Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 13:42


Dilution de la dépense et stratégies d'évitement


L'importance des réticences se manifeste de différentes façons. Ainsi des tentatives ou projets d'élargissement du groupe des citoyens ou métèques soumis aux liturgies : Démosthène propose ainsi en 354 d'établir à 2 000 le nombre de triérarques. Certains prennent leur temps pour assurer la fonction qui leur est assignée, comme par exemple Polyclès, qui néglige de prendre en charge le navire qui lui a été dévolu, contraignant son prédécesseur Apollodore à prolonger son service de plusieurs mois[101]. D'autres choisissent de ne dépenser que le strict minimum : Isocrate explique avoir accompli son devoir sans gaspillage ni négligence[102] et un client de Lysias explique au jury qu'il n'y a rien de mal à faire preuve de modération dans la dépense[103]. Certains assujettis se lancent dans des procédures d'échange (antidosis), malgré l'opportunité que de telles tentatives de se dérober à ses devoirs de liturges offraient à leurs adversaires pour les discréditer dans un éventuel procès futur. Enfin, la solution la plus radicale consiste à dissimuler sa richesse.

La chronologie exacte de ce phénomène pose cependant problème : le passage d'une adhésion au principe liturgique à son rejet chez les individus qui y sont astreints est difficile à dater précisément. Le basculement a-t-il lieu dès le début du IVe siècle av. J.-C. ou seulement dans la deuxième moitié du siècle ? Les historiens semblent avoir des difficultés pour dégager à ce sujet une réponse ferme. Comme le fait remarquer Jacques Oulhen à propos de la question liturgique : « la documentation disparate et allusive fournit des informations d'apparence contradictoire, dont il n'est pas possible de rendre compte intégralement. Les divergences d'interprétations demeurent donc nombreuses, et ce dossier d'institutions demeure l'un des plus techniques et des plus discutés de l'histoire athénienne du IVe siècle av. J.-C. »[104]. Reste que, si elle est très progressive, la tendance n'est pas contestée : plus le siècle avance, plus l'équilibre instable du consensus social autour du principe liturgique semble fragilisé.

Volonté somptuaire et souci du bien public 

Du reste, la volonté, plus marquée qu'auparavant, des liturges de disposer d'un « retour sur investissement » rapide (notamment en considérant qu'elles devraient entraîner quasi automatiquement la clémence du jury dans les procès où ils sont impliqués) entraînent chez les simples citoyens un mouvement parallèle de réévaluation de chaque liturgie au crible de son utilité. Lycurgue en 330 n'hésite pas à établir sur ce critère une hiérarchie entre elles :

« Toutefois, il y en a parmi eux, qui, renonçant désormais à vous convaincre par des arguments, cherchent à obtenir la grâce des accusés, en alléguant leurs liturgies ; rien ne m'indigne davantage : à ce compte, des charges qu'ils ont recherchées pour la gloire de leur maison seraient donc un titre à des faveurs nationales ! Ce n'est pas pour avoir nourri des chevaux, ou payé de somptueuses chorégies, ou fait d'autres largesses de cet ordre, que l'on a droit à votre gratitude : dans ces occasions là, c'est pour soi seul que l'on obtient une couronne, sans le moindre bénéfice pour les autres. Mais s'acquitter avec éclat d'un triérarchie, avoir entouré la ville de murs pour la protéger, avoir dispensé ses libéralités pour le salut de la cité : voilà qui est agir pour le bien public et dans l'intérêt de vous tous. Ce sont les libéralités où se révèle le dévouement d'un citoyen ; les autres ne prouvent que la richesse de ceux qui les ont faites. Au reste, je ne crois pas que personne ait jamais pu rendre d’assez grands services à l’État, pour prétendre à obtenir, comme récompense, qu’on lui permette de soustraire les traîtres au châtiment. »

On distingue ici la remise en cause de certaines dépenses liturgiques dont le caractère trop somptuaire, à l'instar du monument chorégique élevé par Lysicrate en 335/334, pourrait constituer à la fois « une forme superlative d'attachement à une éthique liturgique en partie révolue[105] [...] et un danger pour l'équilibre social idéal (et idéalisé) associé aux liturgies »[106]. En effet, on suggérait par ce déploiement de faste à la fois la puissance de la richesse individuelle et l'impuissance de la cité. On prit acte dès lors de cette évolution et, pour ne pas rompre la communauté d'intérêt entre ces deux groupes, on choisit d'utiliser le désir, générateur de tensions sociales[107], des plus riches d'exhiber leur richesse en glissant peu à peu du système liturgique à l'évergétisme.

Développement de l'évergétisme à l'époque hellénistique 

Inscription honorant Aristoxénos, fils de Démophon, sans doute bienfaiteur du gymnase d'Athènes, fin du IIIe ou IIe siècle av. J.-C., musée du Louvre.

C'est surtout à partir de la deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C., et davantage encore à l'époque hellénistique, que de profondes évolutions affectent le financement de la vie publique tel qu'il était organisé jusque-là. Sans que le principe de ce financement par les plus riches, au moins de manière symbolique, soit remis en cause, la légitimité de leur désignation par la cité ne fait plus consensus. L'idée se diffuse que les plus riches ne contribueront pas moins si on les sollicite sans les contraindre : à la même époque, vers 355, Démosthène et Xénophon l'évoquent, l'un dans le Contre Leptine, l'autre dans les Poroi.

Finalement, à la fin du siècle, Démétrios de Phalère abolit les deux plus importantes liturgies athéniennes, latriérarchie, devenue inutile compte-tenu du retrait d'Athènes de la scène internationale après sa défaite de 322[108], et la chorégie, remplacée par une magistrature élective, la « présidence des concours » (agonothésie), dont le financement était pris en charge par l'État[109].

Cependant, de nombreux décrets honorifiques en l'honneur des agonothètes sont disponibles, montrant que les sommes engagées volontairement par ces derniers pour compléter celles prises en charge par la cité dépassaient largement le coût de l'ancienne chorégie. Ainsi, en 284/3, l'agonothète élu, le poète Philippidès, renonce à se faire rembourser par la cité les sommes qu'il a avancées[110]. De la même façon, certaines magistratures anciennes se voient de plus en plus souvent financées par leur titulaire : à Athènes, les prêtres fournissent généralement les victimes des sacrifices, et si le cosmète continue à superviser l'éphébie à l'époque hellénistique, c'est désormais sur ses propres deniers qu'il finance l'essentiel des sacrifices, des prix pour les concours, et l'entretien courant du matériel et des bâtiments. Même si aucun texte ne mentionne en tant que tel que le titulaire de la fonction doit assumer personnellement le coût financier de sa charge[108], les inscriptions publiées chaque année en son honneur montrent qu'il veille à l'autofinancement de l'institution, certaines soulignant même que la cité n'a rien eu à débourser cette année-là.

On passe ainsi peu à peu à un fonctionnement proche de l'évergétisme, propre, comme l'écrit Aristote, à « sauvegarder les oligarchies » : « pour les magistratures les plus importantes [...], il faut leur attacher des dépenses publiques, pour que le peuple accepte de n'y point participer et ait même de l'indulgence pour les magistrats du fait qu'ils doivent payer leurs magistratures d'une somme aussi importante »[111]. C'est pourquoi « à l'occasion de leur installation, les magistrats devront faire des sacrifices magnifiques, et construire quelques monuments publics ; le peuple, alors, prenant part aux banquets et aux fêtes, et voyant la ville splendidement décorée de temples et d'édifices, souhaitera le maintien de la constitution ; et ce sera pour les riches autant de superbes témoignages des dépenses qu'ils auront faites[111] ».

Pour autant, jusqu'au milieu du IIe siècle av. J.-C., cet évergétisme grec ne correspond pas à la définition qu'en donnePaul Veyne. Comme l'a démontré Philippe Gauthier[112], il s'agit ici d'un évergétisme qui s'accomplit le plus souvent « exclusivement dans un cadre officiel et civique (magistrature et mission officielle) »[113]. Par ailleurs, au IVe siècle av. J.-C. et sans doute encore à la haute époque hellénistique, la cité ne crée pas pour ses bienfaiteurs (evergetès) de statut distinct, supérieur aux autres citoyens : elle leur reconnaît la qualité et non le titre de bienfaiteur. Elle les remercie ainsi « de se mettre à son service, comme tout autre citoyen, mais à l'aide de moyens supérieurs »[114], de la même façon que les contributions volontaires (epidoseis) permettent à tout un chacun, proportionnellement à ses revenus, de manifester son attachement à la cité par un don de plusieurs talents ou de seulement quelques oboles.

L'évergétisme, en se développant à côté d'un système liturgique « dont il est à la fois la continuation et la négation »[115], permet à la cité d'orienter à son service les dépenses des plus riches de ses membres en insistant davantage qu'auparavant sur les honneurs officiels qui leur sont dus en remerciement. Cette dernière peut ainsi obtenir, à chaque fois que cela est nécessaire, que le financement soit assuré pour les plus criants de ses besoins, sans entraîner de dépenses superflues, et sans donner le sentiment de la contrainte aux membres de son élite qui conservent la possibilité de réserver leur richesse à leur usage personnel.

La disparition progressive des liturgies en tant que telles se manifeste dans le glissement du vocabulaire à l'époque hellénistique : le nom leitourgia – et le verbe leitourgein – perd alors sa signification stricte de « dépense imposée par la cité » pour désigner « toute part prise dans une dépense d'intérêt public »[108], y compris parallèlement à une charge publique (magistrature ou prêtrise).

Cette dilution insensible du système liturgique dans un système évergétique partiel ne sera consommée qu'à la basse époque hellénistique. Le financement des cités pourra dès lors être assimilé à celui en vigueur dans l'ensemble de l'empire romain à cette époque, cet évergétisme intégral analysé par Paul Veyne dans son ouvrage Le pain et le cirque[116].


Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

logo du Wikipédia francophone

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

irobinangel 14/01/2010 19:38


                                               
           

                         Enfin le dégèle ici. J'espère que ça va durer.
                Mais on va pas se plaindre quand même quand je pense
                   à tous ces malheureux dans le séisme. 
                                 
  bonne soirée, bisou
           






cosedia 14/01/2010 18:27


bonsoir rené
ici, la neige fond tout doucement ! vive le mois de juin !
bonne soirée


☼ Zorbax ☼

  • : CHOMOLANGMA
  • CHOMOLANGMA
  • : Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.
  • Contact

ON EST QUAND???

Bonjour, nous sommes le

☼ Qui Cherche Trouve ☼

♫♪♪♫♪♫♪♫♪

Poussieres De Savoir ☼

POUSSEZ PAS !!!

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSH1bqV_MZbKff7r4KH0YXDgokYKnPMVcS17_NVF7KeFFQmHvTYYQ

 

 

Depuis le 2 octobre 2008 ma paroisse a compté de fidèles :

 


Compteur Global


 

 

 

 

 

☼ Merci à vous tous ☼

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRspNEZw03K2txVYJaQojtGiQPv2Ef2hRp76vnThpM_Xhg74AeH

 

 

   Et aussi, bien sûr, à notre superbe équipe  !!!!!!!...

 


☼ En Alcove ☼

☼♥☼♥☼


 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTJQdwhuv8K2KE2fv7sAcLYqokJ6fOwOos7DPEsrBY_tOyjkmt9

 

 

 

 

  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTwbpFmC0lwUUqRVtxAgfCeDB97ON6I9jGDIVmmGwpa1bg_oeiS8w



 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJFhyxpCtvTfrKTTq2Dnraqndo0k6KOOvR5B49c424W-RXGsXk

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ4lkR76RVvxlM2Pg0xGQLGN-vJ1IC1AeiO9YFoy0C2maJDnAlsEA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS3s1MTNys4JJ2XciWuydUFkX2s3uxVNEo4XLmDXWkNuzNwaF-I

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpmq_X4KGoOioCJ7IGFovNaZR1dl5V9wdd73SKUZoyRXImy8hQsA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT6vugj46xpPFClJ40ZcN_g83W39aPcCsnryaBlwulPqhMuSmHABA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS0rnZSUpbcqus_ag8-saWRw8BVp-nHBjwhG0FGGsPrBMTVGsKfUA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRiQjNvzjX7IEkfQYGG-KxW9pOVJoLjsP43P-wRgoCo6bmRIFfQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSTia4A3P4_qwGWtAAvhY4S2BKgtk6tR_QCD3_DTBLqQwkYTLP7

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRPAWH7AgJ7gN7ej2rrAa90b9jK2nWJtRcdmCSJLXifbDqpzt-GAQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSnH3SFCsuDblli6D1AJMGBIO3SduYE7QocfhaOPh2CbcgSaTJm3g

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_x5rZOKIoXBMbTrRfiBoXYGA8_aG1puNXFnPK-vFSJb8S0TB-

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT5xPsHZoCoc3Y10UzSIfZBJ1VM5yTf0rOp0z02qzAq29ZylEqp

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSJYo3dfiA7rWKtAhGDKlIvNQBBfXfxpskBzCjE2VA_WnhL03zQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRrs5cw6eknmiTVBcESn97krqvfndk10XJq35s-mUIxnoXepsHU2w

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTtPoMny2WLrgyLYUkv0xzCHZ3BSe7txlE-Xe2XSz1rA4IRBQ-8

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTzDbIU4QatTLNRgPQwPUcMDO8BtCGQMAkP46aQAp05yXC1m0y84g

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_sSIdV_qG7YiVCrY6Fze69BhzpdENouF0zUUp4OV8__EbU9Ad

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ9uJqfoOS-LjhgtT3qLp4AH34AojcYXzS6ifUoduwpXl2xR4cu

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSBBpAVI8uqqXKRXeWLnFO9do5ObFZm7YxgxrJ7-EbHR2oDqLo0vQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRDpZXNSZZorQeUMLz3DTA9hEU2rI_bxr_LT9c4T9nvHvAWTZjCGQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJxvHFLqQeIleqlsCzYw3aqr-0Y6eKQMVnyaA5me5hdAxIljVU

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSC9dHlJXHSlla_xZ5T9EZytHwAWT-qbU_d19dTtxAXrGNihAXKlQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR9uI2iDGC9O3GMDlf8NsxtxQx-Qp8sqHmOc5rb-zkptdYl27ct

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRbZ3vVwEjZT_vYCN_egFTIwdBz6fqNL0Pg-y_Q61vxrmzGOpx_

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJ2rE3MpU2-7BbpUlr6UqYo4BmnNs_dvTC88BMslWtXGy7xpm4

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQEpgxQwBFunGDiUIemTa46VNveEHAu-uA8FY-TsPaLWXJFd2s0

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQTdXbqeHRkSO7KlYa4OkUya7gTOtG1LddYFWDuhmMG8TTBud38

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTNv54UJcOf0QWIB4OraEz3h5BSPwvVpIDgtJO-zq0-MNAH1T-r

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQQ4msZqs5YGyEvDc4xIBtl0glm2rQZ7LsilbzRNUFi1QmhSgwd

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRadP8tzRToSi6YgV25tgPSiZuZH-m01ykcCd-vsvFtJOoai2ucTw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWsJatoxZ24v32bG85ut1XPEPG4Fa5l6ApTX9VfC1X3_fQlO6t

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSATYwKzSKWCjMx6cjBGrTkiC8C_lyJBimQ86hhDpKGyeWCgRFU5Q

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRkni6wj2PqLxVIQnGL2w-Hh0Qdu5Q2vEiKSUXAJ7TKh9ePWQBm

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQzo44WmwLEIvLwTyzq_jnCtqqHX6X_CIYel1kbk7vcUHUp-ieN

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJijg5RyUyd3NObMK9uNkIduA32k3nPJwfiuvaWrAi2Td5vyXO

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLXSS07G9gseceN7SeCwGRL0C6ij_75lYGEnDN1qwb_bEl9bGs

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSgjOBb-AqrP0ZXPZSVl55yswE6dnD4uny-n0Xh-9mAuwm1GUq3

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSZAb3DktAXiGznQlZB9az_nvD6AoLygDkDTstPDm_WBfLnJ3ltQg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRXwcTaTVudGTxMwVFFrGw1Z-j9x9D9inLKamTPCwUThDbPuEYpeA

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTU6wtRoYw9X2-MMykBLzlVjXeRgi5rqzD5ck22QxWwI8h7QeNUQA

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpMUOK13Ots0UnbeCQLds3ixSZxNY9gFOfm65Bvc-pf6ZKAlWbzg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQhH-RzSe9GF29vGoZwod2tN7O-9mFfpWJX4bLt78JtJYMqI8w1rA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQxu-I9t3HJlWQ3e6bM41HAOc8j3Smoe-ahJN9OTRyzd6vOUOVF

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQYkezUKlW0ttRviIW9f6NJHBcjJ-sUE4XMIic0ka6qkCguqsqWEQ

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLwoIa5Xuj4eEFEX5vzJFqlL0GIrwjAUDCWbZgf6ni2O6MUMuwHg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSmu_lhCfJa5L3JKT73eNWm5-DVlMMhgQ2zjDd5kmbF9S0PDwt0

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTl9CWad5AcZHOfC-RgTWPbODkKY_C0DW3MZXkDUucqfvfZLDvJvQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSorC-n_GApivF90u5JfsOvUI44_E6pQ_gYw3Zv_SawrJlQ7U_OA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSHehPIU8WfymVyIehhOVdWyZ9Iby-7WygiZdxRqYoB6-t4uxfc

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTHknIkIppczoDGtgqaDVGpF5vzTnPgO0XzesL14bXWKIidntgi

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ2gFiEiRrnRVPCVmgC8fP4RV_b4Cyut6pHRWot2zotTH_isSgx

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRMnyl4ZznB4yj9tFflGmUrm8zxq1VAfdzbHlagdVlYHHs5AqI2Xw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSABiNYE2Ig0ORn0Dp6LWBs8FU1-eDuUfhJpaBhY3dBILcGkw7Y

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQX6x3fLQO-eGD7Sdc__AFLjGRztfSRzdOgtJe_w_XI_qKOl_cQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWAfv06yKnlGGke983sE24US_BbpZ0xgnAp3yIh3eXvCRrRfxtgg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSguscboVOMXCDflSARG5UefcNGLsGZylvXKHJGK4ldNdG1xYiR

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTVsXwe7MG_AOX5rUiFD0hVw9aHeILEWPB_3WS5456jt040weKpxQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS14rgGXof16mpTbvNq37y9tGIxf38V3B4j5iFLZChBi8qMo0cC

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRk338QqS34hcxTHah2whOwSbnEtO-yxxKutL5KPMcrWPKtCTUf

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTQg04AvSsLnhDeWWl4-qLzPD5EX7xzuOAVEiswXHB9n5gRBOxj

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQC715gVGqLwXFM7U94WtdKlMrAiHbkqIvJl2WJ6h_JMsUMfL622g

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR4ku7jfXybpiE3fm21gXSpihSd_rjwxvIac8kqkj5TkIg3rLODrg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcThGLPUz7SfnoPUPrFttXiSBuS3NYmV99axgZzgYDofBuo_RpfcUg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSqsjlV84iSMlkqfRlTaGiWfn6_nyGg91BQcNLZbGrRnn0-j3S4

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSwkrLsv_IQh2wUOQ1DkYx-HwxeUOLNEtv8yCh59CnX_HbW5H3q

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

☼ Quoi & Où ☼