Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CHOMOLANGMA

Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.

Paris Saint-Germain Football Club (7 & fin).

Publié le 31 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR

Le plan « Tous PSG »

 

 


L'un des effets visibles de la politique dite Plan Leproux est la disparition des banderoles distinctives des groupes de supporters remplacées par des banderoles aux couleurs du club (ici la tribune Auteuil lors de PSG-AS Nancy du 10 mai 2011).

 

 

 

 

La saison 2010 – 2011 voit l'instauration d'une politique de sécurisation des tribunes du Parc des Princes avec notamment la dissolution des associations de supporteurs des kops Boulogne et Auteuil, Robin Leproux y instaurant un système de placement aléatoire. Les effets du plan sont très vite ressentis : les violences disparaissent presque totalement. Cependant, la plan est très impopulaire parmi les anciens abonnés. Ainsi, de 21 000 abonnés pour la saison 2009-2010, le PSG se retrouve avec 1 000 abonnés en tribune centrale103, handicap important pour un club de football financier et aussi sportif104.

Les principales mesures :

  • La fin des abonnements en tribunes Boulogne, Auteuil, G et K et la distribution des places de manière aléatoire dans ces mêmes tribunes.
  • Il n’y aura plus de possibilité d’avoir « sa » place pour toute la saison dans un des virages du Parc. Il faudra acheter son billet pour chaque match. Mais il sera possible d’acheter des places pour plusieurs matchs en même temps.
  • Lors de l'achat de sa place, un supporteur ne pourra pas choisir sa tribune de destination (Auteuil ou Boulogne). Un logiciel s'assurera toujours de distribuer de façon aléatoire les places d'un bout à l'autre des virages afin d'éviter les regroupements.
  • Le plan prévoit également une nouvelle politique tarifaire.
  • Pour attirer un nouveau public, le président du PSG rend les places gratuites pour les femmes et demi-tarif (6 euros) pour les enfants de moins de 16 ans.
  • Deux nouveaux espaces sont créés à la saison 2010-2011 : une tribune famille située tribune G et une autre « Invitation Fondation PSG » pour les enfants.
  • Les déplacements pour les matchs à l'extérieur sont encadrés. Concrètement, il faut acheter un pack comprenant le voyage en bus et la place dans le stade.

 

 

 

Le Paris Saint-Germain et les médias

 

 


Selon des sondages Ipsos (2006) puis TNS Sofres (2007), le PSG est le troisième club français le plus populaire en France derrière l'OL et l'OM105,106. En 2009, le club remonte à la deuxième place en matière de popularité en France, derrière l'OM et à égalité avec l'OL. Selon cette étude IFOP d'août 2009, le PSG est le club préféré de 11 % des Français107.

Les joueurs et dirigeants du PSG font partie des cibles récurrentes des Guignols de l'info sur Canal+. Certains comiques de music hall utilisent également le PSG dans leurs spectacles, par exemple le duo Élie et Dieudonné à la fin des années 1990, dans le sketch « les supporters »108. Pourtant supporter patenté du club, Fabien Onteniente a également joué sur le registre parisianiste dans son film 3 zéros (2000). Dans d'autres films ou romans, des personnages sont simplement supporters du PSG. C'est notamment le cas de Patrick Timsit et Dany Boon dans Paparazzi (2002) et Mon meilleur ami (2006). Renaud, le plus parisien des supporters de l'OM, cite le PSG dans sa chanson Les Bobos en 2006.

Les médias tiennent une place importante dans la vie du club en raison du grand nombre de rédactions dans la capitale. Cette pression médiatique, unique en France, entretient un climat parfois malsain. Des journaux comme Le Parisien et L'Équipe tiennent une chronique quotidienne du club à grands renforts de déclarations anonymes et autres supputations au conditionnel...[réf. nécessaire] Les médias présents à Paris n'ont toutefois pas franchi le rubicon du traitement à la britannique qu'appelait de ses vœux Olivier Rey pour relancer France Soir. Face à cette déferlante médiatique, la réplique du PSG est minimaliste. Le club dispose d'un site internet officiel, psg.fr109, et d'un magazine mensuel, « 100% PSG », ciblant plutôt les plus jeunes supporters. Cependant, il n'existe pas encore de chaîne de télévision dédiée au PSG, tandis que d'autres clubs français, comme l'OM ou l'OL, ont déjà lancé la leur. Le 3 août 2007, le club annonce le lancement d'une web TV, PSG TV110, proposant la diffusion de matches récents et anciens ainsi que des reportages sur la vie du club111. Le premier match du PSG diffusé en direct par la télévision fut la finale de Coupe de France 1982, le 15 mai 1982. Depuis lors, plus de 600 matchs furent diffusés (644 au 12 mars 2007).

 

 

 

 

Galerie de photos

 


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autres équipes

 


Équipe réserve

 


Effectif de l'équipe réserve du Paris Saint-Germain de la saison 2011-2012
Joueurs Encadrement technique
P. Nat.Note 1 Nom Date de naissance SélectionNote 2 Club précédent
G France Lionel Mpasi-Nzau 1er août 1994 (17 ans) France -18 ans Formé au club
G France Mickaël Salamone 27 mai 1992 (19 ans)
Formé au club
D Guinée Mohammed Diarra 20 juin 1992 (19 ans) Guinée -20 ans Formé au club
D France Ousmane Baldé 30 décembre 1989 (22 ans)
Drapeau : France CA Paris
D France Youssouf Sabaly 5 mars 1993 (19 ans) France -18 ans Formé au club
D Mali Kalifa Traoré 16 février 1991 (21 ans) Mali -20 ans Drapeau : Mali Centre Salif Keita
D France Richard-Quentin Samnick 23 janvier 1993 (19 ans)
Formé au club
D France Alvin Arrondel 11 novembre 1993 (18 ans)
Formé au club
D France Pierre Bourdin 6 janvier 1994 (18 ans)
Formé au club
D France Yannis Takerboucht 3 février 1993 (19 ans)
Formé au club
M France Kevin Louaisil 15 août 1987 (24 ans)
Formé au club
M France Jordan Ikoko 3 février 1994 (18 ans) France -17 ans Formé au club
M France Arnaud Honoré 22 mars 1993 (19 ans) France -18 ans Formé au club
M France Ilan Boccara 14 mai 1993 (18 ans)
Formé au club
M France Abdelrafik Gerard 8 juin 1993 (18 ans)
Formé au club
M France Bastien Héry 23 février 1992 (20 ans)
Formé au club
M France Abdallah Yaisien 23 avril 1994 (18 ans)
Formé au club
35 A Mali Kalifa Coulibaly 21 août 1991 (20 ans) Mali -20 ans Drapeau : Mali AS Real Bamako
A France Jimmy Kamghain 3 juillet 1992 (19 ans) France -19 ans Formé au club
A France Philtzgérald Mbaka 24 janvier 1993 (19 ans)
Formé au club
A France Nicolas Rajsel 31 mai 1993 (18 ans)
Formé au club
Entraîneur(s)

Drapeau de France Bertrand Reuzeau


Légende

Effectif sur le site officiel Consultez la documentation du modèle

L'équipe réserve du PSG en mai 2008.

 

 

 

 

En 2010-2011, l'équipe réserve du PSG évolue en Championnat de France Amateurs dans le groupe B. Elle a remporté le championnat du Groupe Nord de Division 3 en 1987112 et fut vainqueur de la Coupe de Paris en 1972113, 1973114 et 1980115, désormais jouée par l'équipe 3 du club.

 

 

 

Sections jeunes

 

 


Bertrand Reuzeau (en blanc), entraîneur actuel de l'équipe réserve, au milieu de ses joueurs

 

 

 

 

 

Le Paris Saint-Germain comprend nombre de formations de jeunes, de l'école de football aux juniors. Ces derniers disputent depuis 1963 la Coupe Gambardella. Ils ont remporté l'épreuve en 1991116, atteint la finale en 1978117, 1989118 et 1998119 et disputé les demi-finales en 1972120,121, 1975122, 1986123, 1990124 et 2001125.

Les cadets du club ont remporté le titre de champion de France cadets en 1988126. Le parcours des cadets du PSG est stoppé en finale en 1980127 et en demi-finale en 1985128 et 1989129. À l'issue de la saison 1988-1989, le PSG remporte le Challenge du meilleur club de jeunes de la FFF130.

Entre 1990 et 2002, le championnat de France cadets est éclaté en deux championnats : moins de 17 ans et moins de 15 ans. Chez les moins de 15 ans, le PSG est demi-finaliste en 1992131, 2001132 et 2002133 et quart de finaliste en 1994134, 1997135, 1998136 et 1999137. Chez les moins de 17 ans, le PSG est quart de finaliste en 1991138, 1996139, 2001140 et 2002141. Depuis 2002, trois catégories d'âge sont concernées par un championnat de France : « 18 ans », « 16 ans » et « 14 ans ». Poussif chez les 18 ans, le PSG est quart de finaliste en 2003142 chez les 16 ans puis demi-finaliste en 2004143. Pas de tournoi final chez les 14 ans, mais le PSG remporte son groupe en 2003 et termine deuxième à la différence de buts en 2004.

Sous la direction de David Bechkoura, les 18 ans nationaux du Paris Saint-Germain enlèvent, en 2006, le titre de champion de France en s'imposant 2-0 en finale, le 4 juin, face à l'AS Monaco144.

À partir de la saison 2009-2010, les compétitions françaises de jeunes adoptent les conventions internationales « U19 » (moins de 19 ans), « U17 » (moins de 17 ans), etc145. Chez les moins de 17 ans, le PSG atteint la finale du championnat national en 2009-2010 disputée le 5 juin 2010 face au FC Sochaux-Montbéliard146 (défaite 4-4, 2-4 aux t.a.b.). Les « U19 » remportent quant à eux le titre aux tirs au but face à l'AS Monaco147 (0-0, 2-4 aux t.a.b.).

La saison suivante, le PSG réalise le doublé en remportant les deux titres « U17 » et « U19 », respectivement face à Marseille (2-1) et au FC Grenoble (2-0).

 

 

 

 

Section féminine

 

 


Depuis 1971148, le Paris Saint-Germain comprend une section féminine. L'équipe fanion dispute en 2007-2008 sa 17e saison en championnat de Division 1. Les filles du PSG furent championnes de France de Division 2 en 2001149 et vice-championnes de France de Division 2 en 1983150 et 1985151.

Article détaillé : Féminines du Paris Saint-Germain.
  • Portail du football Portail du football
  • Portail de Paris Portail de Paris

 

 

.

commentaires

Olympique de Marseille (8 & fin).

Publié le 31 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR

 

 

 

 

Palmarès de l'équipe réserve et des sections de jeunes

 

 

 


Équipe réserve Sections de jeunes
Compétitions nationales
Compétitions régionales
  • Championnat du littoral Série 3 USFSA (1)
  • Championnat du Littoral Série 4 USFSA (1)
  • Championnat national des cadets (1)
  • Coupe des cadets
Anciens de l'OM : OM Star Club

 


L'OM Star Club, créé en 1997227, est une équipe composée d'anciens du club disputant régulièrement des matchs de gala. L'OM Star Club se compose à la fois d'anciennes gloires du club tels que Manuel Amoros, Basile Boli, Jocelyn Angloma, Jean-Philippe Durand, Jean-Marc Ferreri, Bernard Casoni, Abedi Pelé pour ne citer qu'eux, mais aussi Frédéric Meyrieu, Philippe Thys, Bruno Germain, Bernard Pardo, Marc Libbra et Jean-Charles De Bono. Le manager de l'équipe est Daniel Xuereb (qui est aussi joueur).

 

 

 

Section féminine

 


Article détaillé : Olympique de Marseille (féminines).

La section féminine de l'OM n'a jamais vraiment brillé dans le Championnat de France, la meilleure performance étant une demi-finale perdue face à l'AS Étrœungt en 1979228. Dissoute en 1986, elle est reformée en 2011 et évolue pour la saison 2011-2012 dans le championnat du district de Provence229.

 

 

 

Autres sports

 

 


Logo de l'Olympique de Marseille Athlétisme

 

 

 

 

 

L'OM est à la base un club omnisports, il a connu plusieurs sections au cours de son histoire en outre du football telles que le rugby à XV, l'athlétisme, l'escrime, le basket-ball, la lutte, la boxe, le cyclisme, le tennis, la natation, la pelote basque230, l'aviron, le cricket, le sport automobile ou encore le water polo231.

Les rugbymen olympiens n'ont pas brillé sur la scène nationale, se contentant d'un titre de champion de France Promotion (troisième division) en 1938232 remporté face au Football Club Moulinois Rugby sur un score de 11 à 3. Néanmoins, les Phocéens remportent neuf titres de champions du littoral233 et finissent vice-champion du littoral en s'inclinant face au RC Toulon en 1909234. Les internationaux français Camille Montade et Jean Morère ont joué sous les couleurs de l'Olympique de Marseille235.

La section basket-ball masculine n'est restée que deux ans dans l'élite236 (de 1952 à 1954) mais a remporté un titre de Champion de France Excellence en 1952237, l'équivalent de la pro B actuelle. Les Marseillaises ont quant à elles été finalistes de la Coupe de France en 1958238 et championnes de France honneur en 1954.

Issu du SMUC en 1989 et présidé par Jean-Claude Tapie, frère de Bernard, l'OM Vitrolles a joué brièvement au plus haut niveau français et européen de handball avant de disparaître239. Le club n'est pas une section à part entière de l'OM, mais dépend en grande partie du club qui lui prête son nom et l'aide financièrement. Les Marseillais remportent la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe de handball face au KC Veszprém en 1993, la même année que la victoire en C1 de leurs homologues en football. Ils échoueront la saison suivante en finale face au FC Barcelone.

Aujourd'hui, seule la section athlétisme subsiste240 en étant le seul club français à avoir remporté la Coupe d'Europe des clubs champions de cross-country en 2001. Les Olympiens ont aussi été vice-champions en 2005 et troisièmes en 2002, 2003 et 2006241.

 

 

 

 

  • Portail du football Portail du football
  • Portail de Marseille Portail de Marseille

 

 

.

commentaires

Accademia di San Luca.

Publié le 31 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans ARTS-Histoire de l'Art-Architecture et urbanisme

Accademia di San Luca

 

 



Saint Luc peignant la Vierge

 

 

 

 

 

L'Accademia di San Luca, est une association des artistes de Rome fondée en 1577 et devenue réellement active sous Federico Zuccaro, son premier directeur (Principe), en 1593 et nommée ainsi par référence à saint Luc, tenu pour être auteur du premier portrait de la Vierge Marie.

Elle se situe près de la fontaine de Trévi.

L'Académie de San Luca, appelé également "Accademia di Belle Arti di Roma" est l'une des plus ancienne académie d'art d'Italie et la plus importante de l'Italie. L'Académie des beaux-Arts de Rome ou Académie de San Luca, est reconnue par le Ministère italien de l'éducation (aujourd'hui ministère de l'Université et la Recherche).

Avec la réforme des arts artistiques et musicaux (loi 21 Décembre 1999, n° 508), l'Académie est devenue l'un des principaux centres de spécialisation de formation avancée, et de recherche en Art. L'Académie est une activité régionale et nationale. Elle entretient le statut de chaque artiste membre qui est tenu d'offrir une œuvre à l'institution pour perpétuer sa mémoire. Les œuvres offertes des divers membres qui s'y sont succédé depuis la fondation, sont présentées à l'intérieur du musée de l'Académie, situé à l'intérieur de Palazzo Carpegna.





Histoire

 

 


Elle est liée à l'ancienne Université des peintres, de miniaturistes et de enlumineurs de Rome, dont les premiers statuts, remontant à 1478, sont toujours conservés auprès des archives historiques de l'Académie.

Le peintre Girolamo Muziano est mandaté pour réunir peintres et sculpteurs affirmés afin d'assurer la fondation de l'Académie. Ses intentions sont d'élever le travail des artistes depuis le simple artisanat.

Le 13 octobre 1577, le pape Grégoire XIII en autorise l'institution, en lui annexant la congrégation religieuse sous les invocations du même saint, l'évangéliste Luc, après sa nomination comme saint patron de tous les peintres (selon les textes, saint Luc est l'auteur du premier portrait de la Vierge Marie)1. Pendant ses premières années, l'association reste sous le patronage papal, qui domine et contrôle toute l'institution.

Suite à la concession de l'église de Saint Martina voulu par le pape Siste IV en 1588, l'académie et la congrégation sont transférées dans l'édifice sacré définitif et ses locaux annexes, le palazzo Carpegna, près du Forum romain.

L'organisation de l'institution se développe réellement grâce à Federico Zuccaro, qui, en 1593, en assume le principato comme directeur chargé de l'association.

La nécessité illuministe de transformer l'enseignement théorique des écoles dans une plus concrète transmission des savoirs, pousse l'institution d'une Académie du Nu (Accademia del Nudo) et organise ce premier niveau d'apprentissage dédié à la copie en tant que vrai.

Les premiers statuts sont officiellement approuvés en 1607 et sont modifiés au cours des siècles jusqu'à ceux d'aujourd'hui en vigueur, qui remontent à 1959.

Entretemps elle est devenue Accademia Reale en 1872 et Nazionale en 1948.

Ont fait partie du corps académique des artistes illustres, peintres, sculpteurs et architectes, en qualité de membres académiques « émérites » : Algardi, Baciccio, Danse, Bernini, Borromini, Canova, Caravaggio, Carracci, David, De Chirico, Fontaine, Guercino, Juvarra, Maratta, Nerfs, Pietro de Cortona, Piranesi, Poussin, Reins, Valadier, Velasquez, Vespignani.

Des papes, des princes, des souverains et des personnages illustres y ont été élus en tant que membres « d'honneur ». Johann Heinrich Füssli y fut élu membre grâce à l'influence de Canova qu'il avait eu l'occasion de rencontrer à Londres, et qui avait aimé ses travaux.

 

 

Directeurs

 

 


Principi dell'Accademia les plus distingués :

 

 

 

 

  • Portail des arts Portail des arts
  • Portail de l’histoire de l’art Portail de l’histoire de l’art
  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance
  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie

 

 

.

commentaires

Paris Saint-Germain Football Club (6).

Publié le 30 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR

 

 

 


  • ¹ Ce logo fait son apparition dès la saison 1972-1973 (avant l'arrivée d'Hechter).
  • ² Ce logo apparaît dès le milieu des années 1970 (merchandising) mais n'est adopté comme emblème du club qu'en 1982.
  • ³ Ce logo figure sur le maillot du PSG durant la saison 1986-1987. Ce n'était pas le logo du club mais celui de la candidature de Paris à l'organisation des Jeux Olympiques d'été de 1992.
  • Ce logo est l'emblème principal du club de 1992 à 1996 mais il est parfois utilisé par la direction du club dans sa communication. Cependant, le logo « tour Eiffel » figure sur les maillots, en concurrence avec celui-ci.
  • * Ce logo est l'emblème du club lors de la saison 2010-2011 pour fêter les 40 ans du club.

Le logo « tour Eiffel » comprend une Tour Eiffel rouge et berceau blanc (berceau royal de l'écu de Saint-Germain-en-Laye où naquit Louis XIV) sur fond bleu.

 

 

 

Structures du club

 


Finances

 


La publication du bilan financier de la saison 1970-1971 laisse apparaître 205 200 francs de pertes pour 1 776 950 francs de recettes. Comme nombre d'autres clubs français, le PSG devra le plus souvent composer avec des finances déficitaires. Daniel Hechter puis Canal+ mettront ainsi la main à la poche pour permettre au club de conserver son standing. À la suite de l'affaire de la double billetterie du Parc des Princes qui coûte son poste de président à Daniel Hechter en janvier 197814, le PSG est mis sous contrôle serré des autorités financières. Ceci permet dans un premier temps de limiter les déficits, mais la concurrence du Matra Racing pousse le PSG à la faute entre 1986 et 1990. Le Racing abandonne son statut professionnel en juin 1990 et laisse le PSG avec un déficit de 50 millions de francs78. Les mauvais résultats financiers et sportifs ont raison du président Borelli et le PSG est racheté par Canal + le 31 mai 199115.

La prise de contrôle du club par Canal+ s'effectue progressivement. Après l'intervention de 1991, on procède le 21 avril 1997 à une modification au capital de la SAOS « Paris Saint-Germain Football ». Le poids de l'association loi 1901 du PSG passe de 51 % du capital de la SAOS à 34 %. Canal+ est désormais actionnaire majoritaire79. Nouvelle modification en juin 2001 : l'association type 1901 du PSG cède l'ensemble de ses parts de la SAOS devenue SASP (34 %) à Canal+. Fin août 2005, Canal+ rachète les 1,8 % détenus par Alain Cayzac ; le PSG est alors à 100 % sous le contrôle de la chaîne cryptée80.

Entre 1991 et 1998, le PSG conserve des finances saines et les dépenses du club s'établissent aux alentours de 50 millions d'euros par saison en profitant de la montée en puissance des droits télé, du doublement du nombre de spectateurs au Parc des Princes ainsi que de profitables performances en coupes nationales ou européennes. Depuis le départ de Michel Denisot, le club accumule au fil des saisons des dettes importantes : 96 millions d'euros d'endettement cumulé en juin 200281. En recapitalisant le club, cet endettement net tombe à 8 millions d'euros en juin 2004. Les finances courantes restent pourtant dans le rouge. Ainsi, pour la saison 2004-2005, le club déclare à la DNCG des dépenses de 87,037 millions d'euros pour un déficit de 17,801 millions d'euros et un chiffre d'affaires réel de 69 millions d'euros. Les chiffres publiés par la DNCG font état de 20,823 de millions d'euros de billetterie, 13,793 millions d'euros en provenance des sponsors, 31,270 millions d'euros de droits télé, 2,371 millions d'euros de subventions et 1,117 million d'euros de merchandising. Hors transferts, les autres sources de revenus sont inférieures au million d'euros. Côté dépenses, les salaires des joueurs et du personnel sont chiffrés à 40,655 millions d'euros dont 9,012 de charges. Les autres impôts et taxes s'élèvent à 5,806 millions d'euros82.

En 2005-2006, le PSG reste le seul club français largement déficitaire avec une perte de 13,456 millions d'euros. Malgré l'absence du PSG en coupes d'Europe, le chiffre d'affaires réel du club était de 80,364 millions d'euros (en hausse de 16 % par rapport à la saison précédente). Les chiffres publiés par la DNCG font état de 19,179 de millions d'euros de billetterie (-8 %), 17,440 millions d'euros en provenance des sponsors (+21 %), 34,331 millions d'euros de droits télé (+9 %), 2,357 millions d'euros de subventions (-1 %) et 0,833 million d'euros de merchandising (-34 %). Côté dépenses, les salaires des joueurs et du personnel sont chiffrés à 50,064 millions d'euros (+19 %) dont 9,927 de charges (+10 %). Les autres impôts et taxes s'élèvent à 5,391 millions d'euros (-8 %)83.

De source AFP le montant de la vente du club en 2006 aux investisseurs Colony Capital, Butler Capital Partners et Morgan Stanley serait de 41 millions d'euros pour un montant initial demandé par Canal + de 80 millions d'euros ; la dette cumulée du club est assumée par la chaîne cryptée, remettant ainsi les compteurs financiers du club à zéro.

Le chiffre d'affaires réel du club passe à 77,720 millions d'euros en 2006-200784, à 73,497 millions d'euros en 2007-200885 et à 100,819 millions d'euros en 2008-200986. Les déficits enregistrés sont de 18,975 millions d'euros en 2006-200784, de 12,282 millions d'euros en 2007-200885 et de 5,418 millions d'euros en 2008-200986.

 

 

 

Stades

 


Parc des Princes

 


Le Parc des Princes est depuis juillet 1974 le stade principal du club. La nouvelle enceinte inaugurée le 25 mai 197287 fut utilisée par le PSG pour la première fois dès le 10 novembre 1973 à l'occasion d'un match de championnat de Division 2 face au Red Star joué en lever de rideau d'un match de Division 1, Paris FC-FC Sochaux88.

Le PSG partage le Parc avec d'autres clubs de football (Paris FC en 1978-1979 et Matra Racing de 1984 à 1990) et les équipes nationales de football et de rugby à XV jusqu'en février 1998, date d'inauguration du Stade de France. Le transfert du PSG au Stade de France est un temps évoqué, mais finalement abandonné. Le club, toujours locataire du Parc, s'approprie toutefois un peu plus le stade en installant notamment son siège dans un nouveau bâtiment inauguré le 18 février 200289. Les couleurs des sièges, bleus, rouges ou jaunes depuis 1972, sont rouges ou bleus depuis 1998.

 

 

 

Article détaillé : Parc des Princes.
Stade Georges-Lefèvre

 

 


Entraînement du PSG au stade Georges-Lefèvre

 

 

 

 

Le Stade Georges-Lefèvre du Camp des Loges à Saint-Germain-en-Laye fut, de 1904 à 1974, le stade principal du club. Il est désormais utilisé par les équipes réserves du PSG. Ce stade fut rebaptisé « Stade Georges-Lefèvre » en 1945, du nom d'un joueur du Stade Saint-Germain mort au front en 1940.

 

 

 

Autres stades utilisés

 


Durant la saison 1970-1971, l'équipe fanion joua quelques matches au Stade Jean-Bouin, mais les affluences enregistrées étaient inférieures à celles du Stade Georges-Lefèvre, aussi, le club préféra jouer le plus souvent à Saint-Germain. Lors de la saison en Division 1 en 1971-1972, le PSG joua ses matches à domicile au Stade de Paris, à Saint-Ouen. Après l'installation au Parc des Princes en 1974, le PSG dut jouer encore quelques matches au Stade Olympique Yves-du-Manoir à Colombes (une fois en 1974-197590) et au Stade de Paris (une fois en 1977-197891 et deux fois en 1978-197992) car le Parc était indisponible pour cause de travaux concernant la pelouse. Le club jouera au Stade de France pendant les travaux de rénovation du Parc en vue de l'Euro 2016 durant la saison 2012-201393.

 

 

 

Affluence

 

 


La plus forte affluence moyenne du PSG à domicile est obtenue lors de la saison 1999-2000 avec 43 185 spectateurs de moyenne par match94.

 

 

 

 

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du Paris-SG depuis la saison 1970-197194


 

Le Paris Saint-Germain dans la culture populaire

 


Supporters

 


Article détaillé : Supporters du Paris Saint-Germain.
Jeunessupporterspsg.jpg

Le Kop of Boulogne (KOB) est né le 2 août 1978 suite à une modification de tarification au Parc des Princes. Depuis le 18 septembre 197695, les jeunes supporters du PSG étaient massés en tribune K et formaient le Kop K. Ce dernier rassembla jusqu'à 500 jeunes supporters. La localisation de ce Kop en tribune K puis en tribune Boulogne est liée à l'existence d'une carte de « jeune supporter » bon marché et donnant accès à cette tribune, mais aussi au fait que les joueurs s'échauffaient alors systématiquement devant la tribune Boulogne. Cette tradition est née le 10 novembre 1973 à l'occasion du premier match du PSG dans la nouvelle enceinte du Parc.

 

 

 

 

Tifo du virage Auteuil lors des 15 ans des Supras Auteuil (2006).

 

 

 

 

Les problèmes de violence de certains supporters de la tribune Boulogne marquent l'histoire du club depuis le début des années 1980. L'adoption du modèle hooligan anglais à la fin des années 197096 et de son avatar continental des hooligans (après 1985) rend la situation difficile dès la présidence de Francis Borelli. Avec l'arrivée de Canal+ aux commandes en 1991, le « problème Boulogne » est clairement en tête de liste. Afin de casser l'esprit rebelle du KOB, Canal propose aux Ultras un repli à Auteuil, y conditionnant l'octroi de subventions97. Supras (1er groupe d'Auteuil, dès le 26 octobre 1991)97, Lutece Falco (après un crochet par la tribune K Bleu à l'automne 1991) et autres Dragons (absorbés plus tard par les Tigris Mystic) en profitent pour voir le jour97.

Mis à part de sporadiques incidents notamment au cours du match PSG-SM Caen en 1993, au cours du match PSG-Galatasaray en mars 2001 et à l'occasion de la classique opposition PSG-OM, les problèmes de violence sont rares jusqu'en 2003. En mai 2003, éclate une rivalité entre les Tigris Mystic et le KOB98. Pendant la saison 2004-2005, des mesures sont prises par la direction pour enrayer cette violence. Pour défendre alors des intérêts qu'ils considèrent menacés, les groupes de supporters de la capitale s'unissent, et laissent de côté leurs différends. Durant le match PSG - Metz de décembre 2004, les supporters expriment leur colère en interrompant la partie par un usage massif de fumigènes99, ce qui condamnera le Paris SG à disputer un match à huis clos au Parc des Princes100. Malgré cette union temporaire, les incidents reprennent. Les Tigris Mystic sont alors contraints de mettre leur association en sommeil en janvier 2006, ce qui ne permet pas d'éviter les incidents101. La mise en sommeil se transforme finalement en dissolution officielle de l'association fin juillet 2006.

 

 

 

 

Les tribunes basses de Boulogne fermées au public suite aux évènements en marge du match PSG-Hapoël Tel-Aviv.

 

 

 

 

 

La violence de certains supporters est une nouvelle fois mise en évidence en novembre 2006 : dans la nuit du 23 au 24, un groupe de supporters, en colère après la défaite 4-2, tente d'agresser un sympathisant français du club israélien après la défaite du PSG face au Hapoël Tel-Aviv en Coupe UEFA. Un supporter des Boulogne Boys est tué et un autre blessé au poumon par un policier en civil qui s'était interposé pour protéger le supporter de Tel-Aviv. Suite à ces événements, des mesures exceptionnelles sont prises par le club et la Préfecture de police de Paris pour mettre un terme au racisme et à la violence dans le stade, notamment avec la fermeture complète de la partie basse de la tribune Boulogne pour plusieurs matches. Ces problèmes de violence qui monopolisent l'attention des médias ne sont cependant pas permanents, comme en témoigne par exemple la fraternisation des supporters du PSG et de Derry City FC quelques jours avant les évènements qui marquèrent le match PSG-Tel Aviv102.

Le PSG est également soutenu par un grand nombre de personnalités, qui fréquentent la « corbeille », surnom donné au quartier VIP de la tribune présidentielle du Parc des Princes.

En finale de la coupe de la Ligue 2008 contre le RC Lens, des supporters de la tribune Boulogne déploient une banderole anti-ch'ti, devant le président de la République qui plus est. Quelques jours plus tard, la Ministre de l'intérieur annonce officiellement la dissolution du groupe de supporters des Boulogne Boys après qu'une enquête a établi que la confection de la banderole a eu lieu dans le local des Boulogne Boys du Parc des Princes.

Le 28 février 2010, quelques heures avant le match face à l'Olympique de Marseille, des bagarres ont lieu entre différentes associations parisiennes et un des membres du Kop de Boulogne est roué de coups par ceux d'Auteuil et succombe le 18 mars 2010. Robin Leproux suspend tous les déplacements du club à l'extérieur jusqu'à la fin de la saison et le PSG doit jouer à huis clos son quart de finale de coupe de France face à l'AJ Auxerre. David Douillet demande, quant à lui, l'exclusion du club parisien de la compétition. Brice Hortefeux annonce son désir de dissoudre toutes les associations « dangereuses » du PSG.

 

 

 

.

commentaires

Olympique de Marseille (7).

Publié le 30 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR

Rivalités


Rivalités au niveau régional et local


Lors de la fondation du club au début du XXe siècle, une multitude de clubs sont déjà présents dans la ville : d'ailleurs le premier match des Olympiens se termine sur une défaite 4-0 contre l'Union Sportive Phocéenne. Le grand rival de l'OM à cette époque est le Stade Helvétique de Marseille qui rafle un bon nombre de championnats devant son dauphin olympien. Néanmoins la Première Guerre mondiale entraîne la fermeture de la plupart des clubs dont le SH Marseille ce qui confère à l'OM un monopole sur la ville. Au niveau régional, une rivalité s'est installée avec les clubs azuréens de l'AS Monaco (surtout dans les années 1990) et de l'OGC Nice ainsi qu'avec le Sporting Toulon Var.

 

 

Avec l'AS Aixoise

 


150px-Georges_Carnus.jpg
magnify-clip.png
Georges Carnus, gardien de but d'Aix de 1959 à 1961, puis de Marseille de 1971 à 1974

 

 

 

 

Cette rivalité oubliée avec le temps date des années 1950-1960. Le premier derby Aix-Marseille se joue en 1959. Le bilan est nettement à l'avantage des Marseillais195. En 2008-2009, Daniel Xuereb, ancien joueur marseillais, devient entraineur de l'AS Aixoise. Il est débarqué pour cause de mauvais résultats.

La faillite sportive et financière de l'AS Aixoise a fait que les derbies sont aujourd'hui particulièrement rares, le dernier remontant à 1968.

 

 

 

Avec l'AS Cannes

 


Les deux clubs goûtent au professionnalisme en même temps: en 1933. De 1934 à 1949, ils jouent ensemble en Division 1, avant de se retrouver entre 1987 et 1992, puis pour la saison 1993-1994 et de 1996 à 1998. Dans le cas de l'Olympique de Marseille et de l'AS Cannes, il s'agit surtout d'une rivalité historique dans la mesure où les deux clubs ont passé la majorité de leur existence dans des championnats différents. Les derby des années 1980 et 1990 ont parfois une certaine saveur, l'AS Cannes ayant fini 4e et 6e, et Marseille plusieurs fois premier ou dauphin.

 

 

 

Avec l'OGC Nice

 


Lors d'une rencontre entre les deux clubs, on parle de "Derby du Sud". Les rencontres Nice - OM sont considérées par un pan important des supporters niçois comme étant un point culminant de la saison et sont souvent sujettes à des violences entre supporters196. Ces rencontres sont fréquentes car Marseille et Nice évoluent souvent ensemble en Division 1 depuis le début du football professionnel en France. Depuis 2002, les deux clubs évoluent sans discontinuer au plus haut niveau du football français.

Ironie du sort, les deux clubs ne sont presque jamais ensemble au sommet de leur forme. Par exemple, en 1958, alors que Nice est champion de France, Marseille finit 20e et est relégué en Division 2197. À l'inverse, en 2010, l'OM est sacré champion de France et le club niçois termine 15e.

En Coupe de France, les deux formations se croisent en finale de la Coupe de France de football 1953-1954, finale emportée devant 46 803 spectateurs par l'OGC Nice par deux buts à un.

 

 

 

Avec le SC Toulon

 


Le Sporting Toulon Var est un club évoluant de nos jours en CFA. Cependant, il est un club longtemps ancré en deuxième division et y a passé six saisons en compagnie de l'Olympique de Marseille. De 1983 à 1993, les deux clubs évoluent ensemble en D1 et sont rivaux, en effet, de 1990 à 1993, la meilleure affluence de Toulon est faite lors de l'accueil de l'OM, avec un pic à 17 000 spectateurs en 1993198.

En 1959-60 et en 1964-65, le SC Toulon évolue en D1 alors que l'OM est en D2, mais de nos jours, il y a quatre divisions de différence entre les deux clubs. Cependant, la rivalité existe toujours, les supporters marseillais ayant des différents avec le Rugby Club de Toulon, qui se déplace régulièrement au Stade Vélodrome199.

Le bilan est favorable à l'OM, qui affiche un bilan de neuf victoires, cinq nuls et quatre défaites195. Le dernier derby remonte au 9 janvier 1993, où Marseille s'impose 5-2.

 

 

 

Rivalités au niveau national

 

 


 

 

L'opposition OM-AS Saint-Étienne dans la première moitié des années 1970 est l'un des premiers grands duels du football français. Présidés par deux hommes de tempérament, Marcel Leclerc et Roger Rocher, les deux hommes s’arrachent les meilleurs joueurs (comme Bernard Bosquier et Georges Carnus du côté olympien). Les matches dépassent parfois les limites du raisonnable, tant sur le terrain (Salif Keita fait un bras d'honneur à Roger Rocher en 1972200) que dans les tribunes avec des bagarres et des incidents multiples. Ce duel est aussi un duel de buteurs, lors de la saison 1970-1971, Josip Skoblar, Marseillais, et Salif Keita, alors Stéphanois, sont les deux meilleurs buteurs du championnat avec respectivement 44 et 42 réalisations.

 

 

 

 

220px-PSG-OM_%2815-03-2009%29.jpg
magnify-clip.png
Match PSG-OM (1-3) du 15 mars 2009.

 

 

 

 

Dans les années 1980, c'est encore la rencontre entre deux présidents charismatiques aux ambitions démesurées qui fait naître une rivalité : le Bordeaux de Claude Bez et le Marseille de Bernard Tapie font régulièrement la une. Cette opposition se prolonge en 1999 avec le duel pour le titre de champion qui verra au final la victoire des Girondins, qui marquent dans les dernières minutes de la dernière journée contre le Paris Saint-Germain. Le scénario se répète lors de la saison 2008-2009.

Article détaillé : OM-PSG.

Au début des années 1990, Canal+ commence à promouvoir auprès du grand public les confrontations entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain, faisant de ces matchs de grands rendez-vous sportifs pour tout le football français. Il s'instaure peu à peu une grande tension entre les supporters olympiens et parisiens qui perdure encore aujourd'hui, et qui reposerait sur l'opposition Paris/Province. À chaque Classico (nom donné à cette rencontre par analogie avec le Clásico espagnol), d'importantes mesures de sécurité sont prises pour empêcher au maximum des affrontements entre les supporters des deux camps.

 

 

 

Relation avec les médias

 

 


170px-Olympique_de_Marseille_-_Girondins
magnify-clip.png
Ronald Zubar au micro de Laurent Paganelli (Canal+).

 

 

 

 

 

Le club possède des médias officiels regroupés dans un pôle nommé OM Médias, dirigé par le journaliste Dominique Grimault, dont le siège se trouve au Centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus. Ce pôle comprend un site officiel OM.net201, un magazine (OM mag, anciennement nommé Droit au but, diffusé par Panini tiré à 55 000 exemplaires202), un programme distribué lors des matchs au Vélodrome (OM Match), une ligne téléphonique (OM 3229), une page Twitter203, ainsi qu'une chaîne de télévision OM TV. L'OM est d'ailleurs un pionnier dans ce domaine, OM TV étant seulement la deuxième chaîne officielle d'un club de football créée dans le monde, la première étant MUTV, la chaîne du club anglais de Manchester United204. La chaîne est depuis juillet 2008 commercialisée à l'étranger par l'intermédiaire de Canal+ Events205.
La radio officielle de l'Olympique de Marseille est la station locale Radio Star206.

L'OM est l'un des clubs les plus diffusés sur Canal+, la chaîne cryptée allant jusqu'à diffuser l'intégralité les matchs de préparation d'avant-saison en 2008. Le record d'audience sur Canal+ est détenu par le match OM-Olympique lyonnais du 27 mai 2009, vu par 2,93 millions de télespectateurs207. Le match Stade rennais-OM de la saison 2008-2009 est le premier match de football diffusé par Orange208. De plus, M6 diffuse sur le territoire français le parcours européen du club en Coupe UEFA et en tour préliminaire de la Ligue des champions jusqu'en 2009209 ; Canal+ Events détient ces droits pour la diffusion à l'étranger205. Un magazine hebdomadaire Au cœur de l'OM est diffusé sur la chaîne du câble Ma Chaîne Sport210.
Le club a donc une forte couverture médiatique ; d'ailleurs durant les années Tapie, Patrick Le Lay alors président de TF1 aurait dit : « L'Olympique de Marseille, c'est comme Patrick Poivre d'Arvor ou Anne Sinclair, c'est une star de la chaîne, on n'y touche pas ou sinon on me trouve en face »211.
Pour la presse écrite, les journaux régionaux, notamment La Provence (qui a signé en novembre 2008 un partenariat privilégié212 avec le club), font régulièrement leur une sur l'Olympique de Marseille. De nombreux magazines mensuels non officiels sont dédiés au club : OM plus, Marseille Foot, But ! Marseille, Le Foot Marseille ou encore Marseille Star213.

 

 

 

 

L'OM dans la culture populaire française

 

 


L'OM est fréquemment cité comme référence au football dans l'univers du cinéma avec des films populaires.
Le match du film Les Rois du sport sorti en 1937, où figure notamment Fernandel, se déroule au Stade de l'Huveaune avec la participation de l'équipe olympienne. Plus récemment, plusieurs répliques de la série Taxi de Luc Besson, se déroulant à Marseille, font directement référence au club, ainsi que le maillot de foot que porte l'acteur principal Samy Naceri dans le premier volet. De plus, Taxi 4 débute par le convoyage de Djibril Cissé, attaquant de l'OM, pour un match se déroulant au Stade Vélodrome, se moquant au passage des rumeurs de transfert. Il est aussi fait référence au club dans le film Le Dîner de cons ; François Pignon (joué par Jacques Villeret), supporter de l'AJ Auxerre, doit ainsi crier plusieurs fois « Allez l'OM ! », pour que son collègue de travail Lucien Cheval (joué par Daniel Prévost) supporter de l'OM, accepte de l'aider. Enfin, Didier Bourdon joue le rôle d'un vigneron supporter de l'OM dans Une grande année, ayant même appelé son chien Tapie.

L'OM est aussi présent dans le domaine de la musique. Le hip-hop marseillais s'inspire du club phocéen avec des titres comme Ce soir on vous met le feu d’IAM ou bien la compilation OM All Stars sortie en 2004 comprenant notamment En avant les Marseillais des Psy 4 De La Rime. Les clips de Halla, Halla de Soprano, où apparaît le président Pape Diouf, et Que des Winners de Zephir ont été tournés au Stade Vélodrome. Hormis le rap, on peut citer le lo Oaï de Massilia Sound System, et Santa Maradona de la Mano Negra, dont le clip a également été tourné dans les tribunes du Vélodrome133.

La littérature se réfère aussi au club olympien, avec Pastis à l'OM de Ray Grassi, roman dont le héros journaliste se plonge dans les coulisses de l'OM, Onze fois l'OM : Le Tacle et la plume qui est un recueil de onze nouvelles ayant pour thème l'Olympique de Marseille ou encore le polar Embrouilles au Vélodrome de Jean-Paul Delfino.

 

 

 

 

Autres équipes

 


Équipe réserve et sections de jeunes

 

 


170px-Samir_Nasri_vs_Chelsea.jpg
magnify-clip.png
Samir Nasri est passé par toutes les sections de jeunes de l'Olympique de Marseille.

 

 

 

 

En 2011-2012, l'équipe réserve de l'Olympique de Marseille évolue en CFA2 et est entraînée par Franck Passi. Elle remporte le Championnat de France des réserves professionnelles en 200291 et est championne de Division d'honneur Méditerranée en 1958, 1966 et 2011. La réserve a l'occasion de s'illustrer en Ligue 1 en 2006, lors du Classique OM-PSG. En effet, Pape Diouf décide d'aligner l'équipe de CFA2 au Parc des Princes pour protester contre le fait que le Paris SG n'ait pas mis assez de places à disposition des supporters marseillais. Ce match des minots, où les Parisiens étaient largement favoris, se conclut par un étonnant 0-0.

L'Olympique de Marseille comprend nombre de formations de jeunes, des débutants aux juniors. Ces derniers ont atteint en finale de la Coupe nationale des juniors (ancêtre de la Coupe Gambardella) en 1937214 puis remportent la Coupe Gambardella en 1979214 face au Racing Club de Lens (2-0).

Lors de la même année, les cadets du club ont remporté le titre de champion de France cadets215 contre l'Olympique lyonnais aux tirs aux buts, trois ans après avoir échoué en finale de la Coupe des Cadets216 face au Racing Club de Strasbourg (2-1). Les 16 ans nationaux remportent le titre de champion de France en 2008217. L'équipe réussit à conserver son titre en 2009, ce qui constitue une première dans cette compétition218 . L'équipe des 14 ans a quant à elle été deux fois championne fédérale (en 2007219 et 2009220). Les poussins ont remporté la Coupe nationale des poussins221 en 1987, 1991, 1995 et 1996 et ont atteint la finale en 1992.

Jacques Abardonado, Samir Nasri, Mathieu Flamini, Rolland Courbis, Éric Di Meco, Cédric Carrasso ou encore Seydou Keita ont été formés à l'Olympique de Marseille.

 

 

 

 

 

Effectif Olympique de Marseille de la saison 2011-2012 au 21 décembre 2011
Joueurs Encadrement technique
P. Nat.222 Nom Date de naissance Sélection223 Club précédent
- G Togo Cédric Mensah 6 mars 1989 (23 ans) Togo Paris FC
40 G France Julien Fabri 5 février 1994 (18 ans) France -16 Formé au club
- G Sénégal Ibrahim Sy 13 août 1995 (16 ans) - Dakar Sacré-Coeur
- D France Cédric D'Ulivo 29 août 1989 (22 ans) - AC Ajaccio
35 D France Christophe Lowinsky 5 mai 1992 (20 ans) France -19 Formé au club
31 D France Gérard Roland 5 avril 1981 (31 ans) - Bayonne
- D France Baptiste Aloe 29 juin 1994 (17 ans) - Formé au club
- D France Jean-François Paoletti 11 août 1991 (20 ans) - Formé au club
27 M France Larry Azouni 23 mars 1994 (18 ans) - Formé au club
- M France Ahmed Nouri 8 avril 1979 (33 ans) - Cassis Carnoux
- M France Wesley Jobello 23 janvier 1994 (18 ans) France -17 Formé au club
34 M France Florian Moulet 13 juillet 1992 (19 ans) France -18 Formé au club
- M Cameroun Oumar Diop 23 juin 1994 (17 ans) - Formé au club
- M France Momar Bangoura 24 février 1994 (18 ans) - Formé au club
- M France Arnaud Cesarini 8 février 1993 (19 ans) - Formé au club
- M France Rafidine Abdullah 15 janvier 1994 (18 ans) France U18 Formé au club
25 A France Billel Omrani 2 juin 1993 (18 ans) France -19 Formé au club
29 A France Chris Gadi 9 avril 1992 (20 ans) France -19 Formé au club
32 A France Najib Ammari 10 avril 1992 (20 ans) - Formé au club
- A France Thomas Savino 2 septembre 1992 (19 ans) - Formé au club
- A Géorgie Gurami Enukidze 9 janvier 1993 (19 ans) - ASPTT Caen
Entraîneur(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau de France Christophe Manouvrier
  • Drapeau de France Frédéric Faure
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  • Drapeau de France Joël Coste

 


Légende

Effectif sur le site officiel Consultez la documentation du modèle

 

 

 

.

commentaires

Belle Rivière (Saint-Pierre-et-Miquelon).

Publié le 30 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans AMÉRIQUE NORD-Géo - histo - polit & culturelle

Belle Rivière (Saint-Pierre-et-Miquelon)

 

 

 

 


Belle Rivière
http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTTzRPkpB1rQQjFDWqG_K1_PwKKy4XL6U1htZmBBgmxt_zegZDO
Caractéristiques
Longueur  ?
Bassin  ?
Débit moyen  ?
Cours
Source principale Fourche gauche
 · Altitude 160 m
 · Coordonnées 46°49′13″N 56°18′42″O
Source secondaire Fourche droite
 · Localisation Étang Bourroult
 · Altitude 131 m
 · Coordonnées 46°50′10″N 56°18′40″O
Confluence des sources Centre de Langlade
 · Altitude 46 m
 · Coordonnées 46°51′55″N 56°17′08″O
Embouchure Anse du Gouvernement
 · Localisation Océan Atlantique
 · Altitude 0 m
 · Coordonnées 46°53′49″N 56°18′01″O
Géographie
Principaux affluents
 · Rive droite Ruisseau des Mats
Pays traversés Drapeau de France France
Régions traversées Saint-Pierre-et-Miquelon (île de Langlade)

 

 

 

 

 

La Belle Rivière est un cours d'eau de la presqu'île de Langlade sur l'île de Miquelon, à Saint-Pierre-et-Miquelon. Il s'agit du principal cours d'eau de l'archipel.

 

 

 

Géographie

 


La Belle Rivière nait à la confluence de deux ruisseaux, la « Fourche droite » (à l'ouest) et la « Fourche gauche » (à l'est). Ces deux ruisseaux prennent naissance près de la zone sud-est de l'île, dans une région riche en étangs. La « Fourche droite » passe successivement par les étangs « Bourroult » et « des Nègres » ; la « Fourche gauche » par les étangs « Goéland », « Lingard » et le « Grand Étang des Fourches ». Les cours d'eau se dirigent vers le nord, séparés par l« a butte » et les « tétons des Fourches », et se rejoignent au pied de la « bouillée des Fourches », au centre de Langlade.

Après la confluence, la Belle Rivière prend la direction nord-ouest, et oblique au nord-est peut avant de se jeter dans l'anse du Gouverneur, au nord de l'île, près du hameau de l'« anse du gouverneur » (seul endroit où un pont traverse le cours d'eau).

 

 

 

  • Portail de l’eau Portail de l’eau
  • Portail de Saint-Pierre-et-Miquelon Portail de Saint-Pierre-et-Miquelon

 

 

commentaires

Air Saint-Pierre.

Publié le 30 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans AMÉRIQUE NORD-Géo - histo - polit & culturelle

Air Saint-Pierre

 

 



Air Saint-Pierre

AITA OACIL Indicatif d'appel
PJ SPM Saint-Pierre
Repères historiques
Date de création 1961
Généralités
Basée à Aéroport de Saint-Pierre Pointe-Blanche
Alliance None
Taille de la flotte 2 (Cessna F406 et ATR 42-500)
Nombre de destinations 7
Siège social Saint-Pierre, France
Dirigeants Rémy Briand, président
Site web www.airsaintpierre.com

 

 

 

 

 

Air Saint-Pierre (code AITA : PJ ; code OACI : SPM) est une compagnie aérienne française, basée à Saint-Pierre-et-Miquelon.
Elle relie cette collectivité d'outre-mer française au Canada.






Historique de Air Saint-Pierre

 

 


  • 1964 Création de la société anonyme Air Saint-Pierre le 6 mars 1964. Exploitation en « pool » avec Eastern Provincial Airways (EPA) d'un DC-3 sur la ligne Saint-Pierre/Sydney (Nouvelle-Écosse) pendant les mois de juin à octobre. Affrêtement, à la demande, de petits avions canadiens le reste de l'année.
  • 1965 Acquisition et mise en service du premier Aztec.
  • 1966 Acquisition d'un Aztec C (F-OCIF). Contrat d'entretien avec EPA. Décès le 29 mai de M. Albert Briand, PDG fondateur.
  • 1971/74 Exploitation de la ligne Saint-Pierre/Sydney en Beech E18S puis en DC-3.
  • 1976 Retrait du DC3 et remplacement par le HS-748
  • 1981 Acquisition et mise en service du Chieftain F-OBYN. Contrat d'entretien avec Fundy Aviation.
  • 1986 Acquisition et mise en service du HS 748 (F-OSPM) en propre par Air Saint-Pierre, baptisé Ville de Saint-Pierre.
  • 1987 Transfert de l'entretien à Saint-Pierre le 1er juillet et ouverture de la ligne Saint-Pierre/Montréal.
  • 1990 Acquisition et mise en service d'un second HS-748 (F-ODTX) baptisé Île de Miquelon.
  • 1994 Acquisition et mise en service le 19 janvier de l'ATR 42- 320 F-OHGL Albert Briand.
  • 1995 Départ des deux HS-748 en fin d'année vendus pour être exploités en Afrique.
  • 1996 Ouverture de la ligne Saint-Pierre / St-John's (Terre-Neuve) le 25 septembre avec une fréquence de 3 vols par semaine avec l'ATR
  • 1999 Ouverture du nouvel aéroport et de sa nouvelle piste (1800 m) à Saint-Pierre
  • 2001 Ouverture en juillet de la ligne Saint-Pierre / Moncton (Nouveau-Brunswick) : une fréquence hebdomadaire en ATR 42 durant l'été

 

 

Destinations

 

 


Air Saint-Pierre dessert les destinations suivantes:

 

 

 

Flotte

 


  • 1 Cessna F406 (immatriculé F-OSPJ)
  • 1 ATR 42-500 (immatriculé F-OFSP)

 

 

Avions Retirés

 

 


  • 1 ATR 42-320 (immatriculé F-OHGL, baptisé Albert Briand, en service de 1994 à 2009)

 

 

 

  • Portail des entreprises Portail des entreprises
  • Portail de l’aéronautique Portail de l’aéronautique
  • Portail de Saint-Pierre-et-Miquelon Portail de Saint-Pierre-et-Miquelon

 

 

.

commentaires

Aérodrome de Miquelon.

Publié le 30 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans AMÉRIQUE NORD-Géo - histo - polit & culturelle

Aérodrome de Miquelon

 

 

 

 


 

Aérodrome de Miquelon
Vue aérienne de l'aérodrome.
Vue aérienne de l'aérodrome.
Code AITA Code OACI
MQC LFVM
Localisation
Pays Drapeau de France France
Collectivité Saint-Pierre-et-Miquelon
Ville desservie Miquelon-Langlade
Coordonnées 47° 05′ 45″ Nord
       56° 23′ 04″ Ouest
  
Altitude 3 m (10 ft)

Géolocalisation sur la carte : Saint-Pierre-et-Miquelon

(Voir situation sur carte : Saint-Pierre-et-Miquelon)
Aérodrome de Miquelon
Pistes
Direction Longueur Surface
12/30 1 000 m (3 281 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Direction de l'équipement
Cartes SIA VAC
Catégories
AéroportsAéroports français

 

 

 

 

L'aérodrome de Miquelon (code AITA : MCQ • code OACI : LFVM) est situé sur l'île de Miquelon, dans l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon.





Compagnies et destinations

 

 


L'aéroport n'est utilisé que la compagnie Air Saint-Pierre, pour une liaison avec l'aéroport de Saint-Pierre Pointe-Blanche.

 

 

Annexes

 


Liens internes

 


 

 

Liens externes

 

 


 

 

 

  • Portail de Saint-Pierre-et-Miquelon Portail de Saint-Pierre-et-Miquelon
  • Portail de l’aéronautique Portail de l’aéronautique

 

.

commentaires

François Gaspard Balthazar Adam.

Publié le 30 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans ARTS-Histoire de l'Art-Architecture et urbanisme

François Gaspard Balthazar Adam

 

 

 



Maison des Adam, Nancy

 

 

 

 

 

 

Francois Gaspard Balthazar Adam est un sculpteur français né à Nancy le 23 mai 1710 et mort à Paris le 18 août 1761.





Biographie

 

 


Juno (1753, replique!), Palais de Sanssouci
Minerva, Palais de Sanssouci

 

 

 

 

 

Benjamin des trois frères sculpteurs Adam, François Gaspard Balthazar apprit la sculpture auprès de son père, Jacob Sigisbert. Sur les traces de ses deux ainés, il voyagea à Rome en 1730 avant de s'installer à Paris. En 1740, il fut classé second au concours du prix de Rome, mais il obtint ensuite le premier prix et retourna à Rome en 1742 pour séjourner à l'Académie de France à Rome.

Entre 1747 et 1760, François Gaspard Balthazar Adam fut le principal sculpteur de Frédéric II de Prusse au palais de Sanssouci à Potsdam. Son neveu, Sigisbert François Michel, lui succéda dans cette fonction.

Son œuvre manque de personnalité, mais elle contribua à diffuser le style rococo français dans le nord de l'Europe.

 

 

 

Principales œuvres

 

 


  • Apollon, 1748 (Potsdam, Palais de Sanssouci)
  • Uranie, 1748 (Potsdam, Palais de Sanssouci)
  • Zéphyr et Flore, 1749 (Potsdam, Palais de Sanssouci)
  • Cléopâtre et le serpent, 1750 (Potsdam, Palais de Sanssouci)
  • Vulcain, 1756 (Potsdam, Palais de Sanssouci)
  • Cybèle, 1758 (Potsdam, Palais de Sanssouci)

 

 

 

  • Portail de la sculpture Portail de la sculpture
  • Portail de l’histoire de l’art Portail de l’histoire de l’art
  • Portail de Nancy Portail de Nancy

 

 

.

commentaires

Olympique de Marseille (6).

Publié le 29 Mai 2012 par CHOMOLANGMA dans SPORTS-LOISIRS-HUMOUR

Finances

 

 


Budget

 


Le budget prévisionnel de l'Olympique de Marseille pour la saison 2010-2011 est de 140 millions d'euros147, ce qui correspond au deuxième plus gros budget de Ligue 1 derrière l'Olympique lyonnais148.

 

 

 

Budget prévisionnel de l'Olympique de Marseille
Saison 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011
Budget 97 M€149 85 M€150 105 M€151 140 M€147
Légende : M€ = millions d'euros.
Résultat

 


Le tableau suivant présente un extrait du compte de résultat de l'OM depuis la saison 2002-2003. Les droits audiovisuels, qui varient selon le nombre de diffusions de matchs du club ainsi qu'en fonction de son classement final, ainsi que le sponsoring tiennent une part importante dans le budget marseillais. La participation régulière des Olympiens à la Ligue des champions depuis la saison 2007-2008 a pour effet une augmentation nette du sponsoring et des droits audiovisuels, ainsi que de la rémunération du personnel.

 

 

 

 

Extrait du compte de résultat de l'OM en millions d'euros
Saison Championnat ProduitsNote 7 ChargesNote 8 Rés. explNote 9. Mutation


Note 10

Rés. net


Note 11

Matchs Spons. Subv. TV Merch. Total Rémun. Total
2002-2003152 Ligue 1 13,1 17,6 1,1 28,7 nc 64,0 26,6 56,5 +8,5 17,2 0,3
2003-2004153 Ligue 1 26,6 18,0 1,2 34,0 nc 86,1 26,2 64,4 +21,7 13,6 +1,1
2004-2005154 Ligue 1 16,0 18,6 1,1 22,1 nc 66,9 35,9 95,8 -28,9 27,8 -10,6
2005-2006155 Ligue 1 18,6 22,2 1,1 36,3 0,3 85,5 36,6 92,3 -6,8 2,7 0,4
2006-2007156 Ligue 1 19,0 20,0 1,1 46,2 0,2 94,0 43,3 98,7 -4,7 26,9 14,2
2007-2008157 Ligue 1 23,5 22,5 1,2 63,9 5,3 121,5 49,7 107,6 13,9 7,1 8,2
2008-2009158 Ligue 1 24,8 24,7 nc 65,6 nc 127,8 75,1 127,7 0,1 14,2 1,4
2009-2010159 Ligue 1 25,2 28,2 nc 71,0 nc 142,5 92,4 153,9 -11,4 10,9 -0,4

Légende : Matchs = recettes matchs avec billeterie, Spons. = sponsors et publicités, Subv. = subventions des collectivités, TV = droits audiovisuels, Merch. = merchandising, Rémun. = rémunérations du personnel, Rés. expl. = résultat d'exploitation, Mutation = résultat exceptionnel (indemnités de mutation), Rés. net = résultat net.

 

 

 

L'OM sur le plan international

 


Le cabinet Deloitte place, dans le Deloitte Football Money League 2010, l'Olympique de Marseille comme le quatorzième club de football du monde en termes de revenus, avec un gain de 133,2 millions d'euros lors de la saison 2008-2009160, soit deux places de mieux par rapport à la saison précédente, et cinq de plus que lors de la saison 2006-2007161. L'OM fait partie du top 20 mondial des clubs à la plus forte valeur financière établi par le magazine Forbes en 2011, le club olympien se classant 18e avec une valeur estimée de 277 millions de dollars162.

 

 

 

Équipementiers

 


Adidas fournit le club depuis 1974, et ce jusqu'en 2014163,164, avec cependant une interruption de 1994 à 1996, suite à l'affaire VA-OM. Reebok (de 1994 à 1995) puis le japonais Mizuno fournissent les équipements des Marseillais durant cette période. Avant eux, Le Coq Sportif (1969-1974) était responsable des maillots.

L'Olympique de Marseille et Adidas ont une relation extrêmement étroite. Tout d'abord, Bernard Tapie et Robert Louis-Dreyfus ont à la fois été présidents du club et de l'équipementier sportif allemand. En 1996, Adidas est désigné pour la reprise du club qui était sous la tutelle de la ville de Marseille. Adidas assure un budget de fonctionnement annuel progressif évoluant entre 110 et 160 millions de francs sur cinq ans, conformément au cahier des charges imposé par Jean-Claude Gaudin165.

 

 

 

Sponsors

 

 


Sponsor Neuf sur le maillot domicile 2007-2008

 

 

 

 

L'OM est sponsorisé depuis 1971. C'est d'ailleurs le premier club français à arborer une publicité sur le maillot avec le Nîmes Olympique166. Le premier accord fut signé avec But !, un journal sportif appartenant à Marcel Leclerc, alors président du club. Depuis, le club provençal a arboré les noms de Le Toro (1972-1973), Michel Axel (1973-1976), du Centre Barneoud (1976-1977), du Mas d'Auge (1977-1980), du Zoo de Marseille (1980-1981), de Faure (1981-1982), d'Euromarché (1982-1983), de RMC (1983-1986), ainsi que du Mas d'Auge en 1986, de Maison Bouygues (1986-1988), d'Alain Afflelou (1988-1989), de Panasonic (1989-1992), d'Eurest (1992-1995), de Speedy (1995-1996), de Parmalat (1996-1997), d'Ericsson (1997-2001) ou encore de Khalifa Airways (2001-2003). De 2003 à 2008, les maillots domicile et extérieur eurent pour sponsor Neuf Telecom, entreprise appartenant à Robert Louis-Dreyfus. En 2008, l'Olympique de Marseille est sponsorisé à domicile par Direct Énergie, à l'extérieur par Neuf167. En 2009, Neuf laisse sa place à Direct Énergie168. En mai 2010, le club signe un nouveau contrat de sponsoring avec la société de paris en ligne BetClic pour un montant de 5,2 millions d'euros par an169.

Lors des joutes européennes, le maillot est sponsorisé par Europe 1 (1987-1988), France Loto (1989-1990), le Conseil général des Bouches-du-Rhône (1994-1995), Indesit (2003-2004), Internity (2006-2007), Neuf (2007-2009)167, Direct Énergie (2009-2010) et BetClic la saison suivante. Lors des matches de Coupe de France, les sponsors sont imposés par la Fédération française de football (en 2009-2010, SFR et Caisse d'Épargne170).

Le 13 janvier 2012, le club et le groupe Intersport annonce un accord de sponsoring pour les saisons 2012-2013 et 2013-2014. Intersport sera le sponsor principal du club en Ligue 1 et en Coupe d'Europe, en plus de la Coupe de la Ligue où le groupe s'affichait déjà171.

 

 

 

Soutien et image

 


Groupes de supporters

 

 


Tifo des supporters du virage Nord du stade Vélodrome.

 

 

 

Les supporters de l’Olympique de Marseille sont prépondérants dans la vie du club depuis près d'un siècle. Ce sont eux qui financent ainsi les travaux d'aménagement du stade de l'Huveaune au début des années 1920172. Mis en sommeil durant les années 1950 et 1960, les supporters marseillais retrouvent à nouveau des couleurs à l'occasion de la présidence Leclerc avec la création de l'Association des Supporters de l'OM173. Sonnés par les secousses de la fin des années 1970, les supporters de l'OM effectuent un retour en force avec la présidence de Bernard Tapie. Le phénomène ultras en provenance d'Italie donne alors naissance à de nombreux groupes dont le Commando Ultra'84 qui est le plus ancien groupe ultra de France174. Bernard Tapie cède la gestion des abonnements des virages à ces groupes de supporters, ce qui les implique totalement dans la vie du club. Une majoration sur les abonnements comprise entre 30 à 50 euros par an est perçue par les associations, permettant ainsi le financement des tifos, des animations ou des déplacements. Ce système est toujours en place, malgré le manque à gagner du club (estimé à environ 3 millions d'euros en 2006175), car elle est une garantie pour la paix dans les virages176. En 2009, on dénombre neuf groupes de supporters officiels : le Club central des supporters de l'OM, le Commando Ultra'84, les South Winners, le Yankee Nord Marseille, le Club des amis de l'OM, les Fanatics, les Dodger's, les Marseille Trop Puissant et le Handi Fan Club173. Des rivalités peuvent exister entre groupes, comme lors de l'affrontement entre Ultras et Winners lors d'un match de Coupe UEFA 2008-2009 contre le Shakhtar Donetsk177.

 

 

 

Popularité

 


Les supporters des Bouches-du-Rhône ne sont pas les seuls supporters du club phocéen ; selon des sondages Ipsos178 (2006), TNS Sofres179 (2008), IFOP180 (2009) et Sportfive (2010)181, l'OM est le club le plus populaire de France avec 9 millions de fans. Sur les vingt-deux régions de France métropolitaine, l'OM est le plus populaire dans onze régions, dont l'Île de France, le FC Girondins de Bordeaux étant deuxième avec trois régions182. Une étude de SportMarkt évalue lui à 7,8 millions le nombre de sympathisants olympiens à travers l'Europe, ce qui place le club à la quatorzième place continentale183, très loin derrière le FC Barcelone et ses 57,8 millions de supporters. Club européen préféré au Maghreb, devant le FC Barcelone139, et club français le plus populaire d'Afrique184, avec par exemple une association de supporters sénégalais185, l'Olympique comptabilise aussi des clubs de supporters au Canada, aux États-Unis et en Russie186.

Durant la saison 2007-2008, 365 000 maillots sont vendus à travers toute la France, ce qui place l'OM numéro 1 des ventes de maillots en France, Équipe de France de football comprise, et numéro 5 européen pour les maillots Adidas, en égalant le Bayern Munich82. Le club bat son propre record lors de la saison 2008-2009 avec 420 000 maillots vendus187.

Selon une étude publiée par Futebol Finance en février 2010, le site internet de l'OM est le septième site officiel de club de football le plus visité du web et le premier parmi les clubs français avec 16,1 millions de visiteurs uniques par an188.

L'OM comptabilise également plus de 1,1 millions de fans sur sa page Facebook, ce qui en fait le club français le plus populaire sur ce réseau social, mais également le 12e club le plus populaire mondialement sur ce même site189.

 

 

 

Affluence

 


Le Stade Vélodrome connait depuis de nombreuses années la meilleure affluence de Ligue 1, avec notamment un record absolu en termes d'abonnés (44 415)190 en 2003-2004 et une moyenne record de 52 996 spectateurs lors de la saison 2004-2005191. Lors de la saison 2008-2009, le club possède la douzième meilleure affluence d'Europe192. Marseille est le premier club français à avoir joué devant plus de 40 000 spectateurs en deuxième division (40 376 face au Toulouse FC, le 16 octobre 1981108).

 

 

 

 

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile de l'Olympique de Marseille depuis la saison 1969-1970191


Légende : point noir = saison en première division, point rouge = saison en deuxième division.

 

 

 

Au classement du Championnat de France des tribunes, qui récompense la fidélité du public et l'ambiance et l'animation dans le stade, les supporters marseillais se classent deuxième de Ligue 1 en 2006-2007 et 2007-2008 derrière l'AS Saint-Étienne, puis neuvième en 2008-2009, sixième en 2009-2010 avant de remporter le titre en 2010-2011193. Un challenge similaire de la LFP, celui de « Meilleur public de France », a été attribué aux supporters olympiens en 1979194.

 

 

.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>