Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CHOMOLANGMA

Réflexions sur le sens de la vie. Diversités culturelles et médiatiques.

MARIE-ODILE. OPUSCULE 3.

Publié le 10 Janvier 2009 par crateresideraldevie dans Écrits & poésies (même que c'est de moi)...

La fillette s'enfonca, nonchalemment, dans l'oliveraie ombragée qui surplombait, en amont, la rivière qui lui avait livré ce trésor. Elle déambulait maintenant, sereine et excitée à la fois, par sa trouvaille et surtout par la créature qui lui avait proposé cette étrange quête...
Le livre désormais en sa possession, elle fut soudain assaillie par diverses questions quant à l'endroit idéal où elle pourrait s'adonner à sa lecture en toute tranquillité.
Elle se dit que la bergerie de son père serait probablement le lieu le plus propice à la concentration, et que, si elle rencontrait quelques difficultés de compréhension, elle pourrait toujours faire appel aux dix mille intelligences du Mage Paprouk, honorable vieillard vivant dans un tonneau de cristal et d'ivoire juché au sommet de la Dune nord, prophète modeste et érudit timide à la connaissance incommensurable et champion de billes dans le sable.
Lorsqu'enfin elle quitta la voluptueuse fraîcheur de l'oliveraie, elle se couvrit la tête d'un petit foulard de soie dorée afin de se soustraire temporairement aux
cruelles morsures du soleil (le dieu Mameth chez eux) à son zénith.
D'ailleurs elle trouva sur son chemin une villageoise cramoisie, étendue sur le sol, car, dans sa grande stupidité, la dite villageoise avait fait fi d'un quelconque couvre-chef...
Mais la fillette, dans sa grande générosité et altruisme rare à son âge, tira la vieille femme par les pieds jusqu'à l'ombre du  pilier d'une cahute faisant office de commerce d'articles de poterie, et en fut quitte pour une sacrée suée, qui inonda par la même occasion le visage roussi de la villageoise
.
Il lui restait maintenant 300 mètres à peine pour être en vue du coeur de la bourgade Tatoppikkoubô et du dédale farfelu de la médina qu'elle connaissait cependant sur le bout de ses doigts, lorsqu'un sifflement strident et au volume de décibels insolent et ne semblant point cependant troubler d'une quelconque manière la sieste des résidents, 300 mètres donc lorsque ce sifflement l'interpella sans la surprendre...Car c'était son petit camarade d'école Zouppinioux qui s'apprêtait à la chahuter et la taquiner vivement.
_"Tiens !!! Zouppinioux !!! que fais tu là garnement ? tu n'es point occupé à garder les chèvres avec ta soeur Tinettakki ? dans la vallée des herbes folles ?".
_"Eh non !!! aujourd'hui papa a dit qu'il faisait trop chaud !!!".

_"Alors tu as tout l'après midi pour faire des blagues !!!".

_"Eh oui !!! ... Et toi ? D'où reviens tu comme ça ? Tu étais encore à la rivière...je suppose...".

_"Ca, ça me regarde, vilain petit...".

_"Petit !!! Ah !!! Ah !!! Je n'ai que 6 mois de moins que toi, et j'ai déjà lu les 4 tomes du "Chevalier des sphères", Moi !!!...".
_"Tu veux dire qu'on t'en a fait la lecture...petit menteur...".
_"Si tu fais allusion à Mouche qui Pique, bien sûr, mais mon savoir n'en est pas moins important, conviens en...".

_"Certes, Zouppinioux, mais il serait grand temps que tu apprennes à lire, non ?...".
_"Ca vient, ça vient...Mais, dis moi, c'est quoi ce petit sac attaché à ta ceinture, je ne l'ai jamais vu...tu sais que c'est interdit de ramener du sable des bords de la rivière Cuikk...tu le sais...ce sable est sacré et ne peut être utilisé seulement par les grands docteurs en médecine de la Dune ouest pour soigner les conjonctivites des nomades lépreux...tu le sais...".
_"Ce n'est pas du sable, ce sont quelques caillous bleutés pour ma collection...".
_"Ah bon !!!...j'ai du mal à te croire...montre moi un peu...".
Et, à cet instant précis, Marie-Odile prit ses jambes à son cou et s'enfonca à la vitesse de l'éclair dans le labyrinthe de la médina. Après avoir semé son compagnon indiscret et curieux comme un dromadaire, elle parvint devant la porte de sa demeure grande ouverte et s'affala toute essoufflée sur le fauteuil en rotin de Bulgarie, et réparé 3 fois par son père, les yeux grands écarquillés comme si elle venait d'échapper à un cobra géant...
 -"Ah !!! te voilà enfin ma fille !!! ", s'écria avec mansuétude sa maman, occupée à tirer les tarots sur une table immense et bancale.
_"J'avais préparé un tagine à la banane et aux escargots, ton préféré, il est froid maintenant...".

_"Maman, tu sais bien que je n'aime pas le chameau, et y'en a dedans !!!...".

_"Si tu as faim ma fille, il reste des queues de scorpion citronnées...".

_"Non, merci, maman, je vais aller faire un petit somme, je crois que je suis restée trop longtemps au soleil...".

_"Comme tu veux ma fille. Si ça te dit ce soir papa va pêcher l'anguille rougeâtre à la Dune sud, dans la rivière Prounitoux...celle où tu aimes tant à te baigner...".
_"Peut-être que j'irai, si ce chenapan de Zouppignoux ne s'y trouve pas à jouer avec sa bande...".

_"Oh !!! il t'aime bien ce garçon, c'est pour ça qu'il te taquine, mais c'est un bon garçon...Et son papa est un érudit parmi les érudits...agrégé en mathématiques littéraires poétiques et chimiques...".

_"Oui !!! n'empêche que ce petit vaurien ne sait toujours pas lire...".

_"Sois tolérante ma fille, toi tu as  la chance d'avoir un papa qui t'a enseigné la lecture et l'écriture...Tandis que Zouppignoux, le dernier de 14 frères, n'a pu bénéficié d'un tel appui...".

_"Bien sûr maman, mais il ne se livre qu'à des jeux stupides...".

Soudain on frappa à la fenêtre...

_"Oui ???",  cria doucement Zorra.
_""Elle est là Marie-Odile ??? C'est Zouppignoux...".
_"Non !!! non !!! maman, je ne suis pas là...", murmura fébrilement Marie-Odile...
_"Ah !!! tu tombes mal Zouppignoux, elle est chez sa cousine Pappouithox, à 15 minutes de mulet blanc d'ici...Mais que lui voulais tu ???...".
_"Je la soupçonne d'avoir dérobé un sac de sable sacré sur les bords de la rivière Cuikk, Madame...".

_"Quoi !!! que me chantes tu là ???...".
_"Oui, Madame, elle s'est sauvée quand je lui ai demandé de me montrer le contenu de son sac...".
_"Tiens donc, étrange ton histoire, je vais me renseigner, car c'est très grave si elle a fait ça...".
_"Alors vous me direz demain Madame si j'avais vu juste...au revoir Madame...".
_"Au revoir Zouppignoux, on en reparlera...".

Zouppignoux s'en alla l'air quelque peu dépité, car s'il ne savait pas encore lire, on ne pouvait cependant que difficillement le berner...

Entretemps Marie-Odile s'était endormie sur sa couche douillette faite de plumes de paon royal bleues et vertes.
Elle avait prit soin de cacher le précieux ouvrage sous le cul creux d'une énorme poterie mérovingienne (ou aztèque ???), et ronflait maintenant d'une façon légère et féminine.
Sa mère n'osa la réveiller et décida d'aller aussitôt entretenir son époux des accusations portées par Zouppignoux sur sa fille.
Quant à Marie-Odile, dès que sa mère eût tourné les talons, elle s'empressa de s'extirper de son faux endormissement pour emprunter une porte dérobée, dont elle seule connaissait l'existence, puisqu'elle l'avait fabriquée, et s'engouffra dans une minuscule grotte en terre jaune, dans laquelle elle s'assit en tailleur pour commencer la lecture du bouquin.
Et là, à sa grande stupéfaction, elle découvrit que non seulement l'ouvrage était rédigé en langage Hérrodactyllusique, uniquement décryptable par un des 7 Mages très érudits des 7 Dunes galactico-célesto-majestueuses et extrêmement riches en sodium, mais, chose encore bien plus inconcevable pour un petit être tel que notre adorable poupinette des sables, j'ai nommé Marie-Odile, le dit ouvrage était VIVANT !!!...
Je m'explique, et je me débrouille seul, puisque mon nègre-eunuque semble quelque peu fracassé par une 'ingurgitation excessive d'eau de vie aux olives rigolotes et aux pruneaux radieux de Moldavie (faut dire qu'il est veuf depuis deux heures) : l'ouvrage est vivant, c'est à dire que lorsque Marie-Odile tourne les pages, ces dernières chantent des mélodies qui ne sont pas sans rappeler les mélopées des contes ottomans, et, comble de la sorcellerie, à chaque bas de page, un petit doigt frêle, effilé et cristallin, tourne la page suivante si Marie-Odile tarde elle-même à le faire...
Mais les éléments que j'évoque ici appartiennent au monde de la magie.
L'aspect inextricable de cette histoire est de loin celui qui allait consister à déchiffrer les textes de ce livre, il faut bien le dire, devenu pour Marie-Odile, plus inquiétant, désormais, qu'excitant. Car oui, l'enthousiasme originel venait bien de céder la place à l'épouvante...
Qui donc allait posséder le pouvoir de rendre lisible pour le commun des mortels, même si la longévité des habitants de Tatoppikkoubô n'était plus à prouver, ce livre, si on peut encore appeler ça un livre.
Le choix des décrypteurs potentiels se résumait donc à 7 personnages influents, oh combien, dans le monde des érudits :
-1. Le Mage Paprouk, résident de la Dune Nord, dont nous avons déjà fait un peu la connaissance, mais dont le goût immodéré pour les cuisses de dromadaires rôties et flambées à la menthe Syrienne en fait à mes yeux un candidat contre indiqué, car souffrant d'indigestions récurrentes, il ne fait guère de doutes que notre bonhomme de Mage risque de passer  un temps fou à la transcription de l'ouvrage, et compromettre par là la prochaîne rencontre de Marie-Odile avec la minette des ondes, Okkapussie, qui, je le tiens de source personnelle, n'a pas à son actif la patience comme vertu principale.
-2. Le Mage Tiberrius, hôte des cerfs-volants furtifs, résident de la Dune sud, réputé pour ses innombrables traductions dans plus de
33456 langages, dont certains se chevauchant...Le plus âgé des 7 Mages, certains avancent le chiffre de 4455 ans, mais ceci reste à vérifier, célèbre pour sa barbe blanc laiteux longue de 528 mètres, que 8000 lutins facétieux et intrépides peuplent perpétuellement, barbe qu'ils s'appliquent à tresser et raccourcir en vue de l'apparat de rigueur à afficher lors des grands conseils de fusion des 7 Dunes. Celui-ci est sobre de boissons et de nourriture et me semble le plus approprié à mener à bien cette tâche.
-3. Le Mage Chouppituskoutik, le plus jeune, résident de la Dune est, et rompu à l'exercice du maniement des sabres lunaires et au jeter du bouclier ardent. Il possède une acuité visuelle hors du commun, puisqu'il est capable, et ceci est rapporté dans tous les manuels scolaires et certifié par la haute confédération des Tortues Ignobles et Savantes, de distinguer à plus de 300 kilomètres, à travers une tempête de sable dont les grains sont plus gros que des pois chiches gonflés à l'hélium, de distinguer, donc, le sexe d'un scorpion rachitique. Cette acuité visuelle hors pair ferait de lui le plus rapide à absorber le volume de l'ouvrage. 

 -4. Le Mage Choppitygratt, résident de la Dune ouest, spécialiste de la fuidité consistante des corps sablonneux et auteur du magnifique et exaltant traité naturaliste "La lune rousse intrépide en sa diagonale inexacte", ainsi que son théorème très controversé à propos des "Cascades Symétriques de L'angle Ouvert". Mais ce Mage fort sympathique au demeurant, et le seul des 7 à faire des blagues hallucinantes lors des congrès de fusion, présente un handicap de taille : il est myope comme plusieurs taupes...
-5. Le Mage Noujoutouppitre, résident de la Dune Conique sud-ouest, grand
cartographe et ancien navigateur. On raconte qu'un jour de colère, son épouse Cirvouchiva s'étant fourvoyée avec le chef des brigands-pirates de l'océan Althée, et ayant la preuve de son infidélité puisqu'il les surprit en joyeuses et dangereuses galipettes au sommet de la proue d'un drakkar en coton, dans son immense fureur, donc, il détourna les ondes par des incantations puissantes, événement qui affecta profondément le système solaire actuel. Et dans sa terrible douleur il poussa sa cruauté à piquer chaque tête des amants sur un des mâts...Mais aujourd'hui uni à la tendre princesse-fée Idiamottinne et empreint de bonté et de sagesse, il n'est pas à exclure que son tempérament de battant vienne à bout d'une très clairvoyante et pertinente lecture du bouquin.

-6. Le Mage Zourbbiguerrak, résident de la Dune Pyramidale sud-est, un nain !!! un mètre tout rond...adorable bambin attardé, grand spécialiste des jouets incassables et malléables. Il paraît qu'à l'âge de 7 ans il aurait parcouru le désert de Ziggloutikk à dos de coccinelle, invoquant les astres et les cieux par des prières ancestrales saccadées afin qu'une pluie fine et bienfaitrice tombât pendant 3 siècles et irriguât ainsi les flancs de sa Dune, qui, ainsi fertilisée, allait produire l'aliment sacré qui allait subvenir aux besoins nutritifs des Iglottes, peuple fier et naïf, indéracinable malgré les guerres qui les opposèrent aux sultans fainéants. on lui doit, entre autres inventions, la toupie nostalgique et le barbecue caractériel. Passé maître dans l'art de la lecture puisqu'il l'enseigna à ses 88 filles, il reste un candidat efficace et prometteur.

-7. Enfin reste le Mage Trouppignat, sage parmi les sages, résident de la Dune Ovale nord-est. Gros dormeur, il fit un jour de terrible canicule une sieste qui dura 2500 ans. Il n'a rien inventé mais possède le don extraordinaire de répandre le bonheur autour de lui. Il est fier et humble à la fois, taciturne et joyeux en même temps, bizarreté de l'humeur inhabituelle, vous en conviendrez. A mon sens ce Mage n'est pas, de loin, le mieux placé pour relever ce challenge, car, trop absorbé par l'exercice du décryptage, il culpabiliserait bien vite à l'idée d'être soustrait à sa mission initiale, qui est de répandre la joie. Mais ne l'écartons point trop précipitamment, il aura peut-être son rôle à jouer, étant tout de même champion de mikado avec des spaghettis.
Eh bien quel casse-tête se présentait à Marie-Odile !!!
Il serait bien imprudent de trop faire attendre la minette des ondes...
Il allait falloir agir vite et bien...
Allait-elle demander conseil à sa mère, par le biais des arts divinatoires ???...oui mais éveiller les soupçons...
Marie-Odile remit le manuscrit en sa cachette et quitta la grotte glacée de fraîcheur, se disant que faire réchauffer le tagine à la banane (elle éviterait les morceaux de chameau) lui remettrait peut-être les idées en place...
Mais lorsqu'elle parvint à la porte de la pièce principale, elle tendit l'oreille :
_"Je te dis que Zouppignoux la soupçonne d'avoir dérobé du sable sacré près de la rivière Couikk...c'est grave si c'est vrai...".
_"Allons, Zorra, Zouppignoux raconte n'importe quoi...d'ailleurs il faudrait que je rembourse son père des 1500 piastres qu'il nous a prêtés, on aura peut-être la paix...".

.

A suivre......

.

Le lutin cosmique
Cratère sidéral de vie

.

.

commentaires