Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 09:29


Conséquences

Les répercussions en Italie

« Ils nous ont vaincu parce qu'ils nous ont surpris en pleine manœuvre. »

— Arnaldo Cipolla, journaliste italien[59]

 

.

Les prisonniers italiens apprennent leur libération.
.

Lorsque la nouvelle de la défaite arrive en Italie, la population réagit vivement et des manifestations éclatent dans les grandes villes du pays[58]. L'opinion publique est divisée entre une partie des hautes sphères et de l'armée qui demandent une nouvelle bataille afin de venger Adoua et une gauche italienne opposée aux ambitions coloniales[58] que le journal républicain Critica Sociale qualifie d'« aventurisme »[58] et dont le slogan « Viva Menilek » (Vive Menelik) est repris par les manifestants[60] réclamant un départ des troupes italiennes d'Afrique[58]. Oreste Baratieri, présenté six mois auparavant comme une grande figure nationale[60], est vivement critiqué, on va même jusqu'à l'accuser d'avoir abandonné le champ de bataille pendant que ses troupes combattaient[57] ; il se retrouve par la suite devant un tribunal afin de sanctionner son « inaptitude »[60]. Rapidement, une pétition demandant le départ des soldats italiens d'Afrique est signée par environ 100 000 personnes[60].

La conséquence la plus importante au niveau politique reste la démission du Président du Conseil Francesco Crispi, remplacé le 10 mars 1896 par Antonio Starabba dont le gouvernement abandonne tout projet d'expansion coloniale[60]. Par ailleurs la politique intérieure se durcit, les mouvements sociaux prennent de l'ampleur et du 6 au 9 mai 1898, Milan s'insurge, il y a plus de 100 morts ; en 1899 et 1900, des décrets suspendent les libertés publiques. La grande priorité reste la question des captifs, bien traités par Menelik II[60] et assignés, pour la plupart, à diverses tâches dans la capitale ; le pape Léon XIII a d'ailleurs écrit une lettre[60] au Negusse Negest en vue d'obtenir leur libération mais ce n'est qu'après la signature d'une convention[61] que les prisonniers sont rapatriés. « Une Rome démoralisée »[56] n'a aucune volonté politique de préparer une nouvelle guerre et s'apprête à conclure, avec l'Empire d'Éthiopie, le traité d'Addis Abeba.

Les répercussions en Éthiopie

.

Statue équestre de Menelik, face à la Cathédrale Saint-Georges, Addis Abeba. Haile Selassie Ier y déposait chaque année une gerbe lors de la commémoration la victoire éthiopienne.
.

Les forces éthiopiennes retournent vers le sud car, malgré la victoire, Menelik ne souhaite point risquer une offensive visant à chasser les Italiens[58] ; le Ras Alula Engida souhaite au contraire poursuivre les envahisseurs vers le nord et les expulser définitivement de la colonie érythréenne[58]. Le Negusse Negest appréhende l'envoi d'une force plus importante[58] que celle vaincue à Adoua ; par ailleurs, la position italienne de Massaoua semble trop bien fortifiée pour être la cible d'éventuelles d'offensives[58]. L'inquiétude du Negusse Negest est justifiée par le Times de Londres du 3 mars qui annonce le départ vers Massaoua de trois bateaux italiens (Andrea, Simpione et Nilo) avec des renforts : 3 000 hommes, des mulets et de l'artillerie[62] ; il n'est cependant pas certain que cette information soit arrivée à Menelik, heureux de l'offre de cessez-le-feu. L'armée impériale, « à bout de souffrances »[62], ne peut se permettre de poursuivre la guerre en Érythrée, région victime de cinq années de famine et soumise à sept années de propagande coloniale[59]. Carlo Conti Rossini estime que si la guerre avait duré deux semaines de plus, l'Empire éthiopien aurait été vaincu[59].

Menelik II retourne paisiblement dans le Shewa : son empire a tiré de cette bataille et de la guerre un prestige aussi bien national qu'international[58], et jamais le pays n'a été aussi uni. Le couple impérial arrive dans la capitale le 22 mai 1896[57] où il est accueilli par les tirs de canons italiens servis par des prisonniers.

L'importance de la victoire aux yeux des Éthiopiens s'explique par divers éléments : l'Empire éthiopien, entièrement souverain, peut gérer pour ses propres intérêts ses richesses naturelles[61] ; ensuite la victoire a eu aussi une répercussion sur la psychologie du peuple éthiopien[61] dont le pays est devenu, aux yeux de plusieurs générations d'Africains, une île de liberté dans un océan colonisé[63]. Enfin, outre le rayonnement international, Adoua devient un symbole de l'unité éthiopienne[61] ; en effet, l'armée est composée non seulement de soldats originaires de régions historiquement éthiopiennes telles que le Shewa ou le Tigré mais également de provinces nouvellement conquises par Menelik II[Note 11], de plus, de nombreux gouverneurs locaux ont répondu à l'appel aux armes dont Tekle Haymanot Tessemma (ancien rival du Negusse Negest) et Ras Mikael. L'importance de la victoire est telle qu'elle est encore commémorée chaque année le 2 mars.

Pour Tsegaye Tegenu, les réformes économiques introduites par Ménélik II afin de soutenir entre autres son effort de guerre peut être, paradoxalement, un des éléments permettant d’expliquer également la difficulté pour Ménélik II de poursuivre plus avant sa progression sur les terres du Nord et de chasser les Italiens des côtes érythréennes[9] : la modification du système foncier lui aliène certains chefs du Tigré traditionnellement liés au rist, invitant parfois à la rébellion[9], alors qu’il explique en même temps le soutien des éthiopiens du sud et des Ras locaux qui lui a été apporté à Adoua[9].

Vers la signature du traité d'Addis Abeba

.

Article détaillé : Traité d'Addis Abeba.
.

Quelques jours après la bataille, le 7 mars, l'Italien Major Salsa, invité par Ras Mekonnen, est amené auprès de Menelik afin de négocier la paix[64]. L'Empire éthiopien pose certaines conditions : l'Italie doit quitter la ville d'Adigrat, renoncer publiquement à toute ambition sur l'Empire, retirer ses troupes de la frontière établie dans le traité de Wutchale[Note 12] et accepter le libre-échange entre l'Éthiopie et la colonie érythréenne[64]. Baldissera, nouvel envoyé italien, exige, en échange, le refus par Menelik de la protection de toute autre puissance européenne. Le Negusse Negest, face à ce que Henze qualifie d'« arrogance »[64], interrompt les négociations et retire sa proposition.

Ce n'est que vers la fin de l'année que, pour mettre définitivement un terme au conflit, les deux pays signent, le 26 octobre 1896[58], le traité d'Addis Abeba, écrit en amharique et en français[63] afin d'éviter les dérives de la version italienne par rapport à la version amharique constatées lors du traité de Wuchale[58]. Il assure à l'Empire d'Éthiopie son indépendance ; sa province érythréenne reste cependant sous souveraineté italienne, souveraineté consolidée par une convention signée le 10 juillet 1900 et délimitant la frontière entre le territoire colonisé et l'Empire de Menelik. La signature du traité convient aux deux parties : l'Éthiopie, car elle ne peut envisager la poursuite de la guerre et l'Italie, car elle maintient sa possession en mer Rouge.

Après Adoua, échec du colonialisme, débuts du néo-colonialisme ?

La défaite d'Adoua ne met pas entièrement fin aux ambitions des puissances coloniales dans la région qui, à défaut d'occupation du pays, opteront pour un choix de pénétration économique. Le 13 décembre 1906 est signé à Londres un accord entre la France, l'Angleterre et l'Italie qui, tout en reconnaissant l'indépendance de l'Éthiopie dans ses premiers articles, traduit de l'autre côté cette nouvelle orientation politique de l'Europe: en cas d'évènements intérieurs à l'Éthiopie, les puissances coloniales s'attribuent elles-mêmes des « sphères d'influences »[65]. Sir John Harrington, représentant anglais en Éthiopie, fait « campagne pour remettre la construction de la voie ferrée entre les mains d'une compagnie internationale », par ailleurs si « le chemin de fer restera français, les intérêts étrangers sont officiellement reconnus dans son administration qui se doit de comprendre un anglais, un italien et un représentant de Ménélik »[65]. Pour De Marinis, député italien, il s'agit d'enfermer l'Éthiopie dans « un cercle de fer » au moyen d'une « politique pacifique de conquête »[66].

Tout en garantissant l'indépendance de l’Éthiopie, la victoire d'Adoua fait de l'Éthiopie l’un des premiers pays africains à entrer de plain-pied dans l’économie de marché. Ceci se solde notamment par la création quelques années plus tard, en 1906, par Ménélik II, de la première banque éthiopienne The Bank of Abyssinia[67], qui est rapidement soumise à une influence prépondérante des capitaux étrangers, avec une prédominance des capitaux anglais au cours du XXe siècle. Cet état de fait ne sera remis en cause qu'un siècle plus tard à l'occasion de la révolution de 1974. Paradoxalement, suite à Adoua, le pays sera comme le note l'historien éthiopien Berhanou Abebe, le premier pays africain à payer « l’abandon du colonialisme territorial pour le néo-colonialisme[68] »,

Répercussions régionales

Deux puissances européennes présentes dans la Corne de l'Afrique sont directement concernées par la victoire éthiopienne : la Grande-Bretagne et la France ; la période suivant Adoua a mis en avant la rivalité entre ces deux États. À ces acteurs il faut ajouter le Soudan avec lequel l'Empire éthiopien établit des relations pacifiques afin de contenir l'avancée de l'impérialisme européen[69].

Adoua est une mauvaise nouvelle pour les ambitions britanniques sur le Nil. Peu de temps après la bataille, le gouvernement de Lord Salisbury annonce, devant la Chambre des communes, l'envoi d'une expédition menée par Lord Kitchener afin de relancer la conquête du Soudan. La Grande-Bretagne prévoit la création d'un vaste empire qui traverserait l'Afrique du nord au sud, du Caire au Cap[63], un projet en conflit avec celui de Paris. Les Britanniques, avant la bataille, ont imaginé (et espéré) une Éthiopie italienne « retirée de l'arène de l'impérialisme »[70] ; en fait, ils craignent des possibles offensives françaises lancées depuis l'Empire de Menelik[70].

Les inquiétudes britanniques sont confirmées par l'attitude adoptée par la France, qui a soutenu l'Éthiopie lors du conflit[63] et qui s'attend à la collaboration de Menelik dans leur projet d'Empire transafricain allant de Dakar à Djibouti[63]. Paris rêve d'une position sur le Nil blanc, totalement imprenable, d'où il serait possible de s'attaquer au Soudan mais également à l'Afrique orientale britannique[70]. Selon Berhanou Abebe, l'importance de l'influence française en Éthiopie s'explique par la victoire d'Adoua[59] ; en effet, les Français, réticents à reconnaître la domination des Britanniques en Égypte, ont à cœur d'empêcher les projets de Londres visant à annexer le Soudan. Par ailleurs, suite aux discordes autour de Nice et de la Haute-Savoie, la France voit d'un mauvais œil « les connivences anglo-italiennes en mer Rouge »[71]. Ainsi, Menelik II, dont le but est également de contrer l'avancée de la Grande-Bretagne, apparaît comme un allié sûr à qui la France s'empresse de livrer ses fusils Gras[71].

Menelik se trouve dans une situation délicate : il doit apporter un soutien à la France sans s'aliéner la Grande-Bretagne ou les Mahdistes, tout en cherchant à étendre les frontières de l'Empire[69]. En fait, il compte dissimuler ses ambitions, coopérer avec tous ou du moins en donner l'impression, et finalement ne s'engager dans aucun camp. Après avoir signé avec un accord le 29 janvier 1897, l'Empire éthiopien en conclut un nouveau, cette fois-ci secrètement, le 30 janvier avec la France afin d'assurer le soutien de Menelik[69]. En vérité, le Negusse Negest n'a pas l'intention de remplir ces obligations qui auraient détérioré les relations avec le Soudan et fait de la Grande-Bretagne un ennemi[69]. Durant les mois suivants, il ne fait aucun effort pour répondre aux attentes françaises ; malgré cela, ces discussions causent l'anxiété de Londres qui a également connaissance des contacts entre Menelik II et les Soudanais. Une mission dirigée par Rennel Rodd, un envoyé britannique, arrive à Addis Abeba en avril 1897[72] et un accord secret est signé avec l'Empire éthiopien qui accepte de ne pas livrer d'armes aux Mahdistes en échange de la libre circulation de biens gouvernementaux passant par Zeilah[72]. Durant leurs opérations, en septembre 1898, les Français, menés par Marchand sont confrontés à un important détachement britannique face auquel ils reculent : c'est l'incident de Fachoda. Cet évènement affecte gravement le prestige de la France aux yeux du Negusse Negest[63], même si les relations entre les deux pays restent bonnes.

Plusieurs auteurs[Note 13] s'accordent sur le « génie diplomatique »[73] dont Menelik II a fait preuve après Adoua. Sa politique étrangère lui a permis de consolider le succès d'Adoua, sauvegarder les positions éthiopiennes sur tous les fronts, et obtenir des concessions territoriales et économiques de ses puissants voisins[72]. À ce sujet, Berhanou Abebe estime que « la coalition franco-éthiopienne dans cette entreprise représente un tournant dans les relations internationales de l'Éthiopie et un succès politique dont les prédécesseurs de Menelik auraient rêvé »[71]. Enfin, pour définitivement assurer sa stabilité territoriale, l'Empire d'Éthiopie signe avec ses différents voisins des accords délimitant les frontières : le 20 mars 1897, un accord délimitant la frontière avec la colonie française de Djibouti, le 14 mai 1897[72], un accord délimitant la frontière avec la Somalie britannique, en 1900 avec l'Érythrée italienne, en 1904 avec le Soudan anglo-égyptien, enfin, en 1908 avec l'Afrique orientale britannique[63].
.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

.

logo du Wikipédia francophone

  .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

☼ Zorbax ☼

  • : CHOMOLANGMA
  • CHOMOLANGMA
  • : Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.
  • Contact

ON EST QUAND???

Bonjour, nous sommes le

☼ Qui Cherche Trouve ☼

♫♪♪♫♪♫♪♫♪

Poussieres De Savoir ☼

POUSSEZ PAS !!!

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSH1bqV_MZbKff7r4KH0YXDgokYKnPMVcS17_NVF7KeFFQmHvTYYQ

 

 

Depuis le 2 octobre 2008 ma paroisse a compté de fidèles :

 


Compteur Global


 

 

 

 

 

☼ Merci à vous tous ☼

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRspNEZw03K2txVYJaQojtGiQPv2Ef2hRp76vnThpM_Xhg74AeH

 

 

   Et aussi, bien sûr, à notre superbe équipe  !!!!!!!...

 


☼ En Alcove ☼

☼♥☼♥☼


 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTJQdwhuv8K2KE2fv7sAcLYqokJ6fOwOos7DPEsrBY_tOyjkmt9

 

 

 

 

  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTwbpFmC0lwUUqRVtxAgfCeDB97ON6I9jGDIVmmGwpa1bg_oeiS8w



 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJFhyxpCtvTfrKTTq2Dnraqndo0k6KOOvR5B49c424W-RXGsXk

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ4lkR76RVvxlM2Pg0xGQLGN-vJ1IC1AeiO9YFoy0C2maJDnAlsEA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS3s1MTNys4JJ2XciWuydUFkX2s3uxVNEo4XLmDXWkNuzNwaF-I

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpmq_X4KGoOioCJ7IGFovNaZR1dl5V9wdd73SKUZoyRXImy8hQsA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT6vugj46xpPFClJ40ZcN_g83W39aPcCsnryaBlwulPqhMuSmHABA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS0rnZSUpbcqus_ag8-saWRw8BVp-nHBjwhG0FGGsPrBMTVGsKfUA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRiQjNvzjX7IEkfQYGG-KxW9pOVJoLjsP43P-wRgoCo6bmRIFfQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSTia4A3P4_qwGWtAAvhY4S2BKgtk6tR_QCD3_DTBLqQwkYTLP7

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRPAWH7AgJ7gN7ej2rrAa90b9jK2nWJtRcdmCSJLXifbDqpzt-GAQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSnH3SFCsuDblli6D1AJMGBIO3SduYE7QocfhaOPh2CbcgSaTJm3g

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_x5rZOKIoXBMbTrRfiBoXYGA8_aG1puNXFnPK-vFSJb8S0TB-

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT5xPsHZoCoc3Y10UzSIfZBJ1VM5yTf0rOp0z02qzAq29ZylEqp

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSJYo3dfiA7rWKtAhGDKlIvNQBBfXfxpskBzCjE2VA_WnhL03zQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRrs5cw6eknmiTVBcESn97krqvfndk10XJq35s-mUIxnoXepsHU2w

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTtPoMny2WLrgyLYUkv0xzCHZ3BSe7txlE-Xe2XSz1rA4IRBQ-8

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTzDbIU4QatTLNRgPQwPUcMDO8BtCGQMAkP46aQAp05yXC1m0y84g

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_sSIdV_qG7YiVCrY6Fze69BhzpdENouF0zUUp4OV8__EbU9Ad

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ9uJqfoOS-LjhgtT3qLp4AH34AojcYXzS6ifUoduwpXl2xR4cu

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSBBpAVI8uqqXKRXeWLnFO9do5ObFZm7YxgxrJ7-EbHR2oDqLo0vQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRDpZXNSZZorQeUMLz3DTA9hEU2rI_bxr_LT9c4T9nvHvAWTZjCGQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJxvHFLqQeIleqlsCzYw3aqr-0Y6eKQMVnyaA5me5hdAxIljVU

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSC9dHlJXHSlla_xZ5T9EZytHwAWT-qbU_d19dTtxAXrGNihAXKlQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR9uI2iDGC9O3GMDlf8NsxtxQx-Qp8sqHmOc5rb-zkptdYl27ct

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRbZ3vVwEjZT_vYCN_egFTIwdBz6fqNL0Pg-y_Q61vxrmzGOpx_

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJ2rE3MpU2-7BbpUlr6UqYo4BmnNs_dvTC88BMslWtXGy7xpm4

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQEpgxQwBFunGDiUIemTa46VNveEHAu-uA8FY-TsPaLWXJFd2s0

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQTdXbqeHRkSO7KlYa4OkUya7gTOtG1LddYFWDuhmMG8TTBud38

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTNv54UJcOf0QWIB4OraEz3h5BSPwvVpIDgtJO-zq0-MNAH1T-r

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQQ4msZqs5YGyEvDc4xIBtl0glm2rQZ7LsilbzRNUFi1QmhSgwd

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRadP8tzRToSi6YgV25tgPSiZuZH-m01ykcCd-vsvFtJOoai2ucTw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWsJatoxZ24v32bG85ut1XPEPG4Fa5l6ApTX9VfC1X3_fQlO6t

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSATYwKzSKWCjMx6cjBGrTkiC8C_lyJBimQ86hhDpKGyeWCgRFU5Q

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRkni6wj2PqLxVIQnGL2w-Hh0Qdu5Q2vEiKSUXAJ7TKh9ePWQBm

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQzo44WmwLEIvLwTyzq_jnCtqqHX6X_CIYel1kbk7vcUHUp-ieN

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJijg5RyUyd3NObMK9uNkIduA32k3nPJwfiuvaWrAi2Td5vyXO

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLXSS07G9gseceN7SeCwGRL0C6ij_75lYGEnDN1qwb_bEl9bGs

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSgjOBb-AqrP0ZXPZSVl55yswE6dnD4uny-n0Xh-9mAuwm1GUq3

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSZAb3DktAXiGznQlZB9az_nvD6AoLygDkDTstPDm_WBfLnJ3ltQg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRXwcTaTVudGTxMwVFFrGw1Z-j9x9D9inLKamTPCwUThDbPuEYpeA

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTU6wtRoYw9X2-MMykBLzlVjXeRgi5rqzD5ck22QxWwI8h7QeNUQA

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpMUOK13Ots0UnbeCQLds3ixSZxNY9gFOfm65Bvc-pf6ZKAlWbzg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQhH-RzSe9GF29vGoZwod2tN7O-9mFfpWJX4bLt78JtJYMqI8w1rA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQxu-I9t3HJlWQ3e6bM41HAOc8j3Smoe-ahJN9OTRyzd6vOUOVF

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQYkezUKlW0ttRviIW9f6NJHBcjJ-sUE4XMIic0ka6qkCguqsqWEQ

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLwoIa5Xuj4eEFEX5vzJFqlL0GIrwjAUDCWbZgf6ni2O6MUMuwHg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSmu_lhCfJa5L3JKT73eNWm5-DVlMMhgQ2zjDd5kmbF9S0PDwt0

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTl9CWad5AcZHOfC-RgTWPbODkKY_C0DW3MZXkDUucqfvfZLDvJvQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSorC-n_GApivF90u5JfsOvUI44_E6pQ_gYw3Zv_SawrJlQ7U_OA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSHehPIU8WfymVyIehhOVdWyZ9Iby-7WygiZdxRqYoB6-t4uxfc

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTHknIkIppczoDGtgqaDVGpF5vzTnPgO0XzesL14bXWKIidntgi

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ2gFiEiRrnRVPCVmgC8fP4RV_b4Cyut6pHRWot2zotTH_isSgx

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRMnyl4ZznB4yj9tFflGmUrm8zxq1VAfdzbHlagdVlYHHs5AqI2Xw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSABiNYE2Ig0ORn0Dp6LWBs8FU1-eDuUfhJpaBhY3dBILcGkw7Y

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQX6x3fLQO-eGD7Sdc__AFLjGRztfSRzdOgtJe_w_XI_qKOl_cQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWAfv06yKnlGGke983sE24US_BbpZ0xgnAp3yIh3eXvCRrRfxtgg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSguscboVOMXCDflSARG5UefcNGLsGZylvXKHJGK4ldNdG1xYiR

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTVsXwe7MG_AOX5rUiFD0hVw9aHeILEWPB_3WS5456jt040weKpxQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS14rgGXof16mpTbvNq37y9tGIxf38V3B4j5iFLZChBi8qMo0cC

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRk338QqS34hcxTHah2whOwSbnEtO-yxxKutL5KPMcrWPKtCTUf

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTQg04AvSsLnhDeWWl4-qLzPD5EX7xzuOAVEiswXHB9n5gRBOxj

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQC715gVGqLwXFM7U94WtdKlMrAiHbkqIvJl2WJ6h_JMsUMfL622g

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR4ku7jfXybpiE3fm21gXSpihSd_rjwxvIac8kqkj5TkIg3rLODrg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcThGLPUz7SfnoPUPrFttXiSBuS3NYmV99axgZzgYDofBuo_RpfcUg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSqsjlV84iSMlkqfRlTaGiWfn6_nyGg91BQcNLZbGrRnn0-j3S4

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSwkrLsv_IQh2wUOQ1DkYx-HwxeUOLNEtv8yCh59CnX_HbW5H3q

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

☼ Quoi & Où ☼