Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 07:17

1970 à aujourd'hui : depuis la séparation 


Lennon, McCartney et Harrison avaient dans leurs cartons un nombre impressionnant de chansons composées, pour certaines ébauchées et répétées en groupe, voire enregistrées, depuis le séjour en Inde et les sessions de l'album blanc, et non incluses dans les disques des Beatles. En 1970, George Harrison sort un triple album, All Things Must Pass puis organise le 1er août 1971 au Madison Square Garden de New York le tout premier concert rock de charité, le Concert for Bangladesh, en faveur du Bengladesh avec Bob Dylan, Eric Clapton, Ravi Shankar, Billy Preston et l'ami Ringo Starr, encore un triple album live à la clé. Paul McCartney commercialise son premier disque solo au titre éponyme, puis Ram avant de fonder les Wings. John Lennon sort des singles engagés (Give Peace a Chance, Instant Karma!, Power to the People), un Live Peace in Toronto, suivi de l'album John Lennon/Plastic Ono Band, puis le très célèbre Imagine. Succès pour tous, à commencer par George qui signe le premier hit post-Beatles, My Sweet Lord.



lien source

De son côté, John règle ses comptes avec Paul dans l'album Imagine avec le titre How Do You Sleep? (« Comment dors-tu ? ») où il dit, à propos de son ex-ami : « The only thing you done was Yesterday » (« La seule chose que tu as faite c'était hier », jeu de mots entre « hier » et le titre de la chanson Nº1 en 1965) et « Those freaks was right when they said you was dead » (« Ces maboules avaient raison de dire que tu étais mort »).

Paul, lui, a estimé juste d'intenter fin décembre 1970 un procès à ses trois camarades afin de mettre un terme définitif à l'entité juridique Beatles, et surtout, dans son esprit, à empêcher le toujours manager du groupe, Allen Klein, de faire main basse sur l'argent qui continuait à couler à flots. « Il me fallait emmener les autres Beatles au tribunal. Et j’ai ressenti une grande culpabilité à cause de ça. Mais dites moi ce que vous auriez fait si tout ce que vous aviez gagné –et c’était quelque chose comme la totalité des revenus des Beatles, un montant énorme, tout ce que nous avions jusqu’à quelque chose comme Hey Jude – était sur le point de disparaître dans la poche de quelqu’un ? Le gars dont je parle, Allen Klein avait empoché 5 millions de livres pour sa première année en tant que manager des Beatles. J’ai senti l’arnaque et je me suis dit « 5 millions en une année ? Combien de temps cela lui prendra-t-il pour se débarrasser de tout ça ? » Et j’ai pensé : « Bien, je vais le sortir de là, je vais attaquer ce gars, Klein ». Ils m’ont répondu « Tu ne peux pas, car il n’est pas partie prenante de la plupart de vos accords ». Il est donc devenu clair que je devais attaquer les Beatles », expliquera Paul McCartney. La dissolution juridique du groupe sera finalement prononcée en 1975.

Il répondra aussi à John dans le premier disque des Wings, Wild Life, fin 1971 avec la chanson Dear Friend : « Are you afraid or is it true? » (« As-tu peur ou est-ce vrai ? »).

Curieusement, lorsqu'il s'agira pour Paul et John de jouer, chacun de son côté, au jeu du « qui a fait quoi ? » sur les plus de 200 titres cosignés Lennon/McCartney, ils se montreront globalement d'accord, à de très rares exceptions près, entre ce qui est à 100 % de l'un, à 100 % de l'autre, à 50-50, à 60-40 ou à 80-20.

On offrira aux Beatles des millions de dollars pour qu’ils acceptent de reformer leur groupe. En Février 1976, six années après leur séparation, un promoteur pop de Los Angeles, Bill Sargent, leur propose, pour un seul concert, d'un minimum de 20 minutes retransmis à travers le monde, la somme de 50 millions de dollars. Les Beatles refusent. Sept mois plus tard, le 20 septembre 1976, un autre promoteur, Sid Bernstein, leur offre publiquement 230 millions de dollars pour un concert de charité. Fin de non recevoir. Plus jamais par la suite, un artiste ne se verra proposer de telles montants astronomiques pour un seul concert.

Cette reformation qui apparaît impossible dans un premier temps, devient plus envisageable dès lors que les différends, principalement entre John Lennon et Paul McCartney, sont aplanis. Mais John Lennon, revenu à son métier de musicien après cinq années de retrait de la vie publique, est assassiné à 40 ans, le 8 décembre 1980 par Mark David Chapman, un déséquilibré à qui il avait signé un autographe quelques heures plus tôt, au pied de son appartement du Dakota Building à New York. Dès lors, George Harrison aura ce trait d'humour : « Les Beatles ne se reformeront pas tant que John Lennon sera mort ». Le plus jeune des Beatles décède à Los Angeles d'un cancer généralisé à 58 ans, le 29 novembre 2001.

 

Une popularité jamais démentie

Pendant les quatre décennies qui suivent leur séparation, les Beatles restent un groupe très populaire. En 1973, sortent les deux fameuses compilations, le Red Album (1962-1966) et le Blue Album (1967-1970). Sur les pochettes de ces doubles albums, les Beatles posent en 1963 dans les étages des locaux d'EMI (même image que sur leur premier disque, Please Please Me), et sont dans la même position en 1969 : c'est la photo qui avait été prise pour l'album Get Back en préparation au début de l'année.



lien source

Les compilations rouge et bleue atteignent des sommets en matière de ventes, permettant à toute une génération, celle qui succède aux « baby boomers » et était encore un peu trop jeune pour vivre la « 
Beatlemania », de découvrir leur musique à travers un choix de titres très judicieux. Ce sont les deux doubles compilations posthumes - parues après la dissolution d'un groupe - les mieux vendues du XXe siècle.

Il en va exactement de même en 2000 avec une autre compilation, One, où figurent les 27 chansons des Beatles ayant atteint la première place des ventes entre 1963 et 1970, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Bien que cette compilation soit parue 30 ans après la séparation des Beatles, c'est l'album le plus rapidement écoulé de tous les temps (jusqu'à aujourd'hui) : publié le 13 novembre 2000, et vendu à 13,5 millions d'exemplaires dans le monde, dans son premier mois de commercialisation.



Paul McCartney (2004)

Entre-temps, sont publiés en
1988 deux disques que l'on peut considérer comme indispensables pour qui voudrait posséder la discographie complète des Beatles : les Past Masters, Volume 1 et Volume 2. Là, sont recensés toutes les faces A et B des 45 tours publiés entre les albums et qui n'y figuraient donc pas. Cela va de From Me to You et She Loves You à Don't Let Me Down et The Ballad of John and Yoko en passant par I Feel Fine, Day Tripper, We Can Work It Out, Paperback Writer, Rain, Hey Jude ou Revolution.

Il y a également un album live, At the Hollywood Bowl, produit par George Martin, enregistré lors de concerts donnés à Los Angeles en 1964 et 1965, puis une compilation des prestations des Beatles sur la radio nationale britannique, « Live at the BBC » en 1994.

Mais le projet le plus important de ces années post-Beatles porte le nom d'Anthology. Il réunit Paul McCartney, George Harrison, Ringo Starr (qu'on surnomme pour le coup les « Threetles ») et leur producteur George Martin, de 1994 à 1996, pour trois doubles albums, un film (en fait, une série télévisée disponible aujourd'hui en coffret DVD) et un livre (traduit en français en 2000). Chaque double album, publié chronologiquement, propose des versions alternatives de leurs chansons, des « live » du début, des documents sonores rares, des prises différentes, des essais, des expériences — comme n'entendre que les violons d'Eleanor Rigby, ou que les voix de Because —, sans oublier deux nouvelles chansons des Beatles. Il s'agit au départ d'enregistrements sur cassette de John Lennon au milieu des années 1970, durant sa période de retrait de toute activité publique : Real Love et Free as a Bird, que Yoko Ono confie aux autres Beatles survivants pour qu'ils y ajoutent leurs voix et leurs instruments, le tout produit par Jeff Lynne.

Si les Beatles ont été consacrés 5ème vendeurs d'albums aux Etats-Unis durant les années 1990, la décade suivante (années 2000) les verra terminer en seconde position avec plus de 27 millions d'albums vendus.

 

Le nettoyage posthume

Enfin, Paul McCartney prend sa revanche en 2003 avec le disque Let It Be… Naked (c'est-à-dire « nu ») qu'il fait publier avec l'accord donné juste avant la mort de George Harrison et celui de Yoko Ono. Débarrassé de toute la production de Phil Spector, permettant donc d'entendre ces chansons enregistrées en direct sans aucun ajout en studio, ce disque s'accorde avec le projet original. L'ordre des morceaux est modifié par rapport au Let It Be de 1970 et Don't Let Me Down de John Lennon y est inclus. Pour dramatiser l'objectif à la fois de retour aux sources et de simplicité voulue, sa pochette reprend les négatifs des photos de Let It Be et en noir et blanc.

La version fait découvrir que les Beatles n'avaient à cette époque rien perdu de leur cohésion initiale, et avaient même, pour peu que le mixage fût bien fait, un son qui ne cédait rien en qualité et en simplicité à celui de leurs tout premiers albums. Le résultat fera dire à un critique américain, à propos de Phil Spector qui se débat au même moment avec la justice dans une accusation de meurtre : « Après avoir entendu cet album [Let it Be… Naked], je me rends compte que Spector s'était rendu coupable de bien plus grave que le meurtre dont on l'accuse. »

Pour finir, et une fois de plus sous la houlette de George Martin, aidé cette fois par son fils Giles, le disque Love sort en novembre 2006. Il s'agit d'un « patchwork » de la musique des Beatles, fait de titres remixés et de « mash-up » (plusieurs chansons emmêlées) préparé au départ pour le spectacle donné par le Cirque du Soleil au Mirage de Las Vegas.

Concernant la restauration, tant attendue par les fans, du film Let It Be, Paul McCartney et Ringo Starr s’opposent à ce que ce film soit à nouveau lancé sur le marché. En effet, les deux seuls membres des Beatles toujours vivants estiment que cette re-édtion n’apportera rien de plus au public que de leur montrer le côté sombre de toute cette aventure. Ni l'un, ni l'autre ne seraient à l’aise avec l’idée de publiciser un film montrant les Beatles en train de se taper sur les nerfs les uns les autres. En résumé, il est fort peu probable que tout cela soit un jour diffusé, tout du moins du vivant de Paul et de Ringo.

 

Réédition de tout le catalogue remasterisé

La remastérisation maintes fois repoussée de tous les albums des Beatles, incluant les Past Masters, Volume One et Volume Two sera enfin disponible le 9 septembre 2009 en CD, l’opération ayant été supervisée par leur producteur George Martin. Les quatorze albums studios (les douze albums originaux, la B.O. de Yellow Submarine plus les deux Past Masters réunis en un seul album) se verront enfin dépoussiérés et améliorés par rapport à l’austère réédition CD de 1987. La publication de tout le catalogue numérisé et en stéréo — les remasters des premiers albums étant aussi proposés en mono — se fera en même temps que celle du jeu vidéo « The Beatles: Rock Band ». La date de commercialisation choisie (09/09/09) n'est pas un hasard, dans la mesure où on peut aussi bien la rattacher au célèbre « number nine » entendu tout au long du titre Revolution 9 de John Lennon et Yoko Ono sur l'album The Beatles, qu'à la chanson One After 909, une des premières compositions du tanden Lennon/McCartney à la fin des années 1950, enregistrée une première fois 1963 par le groupe, mais qui ne fit surface qu'en 1970 sur Let It Be.



lien source

« Chaque coffret CD proposera la réplique des pochettes originales des albums britanniques, ainsi que des livrets complets contenant de nouvelles notes historiques en compagnie d'informations sur les enregistrements, et des photos rares. Pour une période de temps limitée, chaque CD contiendra aussi un court film documentaire sur l’album. […] Les albums ont été remasterisés par une équipe d’ingénieurs dédiée aux studios Abbey Road sur une période de quatre ans, utilisant une technologie de pointe en même temps que les équipements de studio de l’époque, afin de précautionneusement maintenir l’authenticité et l’intégrité des enregistrements analogiques originaux. Le résultat de ce processus laborieux est le catalogue de plus haute fidélité depuis les publications originales », explique la compagnie Apple dans un communiqué posté le 7 avril 2009 sur son site officie.

Mat Snow du magazine Mojo a eu l’occasion d’écouter une dizaine de titres remasterisés de l’album blanc et a déclaré par la suite que le résultat était « encore meilleur que nous pourrions l’espérer ».



lien source

À ce jour, aucune chanson des Beatles n'est disponible en téléchargement légal. L'attente est également forte de ce côté. Le catalogue des Fab Four est un des derniers à ne pas être disponible sur les plateformes internet. Selon le site officiel des Beatles en avril 2009 : « Les discussions concernant la distribution numérique du catalogue vont se poursuivre. Il n'y a pas d'information supplémentaire disponibles pour le moment ». Paul McCartney déclarait auparavant : « Ça va bientôt se faire. Nous sommes prêts. Quelques points restent à régler mais cela devrait se résoudre assez vite. Je suis presque sûr que cela devrait se passer en 2008 ». La date indiquée par le bassiste des Beatles est passée... L'ironie de cette affaire veut que le catalogue de chaque Beatle en solo — Paul McCartney, John Lennon, Ringo Starr et George Harrison — soit depuis longtemps disponible.

 

Styles musicaux

La principale influence musicale des Beatles à leurs débuts semble être Elvis Presley. D'autres artistes de rock 'n' roll, en particulier Buddy Holly, Chuck Berry, Eddie Cochran, tout le blues et le rock noir américain, puis les premiers rockers britanniques, notamment Cliff Richard et les Shadows, ont également marqué le groupe débutant. Du point de vue des harmonies vocales, ce sont les Everly Brothers et les artistes de Motown qui ont inspiré les « Fab Four ». La poésie de Bob Dylan, les recherches mélodiques des Beach Boys, la musique folk galloise, les grands compositeurs classiques et contemporains ou encore la musique indienne sont autant d'influences qui ont contribué à l'élaboration du langage musical des Beatles. À leur tour, les Beatles deviennent une pierre de touche dans l'univers de la musique populaire occidentale en montrant la voie, avec, pour commencer, le simple fait d'être les interprètes de leurs propres chansons et, pour continuer, en imposant la formule « deux guitares, une basse et une batterie ».

Les Beatles se sont essayés à presque tous les styles possibles et ont ouvert des portes que d'autres ont franchies ensuite :

  • du rock 'n' roll avec beaucoup de titres des débuts, comme I Saw Her Standing There mais aussi plus tard, avec par exemple, Back in the U.S.S.R. (une parodie de California Girls des Beach Boys) ;
  • du hard rock avec Helter Skelter ;
  • de la musique psychédélique avec Lucy in the Sky with Diamonds (qui, affirme John, ne fait pas référence au LSD mais à un dessin de son fils Julian ; c'est à cette chanson que pensait l'anthropologue Yves Coppens lorsqu'il baptisa le squelette préhistorique Lucy…), mais surtout avec l'inédit What's the New Mary Jane, paru à titre « posthume » dans l'album Anthology, qui va encore plus loin dans la recherche sonore ;
  • de la pure pop britannique avec Penny Lane, mais qui utilise tout de même des trompettes de Bach ;
  • du classique encore avec Blackbird inspiré encore une fois de Bach ;
  • des orchestres et des arrangements musicaux sophistiqués avec A Day in the Life ;
  • des comptines avec, All Together Now ou Yellow Submarine ;
  • du reggae avec Ob-La-Di, Ob-La-Da
  • de la soul avec Don't Let Me Down ;
  • du rock funky avec Come Together
  • du boléro cubain avec And I Love Her ;
  • de la musique de bastringue à tendance jazz avec When I'm Sixty Four ;
  • du ragtime avec Martha My Dear ;
  • du blues pur avec Yer Blues ;
  • de la musique indienne avec Within You Without You, The Inner Light et Love You To de George Harrison
  • du country avec Act Naturally et What Goes On (On remarque dans l'ensemble que les chansons chantée par Ringo Starr ont, en raison de sa voix, une sonorité très "country")
  • du blues rock avec Revolution ;
  • du jazz avec Honey Pie ;
  • des ballades folk traditionnelles (et vaguement country) avec Rocky Raccoon ;
  • des arrangements « classiques » avec Eleanor Rigby (sextuor à cordes), She's Leaving Home, Yesterday, ou encore le solo de piano de In My Life, accéléré au mixage lui donnant des allures de clavecin (et rappelant très clairement Bach à nouveau), tous ces arrangements où transparaît la culture classique de George Martin ;
  • des collages sonores (avec l'influence de Yoko Ono sur le groupe, bien que Paul se soit déjà essayé aux collages bien avant l'apparition de Yoko Ono dans la vie de Lennon) avec Revolution 9 ;
  • de la musique expérimentale basée sur la musique indienne avec Tomorrow Never Knows (qui contient également selon les opinions la première rythmique techno de l'histoire de la musique).

 


lien source

Héritage

 

Impact sur la musique

L'héritage musical des Beatles est incommensurable. Ils représentent une influence majeure incontournable pour la plupart des musiciens qui leur ont succédé. On ne compte plus le nombre de groupes qualifiés de « nouveaux Beatles » par la presse spécialisée.

Un grand nombre de leurs compositions sont devenues des standards du rock et de la pop et il est impossible de comptabiliser les reprises de leurs chansons, plusieurs d'entre elles figurant d'ailleurs parmi les plus interprétées au monde. Un certain nombre de ces reprises sont d'ailleurs devenues des tubes et se sont bien classées dans les hit-parades.

Si de nombreux groupes et artistes revendiquent l'influence des Fab Four (Prince, Michael Jackson, Tears For Fears, Oasis, U2, Radiohead, The Verve, Coldplay, Travis, Keane parmi tant d'autres), certains se sont même fait une spécialité de reprendre leur répertoire et n'hésitent pas à les singer complètement, poussant l'imitation jusque dans l'habillement et la coiffure. C'est le cas par exemple des Rabeats, des Bea Trips, des Britles des Beatles History ou des Fab Faux, pour n'en citer que quelques-uns.

 


lien source

Impact sur l'industrie discographique

Dans le monde du rock, ce sont les Beatles qui ont redéfini la conception des albums pour en faire des ensembles cohérents, c'est-à-dire reflétant une véritable démarche artistique, plus qu'un empilement de chansons. On peut dater cette genèse avec Rubber Soul en 1965. Jusque là, c'était le format single ou 45 tours qui primait dans l'industrie du disque. Les Beach Boys répondent à Rubber Soul avec Pet Sounds, les Beatles vont encore plus loin avec Revolver et l'année suivante avec Sgt. Pepper's : c'est la naissance d'une nouvelle notion, celle d'Album-concept. Au delà de la musique, c'est ce qui l'entoure, cette pochette particulièrement soignée, qui s'ouvre, qui est munie des paroles imprimées au dos et d'une planche d'accessoires à découper, qui révolutionne l'industrie du disque.

 

Reprises, adaptations, parodies

Les chansons des Beatles ont fait l'objet d'adaptations dans le monde entier et dans presque toutes les langues. Elles ont aussi été conjuguées dans tous les styles musicaux, et des albums entiers de reprises leur sont consacrés, comme par exemple le Reggae Tribute to the Beatles enregistré par des chanteurs jamaïcains, le Tropical Tribute to the Beatles avec des artistes d'Amérique latine, ou encore Basie On The Beatles par Count Basie pour le jazz.

Le groupe The Punkles en a fait des versions Punk, Beatallica s'est évertué à mélanger leurs compositions avec celles du groupe Metallica, les Beatles Rumba Band en font des reprises rumba, tandis que le DJ Danger Mouse a mixé des samples du double blanc avec la voix du rappeur Jay Z sur The Grey Album et que les Easy Star All-Stars publient en avril 2009 une reprise intégrale de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band en reggae.

Plusieurs films n'utilisent que des airs des Beatles en guise de bande originale. Le titre du film, voire l'intrigue, peuvent aussi s'en inspirer directement. C'est le cas bien sûr du Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band de Michael Schultz ou de Across the Universe réalisé par Julie Taymor. D'autres encore racontent leur histoire, comme Crazy Day de Robert Zemeckis ou Backbeat de Iain Softley.



lien source

Plusieurs émissions de télévisions utilisent les chansons des Beatles. Ainsi, l'émission Va Savoir, présentée par
Gérard Klein sur La Cinquième, était exclusisement constituée de musiques du quatuor de Liverpool, mais on se souvient plus facilement du générique, le fameux Magical Mystery Tour. Également, l'éphémère Les enfants de John, également sur la Cinquième, avait pour générique Revolution.

On retrouve encore les Beatles en personnages de bande-dessinée dans Astérix chez les Bretons ou de dessin-animé dans Les Simpson, où un épisode complet est calqué sur la carrière du groupe.



lien source

Les Beatles ont également été abondamment parodiés. En la matière, l'une des plus belles réussites est certainement le pastiche des
Rutles, qui sont parvenus à imiter leurs mélodies sans jamais les plagier dans le film All You Need Is Cash. Les Bidochons pour leur part, ont déformé les textes de leurs chansons dans l'album Quatre Beadochons dans le Vent.

Les visuels du groupe ont été également allègrement copiés, comme la pochette de Sgt. Pepper parodiée par Frank Zappa dans We're Only in It for the Money ou celle d'Abbey Road, reproduite par les Red Hot Chili Peppers sur The Abbey Road E.P.

 

Tourisme, monuments, lieux dédiés

La ville de Liverpool base ses activités touristiques sur la carrière des Fab Four, un musée leur est consacré sur l'Albert Dock, et les lieux mythiques (du Cavern Club à Strawberry Fields en passant par Penny Lane et les maisons d'enfance de Paul à Forthlin road et de John sur Menlove avenue) se visitent en circuit organisé. Un luxueux hôtel à thème, le Hard Day's Night Hôtel a par ailleurs ouvert en 2007. Chaque année, fin août, est organisé l'« international Beatles week festival » où se produisent des centaines de groupes devant des milliers de fans. L'aéroport de la cité portuaire du nord est devenu en 2002 le Liverpool John Lennon Airport. À Londres également, des circuits sont organisés pour visiter les lieux où ont vécu et travaillé les Beatles. Le passage pour piétons d'Abbey Road est un lieu de pèlerinage depuis quatre décennies.



Statue de John Lennon à Liverpool

À
Hambourg, au croisement de Grosse Freheit et de la Reeperbahn c'est-à-dire à mi-distance entre le Top Ten Club et le Kaiserkeller, deux clubs où les Beatles se produisirent au tout début des années 1960, une Beatles-Platz a été inaugurée en septembre 2008[80]. Au centre de cette place, le groupe est représenté par des silhouettes métalliques au nombre de cinq (avec Stuart Sutcliffe, un peu à l'écart), tandis que le batteur est stylisé de façon à ce que l'on puisse aussi bien reconnaitre Pete Best, qui officiait avec le groupe à l'époque, que Ringo Starr, qui ne le rejoignit que plus tard. Toujours à Hambourg, c'est depuis le 29 mai 2009 que les mythiques Beatles disposent d'un musée à leur gloire, aménagé sur cinq étages, au coeur de la "Reeperbahn".

On trouve des statues des Beatles un peu partout dans le monde, et notamment à La Havane (Cuba), à Lima (Pérou), à Ekaterinbourg (Russie), à Houston (Texas) ou encore à Oulan-Bator (Mongolie)...

Source Wikipédia

LIEN historique/auteurs

Creative Commons License

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

 

.



Partager cet article

Repost 0
Published by CHOMOLANGMA
commenter cet article

commentaires

☼ Zorbax ☼

  • : CHOMOLANGMA
  • CHOMOLANGMA
  • : Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.
  • Contact

ON EST QUAND???

Bonjour, nous sommes le

☼ Qui Cherche Trouve ☼

♫♪♪♫♪♫♪♫♪

Poussieres De Savoir ☼

POUSSEZ PAS !!!

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSH1bqV_MZbKff7r4KH0YXDgokYKnPMVcS17_NVF7KeFFQmHvTYYQ

 

 

Depuis le 2 octobre 2008 ma paroisse a compté de fidèles :

 


Compteur Global


 

 

 

 

 

☼ Merci à vous tous ☼

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRspNEZw03K2txVYJaQojtGiQPv2Ef2hRp76vnThpM_Xhg74AeH

 

 

   Et aussi, bien sûr, à notre superbe équipe  !!!!!!!...

 


☼ En Alcove ☼

☼♥☼♥☼


 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTJQdwhuv8K2KE2fv7sAcLYqokJ6fOwOos7DPEsrBY_tOyjkmt9

 

 

 

 

  http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTwbpFmC0lwUUqRVtxAgfCeDB97ON6I9jGDIVmmGwpa1bg_oeiS8w



 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJFhyxpCtvTfrKTTq2Dnraqndo0k6KOOvR5B49c424W-RXGsXk

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ4lkR76RVvxlM2Pg0xGQLGN-vJ1IC1AeiO9YFoy0C2maJDnAlsEA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS3s1MTNys4JJ2XciWuydUFkX2s3uxVNEo4XLmDXWkNuzNwaF-I

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpmq_X4KGoOioCJ7IGFovNaZR1dl5V9wdd73SKUZoyRXImy8hQsA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT6vugj46xpPFClJ40ZcN_g83W39aPcCsnryaBlwulPqhMuSmHABA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS0rnZSUpbcqus_ag8-saWRw8BVp-nHBjwhG0FGGsPrBMTVGsKfUA

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRiQjNvzjX7IEkfQYGG-KxW9pOVJoLjsP43P-wRgoCo6bmRIFfQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSTia4A3P4_qwGWtAAvhY4S2BKgtk6tR_QCD3_DTBLqQwkYTLP7

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRPAWH7AgJ7gN7ej2rrAa90b9jK2nWJtRcdmCSJLXifbDqpzt-GAQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSnH3SFCsuDblli6D1AJMGBIO3SduYE7QocfhaOPh2CbcgSaTJm3g

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_x5rZOKIoXBMbTrRfiBoXYGA8_aG1puNXFnPK-vFSJb8S0TB-

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcT5xPsHZoCoc3Y10UzSIfZBJ1VM5yTf0rOp0z02qzAq29ZylEqp

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSJYo3dfiA7rWKtAhGDKlIvNQBBfXfxpskBzCjE2VA_WnhL03zQ

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRrs5cw6eknmiTVBcESn97krqvfndk10XJq35s-mUIxnoXepsHU2w

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTtPoMny2WLrgyLYUkv0xzCHZ3BSe7txlE-Xe2XSz1rA4IRBQ-8

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTzDbIU4QatTLNRgPQwPUcMDO8BtCGQMAkP46aQAp05yXC1m0y84g

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS_sSIdV_qG7YiVCrY6Fze69BhzpdENouF0zUUp4OV8__EbU9Ad

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ9uJqfoOS-LjhgtT3qLp4AH34AojcYXzS6ifUoduwpXl2xR4cu

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSBBpAVI8uqqXKRXeWLnFO9do5ObFZm7YxgxrJ7-EbHR2oDqLo0vQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRDpZXNSZZorQeUMLz3DTA9hEU2rI_bxr_LT9c4T9nvHvAWTZjCGQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJxvHFLqQeIleqlsCzYw3aqr-0Y6eKQMVnyaA5me5hdAxIljVU

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSC9dHlJXHSlla_xZ5T9EZytHwAWT-qbU_d19dTtxAXrGNihAXKlQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR9uI2iDGC9O3GMDlf8NsxtxQx-Qp8sqHmOc5rb-zkptdYl27ct

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRbZ3vVwEjZT_vYCN_egFTIwdBz6fqNL0Pg-y_Q61vxrmzGOpx_

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJ2rE3MpU2-7BbpUlr6UqYo4BmnNs_dvTC88BMslWtXGy7xpm4

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQEpgxQwBFunGDiUIemTa46VNveEHAu-uA8FY-TsPaLWXJFd2s0

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQTdXbqeHRkSO7KlYa4OkUya7gTOtG1LddYFWDuhmMG8TTBud38

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTNv54UJcOf0QWIB4OraEz3h5BSPwvVpIDgtJO-zq0-MNAH1T-r

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQQ4msZqs5YGyEvDc4xIBtl0glm2rQZ7LsilbzRNUFi1QmhSgwd

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRadP8tzRToSi6YgV25tgPSiZuZH-m01ykcCd-vsvFtJOoai2ucTw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWsJatoxZ24v32bG85ut1XPEPG4Fa5l6ApTX9VfC1X3_fQlO6t

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSATYwKzSKWCjMx6cjBGrTkiC8C_lyJBimQ86hhDpKGyeWCgRFU5Q

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRkni6wj2PqLxVIQnGL2w-Hh0Qdu5Q2vEiKSUXAJ7TKh9ePWQBm

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQzo44WmwLEIvLwTyzq_jnCtqqHX6X_CIYel1kbk7vcUHUp-ieN

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQJijg5RyUyd3NObMK9uNkIduA32k3nPJwfiuvaWrAi2Td5vyXO

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLXSS07G9gseceN7SeCwGRL0C6ij_75lYGEnDN1qwb_bEl9bGs

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSgjOBb-AqrP0ZXPZSVl55yswE6dnD4uny-n0Xh-9mAuwm1GUq3

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSZAb3DktAXiGznQlZB9az_nvD6AoLygDkDTstPDm_WBfLnJ3ltQg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRXwcTaTVudGTxMwVFFrGw1Z-j9x9D9inLKamTPCwUThDbPuEYpeA

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTU6wtRoYw9X2-MMykBLzlVjXeRgi5rqzD5ck22QxWwI8h7QeNUQA

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRpMUOK13Ots0UnbeCQLds3ixSZxNY9gFOfm65Bvc-pf6ZKAlWbzg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQhH-RzSe9GF29vGoZwod2tN7O-9mFfpWJX4bLt78JtJYMqI8w1rA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQxu-I9t3HJlWQ3e6bM41HAOc8j3Smoe-ahJN9OTRyzd6vOUOVF

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQYkezUKlW0ttRviIW9f6NJHBcjJ-sUE4XMIic0ka6qkCguqsqWEQ

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSLwoIa5Xuj4eEFEX5vzJFqlL0GIrwjAUDCWbZgf6ni2O6MUMuwHg

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSmu_lhCfJa5L3JKT73eNWm5-DVlMMhgQ2zjDd5kmbF9S0PDwt0

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTl9CWad5AcZHOfC-RgTWPbODkKY_C0DW3MZXkDUucqfvfZLDvJvQ

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSorC-n_GApivF90u5JfsOvUI44_E6pQ_gYw3Zv_SawrJlQ7U_OA

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSHehPIU8WfymVyIehhOVdWyZ9Iby-7WygiZdxRqYoB6-t4uxfc

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTHknIkIppczoDGtgqaDVGpF5vzTnPgO0XzesL14bXWKIidntgi

 

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ2gFiEiRrnRVPCVmgC8fP4RV_b4Cyut6pHRWot2zotTH_isSgx

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRMnyl4ZznB4yj9tFflGmUrm8zxq1VAfdzbHlagdVlYHHs5AqI2Xw

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSABiNYE2Ig0ORn0Dp6LWBs8FU1-eDuUfhJpaBhY3dBILcGkw7Y

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQX6x3fLQO-eGD7Sdc__AFLjGRztfSRzdOgtJe_w_XI_qKOl_cQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWAfv06yKnlGGke983sE24US_BbpZ0xgnAp3yIh3eXvCRrRfxtgg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSguscboVOMXCDflSARG5UefcNGLsGZylvXKHJGK4ldNdG1xYiR

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTVsXwe7MG_AOX5rUiFD0hVw9aHeILEWPB_3WS5456jt040weKpxQ

 

 

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS14rgGXof16mpTbvNq37y9tGIxf38V3B4j5iFLZChBi8qMo0cC

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRk338QqS34hcxTHah2whOwSbnEtO-yxxKutL5KPMcrWPKtCTUf

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTQg04AvSsLnhDeWWl4-qLzPD5EX7xzuOAVEiswXHB9n5gRBOxj

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQC715gVGqLwXFM7U94WtdKlMrAiHbkqIvJl2WJ6h_JMsUMfL622g

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR4ku7jfXybpiE3fm21gXSpihSd_rjwxvIac8kqkj5TkIg3rLODrg

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcThGLPUz7SfnoPUPrFttXiSBuS3NYmV99axgZzgYDofBuo_RpfcUg

 

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSqsjlV84iSMlkqfRlTaGiWfn6_nyGg91BQcNLZbGrRnn0-j3S4

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSwkrLsv_IQh2wUOQ1DkYx-HwxeUOLNEtv8yCh59CnX_HbW5H3q

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

☼ Quoi & Où ☼