcdmCSJLXifbDqpzt-GAQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSnH3SFCsuDblli6D1AJMGBIO3SduYE7QocfhaOPh2CbcgSaTJm3g

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_x5rZOKIoXBMbTrRfiBoXYGA8_aG1puNXFnPK-vFSJb8S0TB-

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT5xPsHZoCoc3Y10UzSIfZBJ1VM5yTf0rOp0z02qzAq29ZylEqp

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSJYo3dfiA7rWKtAhGDKlIvNQBBfXfxpskBzCjE2VA_WnhL03zQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRrs5cw6eknmiTVBcESn97krqvfndk10XJq35s-mUIxnoXepsHU2w

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTtPoMny2WLrgyLYUkv0xzCHZ3BSe7txlE-Xe2XSz1rA4IRBQ-8

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTzDbIU4QatTLNRgPQwPUcMDO8BtCGQMAkP46aQAp05yXC1m0y84g

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_sSIdV_qG7YiVCrY6Fze69BhzpdENouF0zUUp4OV8__EbU9Ad

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ9uJqfoOS-LjhgtT3qLp4AH34AojcYXzS6ifUoduwpXl2xR4cu

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSBBpAVI8uqqXKRXeWLnFO9do5ObFZm7YxgxrJ7-EbHR2oDqLo0vQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRDpZXNSZZorQeUMLz3DTA9hEU2rI_bxr_LT9c4T9nvHvAWTZjCGQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJxvHFLqQeIleqlsCzYw3aqr-0Y6eKQMVnyaA5me5hdAxIljVU

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSC9dHlJXHSlla_xZ5T9EZytHwAWT-qbU_d19dTtxAXrGNihAXKlQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR9uI2iDGC9O3GMDlf8NsxtxQx-Qp8sqHmOc5rb-zkptdYl27ct

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRbZ3vVwEjZT_vYCN_egFTIwdBz6fqNL0Pg-y_Q61vxrmzGOpx_

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJ2rE3MpU2-7BbpUlr6UqYo4BmnNs_dvTC88BMslWtXGy7xpm4

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQEpgxQwBFunGDiUIemTa46VNveEHAu-uA8FY-TsPaLWXJFd2s0

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQTdXbqeHRkSO7KlYa4OkUya7gTOtG1LddYFWDuhmMG8TTBud38

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTNv54UJcOf0QWIB4OraEz3h5BSPwvVpIDgtJO-zq0-MNAH1T-r

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQQ4msZqs5YGyEvDc4xIBtl0glm2rQZ7LsilbzRNUFi1QmhSgwd

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRadP8tzRToSi6YgV25tgPSiZuZH-m01ykcCd-vsvFtJOoai2ucTw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWsJatoxZ24v32bG85ut1XPEPG4Fa5l6ApTX9VfC1X3_fQlO6t

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSATYwKzSKWCjMx6cjBGrTkiC8C_lyJBimQ86hhDpKGyeWCgRFU5Q

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRkni6wj2PqLxVIQnGL2w-Hh0Qdu5Q2vEiKSUXAJ7TKh9ePWQBm

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQzo44WmwLEIvLwTyzq_jnCtqqHX6X_CIYel1kbk7vcUHUp-ieN

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJijg5RyUyd3NObMK9uNkIduA32k3nPJwfiuvaWrAi2Td5vyXO

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLXSS07G9gseceN7SeCwGRL0C6ij_75lYGEnDN1qwb_bEl9bGs

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSgjOBb-AqrP0ZXPZSVl55yswE6dnD4uny-n0Xh-9mAuwm1GUq3

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSZAb3DktAXiGznQlZB9az_nvD6AoLygDkDTstPDm_WBfLnJ3ltQg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRXwcTaTVudGTxMwVFFrGw1Z-j9x9D9inLKamTPCwUThDbPuEYpeA

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTU6wtRoYw9X2-MMykBLzlVjXeRgi5rqzD5ck22QxWwI8h7QeNUQA

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpMUOK13Ots0UnbeCQLds3ixSZxNY9gFOfm65Bvc-pf6ZKAlWbzg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQhH-RzSe9GF29vGoZwod2tN7O-9mFfpWJX4bLt78JtJYMqI8w1rA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQxu-I9t3HJlWQ3e6bM41HAOc8j3Smoe-ahJN9OTRyzd6vOUOVF

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQYkezUKlW0ttRviIW9f6NJHBcjJ-sUE4XMIic0ka6qkCguqsqWEQ

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLwoIa5Xuj4eEFEX5vzJFqlL0GIrwjAUDCWbZgf6ni2O6MUMuwHg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSmu_lhCfJa5L3JKT73eNWm5-DVlMMhgQ2zjDd5kmbF9S0PDwt0

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTl9CWad5AcZHOfC-RgTWPbODkKY_C0DW3MZXkDUucqfvfZLDvJvQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSorC-n_GApivF90u5JfsOvUI44_E6pQ_gYw3Zv_SawrJlQ7U_OA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSHehPIU8WfymVyIehhOVdWyZ9Iby-7WygiZdxRqYoB6-t4uxfc

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTHknIkIppczoDGtgqaDVGpF5vzTnPgO0XzesL14bXWKIidntgi

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ2gFiEiRrnRVPCVmgC8fP4RV_b4Cyut6pHRWot2zotTH_isSgx

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRMnyl4ZznB4yj9tFflGmUrm8zxq1VAfdzbHlagdVlYHHs5AqI2Xw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSABiNYE2Ig0ORn0Dp6LWBs8FU1-eDuUfhJpaBhY3dBILcGkw7Y

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQX6x3fLQO-eGD7Sdc__AFLjGRztfSRzdOgtJe_w_XI_qKOl_cQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWAfv06yKnlGGke983sE24US_BbpZ0xgnAp3yIh3eXvCRrRfxtgg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSguscboVOMXCDflSARG5UefcNGLsGZylvXKHJGK4ldNdG1xYiR

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTVsXwe7MG_AOX5rUiFD0hVw9aHeILEWPB_3WS5456jt040weKpxQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS14rgGXof16mpTbvNq37y9tGIxf38V3B4j5iFLZChBi8qMo0cC

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRk338QqS34hcxTHah2whOwSbnEtO-yxxKutL5KPMcrWPKtCTUf

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTQg04AvSsLnhDeWWl4-qLzPD5EX7xzuOAVEiswXHB9n5gRBOxj

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQC715gVGqLwXFM7U94WtdKlMrAiHbkqIvJl2WJ6h_JMsUMfL622g

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR4ku7jfXybpiE3fm21gXSpihSd_rjwxvIac8kqkj5TkIg3rLODrg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcThGLPUz7SfnoPUPrFttXiSBuS3NYmV99axgZzgYDofBuo_RpfcUg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSqsjlV84iSMlkqfRlTaGiWfn6_nyGg91BQcNLZbGrRnn0-j3S4

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSwkrLsv_IQh2wUOQ1DkYx-HwxeUOLNEtv8yCh59CnX_HbW5H3q

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

☼ Quoi & Où ☼