Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 17:52

Birmingham (1780–1791) 


En 1780, les Priestley s'installent à Birmingham, entourés de vieux amis, jusqu'à ce qu'ils soient forcés de fuir en 1791, devant la violence d'une émeute d'inspiration religieuse. Entendant se ménager du temps pour écrire et effectuer ses expériences scientifiques, Priestley a accepté le ministère du New Meeting à condition qu'il n'ait à prêcher et enseigner que le dimanche. Comme à Leeds, il ouvre des classes pour les jeunes de sa paroisse et, vers 1781, son enseignement est suivi par cent cinquante élèves. Comme son salaire ne se monte qu'à cent guinées annuelles, certains de ses amis et aussi des mécènes lui viennent en aide, par des dons en espèces ou en nature, pour qu'il poursuive ses recherches102.

Révolution chimique 

 

.

Antoine Lavoisier et son épouse par Jacques-Louis David, 1788, huile sur toile, 259,6 × 196 cm, New York, Metropolitan Museum of Art.
.
Article connexe : Révolution chimique.
.

Beaucoup de ses amis de Birmingham sont membres de la Lunar Society, groupe d'industriels, d'inventeurs, de philosophes naturels qui se réunissent chaque mois pour discuter de leurs travaux. Le noyau est constitué d'hommes tels que l'industriel Matthew Boulton, le chimiste et géologue James Keir, l'inventeur et ingénieur James Watt ou le botaniste, chimiste et géologue William Withering. Priestley est invité à se joindre à eux et participe beaucoup aux travaux de cette communauté scientifique103. La stimulation intellectuelle de sa fréquentation le conduit à publier plusieurs articles, notamment Experiments relating to Phlogiston, and the seeming Conversion of Water into Air (1783). Le premier s'emploie à réfuter les arguments de Lavoisier concernant l'oxygène, le second décrit la façon dont la vapeur est « convertie » en air. Après avoir réalisé plusieurs variantes de l'expérience, avec différentes matières comme carburant, et plusieurs dispositifs de collecte, qui produisent des résultats différents, il parvient à la conclusion que l'air peut circuler au travers d'un plus grand nombre de substances qu'il ne l'avait préalablement supposé, ce qui est « contraire à tous les principes connus de l'hydrostatique »104. Cette découverte, ainsi que ses travaux antérieurs sur ce qui sera plus tard connu comme la diffusion gazeuse, vont amener John Dalton et Thomas Graham à formuler la théorie cinétique des gaz105.

En 1783, Antoine Lavoisier communique à l'Académie royale des sciences ses Réflexions sur le phlogistique, pour servir de suite à la théorie de la combustion et de la calcination106, la première de ce qui s'est avéré être une série d'attaques contre la théorie phlogistique ; c'est à ces attaques que Priestley réplique. S'il accepte une partie des théories de Lavoisier, il n'est pas disposé à approuver la grande révolution qu'il propose : le renversement du phlogistique par une chimie basée sur les éléments et leurs composés, ainsi qu'une nouvelle nomenclature chimique. Ses expériences originales sur le dephlogisticated air (oxygène), la combustion et l'eau ont fourni les données nécessaires à Lavoisier pour étayer l'essentiel de sa théorie, mais Priestley continuera à défendre la phlogistique sans désemparer. L'argument de Lavoisier est largement fondé sur le concept « quantitatif » que la masse n'est ni créée ni détruite par les réactions chimiques (principe de conservation de la masse). En revanche, Priestley a préféré observer des changements « qualitatifs » de chaleur, de couleur et, en particulier, de volume. Ses expériences différencient les « airs » par « leur solubilité dans l'eau, leur pouvoir d'entretenir ou d'éteindre une flamme, selon qu'il soient respirables ou non, comment ils se comportent en présence d'airs acides ou alcalins, ou avec de l'oxyde nitrique et des airs inflammables, et enfin comment ils sont affectés par une étincelle »107.

Le rejet de Priestley de la « nouvelle chimie » et son obstination à soutenir une théorie sujette à caution ont suscité la perplexité de nombreux chercheurs108. Schofield considère que : « Priestley ne fut jamais un chimiste ; au sens moderne ni même au sens « lavoisien » du terme, il ne fut jamais un scientifique. Il était philosophe naturel, soucieux de l'économie de la nature et obsédé par l'idée d'unité, dans la théologie et dans la nature. »109 L'historien des sciences John McEvoy approuve pleinement ce jugement et décrit la vision que Priestley a de la nature comme coextensive avec Dieu et donc infinie, ce qui l'encourage à se concentrer sur les faits plutôt que sur des hypothèses et des théories, et, en fin de compte, à rejeter le système de Lavoisier110. McEvoy fait aussi valoir que « l'opposition isolée et solitaire de Priestley à la théorie de l'oxygène permet de mesurer sa passion pour les principes de la liberté intellectuelle, de l'égalité épistémique et de l'étude critique. »111 Priestley lui-même affirme dans le dernier volume Experiments and Observations que ses travaux les plus précieux sont théologiques, car ils sont « supérieurs [en] dignité et importance »112.

Défenseur des Dissidents et des révolutionnaires français 

 

.

DOCTOR PHLOGISTON,
The PRIESTLEY politician or the Political Priest
N 5.
Cette caricature montre Priestley piétinant la Bible et brûlant des documents représentant la liberté anglaise. Essays on Matter and Spirit, Gunpowder et Revolution Toasts sortent de ses poches.
.

Bien que Priestley soit occupé à défendre la théorie phlogistique contre les attaques des « nouveaux chimistes », la plupart de ses travaux à Birmingham sont théologiques. En 1782, il publie le quatrième volume de ses Institutes, An History of the Corruptions of Christianity, qui décrivent ses idées sur l'altération des enseignements de la première église chrétienne113. Schofield dit de l'ouvrage qu'il est « peu original, désorganisé, verbeux et répétitif, détaillé, exhaustif et ravageusement [sic] argumenté »114. Le texte embrasse des questions allant de la divinité du Christ à la forme correcte de l'Eucharistie. Priestley poursuit sa pensée avec, en 1786, un titre provocateur : An History of Early Opinions concerning Jesus Christ, compiled from Original Writers, proving that the Christian Church was at first Unitarian. Thomas Jefferson devait plus tard décrire l'impact que ces livres ont eu sur lui : « J'ai lu et relu ses Corruptions of Christianity et Early Opinions of Jesus et je m'appuie sur eux […] comme base de ma propre foi. Ces écrits n'ont jamais été démentis. »115 Si quelques lecteurs, tels Jefferson et autres Dissidents rationnels, approuvent l'ouvrage, il est, dans l'ensemble, sévèrement critiqué pour ses positions théologiques extrêmes, en particulier pour son rejet de la Trinité116.

En 1785, pourtant engagé dans une lutte pamphlétaire à propos de Corruptions, Priestley publie The Importance and Extent of Free Enquiry, affirmant que la Réforme n'a pas véritablement réformé l'Église117. Dans des termes qui mettent en ébullition le débat national, il place ses lecteurs au défi d'imposer les changements qu'il juge nécessaires :

« Ne nous décourageons pas, même si, pour le moment, nous ne devrions pas voir un grand nombre d'églises ouvertement unitariennes […] Nous amassons, pour ainsi dire, de la poudre à canon grain par grain sous l'ancien bâtiment de l'erreur et de la superstition, afin qu'une seule étincelle puisse plus tard l'enflammer et produire une explosion instantanée ; en conséquence de quoi, cet édifice, dont l'érection fut un travail de longue haleine, soit abattu en un instant et si efficacement qu'on ne pourra plus jamais rien construire de neuf sur cette même fondation … . »N 6,118

Certains de ses amis tentent de le dissuader d'utiliser ce langage incendiaire, mais Priestley refuse de revenir sur son texte et le fait imprimer, donnant à jamais de lui l'image du « Gunpowder Joe ». Cet appel à la révolution, lancé en pleine Révolution française, suscite de violentes ripostes de la part des pamphlétaires, et son église et lui se voient même menacés de poursuites judiciaires119.

En 1787, 1789 et 1790, les Dissidents tentent à nouveau de faire abroger les Test et Corporation Acts. Bien qu'ils semblent sur le point d'aboutir vers 1790, les craintes qu'éprouve le Parlement d'une révolution imminente, font que rares sont ceux qui se montrent sensibles aux appels à l'égalité des droits. Les caricatures politiques, l'un des plus efficaces et plus populaires médias de l'époque, brocardent les Dissidents et Priestley n'est point épargné120. Au Parlement, William Pitt et Edmund Burke s'opposent à l'abrogation, trahison dénoncée par Priestley et ses amis qui comptaient sur leur soutien. Priestley écrit une série de lettres à William Pitt121 et à Burke122 pour les convaincre de changer de point de vue, mais ces publications ne font qu'enflammer un peu plus la populace contre lui.

Les Dissidents qui, comme Priestley, soutiennent la Révolution française, deviennent de plus en plus suspects au fur et à mesure que grandit le scepticisme à son endroit123. Pour alimenter sa propagande contre les « radicaux », le gouvernement de Pitt utilise l'argument de la « poudre à canon », accusant Priestley et ses amis Dissidents de vouloir renverser l'État. Burke, dans ses célèbres Reflections on the Revolution in France (1790), assimile les philosophes naturels et, en particulier, Priestley, à la Révolution française, expliquant que les radicaux qui soutiennent la science en Grande-Bretagne « ne témoignent, au cours de leurs expériences, de pas plus de considération pour l'homme qu'ils n'en éprouvent pour une souris placée dans une pompe à air. »124 Burke assimile également les principes républicains à l'alchimie et, raillant les travaux de Priestley et des chimistes français, les comparent à de l'air « dépourvu de substance » (insubstantial). Dans les écrits qui suivent, il accuse Gunpowder Joe, la science et Lavoisier de l'amélioration de la poudre dont disposent les Français pour leurs canons dans leur guerre contre la Grande-Bretagne125. Paradoxalement, Burke, homme d'État laïque, argumente contre la science et soutient que la religion a pour mission de servir la société civile, alors que Priestley, ministre du culte Dissident, est, lui, persuadé qu'elle devrait se circonscrire à la vie privée126.

Émeutes de Birmingham (1791) 


Article détaillé : Émeutes de Birmingham.
.
Tableau des émeutes de Birmingham.
.

L'hostilité grandissante à l'encontre des Dissidents et des sympathisants des révolutions américaine et française explose en juillet 1791, quand Priestley et certains Dissidents conviennent d'un dîner pour célébrer l'anniversaire de la prise de la Bastille. Cette initiative prend des allures de provocation dans un pays où nombreux sont ceux qui désapprouvent la Révolution française et redoutent qu'elle ne s'étende à la Grande-Bretagne. Craignant la violence, les amis de Priestley le persuadent de ne point se rendre au repas127. Cependant, les émeutiers se massent à l'extérieur de l'hôtel et se jettent sur les participants à leur sortie, puis ils se dirigent vers les églises de New Meeting et Old Meeting qu'ils réduisent en cendres. Priestley et sa femme prennent la fuite, laissant à leur fils William et à quelques membres de la maisonnée la charge de protéger leur demeure, mais la foule les déborde et y met le feu, détruisant le précieux laboratoire et tous les effets de la famille127. D'autres bâtiments appartenant à des Dissidents sont également incendiés pendant les trois jours que dureront les émeutes.

Priestley passe plusieurs jours caché chez des amis jusqu'à ce qu'il soit en mesure de se rendre à Londres en toute sécurité. La magistrale stratégie des « émeutiers », les simulacres de procès qui s'ensuivent pour une poignée de « meneurs » font que bien des contemporains, tout comme les historiens modernes, sont convaincus que les opérations ont été planifiées et soutenues par les magistrats de Birmingham128. Lorsque George III est finalement contraint d'envoyer des troupes dans la région, il déclare : « Je ne peux que me réjouir de ce que Priestley soit la victime des doctrines que lui-même et son parti ont instillées, et que le peuple les voit en leur vraie lumière. »129

Hackney (1791–1794) 

 

.

Caricature représentant Priestley et Paine pendus.
.

Dans l'impossibilité de revenir à Birmingham, Priestley s'installe avec sa famille à Clapton, près de Hackney, où il a fait, à l'académie dissidente de New College, une série de conférences sur l'histoire naturelle et la philosophie. Le couple reçoit l'aide d'amis qui, par des dons d'argent, de livres et de matériel de laboratoire, l'aident à retrouver les conditions de vie auquel il est habitué. Priestley sollicite une indemnité auprès du gouvernement pour la destruction de sa propriété de Birmingham, mais jamais il n'obtiendra un remboursement complet130. Il publie An Appeal to the Public on the Subject of the Riots in Birmingham (1791)131, pamphlet accusateur dans lequel il stigmatise la population de Birmingham pour avoir laissé le champ libre aux émeutiers et s'être rendue coupable de « violation des principes du gouvernement anglais »132.

Les amis du couple le pressent de quitter la Grande-Bretagne et d'émigrer vers la France ou vers les jeunes États-Unis, quand bien même Priestley a été recruté comme prêcheur de la congrégation de Gravel Pit Meeting. Les sermons qu'il y prononce, en particulier ses deux Fast Sermons133, reflètent de plus en plus son millénarisme et sa conviction que la fin du monde approche à grands pas. Après avoir comparé les prophéties bibliques à l'histoire récente, il parvient à la conclusion que la Révolution française est un présage du retour du Christ. Les œuvres de Priestley ont toujours présenté cette vision millénariste, que le déclenchement de la Révolution française n'a fait que renforcer134. À un jeune ami, il écrit que, bien qu'il ne sera pas lui-même témoin de ce retour [du Christ], lui « vivra probablement assez longtemps pour le voir […] Cela ne prendra pas, à mon avis, plus de vingt ans. »135

La vie devient de plus en plus difficile : Priestley, en compagnie de Thomas Paine, est brûlé en effigie ; de perfides caricatures politiques n'ont de cesse de l'accabler, des lettres lui sont envoyées de partout, le comparant au diable et à Guy Fawkes ; les commerçants en viennent à craindre de traiter avec la famille, et même les collègues et amis de la Royal Academy prennent leur distance. Devant l'alourdissement des sanctions requises à l'encontre des opposants, et malgré son élection à la Convention nationale française par trois départements distincts en 1792136, Priestley décide d'émigrer en Amérique avec sa famille. Cinq semaines après son départ, le gouvernement de William Pitt commence à arrêter des radicaux pour « calomnie séditieuse », avant que ne débute le célèbre procès pour trahison de 1794137.

Pennsylvanie (1794–1804) 

 

.

Portrait de Priestley par Ellen Sharples (1794)138.
.
Article détaillé : Joseph Priestley House.
.

Joseph Priestley et son épouse arrivent à New York le 4 juin 1794, aspirant à jouir de la liberté politique et religieuse. Deux de leurs trois fils, Joseph, Jr. (l'aîné ) et Harry (le cadet), sont déjà sur place depuis août 1793, en compagnie du militant radical Thomas Cooper (17591839), ami de la famille139. Le troisième, William, a quitté la France pour les États-Unis au début de la Terreur140. Dès son arrivée, Priestley est fêté par les diverses factions politiques qui se disputent son soutien. Il repousse toutes les sollicitations, espérant, par sa réserve, éviter les discordes qu'il a subies en Grande-Bretagne. Au cours du voyage le conduisant vers son nouveau foyer à Northumberland, le couple s'arrête à Philadelphie, où Priestley fait plusieurs sermons et participe à la fondation de la First Unitarian Church of Philadelphia. On lui propose le poste de professeur de chimie à l'université, mais il le décline et préfère, avec son épouse, entreprendre la construction de la demeure familiale141.

Les précautions prises pour éviter les controverses politiques aux États-Unis s'avèrent vaines. En 1795, le journaliste britannique William Cobbett fait paraître Observations on the Emigration of Dr. Joseph Priestley, dans lequel il l'accuse de trahison envers la Grande-Bretagne et tente de saper sa crédibilité scientifique. Son aura politique se trouve entachée quelque peu lorsque Cobbett se procure une série de lettres, que Priestley a reçues de l'imprimeur radical John Hurford Stone et de la romancière, elle aussi libérale, Helen Maria Williams, tous les deux résidant dans la France révolutionnaire. Cobbett publie ces lettres dans son journal, affirmant que Priestley et ses amis sont en train de fomenter une révolution142,143. En définitive, Priestley se voit dans l'obligation d'assurer lui-même sa défense et, à cet effet, il publie un manifeste qu'il intitule Letters to the inhabitants of Northumberland and its neighbourhood (« Lettres aux habitants de Northumberland et de ses environs »)144.

 

.

Dessin de la Joseph Priestley House (vers 1800) par T. Lambourne145.
.

Cependant, la vie de la famille s'assombrit : le benjamin, Harry, meurt en décembre 1795, probablement de paludisme. Mme Priesley, déjà souffrante et qui ne s'est pas remise de la perte de son fils, décède peu après en 1796146. Après la mort de sa femme, Priestley écrit à un ami : « Je me sens défait, incapable des efforts que je fournissais. Ayant toujours été très casanier, occupé à lire et écrire, ma femme assise auprès de moi, et lui faisant souvent la lecture, elle me manque à chaque instant. »147 Les relations familiales se détériorent en 1800, lors de la publication, par un journal de Pennsylvanie, d'un article accusant William Priestley, prétendument imbu des « idées françaises », d'avoir tenté d'empoisonner tous les siens, affabulation que père et fils démentent avec la plus grande vigueur148.

Priestley persévère à mener à bien les projets éducatifs auxquels il s'est intéressé toute sa vie. Il contribue à créer l'Académie de Northumberland à laquelle il fait don de sa bibliothèque. Il correspond avec Thomas Jefferson sur le sujet de l'université idéale, et ses conseils sont mis en œuvre lors de la fondation de l'Université de Virginie. Jefferson et Priestley deviennent proches et, à la parution de sa General History of the Christian Church (Histoire générale de l'Église chrétienne)149, Priestey dédie l'ouvrage au président Jefferson, écrivant que « ce n'est qu'aujourd'hui que je suis en mesure de dire que je ne vois rien à craindre de la part du pouvoir, le gouvernement sous lequel je vis actuellement m'étant pour la première fois réellement favorable. »150

Priestley se préoccupe de poursuivre ses recherches scientifiques avec le soutien de l'American Philosophical Association, mais handicapé par le manque de nouvelles en provenance d'Europe sur les dernières avancées, il ne se situe plus à l'avant-garde du progrès. Si la plupart de ses publications reste concentrée sur la défense de la défunte phlogistique, il fait aussi preuve d'originalité par quelques travaux sur la génération spontanée et les rêves. Malgré le déclin de son audience, son activité scientifique parvient à stimuler durablement l'intérêt de l'Amérique pour la chimie151.

À partir de 1801, sa santé s'altère au point qu'il devient pratiquement incapable d'écrire ou de mener ses expériences à bien. Il meurt au matin du 6 février 1804152 et est inhumé dans le tout proche cimetière de Riverview à Northumberland153. Sur son épitaphe on peut lire ce quatrain :

Return unto thy rest, O my soul, for the
Lord hath dealt bountifully with thee.
I will lay me down in peace and sleep till
I awake in the morning of the resurrection154.

Retrouve, ô mon âme, le repos qui est tien,
Car le Seigneur de Sa munificence t'a comblée.
Dans la paix et le sommeil je m'allongerai
Jusqu'à mon réveil au matin de la résurrection.

 

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

☼ Zorbax ☼

  • : CHOMOLANGMA
  • CHOMOLANGMA
  • : Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.
  • Contact

ON EST QUAND???

Bonjour, nous sommes le

☼ Qui Cherche Trouve ☼

♫♪♪♫♪♫♪♫♪

Poussieres De Savoir ☼

POUSSEZ PAS !!!

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSH1bqV_MZbKff7r4KH0YXDgokYKnPMVcS17_NVF7KeFFQmHvTYYQ

 

 

Depuis le 2 octobre 2008 ma paroisse a compté de fidèles :

 


Compteur Global


 

 

 

 

 

☼ Merci à vous tous ☼

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRspNEZw03K2txVYJaQojtGiQPv2Ef2hRp76vnThpM_Xhg74AeH

 

 

   Et aussi, bien sûr, à notre superbe équipe  !!!!!!!...

 


☼ En Alcove ☼

☼♥☼♥☼


 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTJQdwhuv8K2KE2fv7sAcLYqokJ6fOwOos7DPEsrBY_tOyjkmt9

 

 

 

 

  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTwbpFmC0lwUUqRVtxAgfCeDB97ON6I9jGDIVmmGwpa1bg_oeiS8w



 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJFhyxpCtvTfrKTTq2Dnraqndo0k6KOOvR5B49c424W-RXGsXk

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ4lkR76RVvxlM2Pg0xGQLGN-vJ1IC1AeiO9YFoy0C2maJDnAlsEA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS3s1MTNys4JJ2XciWuydUFkX2s3uxVNEo4XLmDXWkNuzNwaF-I

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpmq_X4KGoOioCJ7IGFovNaZR1dl5V9wdd73SKUZoyRXImy8hQsA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT6vugj46xpPFClJ40ZcN_g83W39aPcCsnryaBlwulPqhMuSmHABA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS0rnZSUpbcqus_ag8-saWRw8BVp-nHBjwhG0FGGsPrBMTVGsKfUA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRiQjNvzjX7IEkfQYGG-KxW9pOVJoLjsP43P-wRgoCo6bmRIFfQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSTia4A3P4_qwGWtAAvhY4S2BKgtk6tR_QCD3_DTBLqQwkYTLP7

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRPAWH7AgJ7gN7ej2rrAa90b9jK2nWJtRcdmCSJLXifbDqpzt-GAQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSnH3SFCsuDblli6D1AJMGBIO3SduYE7QocfhaOPh2CbcgSaTJm3g

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_x5rZOKIoXBMbTrRfiBoXYGA8_aG1puNXFnPK-vFSJb8S0TB-

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT5xPsHZoCoc3Y10UzSIfZBJ1VM5yTf0rOp0z02qzAq29ZylEqp

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSJYo3dfiA7rWKtAhGDKlIvNQBBfXfxpskBzCjE2VA_WnhL03zQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRrs5cw6eknmiTVBcESn97krqvfndk10XJq35s-mUIxnoXepsHU2w

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTtPoMny2WLrgyLYUkv0xzCHZ3BSe7txlE-Xe2XSz1rA4IRBQ-8

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTzDbIU4QatTLNRgPQwPUcMDO8BtCGQMAkP46aQAp05yXC1m0y84g

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_sSIdV_qG7YiVCrY6Fze69BhzpdENouF0zUUp4OV8__EbU9Ad

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ9uJqfoOS-LjhgtT3qLp4AH34AojcYXzS6ifUoduwpXl2xR4cu

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSBBpAVI8uqqXKRXeWLnFO9do5ObFZm7YxgxrJ7-EbHR2oDqLo0vQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRDpZXNSZZorQeUMLz3DTA9hEU2rI_bxr_LT9c4T9nvHvAWTZjCGQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJxvHFLqQeIleqlsCzYw3aqr-0Y6eKQMVnyaA5me5hdAxIljVU

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSC9dHlJXHSlla_xZ5T9EZytHwAWT-qbU_d19dTtxAXrGNihAXKlQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR9uI2iDGC9O3GMDlf8NsxtxQx-Qp8sqHmOc5rb-zkptdYl27ct

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRbZ3vVwEjZT_vYCN_egFTIwdBz6fqNL0Pg-y_Q61vxrmzGOpx_

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJ2rE3MpU2-7BbpUlr6UqYo4BmnNs_dvTC88BMslWtXGy7xpm4

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQEpgxQwBFunGDiUIemTa46VNveEHAu-uA8FY-TsPaLWXJFd2s0

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQTdXbqeHRkSO7KlYa4OkUya7gTOtG1LddYFWDuhmMG8TTBud38

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTNv54UJcOf0QWIB4OraEz3h5BSPwvVpIDgtJO-zq0-MNAH1T-r

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQQ4msZqs5YGyEvDc4xIBtl0glm2rQZ7LsilbzRNUFi1QmhSgwd

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRadP8tzRToSi6YgV25tgPSiZuZH-m01ykcCd-vsvFtJOoai2ucTw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWsJatoxZ24v32bG85ut1XPEPG4Fa5l6ApTX9VfC1X3_fQlO6t

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSATYwKzSKWCjMx6cjBGrTkiC8C_lyJBimQ86hhDpKGyeWCgRFU5Q

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRkni6wj2PqLxVIQnGL2w-Hh0Qdu5Q2vEiKSUXAJ7TKh9ePWQBm

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQzo44WmwLEIvLwTyzq_jnCtqqHX6X_CIYel1kbk7vcUHUp-ieN

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJijg5RyUyd3NObMK9uNkIduA32k3nPJwfiuvaWrAi2Td5vyXO

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLXSS07G9gseceN7SeCwGRL0C6ij_75lYGEnDN1qwb_bEl9bGs

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSgjOBb-AqrP0ZXPZSVl55yswE6dnD4uny-n0Xh-9mAuwm1GUq3

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSZAb3DktAXiGznQlZB9az_nvD6AoLygDkDTstPDm_WBfLnJ3ltQg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRXwcTaTVudGTxMwVFFrGw1Z-j9x9D9inLKamTPCwUThDbPuEYpeA

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTU6wtRoYw9X2-MMykBLzlVjXeRgi5rqzD5ck22QxWwI8h7QeNUQA

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpMUOK13Ots0UnbeCQLds3ixSZxNY9gFOfm65Bvc-pf6ZKAlWbzg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQhH-RzSe9GF29vGoZwod2tN7O-9mFfpWJX4bLt78JtJYMqI8w1rA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQxu-I9t3HJlWQ3e6bM41HAOc8j3Smoe-ahJN9OTRyzd6vOUOVF

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQYkezUKlW0ttRviIW9f6NJHBcjJ-sUE4XMIic0ka6qkCguqsqWEQ

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLwoIa5Xuj4eEFEX5vzJFqlL0GIrwjAUDCWbZgf6ni2O6MUMuwHg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSmu_lhCfJa5L3JKT73eNWm5-DVlMMhgQ2zjDd5kmbF9S0PDwt0

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTl9CWad5AcZHOfC-RgTWPbODkKY_C0DW3MZXkDUucqfvfZLDvJvQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSorC-n_GApivF90u5JfsOvUI44_E6pQ_gYw3Zv_SawrJlQ7U_OA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSHehPIU8WfymVyIehhOVdWyZ9Iby-7WygiZdxRqYoB6-t4uxfc

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTHknIkIppczoDGtgqaDVGpF5vzTnPgO0XzesL14bXWKIidntgi

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ2gFiEiRrnRVPCVmgC8fP4RV_b4Cyut6pHRWot2zotTH_isSgx

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRMnyl4ZznB4yj9tFflGmUrm8zxq1VAfdzbHlagdVlYHHs5AqI2Xw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSABiNYE2Ig0ORn0Dp6LWBs8FU1-eDuUfhJpaBhY3dBILcGkw7Y

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQX6x3fLQO-eGD7Sdc__AFLjGRztfSRzdOgtJe_w_XI_qKOl_cQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWAfv06yKnlGGke983sE24US_BbpZ0xgnAp3yIh3eXvCRrRfxtgg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSguscboVOMXCDflSARG5UefcNGLsGZylvXKHJGK4ldNdG1xYiR

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTVsXwe7MG_AOX5rUiFD0hVw9aHeILEWPB_3WS5456jt040weKpxQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS14rgGXof16mpTbvNq37y9tGIxf38V3B4j5iFLZChBi8qMo0cC

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRk338QqS34hcxTHah2whOwSbnEtO-yxxKutL5KPMcrWPKtCTUf

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTQg04AvSsLnhDeWWl4-qLzPD5EX7xzuOAVEiswXHB9n5gRBOxj

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQC715gVGqLwXFM7U94WtdKlMrAiHbkqIvJl2WJ6h_JMsUMfL622g

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR4ku7jfXybpiE3fm21gXSpihSd_rjwxvIac8kqkj5TkIg3rLODrg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcThGLPUz7SfnoPUPrFttXiSBuS3NYmV99axgZzgYDofBuo_RpfcUg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSqsjlV84iSMlkqfRlTaGiWfn6_nyGg91BQcNLZbGrRnn0-j3S4

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSwkrLsv_IQh2wUOQ1DkYx-HwxeUOLNEtv8yCh59CnX_HbW5H3q

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

☼ Quoi & Où ☼