Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CHOMOLANGMA

Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.

Céline Dion (2 & fin).

Publié le 18 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans ARTS-Musique

Compétences artistiques et image

 


Interprétations


D'après Jean-Pierre Brossman et Kent Nagano, « elle est vraiment une musicienne qui a l'oreille juste ainsi qu'un raffinement et un degré de perfection qui font l'envie »122. Goldman souligne lui aussi sa musicalité : « Quand on lui donne une ligne mélodique, elle en improvise deux, quatre, toutes crédibles124 ». Selon Luc Plamondon, il y a trois chanteuses : la québécoise, la française et l'américaine. Céline Dion semble charger sa ligne de chant de plus de nuances et de modulations dans son répertoire francophone131. Plusieurs critiques fustigent les tendances de la chanteuse à sur-jouer les émotions, ainsi qu'à multiplier les prouesses techniques au détriment de l'interprétation des textes. Dans un article de 1999, le Toronto Star résume ainsi : « son émotivité excessive, le sentimentalisme suave de ses paroles et ses arrangements pompeux, ne l'ont jamais fait aimer des critiques musicaux7 ». Le magazine Rolling Stone parle de « sentimentalisme grandiloquent » et souligne un manque d'authenticité, en résumant ainsi : « Plus c'est gros, mieux c'est, trop n'est jamais assez »132. De même, Le Devoir écrit : « Si Céline Dion chante juste, elle interprète faux […]. Tout est trop appuyé […]. On a l'impression que toutes ces années passées à se frapper la poitrine soir après soir à Las Vegas ont amplifié chez Céline les tics, les maniérismes, allant jusqu'à ériger en “style” cette façon d'en faire tout le temps trop »130.

Production, implication artistique

Kent Nagano déclare : « Dans le genre de musique que Céline Dion a choisi, [il] estime qu'elle est au sommet de son art. Elle se lance constamment des défis personnels pour évoluer comme artiste, elle n'a jamais perdu cette curiosité qui la motive à faire de plus en plus de découvertes. Sinon, impossible d'avoir une longue carrière, on devient rapidement dépassé, surtout en musique pop. Jusqu'à maintenant, l'évolution de Céline Dion est incroyable et rien ne lui semble impossible »122. Beaucoup de critiques ont cependant déclaré que la participation de Céline Dion à la production de sa musique faisait fondamentalement défaut, entraînant comme résultat une musique surproduite133 et impersonnelle119. Cependant, issue d'une famille dans laquelle tous ses frères et sœurs étaient musiciens, elle a appris à jouer des instruments comme le piano et la guitare, et a joué avec une Fender Stratocaster lors de l'enregistrement de l'album Falling into you134. En outre, elle a aidé à l'écriture et à la composition de quelques chansons (Grand-maman, Ce n'était qu'un rêve, Treat her like a Lady, Don't save it all for Christmas day) et a toujours essayé de se mêler à la production et à l'enregistrement de ses albums. Sur son 1er album anglophone, Unison (qu'elle enregistre avant d'avoir une solide maîtrise de la langue anglaise), elle a exprimé une certaine désapprobation, qui aurait pu être évitée si elle avait pris part plus intensément au processus créatif119. Au moment où elle sort son 2e album anglophone, elle prend un plus grand contrôle de la production et de l'enregistrement, dans l'espoir de dissiper les critiques précédentes. Elle déclare : « Sur le 2e album j'ai dit : "Eh bien, j'ai le choix d'avoir peur une fois de plus et de ne pas être satisfaite à 100 %, ou ne pas avoir peur et faire partie de cet album. Ceci est mon album" »119. Elle continuera ainsi à se mêler de la production des albums ultérieurs. La chanteuse coécrit avec Frédérick Baron le titre interprété par Marc Dupré Entre deux mondes135. Celui-ci figure parmi les 10 chansons québécoises les plus populaires de 2011. Les deux coauteurs ont donc reçu un prix lors du 23e gala de la SOCAN le 21 novembre 2012 à Montréal136.

Image

Céline Dion est souvent l'objet de moqueries des médias et de parodies sur des émissions comme Le Petit Journal, MADtv, Saturday Night Live, South Park, The Royal Canadian Air Farce et This Hour Has 22 Minutes, pour son fort accent et ses maniérismes scéniques137. Cependant, la chanteuse a déclaré ne pas être affectée par les commentaires, et se sentir flattée que les gens prennent le temps de l'imiter. Elle a même invité Ana Gasteyer, qui la parodia sur Saturday Night Live, à se produire sur scène lors d'un de ses concerts.

Même si elle ne parle jamais de politique, le 1er juillet 1992, lors d'une conférence de presse à Séville, elle se prononce contre l'indépendance du Québec. Cette prise de position déclenche un tollé au Québec15. Depuis, Céline Dion a toujours évité les sujets politiques. Deux ans auparavant, elle avait refusé le trophée d'artiste anglophone de l'année au gala de l'ADISQ, se revendiquant comme une artiste québécoise. En 2005, après la catastrophe de l'ouragan Katrina, Céline Dion est apparue en larmes dans l'émission Larry King Live, critiquant la lenteur du gouvernement américain dans l'aide aux victimes de l'ouragan : « Il y a encore des gens attendant d'être sauvés. Pour moi ce n'est pas acceptable. Comment peut-il être si facile d'envoyer des avions dans un autre pays pour tuer tout le monde en une seconde et détruire des vies. Nous avons besoin de servir notre pays ». Après son entrevue, elle a déclaré : « Quand je fais des entrevues avec Larry King ou les émissions de ce genre, ils vous mettent sur la sellette, ce qui est très difficile. J'ai une opinion, mais je suis une chanteuse. Je ne suis pas une politicienne »1.

Activités commerciales

Au début des années 1990, Céline Dion se lance dans la restauration avec la création de la chaine de restaurants Nickels, dont elle assure également la promotion15. En 1997, elle se sépare des actions de l'entreprise. De 1987 à 1988, elle est l'égérie de la marque automobile Chrysler au Québec15. Entre 2003 et 2004, elle tourne également plusieurs spots publicitaires pour DaimlerChrysler aux États-Unis138 (le groupe est un des commanditaires de son spectacle à Las Vegas)1. Les autres entreprises pour lesquelles Céline Dion tourne des publicités incluent les magasins Simpsons, Coca-Cola, The Bay, Callaway Golf, ÆON au Japon et la marque de cosmétiques Avon (un des commanditaires du Let's talk about love Tour)15. En octobre 2004, elle est également engagée par Air Canada, dont les communicants composent le thème de la campagne (You and I, traduit en français avec Mes ailes à moi). Le titre est ultérieurement choisi comme chanson de la campagne d'Hillary Clinton139. En 2003, Céline Dion signe un engagement avec les Parfums Coty pour la création d'une ligne de produits cosmétiques140. Les parfums Celine Dion ont depuis généré un chiffre d'affaires d'environ 850 millions de dollars, et de nouvelles fragrances sortent régulièrement141,142. Depuis sa création en 1999, Céline Dion est la seule chanteuse à avoir figuré 7 fois143,144,145,146,147,148,149 dans le classement annuel Forbes Celebrity 100 (liste des personnalités les mieux rémunérées) : depuis 1999, Forbes y révèle ainsi des revenus cumulés de 380 millions de dollars (dont 100 millions entre juin 2008 et juin 2009, en raison du Taking chances world Tour)150. Un classement du New York Daily News situerait Céline Dion à la 4e position des chanteuses les plus riches de la planète, avec un patrimoine estimé à 590 millions de dollars en 2010151.

Activités caritatives

Céline Dion soutient de nombreuses associations caritatives. La Fondation Céline Dion a été créée en ce sens152. Depuis 1982, elle est notamment très liée à la lutte contre la mucoviscidose. Elle est marraine nationale de la Fondation canadienne de la fibrose kystique152. En 1993, sa nièce Karine en décède dans ses bras, à l'âge de 16 ans (la chanson Vole, de l'album D'eux, lui est dédiée). Céline Dion et son mari sont marraine et parrain à vie de la fondation CHU Sainte-Justine153. En reversant des recettes de concert, elle distribue plusieurs fois la somme d'un million de dollars, à destination d'organisations caritatives (en 2004 pour Opportunity Village, en 2005 pour Unicef dans l'aide aux victimes du séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien, ainsi que pour la Croix-Rouge américaine dans l'aide aux victimes de l'ouragan Katrina, et en 2006, lors de la 500e représentation de son spectacle, pour de bonnes œuvres locales)77. En 2010, elle fait don d'un demi-million de dollars pour Haïti154 et participe à la nouvelle version de We are the world155. Cette même année, elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté à l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture156. Depuis 2004, elle est impliquée avec son époux et gérant René Angelil dans la communauté gay québécoise en supportant la publication de matériel santé et prévention VIH/SIDA du magazine Gay Globe appartenant au chef d'orchestre Roger-Luc Chayer157,158.

Discographie / Ventes (estimations)


Article détaillé : Discographie de Céline Dion.

 

 

 

L'expression « artiste féminine ayant vendu le plus de disques » est parfois avancée dans les médias pour des raisons promotionnelles77,79,159. Avec des estimations allant de 200160,161 à 230 millions de disques livrés à ce jour (singles et albums confondus), Céline Dion apparaîtrait comme l'artiste féminine ayant vendu le plus de disques au sein de CBS/Sony. Selon les estimations de sa maison de disques, Céline Dion aurait vendu 175 millions d'albums dans le monde (de 1987 à 2004)162,163. Sur la décennie 2000, Céline Dion se classe en 20e position des artistes ayant vendu le plus de disques aux États-Unis et en 2e position pour les chanteuses (avec 17,57 millions de disques)164. Elle est ainsi l'une des 4 artistes à figurer dans le top 20 tant dans les années 1990 que dans les années 2000. Forbes Magazine révèle des revenus estimés à 100 millions de dollars entre juin 2008 et juin 2009150. En janvier 2010, Los Angeles Times révèle que Céline Dion est en tête du classement des artistes ayant généré le plus de recettes sur la décennie, avec 747,9 millions de dollars tirés principalement des ventes de billets pour ses concerts (522,2 millions)165.

Albums studio francophones

Peu d'informations sont disponibles sur les ventes de Céline Dion de 1981 à 1986. Ses albums étaient distribués presque exclusivement au Québec. Les estimations sont à 1 050 000 disques vendus durant cette période15. Les chiffres concernant les multiples compilations de ses premières chansons sont également peu connus (The Best of / Vivre en 1988, Les Premières Années en 1993 et 1995, Gold Vol. 1 et Gold Vol. 2 en 1995, C'est pour vivre et The Collection 1982-1988 en 1997, etc.). En 1987, lorsqu'elle signe avec CBS Records, sa carrière prend une tournure internationale. Ses albums en français sortent alors dans les principaux pays francophones, dont la France. D'eux marquera le point d'orgue de sa carrière francophone, réussissant une carrière dans des pays non francophones. Il sera ainsi le premier album francophone certifié disque d'or au Royaume-Uni. S'il suffisait d'aimer sera également un très grand succès commercial. Dans les années 2000, ses albums studio en français connaissent un succès moindre en France. En 2012, son album Sans attendre, certifié disque de diamant en France devient son plus grand succès francophone depuis 1998.

 

 

 

 

 

Année Titre Ventes Commentaire
1981 La Voix du Bon Dieu 50 000166 Distribué exclusivement au Québec.
1981 Céline Dion chante Noël‎ 25 000166 Seul disque distribué au Canada à ne pas être devenu au moins disque d'or ; distribué exclusivement au Québec.
1982 Tellement j'ai d'amour… 125 000166 1er Prix Félix pour un de ses albums et 1er 17px-Platinum.png Platine ; distribué exclusivement au Québec.
1983 Les Chemins de ma maison 150 000166 Distribué exclusivement au Québec.
1983 Chants et contes de Noël 75 000166 Distribué exclusivement au Québec.
1984 Mélanie 175 000166 Distribué exclusivement au Québec.
1985 C'est pour toi 50 000166 Dernier album studio avant de changer d'image et de maison de disques ; distribué exclusivement au Québec.
1987 Incognito 500 00015 1er disque paru chez CBS.
1991 Dion chante Plamondon 2 000 00015 Paru sous le titre Des mots qui sonnent en France. Disque de reprises avec 4 inédits.
1995 D'eux 10 000 000167 Album francophone le plus vendu de l'histoire du disque.
1998 S'il suffisait d'aimer 4 000 0001 Certifié disque de diamant en France.
2003 Une fille et quatre types 1 300 000168 Certifié à 600 000 ventes en France169.
2007 D'elles 500 000170 200 000 exemplaires certifiés en France171.
2012 Sans attendre 1 200 000172 208 000 albums écoulés en une semaine dans le monde. Certifié disque de diamant en France173.
TOTAL 21 000 000 Estimations
Albums studio anglophones


Année Titre Ventes Commentaire
1990 Unison 3 000 000174 Dont 1 million (disque de platine) aux États-Unis175.
1992 Celine Dion 5 000 00015 Dont 2 millions (double disque de platine) aux États-Unis175.
1993 The Colour of My Love 18 000 00015 Dont 6 millions aux États-Unis175.
1996 Falling into You 32 000 000176 Un des 20 albums les plus vendus de l'histoire du disque44,45.
1997 Let's Talk About Love 31 000 00053,162,163 Un des 20 albums les plus vendus de l'histoire du disque44,45.
1998 These Are Special Times 12 000 000177 Un des albums de Noël les plus vendus56.
2002 A New Day Has Come 12 000 00064. 5e album le plus vendu dans le monde en 200264.
2003 One Heart 5 000 000178 10e album le plus vendu dans le monde en 2003 (2 millions aux États-Unis, 1 million en Europe)179,180,181.
2004 Miracle 2 500 000182 Album-concept.
2007 Taking Chances 3 500 000183 19e album le plus vendu dans le monde en 2007184.
2013 Water and a Flame
TOTAL 124 000 000 Estimations
Albums live


Année Titre Ventes Commentaire
1985 Céline Dion en concert 50 00015 1er disque live. Sorti uniquement au Québec.
1994 À l'Olympia 1 500 00015 1 million certifié en Europe en 2004185.
1996 Live à Paris 3 000 00015 2 millions certifiés en Europe en 2004185.
1999 Au cœur du Stade 1 000 00015 Sorti en 1999 en coffrets collector numérotés (France).
2004 A New Day: Live in Las Vegas 1 200 000186 Dont 500 000 copies aux États-Unis175.
2010 Taking Chances World Tour: The Concert 240 000 CD/DVD. Chiffre indiqué = certifications Canada et États-Unis uniquement.
TOTAL 6 990 000 Estimations
Compilations principales


Année Titre Ventes Commentaire
1999 All The Way... A Decade of Song 17 000 00015,187 7 nouveaux titres studio & compilation.
2000 The Collector's Series, Volume One 3 000 00015 Sorti en France sous le nom Tout en amour.
2005 On ne change pas 800 000188 Disponible en CD / Double-CD / Triple-CD.
2008 My Love: Essential Collection 2 000 000[réf. nécessaire] Disponible en CD ou Double-CD. 42e album le plus vendu dans le monde en 2008189.
TOTAL 22 800 000 Estimations
Singles


Céline Dion pourrait avoir vendu environ 47 millions de singles dans le monde (dont 19,5 millions en certifications argent, or, platine et diamant, ainsi que 4,6 millions en ventes digitales), ses plus grosses ventes provenant des titres My Heart Will Go On (10 millions), Because You Loved Me (2,8 millions), I'm Your Angel (2,2 millions), It's All Coming Back to Me Now (2,1 millions), Think Twice (2 millions), The Power of Love (1,8 million), To Love You More (1,7 million), Pour que tu m'aimes encore (1,5 million), Immortality (1,5 million), Tell Him (1,3 million), All By Myself (1,2 million), Beauty and the Beast (1 million), That's the Way It Is (1 million), D'amour ou d'amitié (0,9 million), Sous le vent (0,9 million)[réf. nécessaire],190.

 

 

 

Tournées et spectacles


Année(s) Nom Dates Commentaire
1981 à 1984 Premières prestations / 1res tournées de promotion / 1ers tours de chants / 1res prestations devant de larges audiences

1981 - 1982 Ses premières prestations en public ont lieu dès la sortie des 2 premiers albums lors de tournées de promotion dans des centres commerciaux au Québec1. En 1982, 1er auditoire d'envergure avec 9 000 personnes au Forum de Montréal (lors d'un spectacle de charité organisé par Quebecair)15.

1983 Elle fait ses débuts en France au MIDEM. Lors d'un concert de charité en mai, elle chante avec l'orchestre symphonique de Montréal à la Place des Arts. À l'été, elle fait ses armes en étant engagée pour divertir le public lors d'un évènement sportif au lac Saint-Jean, puis devant un très large auditoire de 44 000 personnes au lac des Dauphins à Montréal (spectacle sur une scène flottante retransmis à la télévision)191. Cet été, elle chante aussi à Berthierville, Roberval, Sherbrooke et Sainte-Agathe191. Elle donne une série de concerts dans de petits festivals15.

1984 Après des concerts au Vieux-Port de Montréal et à Québec15, elle chante au Stade olympique de Montréal devant le pape15. En octobre, c'est sa 1re tournée en France, avec la première partie de Patrick Sébastien en province1, puis à l'Olympia à Paris du 6 novembre au 9 décembre.

1985 Céline Dion en concert 361 Premier semestre 1985, uniquement au Québec

Il s'agit de sa 1re « vraie » tournée. Elle effectue son 1er tour de chant complet dans 25 villes au Québec. Elle y interprète pour la 1re fois des titres en anglais (Up where we belong, Over the rainbow, What a feeling…) bien qu'elle n'en comprenne pas les paroles1. Le concert du 31 mai donné à la place des Arts de Montréal fut enregistré pour son 1er album live Céline Dion en concert15.

Elle est critiquée pour la façon peu naturelle qu'elle a de parler au public (en récitant des textes appris par cœur entre les chansons), probablement due à sa timidité d'alors1.

1988 Tournée Incognito 1752 11/01/88 à décembre 88, 1re tournée d'envergure (par le nombre de dates et l'affluence), uniquement au Québec192

Cette 2e tournée lui permet d'être reconnue comme une artiste de scène et lui apprend à interagir avec le public2. Elle débute le 11 janvier à Rouyn puis dans l'Abitibi. Du 10 février au 22 mars, elle s'installe au Théâtre Saint-Denis de Montréal pour 42 représentations15.

Les critiques sont très divisées. Certaines sont dithyrambiques (elle est comparée à Streisand, Garland et Ginette Reno), alors que d'autres sont sévères : Le Devoir estime qu'« elle n'a rien à dire » tandis que La Presse la désigne comme « une plate imitatrice2 ».

1990 à 1991 Tournée Unison (75) En 3 étapes d'octobre 1990 à août 1991, 1re tournée au Canada anglophone, uniquement au Canada

1. D'octobre à décembre elle chante au Québec. Elle commence par Drummondville et Sherbrooke (où elle perd sa voix), puis enchaine à Montréal2.

2. En mars 1991, elle chante pour la première fois au Canada anglophone (Edmonton, Toronto, Vancouver, Calgary), dans des théâtres de 500 à 1 250 places2.

3. Elle retourne au Québec puis donne 37 représentations dans 25 villes du 19 mai au 4 août 19912.

La programmation du spectacle laisse une place importante aux chansons de l'album Unison. Elle reprend également le titre Calling you, bande originale du film Bagdad Café. On retrouve des extraits du concert filmé au Winter Garden Theatre de Toronto sur la VHS Unison.

1992 à 1993 Tournée époque Celine Dion (74) En plusieurs étapes, du 11 juillet 1992 à 1993, 1re tournée aux États-Unis, 2 pays

1. 1re tournée aux États-Unis : elle débute au Hollywood Bowl de Los Angeles en première partie de Michael Bolton (sur les 25 dates du Time, love and tnderness Tour)2. Elle intervient dans le spectacle de celui-ci sur le numéro Hold on, I'm coming.

2. Elle enchaine tout de suite avec une tournée en tête d'affiche au Canada, dont 14 dates en inauguration du Théâtre du Capitole de Québec en fin d'année.

3. En 1993, la tournée canadienne se poursuit. En mars, 75 000 billets pour 11 dates de Toronto à Vancouver se vendent en quelques heures2. En avril, elle fait quelques dates au Forum de Montréal (5500 places), qu'elle inaugure également. Le spectacle est accueilli favorablement par Sylvain Cormier, pourtant un de ses critiques les plus sévères2.

1993 à 1995 Tournée époque The Colour of My Love (98) Il s'agit en fait de plusieurs séries de concerts, de 1993 à 1995, Amérique du Nord/Japon/Europe

1. Un spectacle The colour of my love est d'abord filmé au Capitole de Québec, en septembre 1993, deux mois avant la sortie de l'album. Il servira de support, à une émission spéciale américaine et à la VHS du même nom (plusieurs mois après). Elle y rechante en novembre2.

2. En février 1994, elle chante dans des théâtres dans une dizaine de villes aux États-Unis36.

3. De mars à mai, elle effectue une tournée d'une trentaine de dates dans 18 villes, essentiellement au Canada anglophone (mais aussi 6 fois au Forum de Montréal en mars/avril)2. Son spectacle est essentiellement anglophone.

4. Elle chante entre temps avec l'orchestre symphonique de Tokyo dirigé pour l'occasion par David Foster2.

5. Du 8 juin au 27 août, elle repart en tournée avec Bolton, dans des salles de 10 000 à 20 000 places (pour plus d'une trentaine de dates également)2.

6. Fin septembre, elle donne 3 spectacles principalement en français à l'Olympia de Paris (d'où sera tiré un album live). L'album se vendant bien partout sauf au Royaume-Uni, elle donne en octobre un concert destiné à son public gay (dans un théâtre londonien)2,36.

7. En novembre, elle est de nouveau au Forum de Montréal.

8. En décembre, elle part en tournée au Japon (Tokyo, Nagoya, Osaka), 2 semaines avant son mariage.

9. En 1995, suite au succès de Think twice, les billets se vendent en moins d'1h pour 5 dates au Royaume-Uni (salles de 3 000 à 4 000 personnes) et elle donne des concerts au printemps en Écosse, Angleterre et aux Pays-Bas (incluant Pour que tu m'aimes encore, de l'album D'eux, sorti entre-temps)2,36.

1995 à 1996 Tournée époque D'eux 502 Du 25 septembre 1995 au 3 février 1996, 1re tournée importante en Europe, 2 continents, 11 pays

Après 5 concerts au Capitole de Québec (fin septembre 1995)36, elle chante dans 21 villes européennes. Elle chante dans des salles de 6 000 à 16 000 places2 (une vingtaine de fois en France dont 5 fois au Zénith de Paris et 4 à Bercy). Elle termine par 2 concerts à Bruxelles (les 2 et 3 février 1996)36. Le CD et la VHS Live à Paris seront captés lors de cette tournée.

1996 à 1997 Falling into You World Tour 14636 Du 18 mars 1996 au 26 juin 1997 (coupure d'un mois complet en janvier 1997), 1re tournée mondiale importante, 4 continents, 18 pays

Elle chante désormais dans des arènes de 10 000 à 20 000 personnes, type Paris Bercy et des stades36.

1. Elle commence le 18 mars 1996 (Perth) par 9 dates en Océanie 2. Amérique du Nord 3. Europe (44 dates dont 5 à Bercy). 4. En 1997, elle fait 10 dates dans les plus grandes salles du Japon, et une en Corée du Sud. Une prestation est également commanditée par le Sultan du Brunei, à Bandar Seri Begawan. 5. Elle retourne en Amérique du Nord (d'où sera tirée la VHS Live in Memphis) 6. Elle termine en juin 1997 par la tournée des grands stades d'Europe : Dublin, Londres (2 soirs), Amsterdam, Bruxelles, Copenhague, Berlin et Zurich (dernier concert au Letzigrund Stadion le 26 juin)36.

1998 à 1999 Let's Talk About Love World Tour 9436 21 août 1998 à 31 décembre 1999, tournée mondiale d'arènes et de stades, 3 continents, 10 pays

1. Elle parcourt l'Amérique du Nord à partir du 21 août à Boston. 2. En 1999, elle commence par un concert à Hong Kong et 5 au Japon. 3. Elle retourne chanter en Amérique du Nord 4. Elle donne 12 représentations dans des stades d'Europe (dont 2 fois au Stade de France) 5. Elle parcourt à nouveau l'Amérique du Nord jusqu'au réveillon du 31 décembre 1999, au Centre Molson de Montréal36.

La plupart des chansons sont tirées des albums Let's Talk About Love et S'il suffisait d'aimer. Au niveau technique, la tournée se caractérise par sa scène centrale en forme de cœur. Selon le Rolling Stone Magazine, cette scène a coûté 10 millions de dollars, et coûte environ 100 000 dollars en frais de montage et démontage à chaque arrêt. 80 personnes sont affectées à la construction de la scène.

2003 à 2007 A New Day… 723131 Du 25/03/03 au 15/12/07, États-Unis

Il s'agit d'un spectacle en résidence de mars 2003 à décembre 2007 au Colosseum du Cæsars Palace de Las Vegas. Il est donné 4 à 5 soirs par semaine pendant presque 5 ans (coupé par des pauses d'une vingtaine de jours chacune). Il générera un chiffre d'affaires estimé à 400 millions de dollars. La chanteuse attirera chaque soir plus de 4 200 spectateurs, malgré des prix pour les billets réputés élevés.

2008 à 2009 Taking Chances World Tour 13236 Du 14 février 2008 au 26 février 2009, 5 continents, 25 pays

Après sa résidence à Las Vegas, Céline Dion souhaite enchainer sur une tournée mondiale. Dirigée par Jamie King, elle traverse les 5 continents et génère la 2e plus grosse recette de l'histoire pour une tournée d'artiste solo89,90,91. Malade, elle reporte de quelques jours plusieurs concerts australiens193,194 et nord-américains195,196. En mai 2010, un film documentaire intitulé Céline autour du monde relate la tournée91.

La liste des territoires traversés est la suivante : Afrique du Sud, Émirats arabes unis, Japon, Chine, Corée du Sud, Australie, Malaisie, Royaume-Uni, Belgique, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Suisse, Allemagne, République tchèque, Pologne, Autriche, Monaco, Danemark, Suède, Finlande, Mexique, Canada, États-Unis, Porto Rico36.

2008 Céline sur les plaines 1 Spectacle unique le 22 août 2008, Québec

Céline Dion présente un spectacle en plein-air gratuit à grand déploiement, unique et exclusivement francophone197. Il se déroule sur les plaines d'Abraham à Québec dans le cadre des festivités du 400e anniversaire de Québec198. De nombreux invités spéciaux seront présents sur scène, avec dans l'ordre : Garou, Marc Dupré, Nanette Workman, Dan Bigras, Mes Aïeux, la famille Dion, Zachary Richard, Éric Lapointe, Claude Dubois, Jean-Pierre Ferland et Ginette Reno198. Environ 250 000 personnes étaient sur place199. Le spectacle est également diffusé à la télévision le 21 septembre 2008 sur TVA200.

2011 à 2019 Celine 210 À partir du 15 mars 2011, États-Unis

Ce nouveau spectacle au Colosseum du Cæsars Palace à Las Vegas débute le 15 mars 2011, à raison de 70 représentations par année durant 3 ans. Le spectacle mêle les tubes de la chanteuse aux reprises de standards (Open arms de Journey, (If you can't sing it) You'll have to swing it (M. Paganini) d'Ella Fitzgerald, etc.), avec également un medley des grandes chansons-thèmes des films James Bond ainsi qu'un hommage à Michael Jackson. La seule chanson en français du spectacle est Ne me quitte pas de Jacques Brel 201. Le retour de la chanteuse à Las Vegas serait censé stimuler l'économie locale, après plusieurs mois de crise 202,203,204,205,206. Des discussions seraient en cours pour faire passer le contrat de 3 à 5 ans207.

2013 Celine au Canada et en Europe 8 À partir de Juillet 2013, Canada,Europe

Céline Dion donnera quelques concerts exclusifs en dehors de Las Vegas en 2013. Le premier aura lieu le 27 Juillet 2013 à Quebec sur les Plaines d'Abraham ou près de 60 000 personnes sont attendus. En novembre 2013 Céline fera son grand retour après plus de 5 ans d'absence en Europe et assurera le show à Anvers en Belgique les 21 et 22 Novembre et effectuera 5 Bercy le 25,26,29,30 et enfin le 1 Décembre à Paris208,209.

Séries télévisées


Céline Dion fait ses débuts de comédienne le 9 mars 1990, dans la mini-série de 4 épisodes Des fleurs sur la neige, présentée sur la télévision de Radio-Canada. Elle joue le rôle d'Elisa Trudel, l'héroïne de cette mini-série, et interprète Prenez-moi, la chanson du générique. Le 21 mai 1997, Céline Dion apparait dans son propre rôle dans le 100e épisode de la série Une nounou d'enfer, et chante It's all coming back to me now et un extrait de Ce n'était qu'un rêve. Le 15 novembre 1998 sur CBS, elle joue à nouveau son propre rôle dans le 100e épisode de la série Les Anges du bonheur. Son cachet pour cet épisode spécial a été versé à la Fondation contre la fibrose kystique. Pendant l'épisode, elle chante Love can move mountains. Elle apparait également dans un épisode de La Petite Vie.

Distinctions

Durant sa carrière, Céline Dion a été régulièrement honorée par des récompenses de ses pairs. Parmi les plus prestigieuses, on peut souligner :

Prix Félix hommage de l’Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), en 2008.

 

 

  • Portail du Québec Portail du Québec
  • Portail de la musique Portail de la musique
  • Portail de la musique québécoise Portail de la musique québécoise
  • Portail de l’Eurovision Portail de l’Eurovision
commentaires

Céline Dion (1).

Publié le 18 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans ARTS-Musique

Céline Dion

 

 

 

 


 

 

Céline Dion

Description de cette image, également commentée ci-après

Céline Dion en 2012.


 

 

 

Informations générales
Nom Céline Marie Claudette Dion
Naissance 30 mars 1968 (45 ans)
Repentigny (Québec)
Activité principale Chanteuse
Genre musical Variété française, pop, soft rock, pop rock, dance, folk
Années actives depuis 1980
Labels Columbia
Sony-BMG
Site officiel www.celinedion.com

 

 

 

Logo

 

 

 

 

 

 

 

Céline Dion, de son nom complet Céline Marie Claudette Dion, est une chanteuse canadienne née le 30 mars 1968 à Repentigny1,2,3, au Québec.

Elle lance ses deux premiers albums en 1981, et enchaîne ensuite les sorties de disques au Québec où elle connaît un succès presque immédiat4,5. En France, elle se fait connaître en 1983 avec le titre D'amour ou d'amitié6. En 1988, elle représente la Suisse au Concours Eurovision de la chanson et le gagne avec une chanson intitulée Ne partez pas sans moi qui fut l'ultime chanson interprétée en français qui remporta le Concours Eurovision. Entre 1986 et 1989, elle change de styles vestimentaire et musical, signe chez CBS, puis apprend l'anglais, en préparation d'une carrière internationale7.

Un premier album en anglais, Unison, sort en 1990, et lui permet de se faire connaître aux États-Unis et dans le monde7. Elle alterne alors les albums en français et en anglais et réussit à s'imposer comme une des chanteuses les plus importantes dans ces deux langues8. En 1999, au faîte de son succès, la chanteuse annonce faire une pause de deux ans, dans le but de fonder une famille et de passer du temps avec son mari à qui l'on a diagnostiqué un cancer. Elle fait son retour en 2002, et signe un contrat de trois ans, plus tard porté à près de cinq ans, pour se produire quatre à cinq soirs par semaine au Colosseum du Cæsars Palace, à Las Vegas.

La musique de Céline Dion a des influences diverses, du pop/rock au classique. Céline Dion a vendu plus de 230 millions de disques dans le monde9. Lors de la cérémonie des World Music Awards de 2007, elle reçoit le Legend Award en reconnaissance de son « succès mondial et pour sa contribution exceptionnelle à l'industrie de la musique »10.

 

 

 

Biographie


Enfance et premiers succès


Céline Marie Claudette Dion naît le 30 mars 1968 à l'hôpital Pierre-Le-Gardeur de Repentigny1,2,3, près de Charlemagne, où réside alors sa famille1. Ses parents, Thérèse Tanguay et Adhémar Dion, un couple de Canadiens français11, ont eu 14 enfants12 (Céline étant la dernière). Sa mère choisit son prénom en entendant la chanson Céline d'Hugues Aufray. Son enfance est bercée par la musique, chacun des membres de sa famille jouant d'un instrument. Le 18 août 1973, à l'âge de 5 ans, elle chante pour la première fois devant un public pour le mariage de son frère Michel, où elle interprète Du fil, des aiguilles et du coton, de Christine Charbonneau. Plus tard, elle se donne en spectacle avec ses frères et sœurs en chantant au restaurant de ses parents, Le Vieux Baril. À l'école, elle est souvent absente et cumule les mauvaises notes.

 

 

 

 

C%C3%A9line_Dion_1986.jpg
magnify-clip.png
Céline Dion dans les années 1980.

 

 

 

 

En 1980, alors âgée de 12 ans, elle collabore avec sa mère et son frère, Jacques, pour composer, écrire et enregistrer sa première chanson, Ce n'était qu'un rêve13. Un autre de ses frères, Michel, envoie l'enregistrement à l'impresario René Angélil (dont il a découvert le nom sur le dos d'une pochette d'album de Ginette Reno)14. Ce dernier, qui vient d'être remercié par Ginette Reno, se retrouve sans travail et pense aller étudier le droit.

En février 1981, après insistance de la part de la famille Dion, il écoute l'enregistrement envoyé quelques semaines auparavant. Impressionné par la voix de la jeune fille, il décide de la convoquer15. Pour s'assurer de ses capacités, il lui demande de chanter Ce n'était qu'un rêve, dans le bureau où se déroule l'entretien. Convaincu et croyant à son potentiel, il décide alors d'hypothéquer sa maison, afin de financer les premiers albums de la chanteuse12. Le 19 juin, elle fait sa 1re apparition à la télévision au Québec, chez Michel Jasmin. À l'automne, les 2 premiers albums de Céline Dion sortent simultanément : le 1er, La Voix du Bon Dieu, comporte 4 titres écrits par le parolier français Eddy Marnay (qui deviendra son parolier principal dans les années 1980) ; le 2e, Céline Dion chante Noël‎, est un recueil de chants de Noël.

En 1982, le single Ce n'était qu'un rêve (sorti au Québec l'année précédente) est commercialisé en France. Elle apparaît pour la première fois à la télévision française dans l'émission Croque Vacances le 20 août 1982. Elle y interprète la chanson L'amour viendra, quelques mois avant son passage chez Michel Drucker dans l'émission Champs Élysées. Son 3e album, Tellement j'ai d'amour…, sort en septembre au Québec. En octobre, elle gagne la médaille d'or du Best Song Award au festival mondial de la chanson de Tokyo, où elle représente la France12,16.

En janvier 1983, elle chante en France au Midem et participe à l'émission Champs Élysées présentée par Michel Drucker. Elle y interprète D'amour ou d'amitié et devient la première canadienne à obtenir un disque d'or en France. Tandis qu'un 4e album, Les Chemins de ma maison, paraît au Québec, elle sort son 1er album en France, Du soleil au cœur (une compilation de titres issus de ses albums québécois). En fin d'année, Céline Dion lance un 2e album de Noël, Chants et contes de Noël.

En 1984, elle est choisie pour représenter la jeunesse de son pays pour la venue du pape Jean-Paul II au Stade olympique de Montréal le 11 septembre, où elle chante Une colombe devant 65 000 personnes17. Suite à cet évènement, cette chanson devient alors un succès au Québec18. Céline Dion sort 3 albums cette année-là : Mélanie (un album studio), Les Plus Grands Succès de Céline Dion (une compilation) et Les Oiseaux du bonheur (son 2e album à sortir en France, là encore une compilation de titres parus sur ses précédents albums), dont est extrait le single Mon rêve de toujours. En août, elle participe à la célébration du 450e anniversaire de la découverte du Canada par Jacques Cartier, en chantant devant plusieurs dizaines de milliers de spectateurs. Fin 1984, elle assure la première partie de Patrick Sébastien en France durant 2 mois, en province puis à l'Olympia1.

En 1985, elle participe à la chanson caritative québécoise Les Yeux de la faim, pour venir en aide aux enfants de l'Éthiopie19. Elle sort un 8e album au Québec, C'est pour toi, et y effectue sa 1re vraie tournée (de laquelle sortira son 1er album live Céline Dion en concert, contenant plusieurs reprises de chansons en anglais)1. La même année, elle participe à la bande originale Opération beurre de pinotte, dont sont issus les singles Dans la main d'un magicien et Listen to the Magic Man (son 1er titre enregistré en anglais, et également son 1er vidéoclip).

En 1986, elle sort en France un single inédit, Billy, avant de faire une pause : en prévision d'une carrière internationale, elle travaille son image (notamment en faisant refaire sa denture et en changeant de look) et prend des cours d'anglais intensifs chez Berlitz. Après avoir vu une performance télévisée de Michael Jackson, elle souhaite pouvoir intégrer la même maison de disques que lui, et René Angélil entame alors des démarches auprès de CBS Records15. Pendant ce temps, un best-of sort (Les Chansons en or), contenant l'inédit Fais ce que tu voudras.

 

 

Début de carrière internationale

En 1987, elle signe au sein de CBS (qui deviendra Sony BMG) et publie l'album Incognito. En plus d'un look totalement renouvelé, Céline Dion modernise son style musical en passant à un son plus commercial, ce qui permettra à 4 singles de finir en tête des charts québécois. En France, 2 inédits sortent mais ne rencontrent pas le succès (Je ne veux pas et La Religieuse, signé Didier Barbelivien). Fin 1987, suite au succès d'Incognito au Québec, elle est invitée aux Junos (cérémonie se déroulant au Canada anglais et diffusée dans tout le pays). Afin de pousser sa carrière internationale, René Angélil lui fait interpréter une version anglophone de Partout je te vois (présente sur l'album Incognito), Have a heart. Sa prestation sera très appréciée par le public et la critique20.

Alors que démarre en janvier 1988 la tournée Incognito au Québec (qui durera jusqu'en fin d'année)21, elle représente la Suisse au concours Eurovision de la chanson le 30 avril en direct de Dublin en Irlande, et gagne avec le titre Ne partez pas sans moi, d'un seul point devant le 2e du classement Scott Fitzgerald, représentant du Royaume-Uni22,23. Elle se fait ainsi mieux connaître en Europe, et publie The Best of.

En 1989, elle s'engage dans une carrière internationale. Alors qu'à la base seules des versions anglaises de Incognito étaient prévues, sa maison de disques lui propose d'enregistrer 3 duos (dont Can't live with you, can't live without you avec Billy Newton-Davis), avant que David Foster n'accepte de la produire, permettant ainsi de présenter des titres inédits15,24.

Son 1er album anglophone, Unison, sort finalement en 1990, largement influencé par le style soft rock des années 1980. Les critiques sont plutôt bonnes, qualifiant l'album de « début américain raffiné, sophistiqué »25, interprété « avec goût, sans fioritures »26. Si les singles (If there was) Any other way, Unison et The last to know ne rencontrent qu'un succès d'estime, le titre Where does my heart beat now décolle aux États-Unis et atteint la 4e place du Billboard Hot 10027 en mars 1991.

Alors qu'elle entame sa carrière aux États-Unis, une polémique voit le jour au Québec à propos de son engagement dans une carrière anglophone28,29. Au gala des Prix Félix 1990, elle refuse le trophée « artiste anglophone de l'année », s'affirmant en tant qu'artiste québécoise et francophone, et propose de renommer la catégorie2,30. En octobre 1990, tout juste après avoir entamé la tournée Unison Tour au Québec, elle perd sa voix et on lui diagnostique des nodules2. Elle consulte le docteur William Gould (ORL de Luciano Pavarotti, Frank Sinatra et John Kennedy), qui la met devant un ultimatum : se faire opérer ou garder un silence absolu durant 3 semaines. Une opération des cordes vocales risquant de rendre sa voix plus rauque et grave, la chanteuse préfère garder le silence. Elle suit ensuite une formation vocale de 5 ans avec le docteur William Riley31.

En 1991, aux côtés de personnalités telles que Little Richard, Wayne Gretzky, Kevin Costner, Michelle Pfeiffer et sous la direction de David Foster et Peter Cetera, Céline Dion enregistre une chanson et un clip pour l'opération Voices that care, qui soutient les soldats américains engagés dans la Guerre du Golfe. René Angélil espère ainsi la faire mieux connaître, surtout au Canada anglais où elle a alors peu de notoriété. Mais la guerre ayant été de courte durée, le clip et la chanson furent peu diffusés32. Elle enregistre ensuite Dreams to dream, chanson-thème du dessin animé de Steven Spielberg, Fievel au Far West, composée par James Horner. La chanson fut d'abord proposée à Linda Ronstadt (l'interprète de la chanson du 1er volet), qui déclina l'offre avant de revenir sur sa décision et d'être engagée à la place de Céline Dion. Le film et sa chanson sont finalement des échecs commerciaux33.

Toujours en 1991, elle poursuit la tournée Unison et chante alors pour la 1re fois dans des amphithéâtres au Canada anglais. Menant toujours de front une carrière en français et en anglais, elle sort l'album Dion chante Plamondon en novembre (rebaptisé pour la France Des mots qui sonnent), où elle reprend notamment des titres de la comédie musicale Starmania. Pour cet album, Luc Plamondon lui écrit également 4 inédits (Des mots qui sonnent, Je danse dans ma tête, Quelqu'un que j'aime, quelqu'un qui m'aime et L'amour existe encore).

En 1992, sort son 2e album anglophone, Celine Dion, combinant un style soft rock à des éléments soul et classiques. Cet album contient Beauty and the Beast (chanson-thème de La Belle Et La Bête de Walt Disney), un duo avec Peabo Bryson qui atteint la 9e place du Billboard Hot 10027 et remporte l'Oscar de la meilleure chanson originale. Céline Dion chante alors pour la 1re fois à la cérémonie des Oscars, à Los Angeles2. Figurent également sur cet album les singles Nothing broken but my heart (29e du Billboard Hot 100), Water from the Moon, If you asked me to (4e du Billboard Hot 100) et Love can move mountains (36e du Billboard Hot 100), ainsi que With this tear composée par Prince34. Le 13 juillet, à Los Angeles, elle entame sa 1re tournée aux États-Unis, en première partie de Michael Bolton pour 25 dates.

En 1993, elle chante à la cérémonie d'investiture du nouveau Président des États-Unis, Bill Clinton15, puis poursuit une tournée au Canada. Le 9 novembre, sort son 3e album anglophone, The Colour of My Love, incluant notamment les singles The Power of Love et Think Twice. Lors de la soirée de lancement de l'album, Céline Dion rend publique sa relation amoureuse avec René Angélil à l'émission Sonia Benezra [réf. nécessaire] (qu'elle épousera le 17 décembre 1994 à la basilique Notre-Dame de Montréal). 10 ans après D'amour ou d'amitié, elle obtient un nouveau succès en France, avec Un garçon pas comme les autres (Ziggy).

 

 

 

 

Consécration

 



220px-Star_Celine.jpg
magnify-clip.png
L'étoile de Céline Dion sur le Walk of Fame d'Hollywood Boulevard (Los Angeles, Californie).

 

 

 

 

Entre 1990 et fin 1993, Céline Dion réussit à se faire une place de choix sur le marché anglophone nord-américain35 mais ailleurs sa popularité reste inégale1. Ce n'est qu'à partir de 1994, et surtout de 1995, qu'elle devient mondialement connue, grâce à des singles au succès différent selon les pays. Dès lors, ses activités artistiques et médiatiques s'intensifient jusqu'en 20007.

Le 12 février 1994, The Power of Love, reprise de la chanson de Jennifer Rush, devient son 1er single classé en tête du Billboard Hot 100, où il y restera 4 semaines27. Ce single fut également son premier no 1 au Canada et no 4 au Royaume-Uni. Le 22 février, elle est invitée par Michael Jackson pour The Jackson Family Honors sur NBC15,2. Elle donne alors des concerts aux États-Unis et au Canada, puis en Europe et au Japon36. En fin d'année, juste après la sortie de l'album À l'Olympia, la cérémonie de son mariage est diffusée à la télévision québécoise. 1994 marque également sa 1re participation au spectacle des Enfoirés au Grand Rex, où elle interprète notamment Là-bas, avec Jean-Jacques Goldman.

En janvier 1995, elle est invitée à l'émission anglaise Top of the Pops pour interpréter Think Twice. Totalement méconnus en Amérique du Nord et dans les pays latins, ce single et l'album The Colour of My Love (lancé plus d'un an auparavant) deviennent no 1 des charts britanniques pendant 5 semaines consécutives, ce qui n'était pas arrivé depuis 196537,38,15,39. Think Twice devient également no 1 dans plusieurs pays d'Europe du Nord et no 2 en Australie. Au Japon, c'est la chanson To love you more (thème de la mini-série Koibito Yo), qui prend la tête du classement15,2.

Toujours en 1995, la sortie de l'album D'eux rend la chanteuse incontournable en Europe francophone. Écrit par Jean-Jacques Goldman, il devient l'album francophone le plus vendu de l'histoire (notamment sous le titre The French Album)40. En France, l'album reste 44 semaines no 1. Le single Pour que tu m'aimes encore atteint la 1re place du Top 50, tout comme le suivant, Je sais pas. Pour cet album, Goldman fait adopter à Céline Dion une façon plus sobre de chanter, en faisant moins de mélismes et de fioritures, et en modernisant sa diction41. La chanteuse dira que Goldman l'a fait « déchanter ». Les critiques sont positives, soulignant des textes « plutôt bons » et « de très bonnes chansons », estimant que « l'artiste s'impose enfin au détriment de l'athlète »42 en « contrôlant sa tendance maladive aux puissants accès de voix », mais reprochant toutefois à l'album « d'aller dans toutes les directions »43.

En 1996, elle participe à nouveau au spectacle des Enfoirés, chantant avec Maurane (Quand on n'a que l'amour). L'album Falling into You sort en mars 1996, et devient l'un des albums les plus vendus de l'histoire, no 1 dans de nombreux pays44,45. 4e album anglophone de Céline Dion, il démontre une progression dans sa musique46, mêlant divers styles musicaux, de nombreux éléments (des sons d'orchestre complexes, des chants africains) et des instruments comme le violon, la guitare espagnole, le trombone, le saxophone et le cavaquinho, créant un son nouveau47. La chanson-titre et River deep, Mountain high (une reprise de Tina Turner) font appel à une utilisation importante d'instruments à percussion, It's all coming back to me now (une reprise de Jim Steinman) et All by Myself (une reprise d'Eric Carmen) conservent leur atmosphère soft rock originale, mais sont combinés avec le son classique du piano. Avec Because you loved me (thème du film Personnel et confidentiel), ils deviennent des succès mondiaux. La critique est mitigée, jugeant l'album « stéréotypé, et manquant d'émotion48,49 » ou « impérieux, passionné, élégant, et remarquablement bien conçu47,50 ». Malgré tout, Falling into You reste le plus grand succès commercial de Céline Dion. Il remportera 2 Grammy Awards en tant que Meilleur album pop et Album de l'année51.

Le statut de Céline Dion sur la scène internationale est renforcé lorsqu'elle chante à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'Atlanta de 1996, avec la chanson The power of the dream52, dans un stade de 83 000 spectateurs et devant 3,5 milliards de téléspectateurs. En mars 1996, une nouvelle tournée mondiale démarre, le Falling into you Tour, qui durera jusqu'en juin 1997. Toujours en 1996, sort l'album Live à Paris, enregistré en France pendant sa tournée européenne de 1995.

En 1997, elle interprète deux chansons pendant la cérémonie des Oscars2. Peu après, la chanson My Heart Will Go On est choisie pour la B.O du film Titanic. Écrite par James Horner et Will Jennings, cette chanson reste le plus grand succès de Céline Dion, et fait partie de l'album Let's Talk About Love, sorti en novembre. Dans cet album, elle collabore avec des artistes renommés, notamment les Bee Gees (Immortality), Barbra Streisand (Tell him) et Luciano Pavarotti (I hate you then I love you). L'album connaît le même succès que Falling into You, se vendant à plus de 31 millions d'exemplaires et atteignant rapidement la tête des palmarès dans le monde entier53,44,54.

En 1998, après avoir interprété My Heart Will Go On aux Oscars2, elle repart en tournée mondiale pour le Let's talk about love Tour. Cette année-là, elle participe à Divas Live en compagnie de Shania Twain, Aretha Franklin, Mariah Carey, Gloria Estefan et Carole King. Elle reçoit également 2 des plus hautes distinctions de son pays : Officier de l'Ordre du Canada (pour « Contribution exceptionnelle à la musique contemporaine ») et officier de l'Ordre national du Québec. La collaboration Dion/Goldman donne naissance à un nouvel album, S'il suffisait d'aimer, porté par les extraits Zora sourit, S'il suffisait d'aimer, On ne change pas et En attendant ses pas. L'album est un très grand succès, devenant un des albums francophones les plus vendus, après D'eux55. Fin 1998, elle sort un album de Noël anglophone, These are special times, dont est extrait I'm your angel, en duo avec R. Kelly, qui restera 6 semaines no 1 au Billboard Hot 100. L'album devient l'un des albums de Noël les plus vendus56.

En 1999, elle chante pour la 3e année consécutive lors de la cérémonie des Oscars. La tournée mondiale Let's talk about love Tour se poursuit par l'Asie, les États-Unis, puis les stades d'Europe, dont le Stade de France 2 soirs consécutifs. L'album live Au cœur du Stade est enregistré lors de ces concerts. En fin d'année, sort la compilation All The Way... A Decade of Song, qui contient ses meilleurs titres anglophones et 7 inédits, dont That's the way it is, ainsi qu'un duo virtuel avec Frank Sinatra. C'est encore un grand succès mondial, avec plus de 17 millions de copies vendues57.

 

 

 

Une pause pour un enfant



En 1999, Céline Dion annonce son intention de faire une pause dans sa carrière après l'an 20007. Cette décision, d'abord motivée par le désir d'avoir un enfant, sera confirmée après le diagnostic d'un cancer58 (dont il guérira) à son mari. Ils se marient une 2e fois au Cæsars Palace de Las Vegas le 5 janvier 2000, et annoncent quelques mois plus tard qu'elle est enceinte. Le 25 janvier 2001, elle donne naissance à René-Charles dans un hôpital de Palm Beach en Floride59.

Pendant cette absence, sort une nouvelle compilation en 2000, The Collector's Series, Volume One. En 2001, elle participe au 1er album de Garou (devenu le protégé de René Angélil), en enregistrant le duo Sous le vent (no 1 en France et disque de diamant)60. Elle rend également hommage aux victimes des attentats du 11 septembre, en chantant God Bless America lors d'un téléthon à la télévision américaine61 et en participant au projet de Michael Jackson sur le single What more can I give (Sony refusera de sortir le single, qui ne sera disponible qu'en téléchargement).

 

 

 

Retour à la chanson et spectacle à Las Vegas

 



220px-C%C3%A9line_Dion-AFR.JPG
magnify-clip.png
Céline Dion chantant God Bless America à bord du USS Harry S. Truman lors du spécial CBS 2002 Rockin' for the USA - A National Salute to the US Military (suite à sa prestation au téléthon de 2001).

 

 

 

 

En 2002, Céline Dion revient sur le devant de la scène avec un nouvel album en anglais, A New Day Has Come, incluant la B.O. du film Stuart Little 2, I'm Alive. L'album apparaît comme très personnel, plus mature (notamment avec la chanson-titre et Goodbye's the saddest word), et témoigne de son nouveau statut de mère62,63. no 1 dans 22 pays et 5e meilleure vente de l'année (12 millions de copies)64, l'album est accueilli de façon sévère par la critique (« une collection longue de tartines pop mielleuses et gluantes »)65, qualifié tour à tour d'« oubliable », avec des paroles « sans vie »66, « banal » et « médiocre »67,68.

En 2003, sort l'album One Heart, le même jour que le lancement du spectacle A new day… à Las Vegas. I drove all night, une reprise de Cyndi Lauper, en sera le 1er extrait. Cet album, qui diffère des précédents en incorporant majoritairement des sonorités dance, est jugé comme « banal » et « prévisible » par les critiques les plus indulgentes69,70. Les ventes restent correctes mais largement moins importantes des records des années 1990. En octobre, sort également un album francophone, Une fille et quatre types, réalisé avec Jean-Jacques Goldman, Gildas Arzel, Erick Benzi et Jacques Veneruso. Tout l'or des hommes sera le 1er single, suivi de Et je t'aime encore.

A new day… est la concrétisation d'un contrat de 3 ans entre le Cæsars Palace à Las Vegas et Céline Dion. Afin d'accueillir le spectacle, 95 millions de dollars sont investis dans la construction d'un amphithéâtre baptisé le Colosseum71,72. Le spectacle, mêlant chant, théâtre et danse sur un fond virtuel, est dirigé par le créateur belge Franco Dragone et débute le 25 mars 200373. Le succès est tel qu'elle signera pour 2 années de plus, jusqu'au 15 décembre 2007. La salle de 4 296 sièges est pleine tous les soirs74. Au final, 723 représentations à guichets fermés auront été données, et seuls 18 concerts annulés75,36. Le spectacle engendrera plus de 400 millions de dollars de recettes76.

Le 6 janvier 2004, Céline Dion reçoit son étoile sur le Hollywood Walk of Fame à Los Angeles. Lors de la cérémonie des World Music Awards, elle reçoit le Chopard Diamond Award et est alors présentée par l'acteur Michael Douglas comme « l'artiste féminine ayant vendu le plus de disques de tous les temps10,77,78,79 ». Le 14 juin, paraît l'album de son spectacle A New Day: Live in Las Vegas. Le 12 octobre, sort un album-concept liant photos et chants de berceuses, Miracle, en collaboration avec la photographe d'enfants Anne Geddes. Une fois encore, les critiques sont mitigées : « sans surprises80 », « interprétation excessivement sentimentale81 », ne voyant dans le thème de la maternité « que de l'opportunisme82 »… Toutefois, Billboard qualifiera le single Beautiful Boy de « joyau inattendu », et Céline Dion d'artiste « hors du temps, extrêmement polyvalente »83.

En 2005, paraît une compilation francophone, On ne change pas, incluant plusieurs inédits dont le single Je ne vous oublie pas et le duo avec le groupe Il Divo, I believe in you. Cette même année, elle est nommée chevalier de la Légion d'honneur84 (mais ne la recevra que le 22 mai 2008). À l'occasion de la Fête de la musique, Céline Dion apporte son soutien à la candidature de Paris aux Jeux olympiques d'été de 2012 en enregistrant la chanson À Paris, le succès de Francis Lemarque. En 2006, elle compose et chante en duo avec Marc Dupré Tout près du bonheur, participe à la B.O d'Astérix et les Vikings avec le titre Tous les secrets, et donne un concert de charité avec Elton John85.

En 2007, après avoir chanté aux Oscars en hommage à Ennio Morricone 86, elle sort 2 albums, l'un francophone et l'autre anglophone. D'elles, dont tous les textes sont signés par des femmes, est de nouveau supervisé par Jean-Jacques Goldman, bien qu'il ne participe ni à la composition, ni à l'écriture. Les singles Et s'il n'en restait qu'une (no 1 en France), Immensité et À cause en seront extraits. Bien accueilli au Canada, il ne connaîtra qu'un succès d'estime en France, où il se vend à un peu moins de 300 000 exemplaires87.

Taking Chances, son album anglophone, sort en novembre 2007. Bien que l'album ne fonctionne pas en France (130 000 copies vendues)87, il s'écoule à plus de 3,5 millions de copies dans le monde. Le 1er single est Taking Chances (une reprise de Platinum Weird), suivi par Alone et Eyes on me. Au Japon, la chanson A world to believe in sort également en single, en duo avec la chanteuse Yuna Itō. Le 15 décembre, elle donne la 723e et dernière représentation de son spectacle A new day… à Las Vegas, dont un DVD vient d'être commercialisé. Au Canada, il devient le 1er DVD à obtenir une certification triple disque de diamant88.

 

 

 

Tournée mondiale et nouvelle pause

 




220px-Celine_Dion_Concert_Singing_Taking
magnify-clip.png
Céline Dion lors de sa tournée Taking Chances en 2008.

 

 

 

 

En 2008, elle participe une 3e fois au spectacle des Enfoirés. En février, elle entame une tournée mondiale de 132 dates à travers 25 pays, le Taking Chances World Tour36. La tournée génèrera 279,2 millions de dollars de recettes, soit le 2e chiffre de l'histoire pour une tournée d'artiste solo89,90,91. En août, à l'occasion du 400e anniversaire de Québec, elle donne un spectacle, Céline sur les plaines, devant 250 000 personnes92, juste après avoir reçu le titre de Docteure d'université honoris causa de l'Université Laval à Québec93,94. En fin d'année, elle sort une compilation de ses plus grands succès anglophones, My Love: Essential Collection, incluant des inédits comme There comes a time et la version live de My love (qui sortira en single). Après un duo avec Charles Aznavour sur l'album de duos de celui-ci, elle accède le 30 décembre au rang de compagnon de l'Ordre du Canada, le grade le plus élevé de la principale distinction civile canadienne95.

 

 

 

 

180px-Celine_Dion_Concert_-_Laser_Lighti
magnify-clip.png
Scène centrale du spectacle de Céline Dion lors de la tournée mondiale Taking Chances (2008).

 

 

 

 

En février 2009, elle termine sa tournée et se retire pour plusieurs mois. Elle sort momentanément de sa retraite, en participant au projet We Are the World 25 for Haiti96, et en chantant en hommage à Michael Jackson aux Grammy Awards97. Le film Celine : through the eyes of the world sort pour une durée limitée dans quelques salles aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie. Sortent ensuite le DVD du film, ainsi que l'album/DVD live Taking chances world Tour : the concert. En mai 2010, un sondage la désigne Chanteuse préférée des Américains98,99. Après une fausse couche en novembre 2009100,101, la chanteuse annonce être enceinte de jumeaux102 : Nelson (en souvenir de sa rencontre avec Nelson Mandela) et Eddy (en hommage à Eddy Marnay) naîtront le 23 octobre 2010 au centre médical St Mary's de West Palm Beach, Floride. Elle apparaît en duo sur l'album de Michel Sardou, pour le titre Voler, et sur l'album de son beau-fils Marc Dupré, pour lequel elle compose Entre deux mondes et chante en duo sur Y'a pas de mots.

 

Retour à Las Vegas, Celine et nouveaux albums studio

En 2011, Céline Dion remonte sur scène lors de la 83e cérémonie des Oscars pour interpréter la chanson Smile de Charlie Chaplin, en hommage aux célébrités du cinéma disparues en 2010 et 2011. Elle effectue son retour sur scène au Colosseum du Cæsars Palace à Las Vegas le 15 mars 2011, avec un nouveau spectacle, Celine, pour lequel elle sera à l'affiche pour au moins 3 années, à raison d'environ 70 spectacles par an. En 2011, ce spectacle aurait généré 40,1 millions de dollars pour 57 représentations ayant accueilli plus de 250 000 personnes.

 

 

 

 

220px-C%C3%A9line_Dion_Ren%C3%A9_Angelil
magnify-clip.png
Céline Dion et René Angélil en 2012.

 

 

 

 

 

L'album en français Sans attendre paraît le 5 novembre 2012, avec notamment les collaborations de Luc Plamondon, Maxime Le Forestier et Jean-Pierre Ferland, ainsi que des duos avec Henri Salvador et Johnny Hallyday. Porté par le single Parler à mon père103, écrit par Jacques Veneruso, l'album est souvent jugé comme « inégal »104 et « banal »105 par la critique. Cependant, il rencontre un franc succès dès sa sortie, s'écoulant en une semaine à 92 000 exemplaires au Canada et à 95 000 exemplaires en France, où il reçoit un disque de diamant106. Il devient ainsi le plus grand succès francophone de la chanteuse depuis S'il suffisait d'aimer en 1998107.

En février 2013, elle interprète My Heart Will Go On ainsi que Molihua avec Song Zuying (en) au Gala de Nouvel An de CCTV108. L’interprète québécoise est la première vedette internationale à se produire lors de cet évènement109.

Elle coproduit avec René Angélil le spectacle donné sur la scène du Bally's Hotel and Casino par Véronic DiCaire. Prévu pour un semestre, la première a lieu le 20 juin 2013110,111.

L'album anglais Water and a Flame, dont la sortie est prévue pour octobre 2013, sera composé de chansons inédites et de deux reprises figurant au spectacle Celine112. Il proposera des collaborations avec Francis Eg White, Stevie Wonder, Ne-Yo, Babyface, Diane Warren et Fraser T. Smith113,114.

Le jour du 10e anniversaire de la première de A New Day, le public apprend que le spectacle Celine est annoncé jusqu’en 2019. René Angélil affirme que le contrat a été signé pour huit ans en 2011115. La chanteuse se produira lors d'un concert unique sur les Plaines d'Abraham à Québec le 27 juillet 2013116 ainsi qu'en France et en Belgique lors de sept représentations entre le 21 novembre et le 1er décembre 2013117.

 

Voix


Depuis les années 1990, Céline Dion apparait comme une des voix les plus influentes de la pop7,118,119,120. Lors d'une interview au cours de laquelle Denise Bombardier lui demande si elle aime sa voix, la chanteuse reste muette pendant 15 secondes. Quand elle reprend la parole, elle ne donne pas de réponse positive ou négative, mais dit : « Je pense qu'avec cet instrument qu'est ma voix, je réussis à faire des choses que normalement, je ne devrais pas arriver à faire »121.

 

Catégorie vocale

Lors d'une audition privée pour le chef d'orchestre Kent Nagano, dans la perspective d'incarner le rôle de Maria Callas au cinéma, Céline Dion chanta deux airs de l'opéra Carmen, et se présenta au chef comme une mezzo-soprano. Sans faire de classification, Kent Nagano répondit : « Je ne pense pas. Tout ce que vous venez de chanter, c'est soprano122. » Classer les voix pop, rock, jazz, etc. en employant des termes classiques est un usage controversé car cette catégorisation est basée sur l'amplification naturelle, utilisant uniquement les résonateurs du corps et non un microphone123. Les tessitures des airs lyriques sont aussi généralement plus hautes et exigeantes, et les chanteuses chantent presque exclusivement en voix de tête, excepté pour leurs notes les plus graves123.

 

Timbre et technique

Selon Jean-Jacques Goldman, la chanteuse n'a « pas de problème de justesse, de tempo, elle se chauffe toute seule124 ».

Pour le New York Times, sa voix est « haute, mince, légèrement nasale, presque sans vibrato, mais dotée d'un arsenal impressionnant de capacités techniques. Elle peut produire des mélismes compliqués, des attaques expressives et soutenir de longues notes sans détonner ne serait-ce qu'un peu125 ». Time souligne qu'elle « glisse sans effort de profonds murmures à des aigus parfaitement justes, telle une douce sirène combinant force et grâce126 ». Libération estime son registre inférieur « rauque » et ses aigus « comme des clochettes de verre »127.

Interrogée à propos de la perte de son accent lorsqu'elle chante, Céline Dion répond que ce n'est pas volontaire, mais naturel128. D'après Paolo Zedda, cela est dû à plusieurs facteurs physiologiques, dont « une bonne ouverture glottique et une bonne coordination entre le souffle et une bonne fermeture (accolement) des cordes vocales […] Le mécanisme physiologique relié au terme de “respiration profonde”, fondamental pour assurer toute bonne émission, trouve ensuite un accueil plus ou moins favorable dans la gymnastique articulatoire qui va moduler le son émis dans ces conditions idéales »128.

Sa diction francophone est parfois jugée imprécise. Les critiques Christiane Laforge et Sylvain Cormier notent « trop de syllabes escamotées, des articles muets, surtout quand ils commencent par “l” »129 et estiment que la chanteuse ferme beaucoup les voyelles130.

 

commentaires

Manhattan.

Publié le 16 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans AMÉRIQUE NORD-Géo - histo - polit & culturelle

Manhattan

 

 

 

 

 

 


 

Manhattan (New York County)
Emplacement du comté de New York dans l'État de New York
Emplacement du comté de New York dans l'État de New York
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau de l'État de New York New York
Chef-lieu Ville de New York
Fondation 1683
Démographie
Population 1 619 090 hab. (2012)
Densité 27 212 hab./km2
Géographie
Superficie 5 950 ha = 59,5 km2
Superficie eau 2 500 ha = 25 km2
Superficie totale 8 450 ha = 84,5 km2

 

 

 

 

 

 

 

Manhattan est l'un des cinq arrondissements (en anglais borough) de la ville de New York (les quatre autres étant le Bronx, Queens, Brooklyn et Staten Island), qui correspond en grande partie à l'île de Manhattan, d'une superficie de 58,8 km2, entourée par l'Hudson River à l'ouest, l'East River à l'est, l'Upper New York Bay au sud, et l'Harlem River au nord. L'arrondissement de Manhattan coïncide avec le comté de New York (New York County), découpage administratif de l’État de New York1.

En 2000, sa population était de 1 537 195 habitants2, et sa densité est très supérieure à celle de tout autre comté des États-Unis.[réf. obsolète]

Manhattan est également la partie la plus riche de New York, ce qui en fait l'arrondissement le plus touristique de Big Apple, mondialement célèbre pour ses gratte-ciel et son activité trépidante.
Manhattan est ainsi le cœur économique et financier de la ville, bâti autour de Wall Street qui accueille le New York Stock Exchange, et Midtown qui compte plusieurs sièges sociaux d'entreprises comme la Time Warner, Bloomberg LP ou encore MetLife.
Il s'agit aussi du cœur culturel de New York, avec des musées comme le Metropolitan Museum of Art, le American Museum of Natural History, et le MoMa. La plupart des gratte-ciel les plus célèbres sont également situés dans ce quartier, avec par exemple l'Empire State Building, le Chrysler Building, ou le GE Building, et le World Trade Center, symbole de la puissance économique, qui fut détruit lors des attentats du 11 septembre 2001.

C'est également le district le mieux desservi par le métro de New York, puisque toutes les lignes y transitent, à l'exception de la ligne G.

 

 

 

 


Histoire

 

 

 

Article détaillé : Histoire de New York.

 

 

 

Manhattan dans l'histoire coloniale

 

 

 

170px-Peter_Minuit_portrait_New_Amsterda
magnify-clip.png
Peter Minuit.

 

 

 

 

 

Le nom de « Manhattan » provient du Lenape, un langage de la famille de l'algonquin. Tout d'abord écrit Manna-hata, il a été traduit par « île aux nombreuses collines »3. Il apparaît pour la première fois en 1609 sur le journal de bord de Robert Juet, un membre de l'expédition néerlandaise d'Henry Hudson qui découvrit l'île le 11 septembre de cette même année4. En 1610, le nom Manahata apparaît à deux reprises, désignant les deux rives de la Mauritius River (le fleuve Hudson). Les Algonquins sont les plus anciens habitants connus de ce territoire. L'île fut colonisée sur l'ordre de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales en 16255. La colonie de la Nouvelle-Amsterdam naquit officiellement avec l'achat par Pierre Minuit du territoire à ses occupants (les Manhattes) pour quelques articles de verroterie et autres colifichets6, d'une valeur de 60 florins (24 dollars). Le 2 février 1653, la ville se constitua municipalité7. La Nouvelle Amsterdam se rendit aux Anglais en 16648. L'île fut officiellement cédée par les Hollandais aux Anglais par le traité de Breda de 1667, qui mettait fin à la Deuxième guerre anglo-hollandaise. Elle fut aussitôt rebaptisée en l’honneur du duc d'York, le futur Jacques II d'Angleterre, ainsi que la ville de New York et l'État de New York. Pendant la troisième guerre anglo-hollandaise la ville se rendit aux Hollandais en 1673 et fut rebaptisée Nouvelle-Orange. En 1674 pendant les négociations de paix les Hollandais échangent la ville pour le Suriname. C’est l’un des douze comtés originaux de l'État - qui était à l'époque une Province -, en 1683. À cette époque, il coïncidait avec la ville de New York et occupait l’île de Manhattan, comme aujourd’hui.

 

La révolution américaine

Manhattan fut au cœur de la campagne de New York, une série de batailles importantes livrées au début de la guerre d'indépendance américaine. L'Armée continentale, vaincue sur Long Island, dut abandonner la ville aux Anglais, débarqués à Kips Bay le 15 septembre 1776 ; les Américains parvinrent cependant à se replier hors de Manhattan après la Bataille de Harlem Heights. Placé sous l'autorité britannique, Manhattan devint le centre des opérations du Royaume de Grande-Bretagne en Amérique du Nord jusqu'à la fin de la guerre. Cette période fut marquée par une catastrophe, le Grand Incendie de 1776, durant lequel un tiers de la ville fut détruit, soit 500 maisons9. Elle s'acheva avec le retour de George Washington dans la ville, et le départ des forces britanniques, le 25 novembre 1783 : c'est l'Evacuation Day10.

Entre le 11 janvier 1785 et l'automne 1788, New York devint la cinquième capitale des treize États confédérés depuis la signature des Articles de la Confédération, le 15 novembre 1777. Le Congrès continental était alors installé dans la Fraunces Tavern, située à Manhattan. Lors de l'entrée en vigueur de la constitution américaine le 4 mars 1789, New York devint la première capitale des États-Unis. L'administration du pays s'installa alors au Federal Hall situé à Wall Street. L'année suivante, le congrès déménagea à Philadelphie le 12 août11.

 

 

 

 

 

 

 

220px-Manhattan_1931.jpg
magnify-clip.png
Vue aérienne de Manhattan en 1931.

 

 

 

La forte croissance du XIXe siècle puis du XXe siècle


Au cours du XIXe siècle, Manhattan grandit et devint un centre économique, profitant, entre autres, de l'ouverture du canal Érié en 1825. En 1835, sa population dépassa celle de Philadelphie, New York devenant ainsi la plus grande ville du pays. Dans la seconde moitié du siècle, l'arrivée massive des immigrants, qui entraient par Ellis Island aux États-Unis, renforça la position de Manhattan. New York commença dès lors à s'étendre au-delà de l'île originelle. En effet, en 1874, une portion de ce qui est aujourd’hui le Bronx fut rattachée au comté de New York, puis la totalité en 189512. En 1898 est créée la City of Greater New York, qui fait du Bronx un borough à part, bien que faisant toujours partie du comté de New York. C'est le 1er janvier 1914 que la Législature de l'État de New York créa le comté du Bronx, et le comté de New York fut réduit à ses limites actuelles13. Cependant l'apparition progressive des autres boroughs ne diminue pas le pouvoir grandissant de Manhattan, qui reste le véritable cœur de la ville. La construction de nombreux gratte-ciel dès le début du XXe siècle témoigne du dynamisme du borough et accroît sa célébrité dans le monde entier. Il en va de même au niveau culturel. Dans les années 1920, la Renaissance de Harlem fait de ce quartier du borough, la « capitale mondiale de la culture noire ». Malgré les effets de la Grande Dépression, les années 1930 virent l'édification de plusieurs des plus grands gratte-ciel du monde, dont certains, comme l'Empire State Building ou le Chrysler Building, par leur célébrité, suffisent à symboliser New York.

 

 

 

 

220px-World_trade_center_new_york_city_f
magnify-clip.png
Le World Trade Center, symbole de la puissance de Manhattan et des États-Unis, de 1973 à 2001.

 

 

 

 

Dans les années 1970, Manhattan connut une crise financière et démographique : les usines et les ateliers fermèrent, une partie de la population quitta le centre pour les banlieues ou pour la Sun Belt. Dans les années 1980, avec la renaissance de Wall Street, Manhattan effectua son retour en tant que centre mondial de l'économie et des finances. La forte baisse de la criminalité, entreprise durant les années 1990 et rendue possible par la politique de tolérance zéro du maire Rudolph Giuliani, a contribué à changer le visage de nombreux quartiers du borough. Depuis quelques années, on assiste ainsi à une mutation de plusieurs quartiers de Manhattan. Les anciens ateliers de textile ou les installations portuaires sont transformés en loft ou en galeries d'art à SoHo, dans Midtown et autour du Lincoln Center. De nombreux blocs sont rénovés et réhabilités, y compris dans certains secteurs de Harlem ; cette reconquête du centre par les populations aisées entraîne un phénomène de gentrification14, peu profitable aux plus défavorisés et qui peut menacer l'héritage culturel des quartiers, à l'instar du Lower East Side15.

L'histoire récente de Manhattan est marquée par l'attaque terroriste du 11 septembre 2001 sur le World Trade Center, dont les conséquences ont été importantes pour le borough et ses habitants. En effet, avec la chute des tours jumelles, la skyline de Manhattan a été totalement modifiée, et le ground zero, situé au cœur du centre financier historique de Wall Street accueillera d'ici 2011 plusieurs mémorials commémorant l'événement. En 2013, le One World Trade Center (541 m) redeviendra le plus haut bâtiment de l'île, devant l'Empire State Building qui a hérité de ce titre en 2001 et dépassera la Willis Tower (442 m) à Chicago, le plus haut gratte-ciel du pays à ce jour.

 

 

 

 

 

660px-NYC_Top_of_the_Rock_Pano.jpg
magnify-clip.png
Vue panoramique de Manhattan prise depuis le GE Building.

 

 

 

Géographie

 

 

 


Article détaillé : Géographie de New York.

 

 

 

Données générales

 

 

 


110px-NASA_Manhattan.jpg
magnify-clip.png
Image satellite du quartier de Manhattan.

 

 

 

Le borough de Manhattan a une superficie totale de 87,5 km2, dont 59,5 km2 de terres émergées et 28 km2 d’eau2.

L'île de Manhattan est entourée par l'Hudson à l'ouest et l'East River à l'est. Elle couvre une superficie de 58,8 km2, mesure 21,6 km de long et atteint 3,7 km de largeur au niveau de la 14e Rue16. Au nord, la Harlem River la sépare du Bronx et du continent.

Le borough comprend également d'autres îles, dont Randall's Island, Ward's Island et Roosevelt Island dans l'East River, ainsi que Governors Island et Liberty Island au sud dans la baie de New York. Il s'étend aussi sur une petite partie du continent, enclavée dans le Bronx : il s'agit du quartier de Marble Hill, qui faisait autrefois partie de l'île de Manhattan, mais qui fut séparé de celle-ci lors de la construction en 1895 du canal de Spuyten Duyvil Creek qui reliait l'Hudson à la Harlem River ; puis rejoignit le continent lorsque le canal fut rebouché avant la Première Guerre mondiale. Le New York County, dont l'île fait partie possède quant à lui une superficie de 87,5 km2, séparés en 59,5 km2 de terre, et 28 km2 d'eau17.

En comparaison avec Paris intra-muros (sans les bois), l'île de Manhattan est plus petite en superficie (87 km2 contre 58,8 km2).

 

 

 

220px-Manhattan_paris.JPG
magnify-clip.png
L'île de Manhattan comparée à Paris et sa petite couronne (l'A86 en rouge et le boulevard périphérique en noir).

 

 

 

Une influence humaine marquée


L'exemple du quartier de Marble Hill, séparé de Manhattan depuis 1895 illustre bien l'impact de l'homme sur la géographie de la baie de New York.
Depuis la colonisation hollandaise, Manhattan a connu de nombreuses revendications de terres, visant à gagner toujours plus de terrain par rapport aux limites imposées par les cours d'eau ou la mer. Ainsi, au début du XIXe siècle, du remblai fut utilisé afin d'agrandir le quartier de Lower Manhattan au niveau de la pointe sud de l'île, entre les limites naturelles de l'Hudson River sur Greenwich Street jusqu'à West Street18. Plus récemment, lors de la construction du World Trade Center, quelque 917 000 m3 de terre19 ont été excavés, puis réutilisés afin de construire Battery Park City20. L'extension de 210 mètres sur le fleuve couvre 37 hectares, fournit 1,9 km de côte et environ 12 hectares de parcs21.
La Wildlife Conservation Society, qui gère notamment les zoos et aquariums de New York, a entrepris, à travers le « Mannahatta Project », une simulation sur ordinateur présentant au public, virtuellement, la biogéographie et l'écologie de Manhattan telle que l'île était lorsque Henry Hudson la découvrit en 1609, et de la comparer avec le borough actuel, fortement artificialisé3. Le National geographic, l'université d'Oregon22 accompagnent le portail internet « Welikia » (qui signifie « ma bonne maison » dans la langue Lenape des Amérindiens qui vivaient là il y a 400 ans). Ce projet d'écologie rétrospective questionne la gestion actuelle de l'environnement. Il vise notamment à sensibiliser les new-yorkais à la possibilité et à la nécessité de reconnecter les milieux naturels urbains entre eux et avec ce qui reste du monde sauvage et à rappeler ou préciser l'écopotentialité de la région.
Il semble en effet, selon les données réunies pour cette étude qu'avec « plus de 55 différentes communautés écologiques différentes, la biodiversité Mannahatta par acre rivalisait avec celle des parcs nationaux tels que Yellowstone, Yosemite et les Great Smoky Mountains ! »23,24

 

 

Organisation cadastrale

Manhattan est globalement organisé selon un plan en damier hérité du Commissioners' Plan de 181125, qui proposait la création de seize avenues dans la direction nord/sud, entrecoupées par 155 rues dans la direction est/ouest. Ce plan formé de rues perpendiculaires ne concerne pas l'ensemble de Manhattan, mais seulement la partie de l'île située au nord d'Houston Street, rue à partir de laquelle part la 1re Rue. En outre, le plan n'est parfaitement respecté qu'à partir de la 14e rue étant donné que le Greenwich Village est situé dans un espace délimité par Houston Street et la 14e rue. Seule Broadway, qui traverse Manhattan du sud au nord s'intercale dans le plan hippodamien. En ce qui concerne la numérotation des rues, elle est des plus simples dans ce système cadastral : les avenues sont numérotées de 1 à 12 et de A à D avec parfois des noms annexes (Lexington Avenue, Park Avenue) alors que les rues sont numérotées de 1 à 220. Globalement, les rues possèdent une largeur de 18 m, et 61 m séparent les différentes rues parallèles. Quinze rues possèdent le statut différent de Crosstown Streets (la 34e rue, 42e rue, 59e rue), en raison de leur fréquentation plus importante ; elles sont en conséquence plus larges (30 m)25.

 

 

 

 

 

Climat

 

 

 


Article détaillé : Climat de New York.

 

 

 

 

 

Bien qu'étant située à la même latitude que les villes européennes les plus chaudes, comme Naples ou Madrid, New York, et en particulier Manhattan, possède un climat continental humide. Il résulte d'une combinaison de vents dominants qui amènent de l'air frais en provenance de l'intérieur du continent nord-américain26. La protections des Appalaches explique les températures hivernales plus douces que dans les régions situées sur le continent, ce qui limite la quantité annuelle de neige, généralement comprise entre 63,5 et 88,9 cm26. En outre, il s'écoule en moyenne 220 jours entre les gelées saisonnières26. En général, le printemps et l'automne sont doux, tandis que l'été est très chaud et humide, avec des températures de 32 °C ou plus enregistrées en moyenne entre 18 et 25 jours durant cette saison26. La météo et le climat de la ville sur le long terme sont influencés par l'oscillation atlantique multidécennale, cycle d'alternance entre chaleur et fraîcheur de l'océan Atlantique d'une durée de 70 ans, qui influence la fréquence et la violence des ouragans et autres tempêtes côtières de la région27. Il arrive parfois que New York connaisse de longues périodes pluvieuses, ou au contraire de longues sécheresses.

Les records de température ont été enregistrés à texte=Central Park au Belvedere Castle le 9 juillet 1936 pour la température la plus haute (41 °C), et le 9 février 1934 pour la température la plus basse (-26 °C). Malgré tout, en août juin 2006, une température de 39 °C a été enregistrée, et en juillet 2011 le thermomètre a affiché jusqu'à 41 °C. Et ce n'est pas les températures atteintes à l’intérieur de la ville où probablement 44°C a déjà était atteint à cause de l’îlot de chaleur urbain. Le plus bas atteint récemment remonte à janvier 2004, avec une température de -18 °C.

Du fait de l'orientation de 28 9 degrés du plan en damier se produit deux fois par an un phénomène surnommé Manhattanhenge (par analogie avec Stonehenge)28. Le 28 mai et le 12 juillet (dates de 2006), le lever et le coucher du soleil sont dans l’axe des rues, et l’on peut toujours observer le soleil dans la rue, malgré la présence des gratte-ciel29,30.

 

 

 

 

Relevé météorologique de Manhattan Belvedere castle
Mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -4 -3 1 6 12 17 20 19 15 10 5 -1 8
Température maximale moyenne (°C) 3 4 10 15 21 26 29 28 24 18 12 6 17
Précipitations (mm) 86 84 99 102 112 95 112 104 99 91 127 99 1 124

 

 

 

Source : Weatherbase

 

Comtés adjacents

 

 

 

 

 

 

 

 

Quartiers

 

 

 


220px-Upper_West_Side_-_Broadway.jpg
magnify-clip.png
Un café à Morningside Heights, sur Broadway, entre la 112e et la 113e rue.

 

 

 

 

 

On distingue souvent trois zones principales à Manhattan (du sud vers le nord) :

La Cinquième Avenue, axe majeur de la ville, délimite les côtés est et ouest de la ville.

Les nombreux quartiers de Manhattan ne répondent à aucune convention particulière. Certains sont géographiques, comme l'Upper East Side, d'autres décrivent une réalité ethnique, comme Chinatown ; certains sont des acronymes, comme TriBeCa ("TRIangle BElow CAnal Street") ou SoHo ("SOuth of HOuston"), ou NoLIta ("NOrth of Little ITaly"). Harlem doit son nom à la ville d'Haarlem aux Pays-Bas. Ils dévoilent toute la diversité de Manhattan : le Lower East Side et East Village ont été longtemps associés à une « subculture bohème »31. Chelsea est le quartier de la vie artistique et nocturne du borough. Washington Heights est habité par des immigrants de République dominicaine. Chinatown est, avec plus de 150 000 habitants32, la plus grande concentration de Chinois du monde occidental33. L'Upper West Side est souvent défini comme un quartier intellectuel et créatif34 tandis que l'Upper East Side, l'un des quartiers les plus riches des États-Unis, est caractérisé comme conservateur35,36.

 

 

 

 

Démographie

 

 

 


Article détaillé : Démographie de la ville de New York.

 

 

 

Évolution de la population37
Année Nombre
d'habitants
1790 33 111
1800 60 489
1810 96 373
1820 123 706
1830 202 589
1840 312 710
1850 515 547
1860 813 669
1870 942 292
1880 1 206 299
1890 1 515 301
1900 2 050 600
Année Nombre
d'habitants
1910 2 762 522
1920 2 284 103
1930 1 867 312
1940 1 889 924
1950 1 960 101
1960 1 698 281
1970 1 539 233
1980 1 428 285
1990 1 487 536
2000 1 537 195
2007 1 620 86738

 

 

 

 

 

Le borough de Manhattan constitue le secteur le plus densément peuplé des États-Unis, avec 25 849,8 habitants/km²39. Il compte 1 611 581 habitants, 738 644 ménages et 302 105 familles selon le recensement de 2000. C'est en 1910 que le record historique de densité a été atteint, avec 46 428,9 habitants par km².

Selon le bureau du recensement des États-Unis, la population est composée de 54,36 % de Blancs, de 17,39 % d'Afro-Américains, de 0,50 % d'Amérindiens, 9,40 % d'Asiatiques, de 14,4 % de personnes se revendiquant d'autres origines et de 4,14 % de métis. Indépendamment de cela, 27,18 % de la population est hispanique, et 45,8 % blanche non hispanique.

Au niveau des origines nationales, 7,48 % des habitants sont des descendants d'Irlandais, 7,10 % d'Italiens, 6,63 % d'Allemands et 5,43 % d'Anglais. Les Juifs représentent 20,5 % de la population totale et plus de 35 % de la population blanche[réf. nécessaire], soit 314 500 personnes.

49,4 % de la population possède un niveau d'éducation supérieur ou égal au baccalauréat anglo-saxon ou plus. Le revenu par tête est de 42 922 $. Le revenu moyen par ménage est de 47 030 $. On assiste à des disparités fortes au sein du borough entre les habitants de l'Upper East Side dont le revenu par tête s'élève à plus de 90 000 $40, et 20 % de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté, dont 31,8 % des moins de 18 ans, et 18,9 % des personnages âgées41.

On assiste actuellement à un baby boom à Manhattan : depuis 2000, le nombre d'enfants de moins de 5 ans y vivant a augmenté de plus de 32 %42. Autre évolution, celle du Financial District : la population, qui baissait depuis 1950, est passé de 15 000 habitants à 30 000 habitants en 2005. Cette augmentation est due aux attaques terroristes du 11 septembre 2001, le départ de nombreuses entreprises ayant entraîné la reconversion des bureaux en appartements43.

Selon le New York City Department of City Planning, 298 000 habitants supplémentaires devraient rejoindre le borough entre 2000 et 2030, ce qui représenterait une augmentation de 18,8 %, tandis que le reste de New York connaîtrait une augmentation de 12,7 % sur cette même période44. Cette étude place Manhattan à la seconde place après Staten Island en ce qui concerne leur attractivité en tant que lieu de vie.

 

 

 

 

Caractéristiques démographiques et sociales en 200045
Indicateur : Manhattan New York Drapeau des États-Unis États-Unis
Hommes (%) 47,5 47,4 49,1
Femmes (%) 52,5 52,6 50,9
Âge médian 35,7 34,2 35,3
Moins de 18 ans (%) 16,8 24,2 25,7
18-64 ans (%) 71 64,1 61,9
65 ans et + (%) 12,2 11,7 12,4
Revenu/hab. ($) 42 922 22 402 21 587
Taux de pauvreté46 (%) 20 21,2 12,4

 

 

 

 

 

 

Économie

 

 


Un marché du travail unique

 

 

 

 


220px-Photos_NewYork1_032.jpg
magnify-clip.png
Façade du New York Stock Exchange sur Wall Street.

 

 

 

 

 

 

 

 

Manhattan est le centre économique de l'agglomération new-yorkaise : le district regroupe 2,4 millions d'emplois, soit les deux tiers des emplois de la ville39. La population diurne de Manhattan s'élève à 2 874 000 personnes du fait de l'ajout de 1 337 000 banlieusards à la population résidentielle. Il s'agit du plus important afflux de population du pays ; il représente plus du triple de celui de Washington (district de Columbia) qui s'élève à 481 000 personnes47,48.

Des statistiques de 2006 montrent que le salaire hebdomadaire moyen des personnes travaillant à Manhattan s'élève à 1 453 $ ; c'est le plus élevé des 325 principaux comtés des États-Unis49. La croissance de 7,8 % du salaire est la plus haute parmi les dix comtés principaux50. Le secteur des services est le principal pilier de l'économie du borough, qui compte néanmoins 39 800 actifs dans la fabrication et 39 800 dans la construction. Le secteur de la santé représente 11,3 % des emploisN 1.

 

 

 

Manhattan, centre décisionnel de premier plan



Historiquement, la présence des grandes entreprises n'a pas empêché le développement des détaillants indépendants, néanmoins l'installation récente de magasins des grandes chaînes nationales est considéré par certains comme l'indice d'une homogénéisation du borough en cours51. Cependant, malgré cette tendance, certains quartiers de Manhattan sont toujours caractérisés par un nombre très importants de détaillants, comme par exemple Little Italy ou Chinatown.

Le secteur économique le plus important est celui des finances, que l'on désigne fréquemment par le terme Wall Street, du nom de la rue qui abrite les locaux du New York Stock Exchange (NYSE), la plus grande des bourses mondiales en termes de capitalisation. En outre, Manhattan accueille également le NASDAQ, Bourse où la plupart des entreprises technologiques et des start-up américaines sont cotées. Ainsi, en 2005, 28 000 entreprises y étaient cotées pour une capitalisation de l'ordre de 20 milliards de dollars52. Mais le sud de Manhattan n'abrite pas que le NYSE : plusieurs très grandes entreprises du monde de la finance y possèdent leur siège comme American Express, Merrill Lynch ou Dow Jones. En outre, Lower Manhattan abrite également le complexe du World Financial Center, et de nombreux gratte-ciel abritent des sièges d'entreprises ou des bureaux comme le 40 Wall Street ou l'American International qui renferme les bureaux de la compagnie d'assurances American International Group (AIG).

Le quartier de Midtown regroupe des sièges de banques, des centres commerciaux et culturels et reste un pôle de communication (éditeurs, chaînes de télévision, presse) majeur. Parmi les principaux sièges sociaux de ces secteurs, on peut citer les chaînes de télévision CBS, NBC et MTV, ou l'éditeur The New York Times Company. En matière de nouvelles technologies, Manhattan accueille les sièges de Verizon et de Time Warner. New York abrite au total le siège de 22 des cinq-cent plus grosses entreprises mondiales, c'est moins que Tokyo et que Paris, mais trois fois plus que Houston, deuxième ville des États-Unis dans ce domaine53. Sept des huit agences de communication les plus importantes du monde ont Manhattan pour siège54.

Madison Avenue est souvent employé métonymiquement pour désigner le secteur de la publicité dans le borough. La « Silicon Alley » est le technopôle de Manhattan et de New York au niveau du multimédia. Le quartier de Times Square, qui tire son nom du New York Times, est l'un des centres névralgiques du tourisme dans la ville, et accueille également des bureaux de nombreuses entreprises d'envergure internationale: le Condé Nast Building accueille le MarketSite du NASDAQ qui permet de consulter le cours des valeurs en temps réel sur des écrans, et l'agence de presse Reuters possède son propre immeuble, le Reuters Building.

Manhattan est une cible de fonds de pension pratiquant des ventes à la découpe, qui font monter les prix de l'immobilier. Ainsi, le fonds de pension Westbrook, a investi dans le quartier (en particulier à Lower East Side et East Village), suscitant une opposition de certains habitants et faisant monter les prix de l'immobilier 55,56,57.

 

 

 

 

 

Culture et société

 

 

 


Manhattan dans New York

 

 

 


220px-Manhattan%2C_New_York2.JPG
magnify-clip.png
Manhattan, cœur économique et financier de la ville.

 

 

 

 

 

Manhattan est le borough le plus célèbre de New York : les personnes qui n'habitent pas dans la cité vont jusqu'à considérer que la ville est essentiellement composée de Manhattan. Cette tendance existe aussi chez les New Yorkais, puisque les résidents des autres boroughs disent qu'ils « vont en ville »N 2 lorsqu'ils se dirigent vers Manhattan. Ceci montre toute l'importance culturelle du district : les autres boroughs ne symbolisent pas autant New York car leur identité n'est pas aussi forte que celle de Manhattan58. D'où parfois un certain sentiment d'infériorité de la part ce que l'on appelle parfois « les boroughs extérieurs »N 3, mêlé de convoitise et de critique envers la prédominance de Manhattan59. En contrepartie les habitants de Manhattan ont souvent fait preuve de désintérêt envers le reste de la ville depuis la consolidation, par exemple envers Brooklyn. Les relations sont parfois tendues entre les anciennes villes rivales : selon certains, la consolidation, en renforçant Manhattan dans son rôle central, a fait de Brooklyn un « désert culturel »60. Avec l'essor de Brooklyn et des autres boroughs depuis plusieurs décennies, ces distinctions ont tendance à s'amoindrir59 ; Manhattan reste cependant le cœur incontesté de New York.

 

 

 

 

Monuments et lieux célèbres

 

 

 


220px-NYC_wideangle_south_from_Top_of_th
magnify-clip.png
Vue sur Manhattan.

 

 

 

 

 

Le gratte-ciel est indissociable de l'identité de Manhattan depuis la fin du XIXe siècle. Les principaux gratte-ciel de New York se trouvent tous à Manhattan. De 1890 à 1973 les neuf plus hauts bâtiments du monde se trouvaient consécutivement à Manhattan61. Durant les Années folles, la même année voit trois gratte-ciel concourir au titre de plus haut building. Actuellement, l'Empire State Building est le plus haut immeuble de la ville, et a été le plus haut du monde entre 1931 et 1972. La Freedom Tower le dépassera en 2013, mais, malgré ses 541 mètres de haut, elle ne pourra prétendre au titre de plus haut gratte-ciel mondial. La ville possède plusieurs gratte-ciel de bureaux conçus dans le but de respecter l'environnement, comme la Hearst Tower ou le nouveau 7 World Trade Center : ce sont des green buildings62.

Outre les monuments nationaux dont la Statue de la Liberté et les National Historic Landmark comme l'Empire State Building, Manhattan compte une centaine de lieux protégés63, répartis entre différentes catégories (Manhattan Historic Districts, Manhattan Interior Landmarks et Manhattan Individual Landmarks) par la New York City Landmarks Preservation Commission. Ils composent la majorité des édifices protégés de la ville. Manhattan comprend de nombreux hôtels, dont les célèbres Plaza Hotel et Waldorf-Astoria.

 

 

Arts

 

 

 


220px-NYC_-_Guggenheim_Museum.jpg
magnify-clip.png
Le musée Guggenheim.

 

 

 

 

 

Le Metropolitan Museum of Art, le Museum of Modern Art (MoMA), le Whitney Museum of American Art et le Musée Solomon R. Guggenheim abritent des collections artistiques qui comptent parmi les plus vastes et riches au monde. Le borough compte la plupart des musées principaux de New York. Le quartier de Chelsea est connu pour ses galeries d'art (on en recense plus de 20064) consacrées à l'art moderne, qui font connaître les nouveaux artistes ; ainsi que pour les évènements culturels qui s'y déroulent.

La section de Broadway située près de Times Square accueille de nombreux théâtres réputés où sont jouées comédies musicales et pièces de théâtre célèbres. Le Lincoln Center accueille le Metropolitan Opera, une des plus importantes salle d'opéra du monde.

 

 

 

Religion

 

 

 


170px-Saint_Patrick_front1.jpg
magnify-clip.png
La cathédrale Saint-Patrick de New York.

 

 

 

 

 

L'Église catholique romaine compte 564 505 fidèles à Manhattan, soit plus de 36 % de la population, et y possède 110 paroisses. Les juifs forment le second groupe religieux du borough avec 314 500 personnes (20,5 %) et 102 congrégations. Les protestants sont 139 732 (9,1 %) et les musulmans 37 078 (2,4 %)65.

La Cathédrale Saint-Patrick de New York, située à Midtown, est la plus grande cathédrale néogothique d'Amérique du Nord66, et la plus ancienne église catholique de New York. C'est le siège de l'archidiocèse de New York depuis 1879 ; elle a remplacé à cette date la St. Patrick's Old Cathedral. La cathédrale Saint John the Divine, plus grande cathédrale du monde, est le siège du diocèse de New York de l'Église épiscopale des États-Unis. L'Abyssinian Baptist Church est une célèbre église d'Harlem. La Riverside Church, église baptiste, est connue pour son architecture néogothique et pour les discours qui y ont été prononcés par des personnalités telles que Martin Luther King.

La synagogue d'Eldridge Street est l'une des plus anciennes des États-Unis. La New York Mosque est le plus grand lieu de culte musulman de New York. Caractérisée par son style architectural moderne et son orientation en diagonale vers La Mecque, elle se trouve sur la Troisième Avenue à l'intersection de la 96e Rue et de la 97e Rue.

 

 

 

Media


Le New York Times, le New York Daily News et le New York Post ont leur sièges sociaux dans le borough, de même que le plus grand journal financier, le Wall Street Journal. AM New York, The Greenwich Village Gazette et The Villager sont les autres quotidiens principaux. The Village Voice est le principal journal hebdomadaire de Manhattan.

Le secteur de la télévision est un employeur important dans le district, qui accueille les sièges sociaux des cinq groupes majeurs, ABC, CBS, FOX, NBC, The CW. De nombreuses chaînes y sont également basées, comme MTV, Fox News, HBO et Comedy Central.

 

 

 

Éducation et bibliothèques

 

 

 


220px-New_York_Public_Library_May_2011.J
magnify-clip.png
Bâtiment principal de la New York Public Library.

 

 

 

 

 

Le New York City Department of Education, le plus grand système d'écoles publiques des États-Unis, dirige les établissements publics dans le borough. Manhattan compte de nombreux établissements secondaires célèbres, comme la Stuyvesant High School, la Fiorello H. LaGuardia High School of Music & Art and Performing Arts, la High School of Fashion Industries, la Murry Bergtraum High School, le Manhattan Center for Science and Mathematics, la Hunter College High School et la Bard High School Early College. Certains de ces établissements prestigieux sont spécialisés dans différents domaines ou proposent des cursus spéciaux.

Manhattan accueille plusieurs universités réputées, comme l'université Columbia qui fait partie de la célèbre Ivy League, l'université de New York (NYU), l'université Rockefeller, l'université Cornell, un campus de la Fordham University, le City College of New York ainsi que la City University of New York (CUNY). Le borough est l'un des centres mondiaux de la recherche en médecine et dans les sciences de la vie67.

En 2003, 52,3 % des habitants de plus de 25 ans avaient un bachelor. C'est le cinquième plus haut taux de tous les comtés du pays. Le borough est l'une des concentrations de personnes hautement éduquées la plus dense du pays, avec environ 60 % de personnes diplômées, dont 25 % avec des diplômes avancés68.

Manhattan est servie par la New York Public Library, le plus important système de bibliothèques du pays, qui y possède 35 bibliothèques69. Les cinq branches de la Central Library, à savoir la Mid-Manhattan Library, la Donnell Library Center, la New York Public Library for the Performing Arts, la Andrew Heiskell Braille and Talking Book Library et la Science, Industry and Business Library, sont toutes situées à Manhattan70.

 

 

 

Parcs et équipement sportif

 

 

 

 


220px-Msg2005d.JPG
magnify-clip.png
Madison Square Garden.

 

 

 

 

 

Les espaces verts représentent 17,8 % du territoire du borough, soit 10,9 km2. Le plus célèbre parc de New York, Central Park, est situé à Manhattan. Il représente 30 % de la superficie de ces espaces verts, qui comprennent 204 aires de jeu, 251 « rues vertes », 371 terrains de basket-ball et de nombreux autres équipements71. La place de Bowling Green constitue le plus ancien parc de Manhattan. Les autres parcs célèbres du borough sont Washington Square Park, Union Square, le Tompkins Square Park, Battery Park.

Les franchises Knicks de New York (NBA) et Rangers de New York (Ligue nationale de hockey) sont basées à Manhattan. Madison Square Garden est la seule salle polyvalente professionnelle du borough.

 

 

 

 

 

 

Administration

 

 

 


Article détaillé : Gouvernement de New York.

 

 

 

Résultats des élections présidentielles72
Années Républicains Démocrates
1960 34,2 % - 217 271 65,3 % - 414 902
1964 19,2 % - 120 125 80,5 % - 503 848
1968 25,6 % - 135 458 70,0 % - 370 806
1972 33,4 % - 178 515 66,2 % - 354 326
1976 25,5 % - 117 702 73,2 % - 337 438
1980 26,2 % - 115 911 62,4 % - 275 742
1984 27,4 % - 144 281 72,1 % - 379 521
1988 22,9 % - 115 927 76,1 % - 385 675
1992 15,9 % - 84 501 78,2 % - 416 142
1996 13,8 % - 67 839 80,0 % - 394 131
2000 14,2 % - 79 921 79,8 % - 449 300
2004 16,7 % - 107 405 82,1 % - 526 765
2008 14,0 % - 79 448 85,0 % - 490 634

 

 

 

 

Manhattan est l'un des cinq arrondissements (Borough) de la ville de New York. L'administration municipale de New York est divisée en branches exécutive et législative. Le maire (Mayor of New York) est le chef du pouvoir exécutif tandis que le conseil municipal (New York City Council) représente le pouvoir législatif.

Chacun des 5 boroughs qui compose la ville est représenté par un Borough President. Il s'agit d'un poste représentatif aux pouvoirs très limités, qui consiste essentiellement à conseiller le maire à propos du budget et des problèmes relatifs à un borough en particulier.

Le Borough President actuel de Manhattan est Scott Stringer, un démocrate élu en 200573. Robert M. Morgenthau, un démocrate, est le district attorney du comté de New York depuis 197474.
Depuis 2007, c'est Cyrus Vance Jr, democrate aussi qui est District Attorney. Manhattan est géré par un conseil municipal de dix membres, le troisième plus important des cinq boroughs. Il est divisé en 12 secteurs administratifs représentés chacun par un Community Board composé de 50 membres bénévoles. Ces derniers représentent les habitants et peuvent présenter des requêtes à l'administration, mais disposent uniquement d'un pouvoir consultatif.

 

 

 

 

220px-New_York_City_-_Manhattan.PNG
magnify-clip.png
Les 12 Community Boards de Manhattan (en rose).

 

 

 

 

 

 

C'est à Manhattan que se localise le New York City Hall, le siège du gouvernement de New York qui comprend les bureaux du Maire de la ville et du New York City Council. Le Manhattan Municipal Building, achevé en 1916, constitue l'un des plus grands bâtiments administratifs du monde75. Manhattan accueille un grand nombre de délégations étrangères, avec 105 consulats, consulats généraux et honoraires76, du fait de la présence du Siège des Nations unies dans la ville.

Le Parti démocrate détient la totalité des postes du borough. 85 % des votants enregistrés dans un parti sont démocrates, les républicains représentent donc une minorité : ils ne sont plus de 20 % que dans l'Upper East Side et le Financial District. Aucun républicain n'a été choisi par les habitants du borough dans le cadre d'une élection présidentielle depuis 1924. Lors de l'élection de 2004, le démocrate John Kerry a reçu 82,1 % des voix et son adversaire George W. Bush en a obtenu 16,7 %77. Le borough est la plus importante source de fonds pour les campagnes présidentielles américaines. Il comptait en 2004 six des sept codes ZIP contribuant le plus au financement politique78.

 

 

 

Criminalité

 

 

 


Voir la section sur la sécurité de l'article sur New York.

 

 

 

220px-Ford_Crown_Victoria_1.JPG
magnify-clip.png
Une Ford Crown Victoria Police Interceptor du NYPD.

 

 

 

 

 

Au XIXe siècle, la plupart des immigrants finissaient par connaître la misère des quartiers mal famés du borough, dont celui de Five Points, situé entre Broadway et Bowery, au nord-est du New York City Hall. En 1842, Charles Dickens visita cette partie de Manhattan et fut consterné par les effroyables conditions de vie de ses habitants79, marquées par l'insalubrité, les maladies, les établissements douteux et le crime. Des organisations criminelles comme Five Points Gang y virent le jour à la fin du siècle. La Cosa Nostra (Mafia) s'y installa. Parmi les gangsters du début du XXe siècle qui agirent à Manhattan, on peut citer Lucky Luciano80, Al Capone - qui y commença son activité criminelle81 - et Meyer Lansky.

Après une importante hausse dans les années 1960 et 1970, la criminalité baissa dans le borough et dans New York entière à partir des années 1990. De 503 meurtres à Manhattan en 1990, on en comptait 111 en 2006, ce qui représente une baisse d'environ 78 %. Le vol a également baissé de plus de 80 %, et le vol de voiture de plus de 90 %. En général les statistiques du CompStat montrent une diminution dépassant 75 % dans les sept catégories de crimes principales, et les statistiques annuelles jusqu'en mai 2007 montrent que la tendance est toujours à la baisse82,83.

 

 

 

Transport

 

 

 


Article détaillé : Transport à New York.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les transports en commun prédominent dans le borough : selon le recensement de 2000, plus de 75 % des habitants de l'île ne possèdent pas de voitures84. Seuls 18 % des habitants conduisent pour se rendre au travail85. Le métro de New York est le moyen de transport le plus utilisé.

 

 

 

 

 

220px-Brooklyn_Bridge_-_New_York_City.jp
magnify-clip.png
Le pont de Brooklyn.

 

 

 

 

 

En 2007, le Maire, Michael Bloomberg, a proposé la création d'un système de péage urbain visant à améliorer la qualité de l'air et le trafic, sur le modèle de celui de Londres. Les fonds récoltés seraient utilisés pour l'amélioration des infrastructures de transport en commun. New York serait alors la première grande ville du pays à imposer un tel système de tarific

commentaires

Chronologie des États-Unis (2 & fin).

Publié le 7 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans AMÉRIQUE NORD-Géo - histo - polit & culturelle

 

 

 

 

 


Calendrier annuel  Par année : 1880188118821883188418851886188718881889
Calendrier annuel  Par année : 1890189118921893189418951896189718981899

 

XXe siècle

Calendrier annuel  Par année : 1900190119021903190419051906190719081909
Calendrier annuel  Par année : 1910191119121913191419151916191719181919
Calendrier annuel  Par année : 1920192119221923192419251926192719281929
Calendrier annuel  Par année : 1930193119321933193419351936193719381939
Calendrier annuel  Par année : 1940194119421943194419451946194719481949
Calendrier annuel  Par année : 1950195119521953195419551956195719581959
Calendrier annuel  Par année : 1960196119621963196419651966196719681969
Calendrier annuel  Par année : 1970197119721973197419751976197719781979
Calendrier annuel  Par année : 1980198119821983198419851986198719881989
Calendrier annuel  Par année : 1990199119921993199419951996199719981999

 

XXIe siècle

Calendrier annuel  Par année : 2000200120022003200420052006200720082009

Voir aussi

 

 

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
commentaires

Chronologie des États-Unis (1).

Publié le 7 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans AMÉRIQUE NORD-Géo - histo - polit & culturelle

Chronologie des États-Unis

 

 

 

 

 


 

Période précolombienne

Période coloniale

XVe siècle
XVIe siècle
XVIIe siècle
XVIIIe siècle

Révolution américaine

Calendrier annuel  Par année : 1770177117721773177417751776177717781779
Calendrier annuel  Par année : 1780178117821783178417851786178717881789
Calendrier annuel  Par année : 1790179117921793179417951796179717981799

XIXe siècle

Calendrier annuel  Par année : 1800180118021803180418051806180718081809
Calendrier annuel  Par année : 1810181118121813181418151816181718181819
Calendrier annuel  Par année : 1820182118221823182418251826182718281829
  • 1821 : élection d'Andrew Jackson au poste de gouverneur de Floride le 17 juillet.
  • 1823 : le 2 décembre, Déclaration Monroe ; début du deuxième mandat de James Monroe
  • 1825 : le 3 janvier, fondation de la communauté New Harmony par Robert Owen.
  • 1828 : le 3 décembre, élection d'Andrew Jackson à la présidence des États-Unis
  • 1829 : le 4 mars, entrée en fonctions d'Andrew Jackson
Calendrier annuel  Par année : 1830183118321833183418351836183718381839
Calendrier annuel  Par année : 1840184118421843184418451846184718481849
Calendrier annuel  Par année : 1850185118521853185418551856185718581859
Calendrier annuel  Par année : 1860186118621863186418651866186718681869

1861 - 1865 : guerre de Sécession.

  • 1861
    • De janvier à février : Le Mississippi, la Floride, l’Alabama, la Géorgie, la Louisiane, le Texas sortent à leur tour de l’Union.
    • 4-9 février : convention de Montgomery : les sept États sécessionnistes forment une Confédération, élisent Jefferson Davis (ancien secrétaire à la Guerre) à la présidence et une Constitution est adoptée le 11 mars.
    • Avril-juin : La Virginie (17 avril), l’Arkansas (6 mai), la Caroline du Nord (20 mai) et le Tennessee font sécession et entrent dans la Confédération.
    • 11-12 avril : premiers coups de fusil à Fort Sumter.
  • 1862
  • 1864
  • 1865
    • Abraham Lincoln proclame l'abolition de l'esclavage.
    • 14 avril : Assassinat de Lincoln par John Wilkes Booth, un acteur sudiste ; le vice-président Andrew Johnson lui succède.
    • 10 mai : Le président Jefferson Davis est fait prisonnier en Géorgie.
    • 26 mai : Les dernières forces du Sud capitulent. La guerre de Sécession se termine par la victoire des nordistes
    • 1er février : 13e amendement à la Constitution interdisant l’esclavage.
    • décembre : Les États sécessionnistes demandent leur réintégration et ratifient le 13e amendement.
  • 1866
  • 1867 - 1868 : Tenure Office Act interdisant au président de révoquer les hauts fonctionnaires et les membres de son cabinet sans autorisation du Sénat. Conflit Congrès / président Johnson : une procédure d’impeachment échoue à une voix près.
  • 1867
  • 1868
    • Traité de Burlingame
    • 14e amendement : exclusion des fonctions publiques des Blancs ayant pris le parti de la Sécession.
Calendrier annuel  Par année : 1870187118721873187418751876187718781879

 

commentaires

1919 aux États-Unis.

Publié le 7 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans HIST--Ép. contemp-XXe et XXIe s-Hist. Militaire

1919 aux États-Unis

 


 

 

 

 



Éphémérides
Chronologie des États-Unis :
1916 1917 1918 1919  1920 1921 1922
Décennies aux États-Unis :
1880 1890 1900  1910  1920 1930 1940
Chronologie dans le monde :
1916 1917 1918  1919  1920 1921 1922
Décennies :
1880 1890 1900  1910  1920 1930 1940
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Chronologies géographiques :

Afrique • Amérique (Canada, États-Unis) • Asie • Europe (France, Italie, Suisse) • Océanie

 
Chronologies thématiques :

Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Droit Économie Football Littérature Musique Musique classique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Sociologie Sport Théâtre

Image de l'actualité 1919
Red Scare : dessin de presse paru le 5 juillet montrant un anarchiste européen tentant un attentat sur la statue de la Liberté
Red Scare : dessin de presse paru le 5 juillet montrant un anarchiste européen tentant un attentat sur la statue de la Liberté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article principal : Chronologie des États-Unis.

 

 

 

Article connexe : 1919.

 

 

 

Cette page concerne des événements d'actualité qui se sont produits durant l'année 1919 du calendrier grégorien aux États-Unis.

 

 

 

 

Gouvernement

 

 

 

 

 

 

Événements

 

 

 

27 juillet-3 août : émeutes raciales à Chicago.

 

 

 

 

 

 

 

  • À la sortie de la guerre, les États-Unis détiennent la moitié du stock d’or mondial.
  • Inflation brutale.
  • L’AFL compte 4 millions de syndiqués.

Naissances en 1919

Décès en 1919

  • x

Articles connexes

Articles généraux
Articles sur l'année 1919 aux États-Unis

 

 

 

  • Portail du monde contemporain Portail du monde contemporain
  • Portail de l’entre-deux-guerres Portail de l’entre-deux-guerres
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
commentaires

Affaire Calas.

Publié le 3 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans SOCIÉTÉ-Philosophie-sécurité-crimino

Affaire Calas

 

 

 

 

 


 

Jean Calas.

 

 

 

 

 

 

L’affaire Calas est une affaire judiciaire qui se déroula au milieu du XVIIIe siècle à Toulouse, rendue célèbre par l'intervention de Voltaire.

D'après l'historien Benoît Garnot1, de l'université de Dijon, cette triste histoire est à la justice (fort bien administrée) de l'Ancien régime ce qu'est l'affaire d'Outreau à la justice actuelle. Elle fut essentiellement politique, et non pas révélatrice du fonctionnement des tribunaux royaux. Cette affaire entraîna de nombreux abus de procédure dans l'administration de la preuve (usage dévoyé de l'adminicule et du monitoire, entre autres). Les magistrats de la Cour royale rétablirent la veuve Calas dans ses droits, et réhabilitèrent la mémoire de son défunt époux.

 

 


L'affaire

 


La famille Calas habitait au 16, rue des Filatiers (aujourd'hui n° 50), à Toulouse. Le 13 octobre 1761, le fils aîné, Marc-Antoine, est retrouvé pendu dans sa maison, à la poignée d'une porte. Le corps est découvert à 22 heures après le souper, qui réunissait le père et la mère Calas, les deux fils Marc-Antoine et Pierre et un invité, M. Gaubert. Meurtre ou suicide ? Toujours est-il que les Calas, l'invité Gaubert et la servante Jeanne Viguière, bonne catholique, sont accusés du meurtre. L'attitude de la famille est, en effet, suspecte, car celle-ci reconnaît, après trois jours d'interrogatoire à l’hôtel de ville, avoir détaché Marc-Antoine pour camoufler le suicide et éviter ainsi à ce dernier qu'il ne subît le traitement alors infligé aux suicidés, « être traîné sur la claie » (cadavre traîné face contre terre puis jeté aux ordures)2.

Mais les Calas, de confession protestante, sauf l'un des fils, Louis, converti au catholicisme et affilié à la Confrérie de pénitents blancs, continuent à pratiquer leur foi, et cela suffit pour que le capitoul David de Beaudrigue, convaincu par des rumeurs de voisinage alléguant la volonté de Marc-Antoine de choisir réellement la religion catholique, exige un complément d'enquête et fasse soumettre Jean Calas à la torture3.

L'étranglement est infligé à Jean Calas après le verdict du procès par le parlement de Toulouse. Ce dernier le condamne à mort le 10 mars 1762, sans que le jugement ne soit motivé. Calas est condamné au supplice de la roue. Il subit la question, une longue séance de torture, mais n'avoue rien. Il clame son innocence. Roué Place Saint-Georges, Jean Calas est étranglé puis brûlé deux heures plus tard.

Exilé, un autre fils de Jean Calas, Pierre, se rend dans la ville calviniste de Genève, où il rencontre Voltaire, qui a déjà été informé de l'affaire par le marchand marseillais Dominique Audibert3. Le philosophe croit d'abord l'accusation fondée, et rédige, dans un premier temps, une lettre incendiaire sur Jean Calas. Mais, convaincu par Pierre de son innocence, il forme, par la suite, un groupe de pression avec ses amis, et utilise son ironie corrosive pour que justice soit faite.

Afin d'obtenir la révision du procès, Voltaire publie, en 1763, l'ouvrage Traité sur la tolérance à l'occasion de la mort de Jean Calas, tandis que la famille obtient un entretien à Versailles auprès de Louis XV. Le capitoul, c'est-à-dire l'officier municipal de Toulouse, qui avait largement contribué à monter les fausses accusations contre Calas est destitué. Le Conseil du roi casse l'arrêt de condamnation par le Parlement de Toulouse le 4 juin 1764. En 1765, Voltaire réussit à faire réviser le procès et à obtenir un arrêt qui déclare Calas innocent et réhabilite sa mémoire, même si le Parlement de Toulouse refusera toujours de revenir sur son jugement ,et tiendra cet arrêt de réhabilitation pour nul et non avenu4.

Le procès de Calas a été inséré dans les causes célèbres. Il a fourni à Marie-Joseph Chénier, à Jean-Louis Laya et à Auguste-Jacques Lemierre d'Argy le sujet de drames populaires. Athanase Coquerel a publié en 1858 Jean Calas et sa famille.

 

 

Chronologie détaillée5

 


  • 19 mars 1698 : Naissance de Jean Calas à Lacabarède, près de Castres. De famille protestante, il reçoit cependant le baptême de l'Église catholique quatre jours plus tard.
  • 1722 : Jean Calas s'installe comme marchand linger rue des Filatiers à Toulouse.
  • 19 octobre 1731 Jean Calas épouse Anne-Rose Cabibel, de confession protestante. Ils auront quatre fils et deux filles : Marc-Antoine (né le 5 novembre 1732), Pierre, Louis, Donat, Anne et Anne-Rose.
  • 18 mai 1759, Marc Antoine Calas est reçu bachelier en droit, mais il ne peut obtenir des autorités ecclésiastiques le certificat nécessaire à la soutenance des actes de licence.
  • 24 janvier 1761 : L'intendant du Languedoc reçoit une lettre du subdélégué de Toulouse, faisant état de la mauvaise volonté de Jean Calas à subvenir aux besoins de son fils Louis, ne vivant plus sous le toit familial et s'étant converti au catholicisme en 1756.
  • 13 octobre 1761 : Marc Antoine est trouvé mort allongé sur le sol au rez-de-chaussée de la maison.
  • 15 octobre 1761 : Le capitoul David de Beaudrigue mène l'enquête, il interroge Jean et Pierre Calas, ainsi que Gaubert Lavaysse, invité le soir même du drame. Les accusés révèlent avoir trouvé Marc Antoine pendu, et avoir maquillé le suicide en meurtre, puis avoir menti aux enquêteurs afin d'épargner au défunt la honte du suicide. À l'époque, les corps des suicidés sont en effet soumis à un jugement infamant. Fort de ces éléments, le clergé toulousain et la populace réclament un châtiment exemplaire pour cette famille accusée d'un crime atroce : avoir assassiné leur fils qui voulait se convertir au catholicisme. Ils réclament le châtiment des hérétiques. Aucune enquête ne sera menée afin de savoir si Marc Antoine avait vraiment l'intention ou non de se convertir. Il sera déclaré martyr et enterré selon le rite catholique, son cercueil sera escorté par quarante prêtres pénitents blancs au milieu d'une foule immense.
  • 18 novembre 1761 : Les capitouls affirment que Jean, Anne-Rose, Pierre Calas, Jeanne Viguière la servante, et Gaubert Lavaysse sont coupables. Il est décidé de soumettre à la question Jean Calas, sa femme et son fils Pierre, et d'infliger le cachot à Gaubert Lavaysse et à Jeanne Viguière. Ils font par la suite appel devant le juge de Toulouse.
  • 6 mars 1762 : La calomnie confondue, ou mémoire dans lequel on réfute une nouvelle accusation intentée aux protestants de la province du Languedoc, à l'occasion de l'affaire du sieur Calas détenu dans les prisons de Toulouse (Au Désert, 1762) est condamné par le parlement de Toulouse à être lacéré et brûlé. Dans cet opuscule rédigé par La Beaumelle et signé du pasteur Rabaut, les protestants du Midi s'indignaient de la rumeur qu'on faisait courir, selon laquelle ils auraient ordre de tuer leurs enfants lorsque ceux-ci veulent se convertir au catholicisme.
  • 9 mars 1762 : Sur les conclusions du procureur général Riquet de Bonrepos, par huit voix sur treize, le parlement condamne au supplice Jean Calas. L'exécution a lieu le 10 mars suivant ; Jean Calas meurt roué, place Saint-Georges, en proclamant son innocence. Son corps est brûlé sur un bûcher et les cendres jetées au vent.
  • 18 mars 1762 : Pierre est banni ; sa mère, Jeanne Viguière et Lavaysse sont acquittés ; les deux filles Calas sont quant à elles enfermées dans des couvents ; les biens de la famille sont confisqués.
  • 14 avril 1763 : Antoine Louis présente publiquement Mémoire sur une question anatomique relative à la jurisprudence, dans lequel on établit les principes pour distinguer à l'inspection d'un corps trouvé pendu le signe du suicide d'avec ceux de l'assassinat.
  • 9 mars 1765 : Calas et sa famille sont définitivement réhabilités par une assemblée de quatre-vingts juges et par le conseil du roi. Le roi accorde en outre à la famille une pension de 36 000 livres.

Voltaire est ainsi considéré comme le premier écrivain français à s'engager publiquement dans une affaire judiciaire.

 

 

Galerie


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

 

 

 

 

 

  • Portail du droit français Portail du droit français
  • Portail de la criminologie Portail de la criminologie
  • Portail du protestantisme Portail du protestantisme
  • Portail du XVIIIe siècle Portail du XVIIIe siècle
  • Portail de Toulouse Portail de Toulouse

 

commentaires

Caïus (pape).

Publié le 3 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans RELIGIONS & CROYANCES (Catholi) -Arts divinatoires

Caïus (pape)

 

 

 

 


 

 

 

Caïus
Le pape Caïus
Le pape Caïus
Biographie
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat 12 décembre 283
Fin du pontificat 22 avril 296
Précédent   Eutychien   Marcellin   Suivant
 
Blason

 

 

 

 

 

 

Saint Caïus, né à Salone (près de Split) en Dalmatie Croatie est, selon l'Église catholique romaine, le 28e évêque de Rome du 12 décembre 283 à sa mort, le 22 avril 296.

 

 

 

 

Biographie



Son père se prénomme Caïus. Il est membre d'une famille noble liée à l'empereur Dioclétien1

Alors qu'il était Évêque, Caïus, pourrait avoir été emprisonné avec le pape Étienne Ier2.

Il existe peu d'information sur Caius en dehors de celles données par le Liber Pontificalis, qui s'appuie sur un récit légendaire, de la martyre Sainte-Susanna. Selon la légende, Caius baptise les hommes et les femmes convertis par Saint-Tiburce (qui est vénéré avec saint Susanna) et Saint-Castulus3. Les légendes affirment que Caius se réfugie dans les catacombes de Rome et y meurt en martyr4.

Selon le Catalogus Liberianus, le pape Caïus aurait régné durant douze ans, quatre mois et sept jours, du 12 décembre 283 au 22 avril 2965. Le théologien Eusèbe de Césarée évalue le pontificat à quinze années. Caïus est mentionné au cours du IVe siècle dans le Depositio Episcoporum mais n'est pas cité en tant que martyr : « X kl maii Caii in Callisti » dans CALLISTI". Il a été enterré dans la crypte papale du cimetière de Calliste6. Selon un certain Anastasius, Caïus n'aurait régné qu'onze années7. Il n'y a pas d'autres détails connus de sa vie.

On lui attribue le décret en vertu duquel personne ne peut accéder à l'épiscopat sans avoir reçu les ordres de portier, lecteur, acolyte, exorciste, sous-diacre, diacre et prêtre. Il a également divisé les quartiers de Rome parmi les diacres4,8. Au cours de son pontificat, les mesures anti-chrétiennes ont augmenté, bien que de nouvelles églises aient été construites et les cimetières élargis. Saint Caius peut ne pas avoir été martyrisé : la persécution des chrétiens par Dioclétien a commencé en l'an 303, après la mort présumée de Caius, Lorsque Dioclétien est devenu empereur, il n'a pas été immédiatement hostile au christianisme1,4.

 

La maison de Caïus


Vers l'an 280, au début de culte chrétien, une maison est construite sur le site de Santa Susanna qui comme beaucoup de lieu de réunion chrétien était dans une maison (domus ecclesiae). Le domus appartenait, selon l' acta du VIe siècle, aux frères nommé Caius et Gabinus, des chrétiens éminents. Caïus peut être ce pape, le prêtre Caius, ou celui qui affirme avoir préservé les corps de St Pierre et de St Paul9. Gabinus est le nom donné au père de Sainte Susanna. Ainsi, les sources peuvent laisser à croire que Caïus était l'oncle de Sainte Suzanne.

 

 

Culte

 


Le martyr du pape Caïus de Lorenzo Monaco-1394-1397.

 

 

 

 

 

Caïus pourrait également avoir été le neveu de l'empereur Dioclétien. Il subit sans doute le martyr par décapitation, non sur ordre de son oncle, mais de l'empereur Maximien.

La tombe de Caïus a été découverte dans la catacombe de Saint-Calixte avec la bague que le pontife utilisait pour sceller ses propres lettres. Ses reliques ont été transférées et conservées dans une chapelle privée des Barberini à Rome.

Saint Caïus est fêté le 22 avril. Il a également été représenté coiffé de la tiare avec Saint Nérée. Le pape Caïus est vénéré en Dalmatie ainsi qu'à Venise.

 

 

 

 

Précédé par Caïus (pape) Suivi par
 
Eutychien
Emblem of the Papacy SE.svg
Pape de l'Église catholique
Marcellin

 

 

  • Portail du christianisme Portail du christianisme
  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
  • Portail du Vatican Portail du Vatican
commentaires

Île aux Marins.

Publié le 3 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans AMÉRIQUE NORD-Géo - histo - polit & culturelle

Île aux Marins

 

 

 

 



Île aux Marins
Une maison de pêcheur sur l'île aux Marins
Une maison de pêcheur sur l'île aux Marins
Géographie
Pays Drapeau de France France
Archipel Saint-Pierre-et-Miquelon
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 46° 47′ 10″ N 56° 09′ 00″ W   
Point culminant non nommé (35 m)
Géologie Île continentale
Administration
Drapeau de France France
Collectivité d'outre-mer Saint-Pierre-et-Miquelon
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC-3

Géolocalisation sur la carte : Saint-Pierre-et-Miquelon

(Voir situation sur carte : Saint-Pierre-et-Miquelon)
Île aux Marins
Île aux Marins
Îles de France

 

 

 

 

 

L'île aux Marins (anciennement île aux Chiens) est une petite île de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon.

 

 

Géographie


D'une longueur de 1500 mètres pour une largeur variant de 100 à 400 mètres, elle se présente comme une large bande de terre plate à quelques centaines de mètres au large du port de Saint-Pierre. L'île est aujourd'hui inhabitée.

 

Histoire


Le village de l'île aux Marins.

 

 

 

 

L'île a connu une forte activité à la fin du XIXe siècle comme annexe du port de Saint Pierre pour les activités liées à la pêche à la morue avec un village ayant compté jusqu'à 600 habitants. Ceux-ci étaient autrefois appelés « Pieds rouges1».

En 1920, par arrêté municipal, son nom initial de l'île aux Chiens fut changé en celui de l'île aux Marins.

Le 18 novembre 1929, l'île est touchée par un raz-de-marée provoqué par le tremblement de terre des Grands Bancs qui submerge la partie basse de l'île et déplace quelques maisons. Aucune victime n'est à déplorer.

L'île est inhabitée depuis les années 1960.

L'île a connu un regain d'activité dans les années 80 avec la rénovation des anciennes maisons de pêcheurs.

En 2012, 8 des 12 bâtiments de Saint-Pierre et Miquelon classés au titre des monuments historiques, étaient situés sur l'île aux Marins.

 

 

 

En hommage à l'amiral Dominique Gauchet et à l'île aux chiens.

 

 

 

  • Portail de Saint-Pierre-et-Miquelon Portail de Saint-Pierre-et-Miquelon
  • Portail du monde insulaire Portail du monde insulaire

 

commentaires

Humanae Vitae.

Publié le 3 Mai 2013 par CHOMOLANGMA dans RELIGIONS & CROYANCES (Catholi) -Arts divinatoires

Humanae Vitae

 

 

 

 



Humanae Vitae
Blason du pape Paul VI
Encyclique du pape Paul VI
Date 25 juillet 1968
Sujet « sur le sacrement du mariage et la régulation des naissances »
Chronologie
Précédent   Sacerdotalis Caelibatus        

 

 

 

 

 

 

Humanae Vitae est une lettre encyclique « sur le mariage et la régulation des naissances » promulguée par le pape Paul VI le 25 juillet 1968 et rendue publique quatre jours plus tard. Ce titre correspond aux deux premiers mots de la version latine du texte, qui commence ainsi : « Humanae vitae tradendae munus gravissimum », c'est-à-dire « Le très grave devoir de transmettre la vie humaine »1.

À l'époque, l'encyclique causa la surprise, car elle déclarait « intrinsèquement déshonnête » toute méthode artificielle de régulation des naissances, réaffirmant ainsi la position traditionnelle de l'Église à l'encontre d'une opinion publique très largement favorable à un assouplissement de la doctrine catholique. Cette prise de position déclencha une profonde crise d'autorité dans l'Église.

En 2008, pour les 40 ans de cette encyclique, le pape Benoît XVI a réitéré la position officielle de l'Église catholique2,3.

 

 

 

La commission pontificale pour l'étude de la population, de la famille et de la natalité


Elle est créée par Jean XXIII en avril 1963 et elle est composée au départ de huit démographes qui se réunissent pour la première fois en octobre 1963 à Louvain, aboutissant à la recommandation, contre les demandes politiques de limitation des naissances, de réaffirmer la doctrine catholique traditionnelle hostile à la contraception artificielle4. Pour la deuxième session, qui se réunit à Rome en avril 1964, l'effectif passe à 13 personnes, en incluant des théologiens et des prêtres dont deux sont opposés à la position traditionnelle5. La troisième session, de juin 1964, aboutit à un vote partagé entre 9 opposants, 2 partisans des inhibiteurs hormonaux et 3 votes neutres, et la conclusion définitive est remise à plus tard6.

Le 23 octobre 1964, au cours de la troisième session du concile Vatican II, le pape Paul VI fait annoncer que cette commission spécialisée est en cours de travail et justifie ainsi que la question soit retirée de l'ordre du jour des débats du concile6. Les pères du concile émettent alors le vœu que cette commission s'élargisse et approfondisse les questions en tenant compte des apports les plus récents de la science. Paul VI complète alors la commission si bien qu'elle comprend désormais 20 théologiens, 19 démographes, sociologues et économistes, 12 médecins et trois couples français, américain et canadien6. Les laïcs sont ainsi majoritaires dans une commission de 51 membres dont 13 ne sont pas européens ou nord-américains6.

Dans cette nouvelle configuration, les opposants à doctrine traditionnelle, dont 12 des théologiens, deviennent majoritaires7.

La session de la commission de mars 1965 n'aboutit pas à un texte faisant l'unanimité. La constitution Gaudium et spes est publiée officiellement en 1966 avec la note stante doctrina Magisterii, indiquant que la « doctrine du magistère » sur « certaines questions » est en attente de la réponse des spécialistes8,9. En 1966, les théologiens de la commission déclarent par 15 voix contre 4 que la contraception artificielle n'est pas intrinsèquement mauvaise et, les 24 et 25 juin 1966, approuvent par 9 voix contre 5 un texte final disant qu'« il leur appartient [aux époux] d'en décider ensemble, sans se laisser aller à l'arbitraire, mais en ayant toujours à l'esprit et à la conscience des critères objectifs de moralité  » où l'éloge de la continence périodique est supprimé10.

 

 

 

 

Réaffirmation de la doctrine catholique

 

 

 

L'Encyclique Humanae Vitae est promulguée par le pape Paul VI le 25 juillet 1968.

 

 

 

 

 

Dans cette encyclique, le Magistère rappelle que la doctrine de l'Église sur le mariage est fondée « sur le lien indissoluble, que Dieu a voulu et que l'homme ne peut rompre de son initiative, entre les deux significations de l'acte conjugal : union et procréation » (HV, 12).

Le pape insiste également sur le concept de « paternité responsable », qui demande l'intervention de la raison et de la volonté. Il est demandé aux époux de conformer leur conduite à l'intention créatrice de Dieu11.

« Par rapport aux conditions physiques, économiques, psychologiques et sociales, la paternité responsable s'exerce soit par la détermination réfléchie et généreuse de faire grandir une famille nombreuse, soit par la décision, prise pour de graves motifs et dans le respect de la loi morale, d'éviter temporairement ou même pour un temps indéterminé une nouvelle naissance. »

— HV, 10

Le pape exprime la doctrine de l'Église catholique sur la contraception artificielle :

« En conformité avec ces points fondamentaux de la conception humaine et chrétienne du mariage, nous devons encore une fois déclarer qu'est absolument à exclure, comme moyen licite de régulation des naissances, l'interruption directe du processus de génération déjà engagé, et surtout l'avortement directement voulu et procuré, même pour des raisons thérapeutiques. Est pareillement à exclure, comme le Magistère de l'Église l'a plusieurs fois déclaré, la stérilisation directe, qu'elle soit perpétuelle ou temporaire, tant chez l'homme que chez la femme.

Est exclue également toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation. »

— HV, 14

L'encyclique encourage toutefois le recours aux méthodes naturelles de régulation des naissances, tout en rappelant discrètement que celles-ci ne sont licites qu'à certaines conditions : « Si donc il existe, pour espacer les naissances, de sérieux motifs dus, soit aux conditions physiques ou psychologiques des conjoints, soit à des circonstances extérieures,… » (HV, 16).

Selon l'auteur George Weigel, le cardinal Karol Wojtyla, élu plus tard pape sous le nom de Jean-Paul II, aurait joué un rôle déterminant dans la publication finale du document12.

 

La controverse


Dans une atmosphère de remise en cause de l'autorité établie, en Amérique comme en Europe, l'encyclique apparut comme un refus pur et simple de la contraception. L’encyclique souleva « une opposition sans précédent à l’intérieur même de l’Église catholique »13 dès sa parution.

Paul VI était allé à l'encontre même de l'avis de la commission pontificale d'experts qu'il avait lui-même nommée et qui avait préconisé l’inverse : en effet, sur les 72 membres de celle-ci, la plupart étaient d'accord sur l'autorisation du recours à des moyens artificiels de contraception à l'exception de six de ses membres 14.

Le cardinal Joseph Ratzinger notait en 1995 : « Rarement un texte de l’histoire récente du Magistère est devenu à ce point signe de contradiction comme cette encyclique, que Paul VI a écrit à partir d’une décision qui fut pour lui profondément douloureuse. »15. Dans ses mémoires, le cardinal français Roger Etchegaray a parlé de « schisme silencieux [qui a] fragilisé l'autorité [papale] ». Le célèbre théologien Yves Congar, adressant en 1968 un courrier au secrétariat de l'épiscopat français, déclara : « je n'arrive pas vraiment à juger que des époux qui ont exercé ou exercent une paternité raisonnable et généreuse contreviennent à la volonté de Dieu si, pour espacer ou éviter une nouvelle naissance (intention qu'Humanae Vitae reconnaît légitime), ils usent d'un moyen artificiel plus sûr que l'abstinence périodique »16.

Il y a débat sur la portée de cette encyclique, d'aucuns considérant notamment que l'encyclique met en jeu l'infaillibilité pontificale17 dans une vision qui est assez peu partagée18. Il faut en effet préciser qu'une encyclique est avant tout une lettre pastorale du Pape, aux fins d'enseignement, qui fait certes autorité mais n'est pas revêtue de l'infaillibilité.

 

Au sein de l'institution ecclésiale

Aux États-Unis, dès le lendemain de la publication de l'encyclique, paraissait dans le New York Times un article signé par plus de deux cents théologiens catholiques où l'on déclarait explicitement que « l’encyclique n’est pas un enseignement infaillible » et que par conséquent « les époux peuvent décider de façon responsable en accord avec leur conscience que la contraception artificielle est permise en certaines circonstances »19.

Dans les semaines qui suivirent, plusieurs conférences épiscopales, un peu partout dans le monde, tout en reconnaissant l'autorité du pape, tentèrent d'adoucir quelque peu le caractère contraignant de l'encyclique en mettant l'accent sur la primauté de la liberté de conscience individuelle20. Au Canada par exemple, les évêques publièrent le 27 septembre une déclaration21 qui reconnaissait aux personnes confrontées à ce « qui leur semble être un conflit de devoirs, par exemple, accorder les impératifs de l'amour conjugal avec ceux de la paternité responsable » le droit de choisir « honnêtement la voie qui leur semblait la meilleure », pourvu qu'elles aient « fait un effort sincère pour se conformer aux directives données, sans toutefois y parvenir ».

En novembre, le Time Magazine, comparant l'importance de l'encyclique à celle des 95 thèses de Luther, faisait le constat suivant : « Parce qu'elle reflétait les opinions d'une minorité distincte de moralistes et de théologiens catholiques, l'encyclique souleva une tempête sans précédent de protestation et d'opposition au sein de l'Église. Des millions de laïques, des prêtres et même des évêques firent clairement savoir qu'ils ne pouvaient tout simplement pas accepter, sans restrictions, l'enseignement d'humanae vitae. En même temps, plusieurs prétendaient que leur opposition n'affectait en rien leur adhésion au catholicisme. Ce faisant, ils soulevaient des questions encore plus profondes et plus troublantes concernant les limites de la liberté et de l'autorité dans l'Église catholique — et le droit pour le pape de parler au nom du magistère de l'Église. »22.

Même les Pères conciliaires furent ébranlés. En janvier 1969, le cardinal Alfrink, archevêque d'Utrecht, et huit autres évêques de Hollande, déclarèrent l'encyclique « non convaincante sur la base de l'argumentation fournie »23. Deux ans plus tard, le théologien allemand Hans Küng remettait pour sa part en cause le principe même de l'infaillibilité24.

En France, le magazine Témoignage chrétien publia une lettre ouverte intitulée « Si le Christ voyait ça », séparant le pape de l'Église-peuple de Dieu. Certains[Qui ?] rebaptisèrent malicieusement l'encyclique Digitus in Ogino, allusion à Digitus in Oculo, employé par Mgr Louis Duchesne pour qualifier l'encyclique Gravissimo officii munere du pape Pie X25.

 

Chercheurs catholiques

Par ailleurs, la publication de l'encyclique Humanae Vitae a joué le rôle de déclencheur chez plusieurs intellectuels catholiques. Ils ont considéré qu'elle manifestait l'incompréhension de leur Église à l'égard de la réalité moderne26. Ainsi, des scientifiques catholiques de renom se sont rebellés comme les pionniers du mouvement bioéthique parmi lesquels Daniel Callahan27co-fondateur du Hastings Center28 qui publiera un ouvrage remettant en cause les thèses d'Humanae vitae29. André Hellegers, gynécologue catholique et très impliqué vice-président de la Commission pontificale sur la régulation des naissances entre 1964 et 1966, fondateur du Kennedy Institute of Ethics à l'Université jésuite de Georgetown30, fut extrêmement désappointé31 et publia un essai à ce sujet32.

 

Postérité

Cette encyclique a eu de de profondes répercussions au sein de l'Église en ça notamment qu'elle a marqué une rupture pour de nombreux catholiques33, étant ressentie comme une intrusion dans la vie intime du couple. Si l'encyclique est présentée comme l'aboutissement d'un long raisonnement sur l'amour humain et la paternité responsable, les spécialistes remarquent le manque d'autonomie laissé à la conscience individuelle et le fossé creusé entre le discours officiel et la pratique des croyants, diminuant l'autorité de l'ensemble du discours de l'Église34. La désaffection des fidèles s'est plus particulièrement ressentie chez les femmes opérant un départ silencieux de l'Église, lié entre autres aux positions romaines sur la contraception, en tout cas en Europe occidentale et en Amérique du Nord35.

Si une grande majorité des évêques ne contesta pas l'autorité du Pape et ne remit pas en cause l'encyclique36, certains nuancèrent sa portée, à l'instar de l'épiscopat français37. Certains théologiens38, défenseurs d'une morale conservatrice39 soutinrent par ailleurs également l'encyclique et son aspect infaillible40.

 

Des tentatives pour corriger un échec pastoral


La théologie du corps

 

 

 

Article détaillé : Théologie du corps.

 

 

 

La théologie du corps est un enseignement élaboré par le pape Jean-Paul II, prodigué sous la forme de plus d'une centaine de conférences de 1979 à 1984. Ce corpus est souvent présenté comme une tentative de remédier à l'échec pastoral et catéchétique que fut Humanae Vitae. Il inscrit en effet la question de l'amour et de la sexualité dans un cadre théologique très ambitieux et totalement renouvelé : écartant la présentation classique des fins du mariage, Jean-Paul II voit dans la sexualité le signe corporel du don total de la personne dans sa mise en relation avec une autre personne. Elle est ainsi image de l’intimité de Dieu, de la circulation d'amour au sein de la Trinité. Le quatrième et dernier cycle de conférences, intitulé Réflexions sur Humanae Vitae permet de retrouver l'enseignement de l'encyclique de Paul VI dans ce cadre : plutôt que sous forme d'interdits, l'enseignement se présente comme la réponse à la question "comment puis-je mener une vie affective et sexuelle qui soit en harmonie avec ma dignité d'être humain ?"12,41.

 

Positions contemporaines

Quarante ans après sa publication, le texte reste cependant source de division au sein de l'Église catholique, certains groupes de fidèles demandant son abrogation42. En octobre 2008, à l'occasion du 40e anniversaire de l'encyclique controversée, le pape Benoît XVI réitère la condamnation de la contraception, admettant cependant que « le monde, et aussi de nombreux fidèles, ont beaucoup de difficultés à comprendre le message de l’Église »43; certains observateurs - du moins en France - font valoir que Humanae Vitae ne fait plus guère partie des débats et des préoccupations de la majorité des catholiques, qui se déterminent en conscience44. Danielle Hervieu-Léger45 explique aussi que le clergé de base doit adopter une conduite schizophrénique et doit systématiquement amodier les affirmations de la hiérarchie dans un sens vivable46.

En 2008, Emma Fattorini, historienne de l'université La Sapienza, explique que cette encyclique fut reçue comme un « coup de froid » à rebours de Vatican II et que les successives positions ultérieures des souverains pontifes concernant l'usage du préservatif à l'époque de l'épidémie de sida ou la condamnation concomitante de l'avortement et de la contraception étaient reçues par de nombreux fidèles comme de l'hypocrisie voire de l'irresponsabilité. Pour l'historienne, l'encyclique a accéléré la coupure entre les pratiques des fidèles et les principes énoncés par la Curie, créant une « situation hypocrite qui arrange tout le monde ». Elle relève cependant l'intuition dont l'encyclique était porteuse concernant la mutation anthropologique qu'a engendré la dissociation de la reproduction et de la sexualité, notamment dans ses aspects négatifs comme des excès scientistes que combattent également certaines féministes ou des écologistes47.

 

 

 

 

  • Portail de la bioéthique Portail de la bioéthique
  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
commentaires